Archive pour juillet, 2007

Le couple HILL enlevé par des Petits Gris.

 

Un couple Americain enlevé par des extraterrestres.

 

Le couple HILL enlevé par des Petits Gris. dans Abductions hill.jpg.w180h269 

En 1963, Barney et Betty Hill, un couple fort respectable d’Américains issus du New Hampshire, consultèrent un psychiatre afin de surmonter des problèmes d’insomnie et de cauchemars vécus depuis deux ans. L’hypnose révéla que les Hill avaient été enlevés par des extraterrestres le 19 septembre 1961, et qu’ils avaient fait l’objet d’expériences médicales.

Betty Hill parla de l’origine des ravisseurs : elle décrivit de façon très précise le système solaire Zeta Reticuli, que l’on estime situé aux environ de 37 années-lumière de la Terre… et qui n’allait être découvert qu’en 1969 !

Bob Lazar indique que le nom de Zeta Reticuli était mentionné dans la documentation à laquelle il eu accès à l’origine de l’engin sur lequel il travaillait.

Source: le journal FACTEUR X n°1

La carte, seul témoignage « tangible » de cette rencontre, fut confié à une femme astronome amateur qui chercha à établir une corrélation entre cette configuration et celles familières aux êtres humains. Elle y parvient au bout de cinq ans. Selon la carte, les Hill avaient rencontre des êtres originaires du système stellaire de Zêta du réticule.

hill_carte dans Abductions 

 

Un document audio de première ordre.

Madame Betty Hill nous raconte son enlèvement avec des Extraterrestres:

http://www.dailymotion.com/video/fob2SFCsyNukj6jLU

Source : http://www.dailymotion.com/SECRET-REALITE/video/xwa0m_entrevue-exclusive-avec-betty-hill

Lien pour télécharger: http://proxy-04.dailymotion.com/13/320×240/flv/1505974.flv?9e8e9f37830032dd38eec30a251ab21a1290113

 

Le 19 septembre 1961 au soir, les hills sortent d’un restaurant de Colebrook, à une demi-heure de la frontière qui sépare le Canada des USA, l’horloge indique 22 h 05. Mr. barney Hill estime à 4 heures le temps qu’il leur faudra pour arriver chez eux, à Porthmouth, 250 Km au sud, sur la côte.Les Hills forment un couple sans histoire, ils sont engagé dans des mouvements de droits communs, initié par le pasteur Martin luther King. Les hills on bien les pieds sur terre, et rien les destine à êtres les témoins d’une histoire d’EBE et de soucoupe volante. La route N° 3 devient plus étroite à mesure qu’elle grimpe dans la montagne, Barney négocie chaque virage en douceur pendant que Betty contemple les étoiles. un peu à gauche de la lune, Betty remarque soudain une étoile particulièrement lumineuse. Peut-être une planète songe-t-elle. Quelques minutes plus tard, elle constate la présence d’une autre étoile au dessus de la première, plus brillante. Mme Betty demande à son époux de ralentire pour qu’il y jette un regard, Mr Barney racontera plus tard que l’étoile était en mouvement.Les Hills gardent constament en vue le mystèrieux point lumineux qui semble les suivre et se rapprocher. Ils s’arrêtent et Mme betty sort une paire de jumelle. Des lumières rouges, jaunes, vertes et bleues clignotent sur le flanc de l’appareil. En l’absence d’ailes visibles, ils pensent à un hélicoptère et supposent que l’absence de bruit est du à la direction opposée du vent, mais il n’y a pas le moindre vent répliquera Mme Hill.

L’OVNI progresse toujours dans leur direction en faisant des zigzags. Les Hills reprennent la route, au sortir d’un virage, Mm Barney l’aperçoit de nouveau, droit en face à quelques dizaines de mètres au-dessus de la route. Mme Hill braque les jumelles sur l’OVNI, elle distingue une double rangée d’ouverture vitrée, puis une lumière rouge s’alluma de chaque côté de l’appareil, sur ce qui semble êtres des pointes.

Après avoir stopé net la voiture, Barney sort de celle-ci avec les jumelles et les braque à son tour sur l’appareil. Il distingue avec précision la silhouet de l’OVNI : il a la forme d’un grand disque faisant plusieurs dizaines de mètres de large. barney est attiré par l’OVNI esr s’en approche, il distingue des visages derrières les hublots avec de grands yeux en amande, il regagne la voiture effrayé.

Betty passe la tête en dehors de la voiture pour voire l’OVNI, mais celui-ci a disparu. Elle ne distingue plus non plus les étoiles dans le ciel. C’est à ce moment que les Hills entendirent un son strident, comme un bip éléctronique qui semble provenire de l’arrière de la voiture. La somnolence s’empare alors d’eux, puis c’est le « trou noir ».

Ils ne reprendront connaissance que environ 2 heures plus tard, c’est le fameux « missing time » que l’on peux retrouver dans une bonne partie des cas d’abductions. Ils ont la tête lourde, roulant sur la route N° 3, le corps endormis, ils n’ont pas de souvenirs de ce qui c’est passer juste avant.

Les Hill arrivent à porthmouth à 5 heure (heure de la pendule de leur cuisine), et barney constate que « On dirait que nous sommes rentrés un peu plus tard que prévu ». La montre de M et de Mme Hill se sont arrêtées.

On a volé 2 heure de la vie des Hill. Qui et dans quel but? Les Hills ne seront pas en mesure d’apporter des éléments de réponse à ces questions. et ce n’est que quelques années plus tard qu’ils comprendront qu’il on bien été kidnappés par des visiteurs venus avec cet OVNI en forme de disque….

L’affaire Hill a été révélée par le journaliste John G. Fuller en 1966 dans son livre The Interrupted Journey, soit cinq ans après les faits. grâce au travail remarquable de Fuller, mais aussi à l’infatigable activité de betty hill – qui n’a cessé, depuis la disparition de son mari, en 1969, d’intervenir lors de conférences ou d’émission télévisées afin de témoigner de l’ectraordinaire expérience qu’elle a vécue -, cette affaire demeure aujourd’hui encore l’un des cas les mieux documentés d’enlèvements d’êtres humains par des visiteurs de l’espace.

Est-ce que Betty et Barney Hill ont été les victimes d’une certaine sorte d’hystérie, ou ont-ils effectivement enlevés pendant deux heures par les visiteurs étrangers d’un autre système solaire? Quelle que soit la vérité, Mme Hill reste convaincue que nous ne sommes pas seuls et, qui plus est, « que nos chefs de gouvernement sont au courant de ces contacts OVNIS depuis des décennies. »

Le cancer de Mme Hill a été confiné à son estomac à l’origine il y a environ 15 ans, et elle a très bien lutté contre cette affliction. Mais le mois dernier, cependant, il s’était étendu à son poumon. Et pourtant elle dit, « je me sens très bien. »

Quand on lui demande ce que sa rencontre extraterrestre lui a enseignée, la réponse de Mme Hill est frappante: « ils m’ont prouvé que Dieu est universel. »

Qu’importe ce que vous croyez, c’est là un grand acte de foi pour l’humanité.

Source divers:

http://membres.lycos.fr/ebe/bb_hill.htm

http://home.nordnet.fr/~gtalotti/betty_et_barney.htm

Journal FACTEUR X

source : www.ovni007.com

 

nouvellevision.

Implants Extraterrestres

 

L’un des domaines d’étude les plus controversés, mais important dans l’ufologie actuelle, est l’extraction chirurgicale, suivie d’analyse en laboratoire, d’implants supposés d’origine non-humaine (ou «  alien  » en empruntant le mot anglais), trouvés dans le corps de personnes ayant eu une expérience ovni de quelque sorte, peut-être un enlèvement à bord d’un ovni.

Jusqu’en 1995, peu de tentatives avaient été faites, et aucun résultat décisif n’avait été obtenu pour «  prouver  » l’origine alien d’un implant extrait.. Le cas le plus connu est l’histoire bizarre du supposé  implant de Richard Price, étudié pendant près de cinq ans par le physicien réputé David Pritchard, professeur au MIT (Massachussets Institute of Technology). Après avoir mentionné, au début, sa nature métallique, il avait finalement diagnostiqué…une fibre de coton (voir Alien Discussions. Proceedings of the Alien Study Conference, au MIT en 1992, pp. 279 à 295).

La question des implants rebondit en 1995 quand un podologue californien (un chirurgien des pieds aux Etats-Unis), le Dr Roger K. Leir, accepta d’extraire un implant repéré par radiographie dans le pied d’un enlevé supposé (on dit aussi «  abducté  », de l’anglais abductee), un cas qui lui fut présenté par l’enquêteur texan Derrel Sims. De 1995 à 2001, dix opérations furent réalisées, soit par le Dr Leir lui-même, soit par d’autres chirurgiens lorsque l’implant se trouvait dans d’autres endroits du corps. Plusieurs analyses de laboratoire ont été accomplies, dont les résultats ont été rendus publics en partie. Certaines opérations et analyses d’implants ont été patronnées et subventionnées par le National Institute for Discovery Science (NIDS), un groupe de recherche privé créé par Robert Bigelow à Las Vegas, doté d’un groupe de conseillers scientifiques réputés. Aucun résultat décisif n’a été encore publié, mais les données rassemblées par le Dr Leir et ses partenaires dans cette recherche sont déjà assez impressionnantes pour mériter l’attention de tous les chercheurs sur les ovnis..

Implants Extraterrestres dans Extraterrestres image1

Le Dr Roger Leir

Le Dr Roger Leir a été assailli de critiques dures et répétées dès qu’il a commencé à parler publiquement de ses opérations d’implants (voir la note ci-dessous sur cet aspect de l’histoire). J’ai eu la chance de rencontrer le Dr Leir en septembre 1999, à la conférence internationale de Leeds (Grande-Bretagne) à laquelle j’avais été invité comme conférencier. J’étais justement en train de lire son livre, et nous avons dîné ensemble. Je peux témoigner que j’ai rencontré un homme sympathique et crédible, bien différent de certaines critiques ad hominem faites contre lui.

Une critique sérieuse, cependant, est que lui et ses collègues n’ont pas encore écrit d’article scientifique, accepté dans une revue reconnue. Il est vrai que c’est une sérieuse lacune, mais il apparaît aussi qu’un volume significatif d’informations crédibles est disponible sur ces opérations, sur les objets extraits, sur les supposés abductés et leur histoire personnelle. Essayons de résumer brièvement quelques informations de bases sur tous ces points. Dans une note jointe, le Dr Jacques Costagliola fait une évaluation plus technique et détaillée de ces données.

 

Les opérations

Voici la liste des opérations d’extraction d’implants supposés, réalisées soit par le Dr Leir (pour les implants situés dans le pied) ou par d’autres chirurgiens avec son assistance. Cette liste provient du livre du Dr Leir The Aliens and the Scalpel, publié en 1998, et de plusieurs articles pour les opérations postérieures au livre (voir liste des articles ci-dessous). Pour toute personne intéressée, la première chose à faire est de lire son livre. Il peut être commandé sur son site web dont l’adresse est : http://www.alienscalpel.com

image2 dans Extraterrestres

Opération d’implant (Dr Leir à gauche)

Selon le tableau 1 du livre (p. 164), huit opérations ont eu lieu de 1995 à 1998. (la liste résumé qui suit indique la date, le prénom de l’opéré(e), l’emplacement et la forme de l’implant). La plupart des noms sont des pseudonymes donnés par le Dr Leir dans son livre.

Première série de trois opérations, avant l’entrée en scène de NIDS

  1. 19-8-95, Patricia. Deux implants dans l’orteil gauche, tous deux métalliques, l’un en forme de « pépin de cantaloup », l’autre en forme de «  T  ». (Le cantaloup est un melon à côtes rugueuses).

  2. 19-8-95, Paul. Main gauche, métallique, « pépin de cantaloup »

  3. 2-1-96, Babs. Epaule gauche, petite boule « élémentaire, solide

    Deuxième série, patronnée et payée par NIDS

  1.  18-5-96, Annie, jambe gauche, petite boule «  élémentaire, solide  »

  2. 18-5-96, Doris. Jambe gauche, petite boule «  élémentaire, solide  »

  3. 18-5-96, Don. Mâchoire gauche, triangle métallique

  4. 12-1-97, Lyla. Talon gauche, fragment de verre (origine terrestre, écarté)

  5. 17-8-98, Pablo. Main gauche, métallique, de nouveau en forme de «  pépin de cantaloup  », comme d’autres précédemment (filmée par NBC et diffusée en février 1999)

Autres opérations, après la publication du livre

    image3

    Opération de Tim Cullen, en février 2000

  1. 5-2-2000, Tim Cullen (vrai nom). Poignet gauche, métallique, « pépin de melon » (cas présenté au Congrès OVNI de Laughlin en mars 2000 avec la présence de Tim Cullen. Présenté dans le Mufon UFO Journal de mai 2000, et au symposium du Mufon de juillet 2000, à Irvine en Californie (voir les actes du symposium, disponibles au Mufon). Etant invité comme conférencier à cette conférence, j’ai pu rencontrer Tim, et il m’a semblé être une personne crédible. C’est un homme robuste, en bonne santé et de bon caractère, patron d’une petite entreprise de bâtiment, et il n’a certainement pas besoin de ce genre de publicité pour son métier.

  2. 29-10-2001, hôtesse dans un importante compagnie aérienne. Petit fragment dans le bras droit, de la taille d’un pois. Cas présenté au congrès OVNI de Laughlin, en mars 2002. Rapporté dans le UFO Magazine britannique de mai 2002 et dans le Mufon UFO Journal de novembre 2002. Présenté également à la conférence internationale de Leeds, 20-22 septembre 2002. Selon le Dr Leir, cet objet est un cas à part, «  totalement biologique  ».

Les implants

Deux séries de tests ont été réalisées en 1998 sous la direction de NIDS, plus précisément du colonel John Alexander qui était un membre important de son équipe de conseillers scientifiques (le colonel Alexander a fait une longue carrière dans des domaines de recherches secrètes, notamment au Laboratoire National de Los Alamos). Les tests ont été exécutés d’abord au Laboratoire National de Los Alamos et ensuite au New Mexico Tech.

Dans son livre, dans ses articles et conférences, le Dr Leir mentionne d’autres études de laboratoires, mais pour lesquels aucun résultat précis n’a encore été publié.

Nous avons d’abord les résultats des analyses faites à New Mexico Tech en 1996, payées pas NIDS, publiées sur son site web, à : http://www.nidsci.org/articles/metal/metal.html et reproduites ici, grâce à la contribution du Dr Leir.

Ces analyses montrent une composition métallique remarquable et inusitée des fragments étudiés. 

En plus de ce document, nous avons la «  lettre d’opinion  » de l’ingénieur métallurgiste qui fit les tests, M Paul A. Fuierer. Elle n’est pas sur le site de NIDS, mais elle fait partie du rapport envoyé par le Dr Leir. Elle est également reproduite dans le livre du Dr Leir, avec ses commentaires ainsi que sur son propre site web, à : http://alienscalpel.com/NMTech-opinion.htm.

Il paraît important de signaler ici que le métallurgiste a donné en fait deux opinions successives. Quand il a donné la première, il n’avait pas été informé de l’origine des fragments. Il exprima l’opinion que leurs composants métalliques étaient analogues à ceux que l’on trouve dans les météorites. Lorsqu’il reçut cette première lettre d’opinion, le Dr Leir fut si surpris qu’il appela le métallurgiste et lui révéla que les échantillons avaient été extraits de corps humains. M Fuierer, qui n’a pas caché son scepticisme sur les ovnis, donna alors une opinion complémentaire. Il dit qu’un mélange de fer et d’argent enfoui dans le corps pouvait provoquer une réaction de calcification, d’où il résulterait un matériau comparable aux céramiques utilisées en médecine et en dentisterie. Mais le Dr Leir note dans son livre que de tels matériaux ne sont plus utilisés car ils produisent une «  énorme réaction d’inflammation  ». Cependant, aucun implant n’avait produit une telle réaction. Le métallurgiste ne savait pas cela et il ne savait pas non plus que, comme dit le Dr Leir : «  une membrane biologique étrange, d’aspect grisâtre et dense, recouvrait les spécimens. De plus, il n’y avait pas de trace d’une porte d’entrée  » (p. 170 de son livre).

Cette lettre d’opinion est aussi sur le site web du Centre d’information sur les enlèvements (Abduction Information Centre, AIC) dirigé par John Velez, sur lequel on trouve des critiques de l’analyse de New Mexico Tech, à :  http://www.virtuallystrange.net/aic/pa2.htm

En ce qui concerne les analyses faites à Los Alamos, il semble qu’elles soient présentées seulement, et très brièvement, dans le livre du Dr Leir, qu’il a d’ailleurs publié à sa seule initiative. Il est important de souligner ici que, dans l’accord initial entre NIDS et l’équipe Leir-Sims, il était entendu que NIDS publierait un article scientifique (selon Leir dans son livre). Mais au lieu de cela, en 1966, ils poussèrent Leir à publier rapidement un article dans le Mufon UFO Journal (p. 175 de son livre). Souhaitons que cet objectif soit atteint dans un avenir pas trop éloigné. Quoi qu’il en soit, le Dr Leir m’a dit combien il était reconnaissant pour l’aide apportée par Robert Bigelow et NIDS.

Articles

Voici les principaux articles qu’on peut trouver facilement dans la littérature sur les ovnis.

Dans le Mufon UFO Journal : http://www.mufon.com)

  • Avril 1996 (No 336) «  In search of hard evidence  » par le Dr Roger Leir

  • Juin 1998 (No 362) : «  Alien implants. A 1998 update  » par le Dr Leir

  • Novembre 1998 (No 367) : «  The effects of «  implant  » removal discussed by five individuals  », par Eve Frances Lorgen

  • Décembre 1998 (No368) : «  NBC films «  implant  » removal  », par le Dr Leir

  • Novembre 2002 (No 415) : «  Implant anomalies continue  », par le Dr Leir

Actes du symposium du Mufon de juillet 2001 : «  Alien abduction – Alien implants. Why ?  » par le Dr Leir

Dans UFO magazine (EU), janvier 1999 : «  NBC Special to air surgical removal of purported implant  », par Jack Carlson

Dans UFO Magazine (GB), mai 2002 : «  dans le compte-rendu du congrès international de Laughlin, par Graham Birdsall.

Quelques cassettes vidéo sont également disponibles, sur les opérations et les conférences du Dr Leir.

Résumé des données scientifiques

Comme indiqué dans la liste ci-dessus, deux sortes principales d’implants ont été trouvées, métalliques (de diverses formes), et non-métalliques (petites boules). Dans son livre, le Dr Roger Leir fait un résumé des données biologiques et métallurgiques (pp 162 à 171). Voici une brève description de ces données. Dans l’article joint à celui-ci, le Dr Jacques Costagliola en donne une description et une évaluation détaillées.

1) Données biologiques

Sur les objets métalliques

«  Quatre objets métalliques produits étaient recouverts par une membrane d’aspect gris sombre et brillant, qui ne pouvaient être ouvertes avec une lame chirurgicale. Cette membrane s’est avérée être composée d’un coagulat protéinique, d’hémosidérine et de kératine. Ces trois substances existent naturellement dans le corps, mais notre investigation n’a permis de trouver aucune combinaison de cette sorte dans la littérature médicale ».

«  Les tissus mous adjacents aux objets métalliques ont été aussi analysés, et il a été trouvé qu’ils comportaient des conglomérats de cellules nerveuses, et qu’il y avait aucune réaction d’inflammation  ».

Dans un nouvel article, publié dans le Mufon UFO Journal de novembre 2002, Leir met à part ce dernier implant, opéré en octobre 2001. C’est, selon lui, un objet «  totalement biologique, bilobé, de couleur jaunâtre, ayant la faculté de se déplacer sous la peau  ». Il a constaté cette étrange faculté dès le premier examen médical : «  l’objet pouvait se déplacer n’importe où à l’intérieur d’un cercle d’environ deux pouces et demi  ». Malheureusement, cet implant n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie, par manque d’argent. Seul un examen visuel au microscope a été effectué au laboratoire Digital Instruments de Santa Barbara en Californie.

Photographies en gros plant de deux implants, après extraction, avec leur membrane biologique :

image4 image5

Implant en forme de « pépin de cantaloup » (Tim Cullen)

Implant en forme de «  T  » (Patricia)

Sur les objets non-métalliques

 « Trois opérations ont consisté à enlever une lésion cutanée avec la présence d’une petite boule ronde, d’aspect gris blanc, dans le tissu mou sous-jacent. Nous avons trouvé une élastose solaire (voir l’article du Dr Costagliola), des amas de cellules nerveuses, et peu ou pas du tout d’inflammation  ». Les lésions cutanées avaient l’aspect de cuvette ronde («  scoop mark  », selon l’expression consacrée : cet aspect est assez classique dans le dossier des enlèvements).Le Dr Leir indique ensuite une série de constatations de nature biologique, parmi lesquelles :

  • Presque tous les objets ont été trouvés dans le côté gauche du corps ;
  • Presque tous les spécimens sont devenus fluorescents sous lumière noire ultraviolette ;
  • Tous les sujets ont eu des réactions anormales aux anesthésiques locaux à la procaïne (pas de réaction, ou réaction allergique) ;
  • Tous ont eu une propension à absorber beaucoup de sel.

En plus de cela, il est à noter que tous les sujets ont paru «  normaux  » aux yeux d’un docteur en psychologie.

Le lien avec les ovnis

Eve Frances Lorgen (ufologue américaine connue, spécialiste des enlèvements) a interviewé cinq des personnes ayant subi une opération, et elle a trouvé que «  toutes les personnes, un homme et quatre femmes, avaient un point en commun des rencontres avec des ovnis et des contacts avec des êtres non-humains  » ( Mufon UFO Journal, nov. 1998).Les deux cas les plus récents entrent eux aussi dans cette catégorie. Tim Cullen a eu une rencontre rapprochée en 1978, alors qu’il voyageait en voiture avec sa femme. Il n’en a parlé que vingt ans plus tard quand il a jugé que ses enfants étaient assez âgés pour connaître cette histoire.

L’hôtesse de l’air, opérée en octobre 2001, a le souvenir d’une observation nocturne d’ovni il y a une vingtaine d’années. Elle fut réveillée dans sa chambre par une vive lumière, et vit au dehors un ovni en vol stationnaire. Le lendemain matin, elle découvrit une protubérance sous-cutanée : c’était l’implant qui a été extrait en 2001.

2) Données métallurgiques

Les découvertes principales étant sur internet (voir ci-dessus), je vais juste citer le livre du Dr Leir, sur une intéressante description de l’objet en forme de «  T  » (dans le pied de Patricia : voir photo ci-contre).

image6

Radio de l’implant en T

L’objet en forme « de T » est composé de petites tiges métalliques. La portion horizontale contient un cœur métallique en fer magnétique qui est plus dur que le meilleur acier au carbure. Une couche complexe d’éléments recouvre le cœur, formant un revêtement. Une partie de ce revêtement comporte une bande cristalline qui entoure la tige. Lorsqu’on observe la tige sur une photographie au microscope électronique, on voit qu’elle est structurée. Une extrémité est en forme de pointe («  barb  ») alors que l’autre extrémité est plate. Au centre, apparaît une petite dépression. La forme de cette dépression correspond exactement à celle d’une extrémité de la tige verticale. La tige verticale comporte un revêtement similaire, mais le cœur est composé de carbone au lieu de fer. Il a une propriété de conducteur magnétique, mais il n’est pas magnétique  ».

Il y a d’autres données intéressantes, qu’il serait trop long de lister dans ce petit résumé. Cependant, il faut au moins mentionner des propriétés électromagnétiques, trouvées notamment pour l’implant de Tim Cullen, quand l’objet était encore en place dans le corps. Le Dr Leir était assisté dans ce domaine par l’ingénieur électronicien Bob Beckwith, et par Greg Avery, responsable du Mufon pour la Louisiane. Tout d’abord, ils trouvèrent un champ de 3 à 6 milligauss à l’aide d’un simple magnétomètre. Puis, malgré quelques difficultés, ils parvinrent à détecter un «  signal pulsé  » qui «  montra que l’objet avait une capacité d’émetteur et de récepteur d’un signal  ».

Leir a présenté ce cas dans plusieurs conférences, notamment à Laughlin en mars 2000, et au symposium du Mufon de juillet 2001. J’ai le texte publié dans les actes de ce symposium. Leir y signale que de nouveaux tests sont en cours avec d’excellents équipements à Digital Instruments Inc. à Santa Barbara, en Californie. Il mentionne des équipement exceptionnels appelés « microscope de force atomique » et « microscope de champ atomique ».

Selon le Dr Leir, des études supplémentaires ont été menées dans un «  laboratoire de classe internationale au Texas  », qui ont révélé que le principal composant élémentaire était le fer, et ils ont été stupéfaits de constater que, bien qu’il soit à l’état amorphe, il était hautement magnétique. Ils ont expliqué à Leir que «  nous ne connaissons aucun procédé permettant d’atteindre ce résultat  ».

Pour conclure ce court résumé, je suggère aux personnes intéressées par la question des ovnis de ne pas écarter cette histoire, déjà longue, des implants du Dr Leir.



 Deux notes complémentaires1

- Attaques contre le Dr Leir

Le Dr Roger Leir a subi des attaques personnelles très dures, notamment sur internet, depuis qu’il a commencé ses opérations, en 1995. Sa compétence médicale a été mise en doute, ainsi que son honnêteté. Pourtant, sa formation médicale est incontestable. Après avoir obtenu une licence de science (B.S.) à l’Université de Californie du Sud en 1961, il a reçu en 1964 un diplôme de docteur en médecine «  podiatrique  » (spécialité américaine) au collège de médecine «  podiatrique  » de Californie. Quant à son honnêteté, il suffit de signaler que plusieurs opérations ont été effectuées gratuitement, et qu’il n’a pas fait fortune, comme on va le voir tout de suite.

Le Dr Leir s’est trouvé en grande difficulté en 1999. Je rappelle simplement le scénario :

  • Publication de son livre en 1998.
  • Une opération filmée par la chaîne NBC en août 1998, et diffusée publiquement en février 1999 (émission spéciale de la NBC «  Confirmation  »).

C’est alors que le ciel lui est tombé sur la tête. Dans la deuxième édition de son livre, en édition de poche parue en 2000 (voir son site web), Leir a raconté la suite de l’histoire :

  • Le 23 avril 1999, Leir reçoit un avis de l’Ordre des médecins de Californie (Medical Board) qui ressort une plainte contre lui, ancienne et enterrée, faite dix ans auparavant, et qui le suspend de pratique médicale pour trois ans. Il apparaît que le patient était décédé depuis cinq ans, que l’hôpital où avait eu lieu l’opération avait fermé ses portes depuis sept ans, et que ses archives étaient indisponibles ! Peu après, son partenaire, Derrel Sims, qui le critiquait de plus en plus, met fin à leur accord de collaboration (le 26 avril).
  • En mai 1999, Leir a une crise cardiaque, pour cause de stress selon les médecins. Il se trouve en grand danger, ne pouvant être opéré car il avait déjà subi plusieurs pontages cardiaques. En juin, Derrel Sims fait un appel public urgent sur internet pour l’aider, notamment financièrement, car Roger Leir est en grande difficulté, devant payer de lourdes factures médicales alors qu’il n’a plus de revenus.

Au cours des mois suivants, Leir s’est rétabli. Il a pu venir à la conférence de Leeds en septembre 1999 , où je l’ai rencontré. Il m’a confirmé qu’il s’était bien rétabli et que sa suspension avait été annulée.

Cette attaque n’a pas été la seule contre le Dr Leir. Il a dû faire face à des attaques mordantes et répétées de la part d’un certain nombre de personnes, dont certaines étaient sans doute mal informées sur lui et sa recherche. Voir par exemple, sur les archives de la liste (forum) de discussion internet «  UFO Updates  », un débat qui a eu lieu pendant l’été 2002, sous le titre «  On the Surgical Removal Of Alleged Alien Implants  », à : http://www.virtuallystrange.net/ufo/updates

L’ayant rencontré et ayant eu un bon échange avec lui, j’ai pris sa défense sur cette liste, d’autant que Leir refuse de répondre à toutes ces critiques. En fait, ce résumé est inspiré de mes messages sur cette liste. John Velez, membre de la liste qui l’avait critiqué, m’a finalement remercié pour ces informations, qu’il a trouvées impressionnantes («  compelling  »), et les a mises avec mon accord sur son site web (voir son message du 10 septembre 2002). En septembre, le physicien et ufologue Stanton Friedman, qui revenait de la conférence internationale de Leeds, a fait l’éloge de la conférence de Leir, qu’il a trouvée exceptionnelle («  outstanding  »).

  1. Note sur les relations entre le Dr Leir, Derrel Sims et NIDS.

Dans le cas des études de laboratoire faites par le canal de NIDS, il semble que le droit de publication soir détenu par NIDS. Citons ce qu’en dit Roger Leir dans son livre The Aliens and the Scalpel, publié en 1998. Il y détaille les conditions posées au départ par Robert Bigelow à Leir et Sims, pour passer un accord (pp. 141 et 142) :

«  L’une des demandes les plus importantes était de ne pas divulguer qui travaillerait sur ces spécimens d’implants. Au début, il souligna que même NIDS ne devait pas être mentionné. En plus, il demanda que restent confidentiels les noms des laboratoires qui seraient appelés à faire les tests.«  Cette demande s’avéra être l’une des conditions les plus faciles de l’accord à respecter car ils ne nous dirent pas à qui ils envoyaient les échantillons. La troisième partie de notre arrangement était que nous ne devrions publier aucun résultat d’analyse tant que nous n’aurions pas le feu vert de NIDS. A ce moment, ils nous diraient aussi où ils pensaient que nous devrions les publier.«  Il nous était difficile de donner notre accord sur ces points, mais Derrel et moi avions mis en balance soigneusement ces contraintes vis à vis des bénéfices offerts par Bigelow :

  • la mise à disposition de fonds illimités pour mener à bien le projet ;
  • le recours aux meilleurs laboratoires ;
  • une qualité de tests qui ne pourrait être surpassée ;
  • une revue critique par le Conseil scientifique de NIDS, qui comprenait quelques-uns des meilleurs esprits scientifiques des Etats-Unis ;
  • la possibilité d’avoir un article publié dans un journal scientifique.  »

Un autre aspect intéressant de l’histoire, telle qu’elle est racontée par Leir, est que Robert Bigelow et le colonel Alexander étaient très désireux d’obtenir un accord. Lorsque Leir prit un premier contact avec le colonel Alexander, sur le conseil de son cousin Kenneth Ring qui le connaissait comme chercheur scientifique – c’était selon ses propres mots «  un scientifique brillant avec qui il avait travaillé sur la question des NDE  » (p 78), celui-ci réagit promptement. Alexander et Bigelow appelèrent Leir à sept heures du matin pour lui demander de venir avec Sims à Las Vegas !

Trois opérations avaient déjà été effectuées, avant l’accord avec NIDS, en 1995 et 1996. NIDS finança les opérations suivantes, et les tests de laboratoires pour plusieurs implants. Après la réalisation des premiers tests, Bigelow demanda à Leir son accord pour une publication rapide dans le Mufon UFO Journal, mais Leir pensait qu’il fallait attendre d’avoir des résultats plus complets. Il visait la publication dans une revue scientifique (voir p. 87 de son live). Cependant, un premier article, signé par Leir, parut effectivement dans le Mufon UFO Journal d’avril 1996. Un deuxième article, plus détaillé, fut publié dans le numéro de juin 1998. La même année, Leir publia son livre, présentant huit opérations réalisées de 1995 à 1998. Il semble que NIDS n’ait pas été pleinement d’accord avec cette publication car le livre parut avec un autocollant en page de titre, disant :

«  Le contenu, les points de vue et opinions de ce livre sont ceux de l’auteur et non ceux de la Fondation Bigelow ou de NIDS  ».

Ainsi, NIDS n’a pas encore respecté le dernier terme de l’accord initial, une publication dans une revue scientifique à comité de lecture. Espérons que cet objectif puisse être atteint prochainement.

Pour finir, en ce qui concerne le désaccord qui est apparu progressivement entre Roger Leir et Derrel Sims, j’en ai discuté avec chacun d’eux. J’ai rencontré Derrel Sims plusieurs fois, et il m’a exposé ses griefs en détail. A mon avis il s’agit surtout d’une affaire privée entre eux. Je respecte les deux hommes et je n’ai pas à les départager. Cette question n’a pas à être prise en compte dans le débat sur les implants du Dr Leir. C’est aussi l’opinion d’autres personnes qui les connaissent bien et avec qui j’en ai discuté.

Novembre 2002

source : www.ufocom.org

 

video implant extraterrestre (âme sensible s’abstenir)

http://www.dailymotion.com/video/Vfa5FPoGrLcUPm8W

 

nouvellevision

Des centaines de planètes similaires à la Terre !

 

 Des centaines de planètes similaires à la Terre !

Selon une étude de chercheurs des Universités du Colorado et de Pennsylvanie, dont les résultats ont été publiés dans la revue ‘Science’ du 8 septembre dernier, plus d’1/3 des systèmes solaires dans lesquels on a pu détecter des planètes géantes contiendrait également des planètes ressemblant à notre Terre ! Ces planètes extrasolaires disposeraient ainsi d’eau en grande quantité et d’océans profonds de plusieurs milliers de kilomètres, et seraient donc propices au développement de la vie… « L’étude indique que les Jupiter chauds poussent et attirent le matériau du disque proto-planétaire durant leur voyage, en projetant des débris rocheux vers l’extérieur où ils s’agrégeraient pour former des planètes telles que la Terre » précise Sean Raymond, de l’Université de Colorado. Confirmation que d’autres systèmes solaires abritent des soeurs jumelles de la planète bleue…

source : CIRS – Crédits : NASA → www.mondeinconnu.com

Et aprés ça y’en a qui disent encore qu’on est seul dans l’univers.

 

nouvellevision.

Les révélations du Dr Michael Wolf

 

1998 – L’année du loup

Les révélations du Dr Michael Wolf dans Révélations catchers

 

La mauvaise santé m’aura empêché de me balader dans le paysage du paranormal, mais ce fut l’année où j’ai commencé à communiquer avec un homme qui m’a permis d’étirer ma conscience jusqu’à ses limites actuelles. Un homme qui a littéralement changé ma perception de ce paysage. Ce fut l’année où j’ai commencé à m’entretenir par téléphone avec ce désormais controversé scientifique, le Dr Michael Wolf-Kruvant, au sujet du camouflage des ovnis et de la réalité des extraterrestres. Ce sont des moments dans ma vie que je ne suis pas prêt d’oublier.

 

Nous avons tous les deux forgé une relation unique et tout à fait spéciale. Voici un homme qui prétendait avoir servi pendant 25 ans au sein du gouvernement satellite américain, qu’il avait oeuvré auprès de différentes espèces ET dans des bases souterraines comme Dulce et Area 51, et qu’il était à la fine pointe des découvertes clandestines qui devanceraient de quelques centaines d’années nos grands courants scientifiques actuels.

 

« Je sens que vous voulez savoir la vérité. »

 

Je ne pourrai jamais oublier ces mots d’ouverture, ni la voix grave et le débit langoureux et délibéré de son discours. Je venais à peine de décrocher mon téléphone. Ensuite une pause…

 

« Ici le docteur Michael Wolf. Mon éditeur m’a fait parvenir votre télécopie. »

 

C’était un soir d’octobre, en 1998. Un ami m’avait parlé de Catchers of Heaven, un livre qu’il me suggérait de lire. Il m’avait procuré également un bref aperçu de son auteur. Stimulé par mes instincts journalistiques, j’ai immédiatement contacté l’éditeur américain Dorrance à savoir comment je pourrais me procurer ce bouquin et même, possiblement, m’entretenir avec le Dr Wolf.

 

La voix rauque reprit les ondes : « Que voulez-vous savoir ? »

 

Ainsi s’entamait une relation téléphonique de deux ans. Plus de 30 heures d’entretiens ; une dixaine de bandes audio de conversations enregistrées ; et un compte de téléphone colossal. Ce fut possiblement les mois les plus excitants et les plus exigeants de ma vie.

 

Je me rappelle la première conversation de 90 minutes et l’insomnie qui en suivit. J’étais beaucoup trop excité pour arriver à m’endormir. Mais je savais, intuitivement, que la démarche de cet homme était authentique. Comme tout journaliste d’investigation, j’avais toujours rêvé de dénicher mon Deep Throat(1) personnel. Je sentais l’avoir trouvé, et m’imaginais ce que Bernstein et Woodward auraient bien pu vivre à l’époque du Watergate.

 

La confiance et le respect ont pavé la voie au déroulement de notre relation. S’il me disait : « Je ne peux pas aborder ce sujet », je n’insistais pas. S’il me disait : « Posez-moi de nouveau cette question dans quelques mois », j’acquiesçais à sa demande.

 

Je me suis tôt pris de sympathie pour le docteur et je sentais qu’il me vouait le même sentiment. C’était l’harmonie. Au départ, je lui téléphonais deux fois par mois –je ne voulais pas m’imposer outre mesure– ensuite une fois par mois, et enfin aux trois mois. J’enregistrais absolument toutes nos conversations, aussi banales qu’elles soient, et les transcrivais à un logiciel de traitement de textes.

 

En ce qui concerne les ovnis, les informations qu’il me transmit ont posé tout un défi à mon cerveau, car elles étaient autant incroyables que fantastiques. Il m’obligea donc à élargir à grands coups les limites de ma conscience. Je croyais tout savoir sur le cover-up, mais j’ignorais à quel point les rouages de la déception étaient aussi profonds et complexes.

 

Parfois je me refusais à y croire. Le plus imaginatif des écrivains hollywoodiens saurait-il concevoir un scénario conspirationniste aussi extrême ? À maintes reprises, le doute s’empara de moi, me laissant pour compte et dans l’ombre, jusqu’à ce que je réussisse à assimiler tout ce savoir.

 

Heureusement, je connaissais d’autres journalistes qui conversaient régulièrement avec Michael. En particulier, un Américain, le Dr Richard Boylan et une Italienne du nom de Paola Harris. Il m’était donc possible de comparer mes notes aux leurs. Je me suis entretenu avec Paola à plusieurs reprises au téléphone. À deux occasions, elle avait visité Michael à son domicile à Hartford, au Connecticut, avant que la maladie ne l’emporte; elle a pris plusieurs photos, a pu prendre connaissance de preuves visuelles y compris une photo de lui en compagnie de Clinton et une lettre signée du Président le remerciant pour tout son travail(2).

 

Bien que je ne me sois jamais entretenu avec le docteur Boylan, j’ai souvent visité son site web où sont affichées des informations semblables à celles qui me furent communiquées(3).

 

Le recherchiste ufologiste canadien Stanton Friedman avait tenté de discréditer Michael, ce qui le perturba, mais comme il m’expliqua : « Il voulait que je devienne l’indice flagrant (smoking gun), mais j’ai réfusé. »

 

Ce commentaire résume assez bien la démarche de Michael. Il répétait constamment : « J’ai prêté serment. Je ne veux pas commettre de trahison. Je ne peux pas tout dévoiler. » On pouvait sentir devant soi un homme déchiré entre la loyauté envers ses supérieurs et sa patrie, et un désir humaniste de dire la vérité. Il a sans doute connu d’intenses frustrations.

 

Je n’avais pas affaire à un deux de pique mais bien à un haut-placé au sein du gouvernement satellite–possiblement le plus haut-placé à s’avancer aussi loin jusqu’à maintenant. Un homme débordant de connaissances.

 

La recherchiste Linda Moulton-Howe a eu un entretien avec Michael au sujet de l’incident survenu à la base aérienne Holloman en 1964. Elle reçut de lui une réponse tellement complète et explicite qu’elle s’exclama : « C’est trop bon pour être vrai! » Le docteur n’entendit jamais plus parler d’elle.

 

Un jour, un incident du genre X-Files est survenu, ce qui me permit de mieux comprendre ses réticences. Puisqu’il était à la tête de l’équipe Alphacom du groupe MJ12, un groupe de recherche mis sur pied pour étudier et évaluer les différentes races extraterrestres dans l’univers, j’étais tout naturellement curieux d’en connaître davantage. Un jour, je le questionnai au sujet des habitants de la planète Mars. Comme j’avais lu l’ouvrage de Courtney Brown décrivant ses expériences en visualisations à distance, je voulais savoir si cette race martienne existait vraiment. La réponse fut immédiate et d’un ton d’une telle irascibilité à ne pas en croire ses oreilles. « Il m’est interdit d’aborder ce sujet ! »

 

« Pourquoi ? » lui ai-je demandé, un peu blessé et poussé à l’irrévérence. Ensuite j’ai compris. Toutes les conversations téléphoniques qu’il recevait étaient surveillées de ses supérieurs. On me testait, m’étudiait comme un figurant à la télévision invisible (NDT: I was on candid camera). Si je posais une question à laquelle Michael n’était pas autorisé à répondre, un feu rouge s’allumait. À l’opposé, un feu vert signifiait qu’il pouvait procéder. Je comprenais maintenant pourquoi il se répétait à tout bout de champ…un écran de fumée pour m’empêcher de poser des questions trop sensibles. Il ne fallait surtout pas parler des Martiens !

 

Michael était un pantin consentant du gouvernement satellite, leur porte-parole pour sonder les terres du monde des « dupes ». Le docteur a expliqué qu’il discutait de façon régulière avec ses supérieurs à savoir quels renseignements pouvaient être glissés au public et quels devaient rester secrets. En ce qui concerne le Monolithe (voir plus loin dans cet article), il s’exclama d’un ton acrimonieux : « Ils m’ont sauté dessus avec celle-là ; fallait pas que j’en parle ! »

 

Un triomphe est survenu lorsqu’un jour il me parla des Altares, une race extraterrestre dont la mention ne fut qu’effleurée au tout début de nos entretiens. Au cours d’une période de quatre mois, je l’avais doucement, graduellement, incité à m’offrir plus de détails. D’un ton jovial, cette fois, il déclara: « Je suis surpris de pouvoir vous transmettre ces renseignements. » Il me vint à l’idée que le feu rouge était peut-être gelé sur le vert. Jaillit ensuite un flot incessant d’informations que lui et son équipe d’Alphacom avaient recueillies. Je percevais dans sa voix une joie, un soulagement; tel un chien déchaîné gambadant dans les prés. Un soupçon de frustration libéré de sa cellule.

 

Au cours d’un autre entretien, j’ai voulu m’informer d’un incident impliquant l’écrasement et la récupération d’un engin ET. « Gardez la ligne, je vais vérifier » a-t-il répliqué, et il déposa le récepteur téléphonique. Quelques minutes plus tard, le docteur reprit l’appareil : « J’ai consulté le répertoire. Non, ce n’était pas cette année-là, c’était plutôt l’année suivante. » Michael me fit part que dans son coffre-fort se trouvait la liste officielle du gouvernement satellite de tous les engins écrasés/récupérés depuis 1941.

 

La santé de Michael était toujours un facteur à considérer. Parfois, il se sentait trop malade pour dialoguer. À une occasion, il m’a même semblé paranoïaque. « La Cabale — ils veulent me tuer ! » s’écria-t-il. Son médecin lui avait prescrit un nouveau médicament et son corps avait réagi.

 

Par contre, en d’autres occasions, il paraissait vigilant et bien reposé, et même tout excité de pouvoir divulguer de nouveaux renseignements. Vers la conclusion de nos rapports, je connaissais un peu mieux sa vie privée. J’ai discuté avec sa charmante fiancée et avais pris connaissance de leurs plans de mariage. Formidable que de voir un homme qui était atteint d’une maladie incurable doter son avenir de projets intéressants.

 

Notre dernière conversation remonte à la fin de juillet (2000). Il semblait gravement malade et avait beaucoup de difficulté à parler, ne serait-ce que quelques phrases courtes. Je sentais que son heure était proche.

 

Au mois d’août, Michael fut transporté dans un hospice. Il est décédé le 18 septembre.

 

Le docteur ne craignait pas la mort. Les extraterrestres auprès de qui il avait oeuvré dans les bases souterraines lui avaient enseigné que nos corps ne sont que les conteneurs de l’âme. « Quand meurent les gens, leur conscience transmue tout simplement vers une autre dimension. »

 

La plus importante leçon qu’il m’ait enseignée c’était de toujours garder l’esprit ouvert, même si les informations qu’on nous présente paraissent absurdes ou extrêmes. Comme le disait Arthur C. Clarke :  » La seule façon de découvrir les limites du possible, c’est d’en franchir le seuil vers l’impossible. »

 

Je me sens privilégié d’avoir fait la rencontre du Dr Wolf, un homme unique, courageux et extraordinaire. Et j’espère que les âmes en quête de vérité l’honoreront avec le respect et la gratitude qu’il mérite.

 

Chris Stonor

 

Dr Michael Wolf-Kruvant 1941-2000

 

wolf2 dans Révélations

Le Dr Michael Wolf

Il aura fallu 15 ans de persuasions avant que ses supérieurs ne consentent à la publication de son ouvrage. Mais leurs conditions stipulaient que le récit devait relever de la fiction et que trois mentions différentes réfutant son authenticité devaient figurer en préface. Ils ont révisé Catchers of Heaven avant sa sortie. Michael avait commenté : « Sur ma pierre tombale, j’aimerais qu’on y inscrive: Il succomba à la bureaucratie. »
(NDT : He died of red tape.)

 

Bien que certaines déclarations du Dr Wolf semblent issues de la science-fiction, si elles sont véridiques, le docteur serait donc possiblement la plus haute instance du gouvernement satellite à s’être avancée jusqu’ici pour nous offrir un aperçu extraordinaire et stimulant du cover-up des ovnis et de la réalité des extraterrestres.

 

Résumé des révélations du Dr Michael Wolf

  • Les premiers constats américains de l’écrasement d’un engin ET remontent à 1941. L’engin s’est écrasé dans l’océan Pacifique près de San Diego et il fut récupéré par la Marine américaine. À l’intérieur gisaient les corps de Zétas réticuliens, alias les Gris. Les dépouilles et le vaisseau furent transportés à la Section de la technologie étrangère de la base aérienne Wright-Patterson, à Dayton, Ohio, et étudiées par le groupe de recherche Retfours (Retfours Special Studies Group). Suite au démantèlement de l’appareil, des composantes furent expédiées aux installations S4 et Indian Springs au Nevada. L’engin s’était écrasé sous l’influence du nouveau radar à impulsions que l’on venait d’inventer. Au moment du drame, la Marine procédait à des essais sur l’île Tinian, située à 5 kilomètres au sud/sud-ouest de Saipan. La Marine américaine occupe depuis une position dirigeante en matière d’ovnis.
  • L’écrasement à Roswell en juillet 1947 est un fait et le récit dont fait état le Colonel Corso dans son livre The Day After Roswell est véridique. Le Dr Wolf avait en sa possession la liste officielle du gouvernement satellite américain de tous les écrasements/récupérations d’ovnis répertoriés, y compris d’autres incidents survenus entre 1941 et 1947, mais il n’était pas disposé à en livrer les détails.
  • Deux engins se sont écrasés à Roswell suite à une collision aérienne survenue au cours d’un orage électrique. L’un des engins contenait des « Gris », l’autre des « Oranges »; les deux espèces furent ainsi nommées en raison de la couleur de leur peau. Les extraterrestres de type « Orange » proviennent du système stellaire Andromède. Le documentaire de Santilli montrant une autopsie est authentique(4). Il s’agit d’une autopsie pratiquée sur le corps d’un ET orange. Le Dr Wolf en a vu d’autres. La confusion résulte d’une seconde autopsie exercée à l’époque sur un extraterrestre de type différent.
  • L’autopsie pratiquée sur la dépouille du ET orange a produit les constats suivants : une grosse tête; de grands yeux foncés dépourvus d’iris ou de blancs; six doigts, six orteils; un cerveau composé de quatre lobes, et plus développé mais non connecté au corpus callosum; des nerfs optiques et orbiculaires de type différent; un système digestif spongieux. Le docteur Wolf affirme avoir rencontré un Orange de son vivant.
  • Il existe différents types de « Gris ». Il a en côtoyé de très évolués qui contrairement à l’opinion courante, possédaient des personalités et même un sens d’humour. Le Dr Wolf n’a jamais rencontré de Gris qu’il n’aimait pas. À son avis, ils faisaient tous partie d’une grande famille et aimaient câliner les humains. Mais cette marque d’affection ne faisait pas l’unanimité chez ses pairs. L’un de ses collègues les appellait des baise-joux (kissey facey). Leurs corps sont doux au touché, telle la peau d’un dauphin. Il communiquait avec eux par télépathie et s’était tout particulièrement lié d’amitié avec une entité nommée Kolta. La photo de ce Gris apparaît sur la couverture de son livre. Elle fut prise par un ami occupant les fonctions d’amiral dans la Marine.
  • Les Gris et les Oranges pratiquent un commerce d’échange très actif. Selon Michael Wolf, ce genre d’échange revêt un tout autre caractère aux yeux des extraterrestres. Ils partagent leur savoir, leurs technologies et leurs philosophies. Un programme d’échange permet à leurs populations de voyager d’une planète à une autre pour apprendre leurs cultures respectives.
  • Il a conversé avec des humanoïdes du système Altair (Sémites) et celui des Pléiades (Nordiques). Le docteur Wolf a expliqué que ces êtres étaient très évolués au niveau spirituel et qu’ils agissaient surtout comme conseillers galactiques. Une photo d’un ami pléiadien nommé Sa Ra agrémente la couverture verso de son livre.
  • Le premier jour de mai 1975, une « légère mésentente » est survenue entre quelques Gris et quelques humains aux installations S4. Au cours d’une démonstration d’un petit réacteur à antimatière, le dirigeant du groupe des Gris a demandé aux gardiens, en l’occurrence des bérets bleus, de retirer leurs fusils et leurs cartouches de la salle. C’était une mesure préventive pour empêcher aux armes de décharger accidentellement pendant les émissions d’énergies. Les gardiens ont refusé de coopérer, et dans l’incertitude du moment, un béret bleu ouvra le feu en tuant un Gris. Deux scientifiques et 41 militaires furent exterminés. Un gardien seulement fut gardé vivant pour témoigner du drame, alléguant que les Gris avaient agi par autodéfense en utilisant une forme d’énergie mentale dirigée.
  • Un certain nombre de scientifiques présentement au service du gouvernement satellite furent enlevés par des Gris dans leur enfance afin de développer leur facultés intellectuelles en préparation de leurs professions ultérieures. Ce sont des hybrides.
  • Sa première assignation fut aux côtés de Carl Sagan et autres scientifiques d’envergure. Ils avaient pour tâche d’étudier et de comprendre les complexités d’une énorme balise céleste surnommée Le Monolithe qui fut découverte flottant dans l’espace pour la première fois par le cosmonaute russe Yuri Gagarin et ensuite par l’Américain Alan Shephard en 1961. Le Monolithe fut récupéré et transporté sur Terre en 1972 pour fins d’enquête. Cette balise émet la lumière, des signaux sonores, ainsi qu’un langage mathématique. Selon le docteur, lorsqu’on fermait les yeux en syntonisant ces signaux, « On pouvait voir avec les yeux intérieurs un film en 3D de notre galaxie. Vous étiez présent, dans le film, comme si vous en faisiez partie. Les images que nous présente le télescope Hubble de nos jours sont les mêmes que j’ai pu visionner 25 ans passés. » Le Dr Wolf affirme qu’il existe plusieurs autres monolithes dans l’espace et qu’ils sont l’oeuvre de groupes extraterrestres.Carl Sagan a toujours nié la réalité des ETs en raison de la « menace constante de ses supérieurs de supprimer le financement de sa faculté à l’université Cornell s’il proclamait le contraire. »
  • Le Dr Wolf était impliqué dans différentes expériences génétiques dont le Projet Sentinel. Après avoir perfectionné leurs techniques de clonage sur des animaux, le Dr Wolf et ses associés ont créé avec succès un être humain doté d’une intelligence artificielle et l’ont nommé « J-Type Omega ». Leurs supérieurs convoitaient un soldat omnipuissant et supergénial qui saurait obéir aux ordres, sans crainte et sans hésitation. Mais le Dr Wolf a subrepticement doté son intelligence de notions d’éthique après s’être rendu compte que « J-Type » possédait une âme. Lorsqu’il refusa d’obtempérir à un commandement de tuer un pauvre chien inoffensif, ses supérieurs ont donné l’ordre de l’exterminer. Mais le Dr Wolf lui accorda sa liberté, et aujourd’hui cette « intelligence » vit quelque part en Amérique.
  • MJ12 existe bel et bien et compte maintenant 36 membres. Il fut réticent à divulger des noms, mais il a tout de même confirmé que l’ancien Secrétaire-d’État américain Henry Kissinger et Edward Teller, le père de la bombe à hydrogène, étaient tous les deux des membres en poste. Le groupe MJ12 se rencontre régulièrement à différents endroits, y compris le Batelle Memorial Institute à Columbus, Ohio.
  • Le Projet Sentinel a nécessité une étroite collaboration avec les Gris. Les connaissances approfondies des ETs dans le domaine de la génétique étaient indispensables aux succès escomptés. « J-Type Omega » fut élevé dans une cuve d’eau à partir d’un embryon. Des composantes ADN provenaient en partie du Dr Wolf. L’entité aura été éveillée environ 12 mois plus tard, et une fois sortie de la cuve, elle avait l’apparence d’un jeune homme de 20 ans. Selon le Dr Wolf, lorsque J-Type s’éveilla: « Il agissait comme un chiot; son esprit était complètement vide. Il posait des tas de questions, voulant tout savoir. » Le docteur lui fit visionner des bandes de films décrivant nos vieilles guerres terrestres. « Il se mit à pleurer en voyant ces images d’horreur », dit-il, « en second regard, je lui en ai trop montré. » J-Type a appris plusieurs langues et pouvait utiliser son cerveau à 50 pour cent, contrairement à 10 pour cent pour les humains. « Lorsque nous avons testé ses facultés mentales, son QI a fusé comme une torpille. Leur relation était semblable à celle d’un père envers son fils.

 

 

kissinger

Henry Kissinger

 

  • La récolte de tissus d’animaux, les célèbres mutilations bovines, est nécessaire à la production d’organelles, ces composantes spécialisées d’une cellule dont l’apparence et les fonctions ressemblent aux organes du corps humain. Les organelles peuvent être introduits dans le corps pour filtrer les polluants en provenance de l’air, de l’eau, des aliments, etc. L’expérimentation se poursuit toujours au niveau des hybrides mi-humains/mi-zétains, ou les « entre-deux » comme les appelait le Dr Wolf. Les organelles peuvent être utiles, également, à modifier les hormones corporelles, ainsi qu’à rendre les précurseurs cérébraux non toxiques. « Ces cellules sont minuscules et leur insertion ne constitue pas une procédure envahissante. La génétique bovine est comparable à celle des humains. »
  • Lorsque ses supérieurs ont donné l’ordre de terminer l’existence de J-Type Omega, le Dr Wolf et un ami l’ont fait sortir clandestinement du site Area 51. « Pour moi, c’était comme un péché que de créer un être nanti d’une âme et d’émotions pour ensuite l’envoyer à la guerre. « J-Type est sain et sauf. Plusieurs organelles furent insérés dans son corps pour le protéger de toute maladie. Il est conscient de son identité et des mécanismes qui ont mené à sa conception. Il est presque identique à un humain et passerait facilement un examen médical. » Les Zétas étaient enchantés des résultats.  » m’a fait part qu’il désirait enseigner. Je lui ai dit de ne jamais tenté de me contacter. Que c’était trop risqué. »
  • Il a briefé quatre présidents américains sur la question des ETs. Jimmy Carter avait hâte de mettre fin au cover-up, mais lorsqu’il fut avisé des implications religieuses d’un tel dévoilement, il s’est désisté. « J’étais présent à ce meeting. Carter entretenait de fortes croyances chrétiennes. Lorsqu’on lui révéla que les religions étaient une création de l’homme et possiblement un phénomène unique dans l’univers, il s’effondra en larmes. »
  • Ronald Reagan et George Bush (père) sont bien instruits sur la réalité ET, surtout Bush qui autrefois dirigeait la CIA. Bill Clinton était plus dans l’ombre. Il a connaissance du site Area 51 mais ignore tout de S4. Il possède les laissez-passer Above Top Secret et Need to Know, mais il ne détient pas celui de Umbra Ultra Top Secret Clearance donnant accès aux niveaux supérieurs du groupe MJ12, ni celui de Keystone Clearance touchant la recherche et les renseignements en matière d’extraterrestres.
  • Plusieurs membres des groupes britanniques M15, M16 et SAS (Special Air Services) sont avisés de la situation. Bien que réticent à divulguer l’identité des hautes instances du 10 Downing Street qu’il a briefées, il a fait savoir qu’il s’était lié d’amitié avec Sir Malcolm Rifkind, l’ancien Ministre de la Défense dans le cabinet conservateur.  » Rifkind est bien instruit en matière d’ovnis, tout particulièrement les triangles volants. Il estime que le cover-up est tout indiqué parce que le public n’est pas encore prêt à connaître la vérité. »
  • La Reine est quelque peu au courant, de même que Margaret Thatcher.

 

 

malcolm%20rifkind

Sir Malcolm Rifkind

 

  • Officieusement, nous avons mis les pieds sur la lune avant 1969, mais il n’a pas divulgué de date précise. « Nos astronautes furent observés par les ETs lorsqu’ils étaient sur la lune. Ils ont entretenu des conversations avec eux et furent avertis de quitter la planète. C’est pour cette raison que la dernière mission Apollo fut annulée à la dernière minute. Les astronautes brûlent de dire la vérité mais n’osent pas commettre de trahison. »
  • La NASA a joué un rôle intégral dans le cover-up. Cet organisme a été désigné comme l’un des porte-parole officiels d’un éventuel dévoilement mondial.
  • Richard Hoagland ne se trompe pas concernant les structures sur Mars. Il confirme que nous possédons des installations sur cette planète et sur la lune. La photographie du Visage sur Mars présentant une image qui diffère de la précédente a été retouchée par la NASA. « Ils estiment que l’humanité n’est pas prête à ce genre de révélation. »
  • Dans une chambre sous Giseh et dans une autre située entre les pattes du Sphinx, on a découvert les squelettes d’êtres mesurant 2,10 m et affichant de gros yeux. Les mains et les pieds étaient liés d’argent. « Pour des raisons que nous ignorons, les premiers visiteurs extraterrestres ne pouvaient pas pénétrer l’argent. »
  • Un Stargate fut découvert dans une pyramide à Giseh. Des chercheurs scientifiques croient qu’il s’agit d’une lentille pouvant fabriquer des trous de ver menant n’importe où dans l’univers. Le Stargate n’a pas encore été activé. « Il nous faudra connaître beaucoup mieux notre galaxie et d’autres encore avant que nous puissions nous en servir -savoir où aller et comment nous y préparer; savoir syntoniser et établir des coordonnées. Le problème, c’est que la signalisation routière n’existe pas dans l’espace. » Le docteur Wolf avait le pressentiment qu’il s’agirait là d’un aboutissement, l’un des derniers apprentissages de notre race en fonction de notre association avec les ETs.

 

 

marface2

 

 

  • Il avait mis sur pied un programme d’expansion des facultés psychiques. Ce programme intitulé The Gateway Treatment, se voulait une expérience visant le développement du cerveau en stimulant les neurones pour favoriser la prolifération de milliards de synapses et ainsi permettre à un sujet d’augmenter le potentiel de son esprit, par exemple la communication télépathique avec les ETs.
  • Ce programme permit de concevoir une série d’expériences en conditionnement mental connu sous le nom de MK ULTRA. C’est ainsi que le docteur Wolf et ses associés ont appris aussi bien à extraire qu’à refouler la mémoire humaine, une technique de contraintes de l’esprit appelée Mind Capping. « Ces techniques ne sont pas aussi efficaces que les méthodes utilisées par les ETs. » En outre, le programme mena vers la recherche en visualisations à distance (remote viewing) et autres phénomènes psychiques. « Au bout du compte, toutes ces expériences étaient peut-être une tentative de quelques particuliers à exercer un contrôle mental mondial-une idée qui fait peur. »
  • Il existe un groupe de généraux impotents, xenophobes et paranoïaques qui sont chargés de la protection aérienne américaine et qui craignent et maudissent les ETs au point de leur faire la guerre. Ce groupe appelé la Cabale a recours aux armements dits Guerre des étoiles, y compris un faisceau de particules neutres pour abattre des vaisseaux spatiaux et emprisonner ses survivants pour en extraire des renseignements par la force. « La technologie qui nous a été offerte par les ETs est maintenant utilisée contre eux. » Détestée par plusieurs membres du gouvernement satellite, la Cabale emploie également des méthodes agressives contre ceux et celles qui tentent de mettre fin au cover-up, et on soupçonne qu’elle intensifiera cette répression au fur et à mesure que se rapprochera le jour du grand dévoilement.
  • D’éminents chercheurs en ufologie, ainsi que les membres du gouvernement satellite qui prêtent leurs efforts à mettre fin au cover-up, auraient possiblement subi l’influence d’énergies psychotroniques par le biais de dispositifs utilisés par la Cabale. Des gens comme Steven Greer et son assistante Shari Adamiak (CSETI); le congressiste Steve Schiff; le colonel Steven Wilson des forces aériennes américaines (USAF) et ancien dirigeant du Projet Pounce (écrasement et récupération d’ovnis); le Dr Michael Wolf; son supérieur immédiat à la CIA; et plusieurs autres qui sont décédés récemment ou qui souffrent présentement d’une maladie reliée au cancer. Coïncidence?
  • Au cours de ses expériences en génétique, il a découvert que certains humains, y compris lui-même, portaient des marqueurs génétiques ET.  » Un grand nombre de personnes actives dans le domaine de l’ufologie porteront probablement ces gènes. « 

 

 

steven

Steven Greer

 

  • De nombreuses confédérations galactiques nous visitent en ce moment. Elles incluent : L’Alliance, composée d’humanoïdes des systèmes stellaires Pléiades et Altair Aquila; Le Corporatif, composé de différentes races Grises du système Zéta Réticuli; la Fédération des mondes, qui comprend un nombre indéterminé de différents groupements extraterrestres en provenance de l’univers; et les Races unies d’Orion, un groupe ET de ce système stellaire. Toutes ces confédérations sont interconnectées.
  • Dans une convention que les Nations-Unies et Le Corporatif ont ratifiée, il existe un règlement classé Above Top Secret qui stipule qu’il est interdit à tout membre du groupe Zéta de se montrer en public. Malheureusement pour lui, l’ami du docteur Wolf, Kolta, s’est aventuré dans une zone interdite et un soldat lui tira dessus. Il découvrit Kolta dans son apartement, blessé d’une balle.  » Je l’ai dissimulé dans la garde-robe de ma chambre à coucher, quelques minutes à peine avant que des agents de la CIA ne se présentent à ma porte. J’ai joué l’innocent et il sont partis. » Le Dr Wolf a ensuite téléphoné à un ami, en l’occurrence un médecin qui connaissait assez bien les ETs.  » Nous avons réussi à lui sauver la vie. Les Zétas ne tolèrent pas le plomb, alors il serait mort d’un empoisonnement par le plomb plutôt que d’une suite à la blessure elle-même. »
  • Les projets de dévoilement ont été reportés à trois reprises à des dates ultérieures, en partie à cause de l’impasse dans les négociations avec les Gris suite aux incidents du site S4 en 1975, et en partie à cause des implications énormes que représenteraient de telles révélations au niveau des religions et de l’économie mondiale. La récente admission de la vie sur Mars est un jalon important sur le sentier des révélations futures. Le Dr Wolf estime que des telles révélations auront lieu entre 2001 et 2005.
  • Le Vatican s’inquiète particulièrement de telles divulgations. Ils ont prié le gouvernement américain d’en retarder le processus afin qu’ils puissent mieux préparer leurs fidèles aux questions religieuses. Le Dr Wolf raconte que le Pape a modifié la vision de Dieu qu’entretient l’Église catholique romaine. « Leur nouvel apostolat sera de propager l’idée que nos corps n’ont pas été créés à l’image de Dieu, mais plutôt nos âmes. »
  • Il avait conversé souventes fois avec les ETs au sujet de Dieu et de la mort.  » Nos corps ne sont que les conteneurs de nos âmes. Lorsque les gens meurent, leur conscience se transpose tout simplement dans une autre dimension. » À propos de Dieu, le Dr Wolf a commenté :  » Certains extraterrestres appellent Dieu l’Éternel, le créateur de tout ce qui vit dans l’univers. » À propos de Jésus-Christ : « Il faisait partie du patrimoine ET/humain, envoyé sur Terre dans l’espoir de mettre un terme à la violence humaine. Que nous soyons des Zétas, des Pléiadiens, des Altares ou des Humains, nous partageons le même Dieu. Nous sommes tous membres d’une grande famille universelle. »
  • Le document de recherche rendu public par le Dr Strecker identifiant le SIDA-VIH comme un virus fabriqué par des humains est exact. Le gouvernement satellite a découvert que les virus ont une structure cristalline et peuvent être éradiqués en utilisant la bonne fréquence.

 

 

ebe

 

 

  • Les États-Unis avaient sous leur garde un Gris appelé EBE (Extraterrestrial Biological Entity), un « invité » capturé en 1948 et tenu prisonnier jusqu’à son décès en 1953. Des scientifiques affectés à EBE utilisaient au départ des pictographies comme système de communication.
  • Albert Einstein a rencontré et œuvré auprès des Gris.
  • Certains ETs mangent à l’occasion des fruits ou des légumes. Leur système digestif est de loin plus efficace que le nôtre dans l’assimilation et le traitement des aliments. Ils absorbent leurs énergies principalement de l’air. Les visites aux toilettes ne sont pas nécessaires!
  • La Terre est l’une d’un petit nombre de planètes seulement à ne pas gérer ses conditions météorologiques. C’est d’ailleurs l’une des raisons pourquoi les vaisseaux spatiaux des ETs s’écrasent au cours de perturbations climatiques, en particulier les engins ayant recours à la propulsion gravitationnelle. « Leurs vaisseaux ne diffèrent en rien de nos bateaux lors d’orages violents, dansant sur l’eau, aux caprices des vagues. Pour contrer ces difficultés, certains ETs entourent leurs engins d’une énergie plasmique ou volent en sautant d’une dimension à une autre. »
  • Une planète est une entité vivante possédant son propre niveau de conscience. Les ETs communient avec leurs planètes afin de créer des rapports harmonieux. Selon le Dr Wolf, « Certaines planètes poussent des édifices en silicone pure à partir de l’amour inconditionnel envers ses habitants. J’ai pu voir et tenir cette silicone. J’ai pu également observer des Zétas communiquer avec la Terre. »
  • Les ETs sont stupéfiés du mauvais traitement que nous infligeons à notre Terre. Ils n’arrivent pas à comprendre pourquoi nous voulons la détruire ni pourquoi les multinationales peuvent impunément la violer par avarice et avidité. « L’une des missions de l’équipe Alphacom est de déterminer si nous pouvons profiter de la technologie extraterrestre pour redonner à la Terre son parfait équilibre original. »
  • Parmi les technologies acquises des ETs, mentionnons les LED, la supraconductivité, les puces informatiques (microprocesseurs), les fibres optiques, les lasers, la recombinaison génétique (gene splicing), le clonage, l’équipement de vision nocturne, la technologie antidétection Stealth, les dispositifs à émission directionnelle de particules, les composites aéronautiques à matrice céramique et les vols aéronautiques à contrôle de la gravité.
  • Les ETs reconnaissent à la race humaine de nombreuses qualités. D’expliquer le Dr Wolf : « Ils affectionnent tout particulièrement notre grande imagination, notre créativité, et notre tendance naturelle à faire de profonds rêves. Mais ils aimeraient bien accélérer notre évolution spirituelle.
  • « Plusieurs extraterrestres qui visitent la Terre sont en principe des touristes. Alors que nous prenons des vacances à l’étranger, d’autres êtres, plus avancés, visitent d’autres mondes.  » Par comparaison à la plupart des autres planètes, la Terre est presque unique avec la grande diversité de sa nature, sa culture et ses habitants. Parmi les planètes dites primitives, la Terre est un centre d’attraction populaire. »
  • Certains ETs préfèrent habiter sous la Terre, car ils peuvent maîtriser leur environnement en fonction de leurs besoins. Ils utilisent également des boucliers électromagnétiques lorsque les molécules sont trop denses et que plus rien n’y passe. Selon le Dr Wolf : « Nous n’avons toujours pas exploré la profondeur des océans ni les croûtes internes de la Terre. »
  • L’équipe Alphacom a découvert que de nombreux extraterrestres ressemblant à des humains sont présentement parmi nous. « Ils peuvent respirer notre air, et dans la rue on ne saurait les différencier. » Environ un millier de Nordiques habiteraient l’Espagne, pour ne nommer que ce pays.
  • Les Nordiques présentent des visages parfaits et sensuels, sans rides ou peu, les yeux bleus, les cheveux blonds, le corps sain, sans odeur et mesurant aux environs de 2 m. Ils communiquent par télépathie, mais lorsqu’en visite sur Terre, ils se servent d’un dispositif vocal, une petite boîte biologique implantée dans leur système.
  • Les organes internes de leur corps sont semblables aux nôtres, bien que le système digestif soit différent. Se nourrir comme nous, tous les jours, n’est pas nécessaire. Et puisque leur génétique est différente également, leurs cellules ne meurent pas.
  • Ils possèdent une base sur une île de la Polynésie française et se promènent librement parmi les insulaires.
  • Les Nordiques ont les facultés psychiques très développées. Selon le Dr Wolf : « Ils peuvent ouvrir un portail dimensionnel d’une maigre pensée et peuvent disparaître physiquement. J’en fus témoin. Ils habitent une dimension supérieure à la nôtre. Les pensées sont des formes d’énergie, et les Nordiques portent un bidule, dans leur poche ou ailleurs sur leur personne, qui amplifie cette énergie. Ils cultivent les cristaux aux mêmes fins. »
  • Un certain après-midi, en 1990, un vaisseau ET escorté de chasseurs F-16 a atterri sur Puerto Rico dans un quartier touristique achalandé. Les occupants sont alors sortis de l’engin et se sont baladés parmi la population. De commenter le Dr Wolf : « C’était un exercice pour recueillir les réactions du public. » Le maire de l’île écrivit une lettre au président Bush déclarant :  » Au début, nous trouvions ces sightings très amusants, mais par la suite les gens sont devenus inquiets. Que dois-je donc leur dire? » Le Président avait tendu cette communication au Dr Wolf. « Elle était estampillée partout du code T52-EXEMPT(E), ce qui veut dire que cette lettre ne doit jamais être déclassifiée. »
  • Alors qu’il poursuivait son doctorat en physique au MIT (Massachussetts Institute of Technology), il a découvert une nouvelle théorie de la dualité des ondes de particules qui plus tard mena à la création d’un faisceau de particules neutres. Le Dr Wolf : « J’espérais et envisageais que cette technologie puisse un jour servir à vaincre le cancer. Mais non, on s’en est servi comme arme dans le cadre du Projet Guerre des Étoiles. »

 

 

monolith

 

 

  • Les extraterrestres lui ont communiqué :  » Tous les mondes dans la galaxie sont connectés. Une bombe atomique Hiroshima affecte toutes les cultures. » Ils ont ajouté : « Les pensées sont des formes d’énergie. D’autres mondes sont en mesure de les capter. Les barrières galactiques n’existent pas.
  • « Mossad, l’agence de renseignements israélienne, « entretient de très bonnes relations avec les ETs, spécialement les Sémites. » Des liens historiques importants existent avec ce pays. »
  • L’aéronef ultrasecret Aurora est dirigé à base de méthane liquide et possède à son bord la technologie antigravité. Il est muni d’un système d’armement à impulsions électromagnétiques antiradar et peut voyager jusqu’à la lune.
  • Quelques pilotes militaires ont fait des expériences au niveau de la propulsion aéronautique par le contrôle de la pensée. Le Dr Wolf : « Certains vaisseaux sont en fait des transporteurs vivants, capables de se diviser et se regrouper. Ces engins répondent bien aux commandements de la pensée. »
  • La base souterraine Area 51 est une vaste cité de la taille de l’état du Rhode Island. Elle continue de grossir et a maintenant une sœur, S4, à quelque 25 km, et une autre appelée Indian Springs. Des centaines de personnes des secteurs civils et militaires y travaillent. Elles sont affectées à l’un ou l’autre des 8 programmes dits noirs qui fonctionnent sur un budget de 2 billions de dollars annuellement. Un important système de sécurité surveille les lieux et la loi martiale est imposée à l’intérieur. Certains scientifiques vivent sur les lieux par tranches de six mois. Leurs chambres à coucher sont modestes tandis que les ETs jouissent d’apartements de luxe. On y trouve également des centres commerciaux, des boutiques militaires ainsi que des centres récréatifs avec piscines, gymnases et courts de basket. On y mange bien.
  • Des scientifiques du gouvernement satellite ont créé avec succès la fusion à froid et l’énergie du point zéro. « Il nous faudra une transition en douceur pour assimiler cette nouvelle science, sinon l’économie mondiale en sera dévastée. »

Notes du traducteur :
(1) Deep Throat est le nom accordé à la présumée source d’information clandestine de Bob Woodward, journaliste du Washington Post, dans cette affaire du Watergate des années 70 qui mena à la démission du Président Nixon. Certains prétendent qu’il s’agirait de Kissinger lui-même, mais les spéculations vont dans toutes les directions.

(2) Le Docteur Wolf aura livré sa dernière entrevue le 8 mars 2000 à Paola Harris.
Voici le lien à son site si la lecture vous intéresse. Le texte, par contre, est en anglais.
http://www.ufodisclosure.com/drwolf.html

(3) Le site du docteur Richard Boylan, y compris des lectures supplémentaires au sujet du Dr Wolf.
http://www.drboylan.com/

(4) Commentaire subjectif sur l’autopsie: Je n’arrive toujours pas à croire cette histoire de documentaire. La manutention de la caméra ressemble plus à une technique artistique des années 80-90. Enfin…

 

sources : www.onnouscachetout.com

presence d’autres mondes

 

 

nouvellevision.

Les terribles révélations d’Henry DEACON

 

Depuis les années 1940, le Gouvernement Mondial a lancé de nombreux Projets de Recherche sur le territoire des Etats-Unis, avec l’aide d’alliés extraterrestres, qui ont permis de découvrir des nouvelles formes d’énergie et des nouvelles armes terrifiantes mais qui ont également et surtout ouvert toutes grandes les Portes de l’Espace et du Temps. Et comme pour la fameuse « Boîte de Pandore », l’ouverture de ces Portes spatio-temporelles est en train de répandre tous les maux sur la Terre …!

Le dialogue entre Bill Ryan et Kerry Cassidy du Projet Camelot (qui a pour vocation d’informer le public sur les grands enjeux exopolitiques actuels) et un physicien, haut fonctionnaire américain très impliqué dans la question des relations du gouvernement des Etats-Unis avec les extraterrestres qui a utilisé le pseudonyme d’Henry Deacon, nous montre à quel point la réalité dépasse la fiction !

Patrick DELSAUT

 

Voici ce témoignage d’Henry Deacon qui date de Septembre 2006 :

Responsables du Projet Camelot : Parlez-nous de vous-même, dans les limites de ce que vous pouvez dire.

Henry Deacon : Je suis fonctionnaire au sein d’un organisme gouvernemental bien connu dont le sigle se compose de trois lettres … (N.S.A., C.I.A., F.B.I. … ? Patrick DELSAUT) Il se peut que je prenne un certain risque à vous parler, encore que je n’ai pas l’intention de vous communiquer des informations que j’estime classées secrètes ou relevant de la sécurité nationale. J’ai été impliqué dans de nombreux projets, au sein de nombreuses agences différentes et durant plusieurs années.

Pour commencer par l’essentiel, je pense être un « walk-in » (Lire : « Walk-In » d’Anne Givaudan – Ed. S.O.I.S. – http://www.alchymed.com/auteur/auteur.asp?ID_Auteur=450 - Patrick DELSAUT) c’est-à-dire une âme ayant remplacé au cours de son incarnation celle d’un collégien de quatrième. J’ai des souvenirs d’une autre planète qui se mélangent dans un certain désordre avec mes souvenirs d’enfance. Ce que je ressens est bizarre et difficile à expliquer. J’ai toujours eu, intuitivement, la capacité de pénétrer des informations scientifiques complexes et de comprendre des systèmes savants sans avoir reçu de formation préalable. Je travaille principalement sur ces systèmes. En toute modestie, je dois vous dire que je suis en possession d’une grande masse d’informations scientifiques avancées; mais je ne peux rien révéler à ce sujet pour le moment.

P.C.: Pourriez-vous donner (via l’enregistrement) quelques indices quant à vos employeurs ?

H.D.: Non, pas sur un enregistrement, je ne peux me le permettre.

P.C.: Quelle information importante estimez-vous avoir à donner au monde ?

H.D.: Il y en a tant, je ne sais par où commencer. Par exemple, concernant le 11 septembre, j’étais au courant deux ans avant, pas en détail, mais dans les grandes lignes. On en parlait, il fallait un événement susceptible de changer la donne. Je sais qu’une guerre est prévue pour 2008 entre les Etats-Unis et la Chine. C’est de la géopolitique et cela n’a rien à voir avec les opérations secrètes (black ops). Voilà deux sujets dont j’ai eu vent au passage, mais je n’ai pas d’information détaillée.

P.C.: Vous voulez dire que les Etats-Unis et la Chine travaillent à un projet de guerre simulée ?

H.D.: Le Pentagone s’y est mis dès 1998. Il vous faut savoir que les Etats-Unis et la Chine sont comme cul et chemise pour pratiquement tout; cette guerre est une opération conjointe entre eux. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des guerres, et depuis longtemps. Voulez-vous autre chose d’aussi désagréable à entendre ? J’ai parlé à quelqu’un qui était en service dans une unité d’essais de missiles dans le Pacifique et en Extrême-Orient. Les missiles étaient acheminés vers le site d’essais dans des conteneurs très soigneusement et hermétiquement scellés. Après les essais, les conteneurs étaient renvoyés, toujours aussi bien scellés, mais vides, ou supposés vides. Un jour, mon interlocuteur s’est trouvé près d’un conteneur au moment où il a été ouvert; il n’était pas vide mais rempli de sacs de poudre blanche.

P.C.: De la Cocaïne ?

H.D.: Je vous laisse conclure, mais je ne pense pas que c’était du sucre. Je me contenterais d’émettre, à titre personnel, l’hypothèse que, s’agissant de ce genre d’opération, ce modus operandi serait parfaitement concevable au plan logistique : ce serait la façon la plus sûre de contourner toutes les sécurités, les douanes, les frontières, tous les contrôles portuaires, etc … C’est parfait, de même que les armes et munitions ont toujours passé les frontières par courriers diplomatiques entre consulats. Cela se produit tout le temps.

P.C.: Vous considérez-vous comme un physicien ?

H.D.: Oui, tout en abordant aussi d’autres domaines, je suis spécialiste des systèmes. Je me sens bien à Livermore (Lawrence Livermore National Laboratory), tout le monde ici est très professionnel, on ne perd pas son temps avec des broutilles.

P.C.: Qu’auriez-vous à dire de l’état de la Physique au sein du complexe militaro-industriel ?

H.D.: Ils ont des décennies d’avance sur la Physique officielle publiée dans les revues spécialisées et accessibles au public. Certains programmes abordent des sujets qui dépassent ce qui est concevable pour des physiciens classiques ou compatible avec leur expérience et leur imagination..

 

Déchirures du tissu Spatio-temporel

P.C.: Par exemple ?

H.D.: (Longue réflexion). Un projet en cours à Livermore, qui s’appelle « Shiva Nova », utilise des batteries de lasers géants. Ils sont vraiment énormes, avec des condensateurs géants, des terawatts d’énergie et cela dans un bâtiment construit sur des ressorts énormes (il étend les bras pour illustrer le propos), le tout braqué sur un minuscule petit point. Cela provoque une réaction de fusion qui reproduit certaines conditions d’essais d’armes nucléaires. Ce sont des essais nucléaires en laboratoire et des enregistrements de données très avancées sont faits sur le petit point où se concentre toute cette énergie. Le problème, c’est que ces tirs à très hautes énergies provoquent des déchirures dans le tissu spatio-temporel. On a déjà pu observer cela à Hiroshima et Nagasaki et on peut même le déceler dans d’anciens documents cinématographiques.
Je vous donne un lien Internet (http://www.waynesthisandthat.com/abombs.html); regardez bien ce qui ressemble à une sphère d’énergie en expansion. Le problème des ruptures dans l’Espace-Temps, grandes ou petites, c’est qu’elles ouvrent la voie à des choses ou à des êtres indésirables. (Il s’agit très certainement d’entités extraterrestres qui profitent de ces « ouvertures » dans l’Espace-Temps pour entrer dans notre monde avec leurs vaisseaux sans être détectés par les radars militaires et les satellites espions. Patrick DELSAUT)

Les terribles révélations d'Henry DEACON dans Révélations warpfield

P.C.: Quelles choses ?

H.D.: Des choses dont nous avons tous entendu parler et que l’on voit beaucoup sur la « toile » (Internet). Des êtres, des influences de toutes sortes, des bizarreries, et je vous assure que cela crée de gros problèmes.

P.C.: Quel genre de problèmes ?

H.D.: (Pause). Leur présence et ce qui se passe ensuite. En outre, lorsqu’on provoque des ruptures du « Tissu Spatio-temporel », qu’on le veuille ou non, on brouille le Temps lui-même. Les tentatives de réparation n’ont fait qu’engendrer une superposition complexe de boucles temporelles. Il y a des Aliénigènes qui essayent de nous aider … d’autres pas. Lorsqu’on prédit l’avenir, il ne peut être question que d’avenirs probables ou possibles. Ceci est extrêmement complexe et ultra secret. Finalement, c’est un énorme désordre; nous avons ouvert la Boîte de Pandore et sommes toujours incapables d’en gérer les conséquences.

P.C.: La question des chronologies multiples nous rappelle les informations rapportées par Dan Burisch (ancien membre du MJ12). Qu’en pensez-vous ?

H.D.: (Geste de négation). Je ne sais rien là-dessus…

P.C.: D’accord. Qu’avez-vous d’autre à dire concernant le problème des chronologies ?

H.D.: Tout simplement qu’il n’est pas résolu. Le risque, c’est que chaque fois qu’on essaye de rétablir la situation, on aggrave les choses, cela ne fait qu’empirer.

 

Montauk et le Voyage dans le Temps

P.C.: Y a-t-il certains Aliénigènes qui voyagent dans le Temps, ainsi que le prétend Dan Burisch ?

H.D..: Oui …

photo_dan_burisch dans Révélations

P.C.: Connaissez-vous le « Projet Montauk » (« The Montauk Project ») ?

H.D.: Cela a provoqué un énorme problème … et engendré une boucle de quarante années. Je ne sais rien d’Al Bielek, et je mets en doute certaines de ses informations, mais il s’est effectivement produit quelque chose comme cela; comme d’ailleurs dans « L’expérience de Philadelphie » (« The Philadelphia experiment »). John von Neumann y a été très impliqué.

photo_al_bielekphoto_john_von_neumann

P.C.: Alors, Montauk, c’était authentique ?

H.D.: Oui, un désastre; ils ont provoqué une rupture du Temps qu’ils sont toujours dans l’impossibilité de réparer. Notez que cela concerne aussi le « Programme Arc-en-ciel » (« Rainbow Project »), les « Portes des Etoiles » … Ils y travaillaient aussi. Mais certains comptes-rendus de Montauk sur Internet ne me convainquent pas du tout. J’ai vu des photos du matériel qu’ils sont sensés avoir utilisé : c’est de la quincaillerie sans valeur, un tas de ferraille. (Les photos de Montauk (Long Island – New-York) diffusées sur Internet ne montrent rien d’autre que les ruines des installations ! Patrick DELSAUT)

montauk

Le site de Montauk (Camp Hero Base) le building rose et le Radar SAGE

P.C.: La question des Portes temporelles m’a toujours perturbé parce que je ne vois pas comment ni pourquoi ces Portes resteraient fixées à certains lieux sur la planète, alors qu’elles se déplacent dans l’Espace. Lorsqu’une ouverture est créée dans l’Espace-Temps, on s’attendrait à ce qu’elle soit rapidement distancée tandis que la planète tourne sur elle-même, se déplace sur son orbite et que même le système solaire tout entier se déplace autour du centre galactique. Tout bouge, tout le temps, c’est bien connu; pouvez-vous éclaircir cela ?

H.D.: Non, je ne peux pas. Mais je vous comprends. Les Portails demeurent effectivement en certains lieux, comme ancrés à la planète. J’ignore pourquoi ils ne se perdent pas en route, ne dérivent pas ailleurs, peut-être s’agit-il d’un ancrage gravitationnel, vos suppositions valent bien les miennes.
(Si les « Portes Spatio-temporelles » restent fixes dans le Temps malgré que la planète bouge dans l’Espace, c’est parce que le Temps ne se déplace pas; ce n’est pas le Temps qui se déplace, c’est nous qui avançons dans le Temps ! Le Temps reste fixe quels que soient nos mouvements dans l’Espace. Patrick DELSAUT)
Une de ces « Portes » nous connecte à Mars, et c’est un lien stable, quelles que soient les positions respectives des deux planètes. Nous avons déjà une base là-bas depuis les années 60, plusieurs bases en fait.

mars_cydonia_face_and_pyramids

Mars – Site de Cydonia – La Face et les Pyramides

P.C.: Ainsi, nous avons déjà exploré Mars ?

H.D.: Bien sûr, il y a longtemps ! Aviez-vous vu la série télévisée « Alternative Three » ? La scène d’arrivée sur Mars, ainsi que d’autres, étaient des parodies, mais il y avait tout de même un fond de vérité.
P.C.: Que savez-vous d’autre en tant que physicien travaillant à ces projets ?

H.D.: Si vous avez une certaine culture en Physique, voici ce qui pourrait vous intéresser. Vous savez ce qu’est un signal non local : deux particules en des endroits différents de l’univers, peuvent apparemment communiquer entre elles instantanément, quelle que soit la distance. Des systèmes ont été mis au point qui permettent des communications, localement ou sur de vastes distances, en ayant recours à une technologie qui rend toute écoute indiscrète impossible parce que rien, aucun signal, ne circule entre les deux stations qui puisse être codé ou intercepté. L’élégance de la chose, c’est que ces systèmes sont très faciles à construire. Sur deux planches à pain, avec des composants bon marché que n’importe qui peut acheter, vous pouvez créer deux circuits chaotiques et communiquer de cette façon ; c’est à votre portée si vous savez comment faire.
P.C.: Y a-t-il d’autres applications que les communications ?

H.D.: (Réflexion). Oui.

P.C.: Que pouvez-vous nous raconter d’autre ?

H.D.: Ah je comprends, je ne m’étais pas rendu compte tout de suite que vous êtes aussi le créateur du site Internet « Serpo » (http://serpo.fr/). À ce sujet, je vous signale que cette opération ne portait pas ce nom-là, et je doute que ce voyage ait duré six mois; ce n’est pas comme cela qu’ils voyagent.
P.C.: Vous voulez dire que le voyage était instantané ?

H.D.: (Pause). Je ne pense pas qu’ils aient voyagé ainsi que c’est décrit sur le site « Serpo ». Il y avait peut-être de nombreux autres programmes. Les voyages sur de telles distances ne sont faisables qu’en utilisant des portes, tout autre moyen est insuffisant.

porte_des_etoiles_stargate

P.C.: Vous voulez dire qu’ils sont passés par des « Portes des Etoiles » ?

H.D.: Vous pouvez les appeler comme ça. Je pense aussi que la région en question n’est pas celle de Zeta Reticuli, je crois que c’est plutôt Alpha du Centaure. Il me semble que vous en parlez sur le site.

P.C.: Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

H.D.: Zeta 1 et 2 sont très loin l’une de l’autre, alors que Alpha et Proxima du Centaure sont très proches. Alpha du Centaure possède un système solaire très semblable au nôtre, bien que plus ancien, et ses planètes sont sur des orbites stables. Il y a trois planètes habitées, la deuxième, la troisième et … je crois, la cinquième.
soleil planet1 planet2 planet3 planet4 planet5

P.C.: Voilà qui est étonnant, avez-vous eu connaissance de ceci dans le cadre de votre activité professionnelle ?
H.D.: Oui, c’est une chose connue. Il est relativement facile d’arriver là-bas, c’est à moins de 5 années-lumière, autrement dit, à côté de la porte. Les gens là-bas ont un aspect très humain, ils ne sont pas du tout comme les « Gris », ils nous ressemblent beaucoup. D’ailleurs, la forme humaine est très répandue dans l’univers.
P.C..: Une de ces planètes est-elle désertique ? C’est ce que j’ai vu sur la photo qui est décrite : deux soleils qui se couchent sur un désert; cela m’a vraiment impressionné.

H.D.: En effet, il y a une planète désertique.

P.C.: Le « Projet Looking Glass » vous est-il familier ? (NdT : nom emprunté au titre du tome 2 d’ « Alice au Pays des Merveilles » : « Through the Looking Glass » = « À travers le miroir »)
H.D.: Ce nom m’est familier …

P.C.: Il s’agissait d’une technologie qui permettait de lire dans le Futur et dont nous a parlé Dan Burisch; avez-vous été mêlé à cela ?

H.D.: Nous ne sommes pas les concepteurs de cette technologie, nous l’avons reçue ou récupérée d’un vaisseau capturé. Je n’ai pas travaillé là-dessus.

P.C.: Il paraît qu’à Los Alamos, ils ont une « Porte des Etoiles » de fabrication humaine, le saviez-vous ?

H.D.: (Il se contente de sourire)

P.C.: Pouvez-vous nous parler de Los Alamos ?

H.D.: Allez visiter le site de Los Alamos et là, vous chercherez sous «gravity shielding» (affranchissement gravitationnel) et des choses de ce genre, tout y est. Cela peut avoir été mis dans le domaine public par erreur; vous pourriez recommander aux internautes d’archiver ces pages avant de publier ceci et qu’elles ne disparaissent. Pour le moment, vous pouvez le voir par vous-même, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter.

 

OVNIs et Entités extraterrestres

P.C.: Que pouvez-vous nous dire à propos de la présence des Aliénigènes ?

H.D..: Voyez le film « Wavelength ». (film américain de 1983, de Mike Gray). C’est fondé sur un événement réel qui s’est produit à Hunter Liggett, voilà un cas remarquable. L’avez-vous vu ?

P.C.: Non. Où se trouve Hunter Liggett ?

H.D.: À 145 km dans le sud-est de Monterey en Californie. À l’époque, j’étais à Fort Ord. C’était au début des années 70, j’étais militaire et enrôlé au CDCEC (Combat Developments Command Experimentation Command). Vous pouvez vérifier. Nous faisions les essais de toutes sortes de systèmes et nous vivions en campagne. Nous portions souvent des lunettes de protection contre les lasers et devions régulièrement subir des examens de la rétine. On avait même posé des lunettes spéciales au bétail qui se trouvait dans les champs ! C’était le spectacle le plus insolite que vous puissiez imaginer. Un jour; pendant nos essais, un disque est venu se placer en vol stationnaire juste devant nous au-dessus des champs. Alors (pause) …, nous avons abattu ce foutu machin.

ufo_crash

P.C.: Vous avez abattu une Soucoupe Volante ?

H.D.: (Il opine de la tête). Nous n’aurions jamais dû; ce n’était pas moi personnellement, mais mon groupe. Nous avions toutes ces armes spéciales sous la main et je crois qu’ils ont paniqué et se sont cru en train de jouer dans un polar. Le vaisseau endommagé a été capturé ainsi que ses occupants, que j’ai pu apercevoir brièvement. C’était des humanoïdes de taille enfantine au crâne glabre avec de petits yeux, et non les grands yeux en amande. Je ne sais pas si ce fait est connu, je ne crois pas que cela se trouve sur Internet.

P.C.: C’est incroyable, je n’en ai jamais entendu parler.

H.D.: La plupart des autres témoins se sont retrouvés au Vietnam et beaucoup ont été tués; peut-être suis-je le dernier témoin vivant de cette affaire … je ne sais pas. J’ai possédé jadis une vraie photo d’un Aliénigène. Je l’ai montrée à une femme très douée, une microbiologiste qui travaillait pour une des agences. Cela lui a fichu une trouille terrible, je n’en revenais pas. Elle ne voulait pas en entendre parler. J’en conclus que le public, y compris les scientifiques, ne sont pas prêts à recevoir ce genre d’information. Cette personne était intelligente mais cela ne l’a pas empêché de péter les plombs, de refuser de savoir.

P.C.: Pouvez-vous décrire cette photo ?

H.D.: C’était un petit être à peau sombre, presque noire et ridée, le seul survivant d’un accident; il est mort peu après. Il portait un vêtement auto-régénérant, une sorte de tissu capable de se réparer tout seul. Il était muni d’un instrument qui ressemblait à une télécommande, on le lui a confisqué.

alienigene_sombre

P.C.: Il était rescapé d’un crash ?

H.D.: (Pause) … Non …, c’est incroyablement compliqué. C’est tellement complexe que peut-être personne ne possède toute l’information. Tout est à ce point cloisonné, jusqu’au sommet, que la plupart des agences ne savent pas ce que savent les autres, personne ne parle à personne. (Cet extraterrestre est probablement sorti d’une « Porte Spatio-temporelle » à la suite d’une erreur de manipulation … Patrick DELSAUT)
Il arrive que des projets entiers soient réalisés en double, au prix de Dieu sait combien de milliards, parce que l’existence de l’autre projet est complètement ignorée. En tant que scientifique, je peux vous assurer que ceux de notre espèce travaillent souvent avec un bras lié derrière le dos parce que nous ne pouvons communiquer librement. En fait nous ne pouvons pas communiquer du tout (rires). Et il y a des dizaines, des centaines de projets classifiés, de grands projets, c’est un désordre total. Notez ceci : il y a de nombreux groupes d’aliénigènes, et d’ailleurs nos propres ancêtres y sont étroitement mêlés. Les boucles temporelles se superposent dans une grande confusion, même avec un QI de 190, vous ne pourriez y voir clair.

 

Boucles et Paradoxes temporels

P.C.: Parlez-nous des boucles temporelles; et, à propos, êtes-vous sûr de ne pas avoir entendu parler de Dan Burisch ?

H.D.: Je n’en ai pas de souvenir.

P.C.: Nous l’avons interviewé le mois dernier. Il est avec John Lear sur la page Internet du « Projet Camelot ».

H.D.: J’ai vu votre interview de John Lear à propos des photos de la Lune et de la manière dont elles ont été retouchées, une pratique courante à la NASA. C’est un homme intéressant, j’aimerais le rencontrer. Peu de gens savent que les images radar du National Weather Service (Service Météo National) sont aussi retouchées; il y en a qui ne sont pas publiées. Je ne parle pas de retouches manuelles, mais de filtrage électronique avec un logiciel. Certaines traces radar sont énormes. En outre, les radars météo sont incapables de déceler les objets qui ce déplacent au-delà d’une certaine vitesse, environ 3 200 km/h, mais il reste des traces qui sont supprimées.

photo_john_lear

P.C.: Ce sont des OVNIs ?

H.D.: Bien sûr ! Il sont souvent invisibles à l’œil nu mais apparaissent au radar. On les détecte aussi par l’ultraviolet. Je ne pense pas que cela soit connu du public.
ufo_001
P.C.: Revenons aux boucles temporelles; que pouvez-vous nous en dire ?

H.D.: (Longue pause). C’est un phénomène à multiples branches, il y a un grand nombre de chronologies parallèles. Il n’y a pas de paradoxes. (Il dessine un diagramme). Celui dont tout le monde parle, c’est le paradoxe du grand-père : qu’arrive-t-il si je remonte dans le temps et que je tue mon grand-père ? Rien. Si vous remontez le Temps et modifiez le Passé, cela crée une nouvelle série chronologique qui est un embranchement de la première. Sur cette nouvelle branche, vous ne seriez pas né et donc vous n’existeriez pas, c’est le seul fait exact du paradoxe. Mais sur la ligne chronologique actuelle, qui vous situe ici et maintenant, vous existez et poursuivez votre existence; il n’y a donc pas de paradoxe. Le Temps est une sorte d’arbre aux multiples branches; aucun principe n’est violé. Quant aux événements futurs, ce sont des possibles, pas des certitudes et c’est une nuance très importante. Voilà tout ce que je peux vous dire à ce sujet.
(Ces « branches » sont ce que l’on appelle des « Lignes de Temps » ou « Lignes de Vie ». A chaque fois que l’on intervient dans un évènement dans le cours du Temps, une nouvelle Ligne de Temps se crée instantanément. Les changements se produisent alors sur cette nouvelle Ligne de Temps et non sur la Ligne principale. Les Paradoxes temporels n’existent que virtuellement; ils existent sans exister ! Patrick DELSAUT)

 

Les Chemtrails et la Guerre climatique

P.C.: Que savez-vous des chemtrails ?

H.D.: C’est Edward Teller qui est à l’origine des chemtrails. Il s’agissait de répandre en haute atmosphère des milliers de tonnes de micro particules d’Aluminium de manière à augmenter l’albédo (albédo = mesure du pouvoir réfléchissant d’un objet, d’une planète) de la Terre, pour faire face au réchauffement de la planète. Sur une autre planète dans une situation similaire ce sont des micro-particules d’Or qui ont été utilisées, ces gens-là devaient avoir beaucoup d’Or; nous utilisons de l’Aluminium. Le réchauffement global est surtout dû à l’effet de serre, ce qui aggrave les choses, mais la plus grande partie provient de l’activité solaire, c’est là le vrai problème.

(« Selon le télépathe Mark Stearn, l’augmentation de l’albédo n’est qu’un prétexte, une couverture. Les chemtrails sont en réalité utilisés pour répandre sur notre planète un monstrueux poison destiné à endormir chimiquement notre humanité et à nous transformer en esclaves puis, à plus ou moins brève échéance, en robots. » Olivier de Rouvroy – « Les Portes de l’Ere Nouvelle« )

chemtrails

P.C.: Pourquoi cette information n’est-elle pas diffusée ? Si ce que vous dites est exact, il n’y a pas de raison de sécurité qui justifierait que les gens ne le sachent pas.

H.D.: Scientifiquement, ce n’est qu’un coup de poker; nous en savons trop peu, cela peut marcher ou non, cela pourrait même aggraver la situation. Il pourrait aussi y avoir des effets secondaires sur la santé, sur le climat, Dieu sait quoi. Il s’agit d’une décision – unilatérale, non démocratique, déconnectée de tout processus politique – de mettre en oeuvre un énorme projet technologique particulier qui concerne la planète entière. C’est tellement discutable que la seule issue est le secret, autrement dit la réaction instinctive habituelle.

P.C.: Est-ce que cela va marcher ?

H.D.: Je n’en sais rien.

P.C.: Y a-t-il un rapport avec la guerre des climats ?

H.D.: (Pause). Oui, il y a des guerres du climat; dans deux ans, la force aérienne sera propriétaire du climat. (Cela a été dit en 2006; c’est donc pour 2008 …! Patrick DELSAUT)

 

Réduction de la Population Mondiale

P.C.: Qu’avez-vous d’autre à nous raconter ?

H.D.: Lisez « The Report from Iron Mountain ». Il y a beaucoup de vrai là-dedans. En (….) je travaillais dans un groupe; « ils » nous ont remis un rapport qui, curieusement, ne semblait avoir aucun lien avec nos activités; c’est arrivé comme ça, personne ne s’y attendait. Je n’oublierai jamais ce que le type nous a dit; cela me semblait vraiment néfaste : «Il y a les loups et il y a les moutons, et nous sommes les loups.». « Ils » nous l’ont fait lire et puis c’est tout. Il n’y avait pas de choix et il n’y en a toujours pas. « Ils » considèrent que nous sommes trop nombreux et, vous savez, au fond « ils » n’ont pas tort. « Ils » cherchent donc des moyens de réduire le nombre; mais il se trouve que je n’approuve pas leur méthodes. Outre les problèmes d’espace-temps dont j’ai parlé, il y a celui du surpeuplement. C’est très simple : il existe des programmes de réduction de la population mondiale pour le bien de tous. Croyez-le ou non, l’intention est positive. Kennedy avait élaboré cela il y longtemps. La RAND Corporation était impliquée ainsi qu’un des Rockefeller …, Lawrence, je crois.

P.C.: En tuant les gens ?

H.D.: En principe, oui. On a généré des virus artificiels, disséminés de manières diverses, qui sont difficiles à détecter, à identifier et impossibles à soigner. Le personnel médical ne peut comprendre ce qui se passe.

P.C.: Quel est votre ressenti sur cette question ?

H.D.: Très partagé. (Pause). En tant qu’individu humain de chair et d’os, je suis épouvanté. En tant que scientifique entraîné à prendre du recul, à voir les choses d’un point de vue global, je dois avouer que je comprends la démarche logique. Comprenez-moi bien, je ne cherche ni à défendre, ni à ignorer cela; mon commentaire procède d’un point de vue scientifique abstrait. Nous devons faire face, sur cette planète, à des problèmes si énormes que peu de gens possèdent la formation ou l’expérience permettant d’appréhender l’ensemble dans un même champ de vision. La nature de mon travail m’a offert la chance de voir beaucoup de choses que la plupart des gens ne voient pas. J’ai travaillé dans de nombreuses agences différentes et cela me donne une vue d’ensemble. Savez-vous qu’il est légal d’essayer des agents chimiques et biologiques sur des citoyens américains ? C’est légal, il suffit d’obtenir l’approbation du maire d’une ville, ou de son équivalent n’importe où, ou d’un représentant officiel, Personne ne sait cela, mais vous pouvez vérifier. C’est bien caché dans la loi mais c’est du domaine public.

P.C.: Quel est le message le plus important que vous aimeriez communiquer à la population ?

H.D.: Je n’aime choquer personne, mais je ne suis pas optimiste. Les problèmes auxquels notre race doit faire face sur cette planète sont gigantesques. Je ne pense pas que la plupart des civils soient prêts et aptes à comprendre ni à en gérer la complexité. Ils ont tous assez de mal à s’occuper de leur vie quotidienne et ceci est d’un tout autre niveau. Le surpeuplement est une affaire très grave et tous les autres problèmes y sont liés. Je comprends que les militaires doivent prendre les choses en main.

P.C.: Pensez-vous qu’une divulgation générale de tous les problèmes et de leurs solutions nous aiderait réellement ?

H.D.: Probablement non, cela rendrait les choses encore plus compliquées. Cependant, en mon for intérieur, il me semble que les gens devraient au moins savoir ce que je viens de vous dire, sans quoi je ne vous aurais pas accordé cette interview.

Je voudrais terminer sur ce message essentiel : j’espère vraiment et je voudrais croire que, en tant que peuple humain, nous puissions gérer tout cela, mais en me réveillant le matin, parfois j’en doute. Pourtant, profondément, je souhaite que les gens prennent conscience des choses importantes qui nous ont toujours été dissimulées.

 

↓.↓.↓

Henry Deacon
interviewé en Septembre 2006 par les responsables du Projet Camelot,
Bill Ryan et Kerry Cassidy
Traduction originale en français : André Dufour (NEXUS)

Le texte original complet (en anglais) de cette interview est disponible ici :

http://projectcamelot.org/livermore_physicist.html

 

 

Nous demandons aux internautes comme aux webmasters de
faire connaître ce document au plus grand nombre possible de personnes afin que les ignobles projets secrets du Gouvernement des Etats-Unis, bras armé du Gouvernement Mondial, soient connus du grand public et qu’ils ne puissent pas ainsi être mis à exécution.
L’avenir du Monde dépend de nous !

Patrick DELSAUT


Ces terribles projets de guerre et de destruction massive des populations humaines pour 2008
pourraient-il provoquer la venue des Forces Cosmiques
de la Fédération Galactique ?
C’est bien possible …!

Forces Cosmiques
de la Fédération Galactique : ici

source : presence d’autres mondes

 

nouvellevision.

 

Les crop circles et le projet HAARP.

 

Cela fait bien des années que ce problème des traces dans les blés nous interpelle. Le lecteur pourra trouver dans les références qui suivent des images et des études qui ont été faites sur ce sujet, indiquées par André-Jacques Holbecq qui est allé enquêter sur place.

Je vais donner ici simplement mon impression. Il y a des choses qui « font surface » ces temps-ci. Les lecteurs de mon site me rendent grand service en m’indiquant souvent des pistes intéressantes. Je pense par exemple au dossier se référant au projet Haarp (quelqu’un ne tardera pas à me rappeler les référence du ou des sites à consulter pour retourner au document de base et citer son ou ses auteurs. Je mettrai aussitot un lien). Depuis de longues années le thème d’une « arme climatique » trainait ici et là. Je me demandais réellement en tant que scientifique comment on pourrait s’y prendre pour modifier le climat. Je voyais bien sûr des phénomènes très puissants comme l’hivers nucléaire, thème dont j’avais été le premier à parler en Europe, découvert par mon ami Vladimir Alexandrov assassiné à Madrid au début des années quatre-vingt pour avoir voulu à l’époque faire trop de publicité sur cette affaire, ce qui dérangeait par trop les lobbies militaro-industriels. Il doit reposer actuellement dans quelque fondation en béton de la capitale espagnole dans l’indifférence générale. Pour lire les détails de cette affaire se référer à mon ouvrage « Les Enfants du Diable » paru en 1995 chez Albin Michel.

Une autre chose peut altérer le climat : des explosions nucléaires en haute altitude. On sait qu’à l’ouest comme à l’est il y en eut une demi-douzaine dans les années soixante, afin d’évaluer « l’effet EMP » (electromagnetic pulse), capable de mettre HS les systèmes électroniques sur des aires très vastes.

 

Mais il y a une chose à laquelle je n’avais pas pensé : l’effet des micro-ondes, comme révélé dans ce document Haarp.

 

Le dossier sur le projet Haarp (en date d’oct 1998) a été composé par Luc Mampaey, ingénieur commercial, attaché de recherche au GRIP. Ce texte a obtenu le prix Philippe Bourdeau, décerné par l’Institut de Gestion de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire (IGEAT) de l’Université Libre de bruxelles (ULB). Un résumé de ce dossier.

 

Je crois qu’il y a dans tout cela des choses très réelles dont ne nous étions jusqu’ici pas souciés. La panoplie des applications évoquée dans ce dossier Haarp est hallucinante, mais je n’exclue pas que tout ceci soit bien réel. La première idée est la création d’une couche ionisée réfléchissante, au dessus d’une vaste région. Tout dépend de la puissance. Nous savons maintenant que des générateurs de micro-ondes extrêmement puissants peuvent être mis en oeuvre. La puissance est en fait … illimitée. Un radar est une source de micro-ondes. Les plus puissants peuvent atteindre un mégawatt, sauf erreur. Mais des systèmes fonctionnant par impulsion peuvent viser le térawatt, le million de mégawatt.

Une petite parenthèse en passant sur les sources d’énergie électrique hyper-puissantes, impulsionnelles. Initialement on utilisant des batteries de condensateurs. Les premiers lasers de Livermore, en Californie, d’une puissance unitaire d’un térawatt (un million de mégawatts) étaient alimentés par une énergie primaire correspondant à la décharge d’une batterie de condensateurs totalisant dix mille joules. J’avais vu tout cela de mes yeux en 1976. Le calcul est simple : pour disposer d’un térawatt c’est à dire de 1012 watts il faut décharger ces 104 joules en 10-8 seconde. Ces condensateurs occupaient un hall entier. Une calorie = 4,18 joules dont dix mille joules équivalent à 2393 calories. Il faut une calorie pour monter un centimètre cube d’un degré. Donc cette puissante décharge, effectuée dans un litre d’eau aurait pu élever sa température de 2,4 degrés. En conclusion : les condensateurs, s’ils permettent des décharges d’énergie très brutales ne sont sans doute pas ce qu’il y a de mieux pour stocher de l’énergie. Dans le même ordre d’idée on utilisait une puissante batterie de condensateurs pour créer les fortes intensités électrique alimentant le système de magnétisation du premier Tokamak français, implanté à Fontenay aux Roses. Moi-même, dans les années soixante, j’avais utilisé un demi mètre cube de condensateurs (assez coûteux à l’époque) pour créer deux teslas dans un volume de deux litres pendant… un millième de seconde, ce qui impliquait la commutation d’un courant de 50.000 ampères. L’aimant du Tokamak de Fontenay fonctionnait sur le même principe, sauf qu’il y avait une montagne de condensateurs et une batteries impressionnante « d’ignitrons » (commutateurs de puissance). Par la suite ces système furent remplacés par des dispositifs beaucoup plus commodes, des « générateurs homopolaires ». Le principe est simple. On lance le rotor d’un générateur électrique jusqu’à lui communiquer une énergie 1/2 I w2

Les crop circles et le projet HAARP. dans HAARP barbury2002sdb

 

Puis on colle carrément ce générateur en court-circuit sur le système à alimenter, de faible impédance (par exemple un solénoïde). On peut alors produire des millions d’ampères pendant des temps très brefs : quelques dixièmes de seconde. Le rotor est soumis à un freinage très brutal. Mais le système est très commode au sens où cela prend moins de temps de relancer le mouvement d’un rotor que de recharger des condensateurs. Il y a encore d’autres systèmes, encore plus puissants, à « compression de flux », où grâce à la MHD on convertit une partie de l’énergie dégagée par une explosion chimique en énergie électrique. Tout cela pour compléter les informations qui étaient données dans le document Haarp qui faisait état de ce qui ressemblait à des… groupes électrogènes. A priori il ne semble pas nécessaire de fonctionner en continu, ni pour envoyer « la sauce » ni pour créer le miroir de gaz ionisé qui la réfléchit. Dès lors qu’on raisonne en impulsionnel des puissances phénoménales peuvent être envisagées. Fin de cette parenthèse technique.

 

L’arme à micro-onde fait l’objet d’études très poussées dans de nombreux pays. Il est envisagé de placer de telles sources dans des missiles, éventuellement réutilisables. Un pinceau d’ondes en quelques gigahertz, en faible énergie, est un faisceau radar. A plus forte puissance cela devient un arme, d’une efficacité a priori illimitée. La source d’énergie primaire : en général un explosif. On sait convertir cette énergie de base en énergie électromagnétique depuis le tout début des années soixante. On appelle cela des « systèmes à compression de flux ». Si la source est « une petite bombe nucléaire » alors la puissance devient phénoménale. C’est la raison pour laquelle ceux qui pourraient croire que les essais nucléaires souterrains pourraient avoir été interrompus dans les pays développés se bercent d’illusion. On les a seulement « rendus furtifs, indécelable ». Les pays qui se priveraient de tels essais renonceraient du même coup à se doter d’armes à micro-ondes de grande puissance. On reviendra bientôt sur cette question brûlante.

 

Au delà de cette parenthèse sur les armes à micro-ondes qui demanderait un développement important, l’idée de créer une couche ionisée faisant office de miroir dans les masses d’air en haute altitude me semble être hautement plausible. La Nature en fait autant avec le bombardement solaire ce qui permettait, avant l’apparition des satellites artificiels aux radio-amateurs travaillant avec des « ondes courtes » de communiquer entre des points de la Terre très distants, en exploitant simplement la possibilité que les ondes émises par leurs postes puissent se réfléchir sur ces couches de l’ionosphère, créées par le bombardement solaire, le « vent solaire ».

Comment nous, scientifiques, avons nous pu ne pas prêter attention à telles possibilités pendant aussi longtemps (l’idée de création, localement, d’une ionosphère artificielle) ? En fait, pour être dans le droit fil de l’histoire, il suffit à toute époque et face à toute avancée technologique de se demander ce qu’on pourrait faire d’horrible et de monstrueux avec tout cela. En général on tombe pile. Voir par exemple le dossier que j’ai récemment installé sur mon site, sur les développements des armes bactériologiques par les japonais entre 1931 et la seconde guerre mondiale. La réalité dépasse les cauchemars les plus fous. Personne n’aurait osé charpenter un film d’horreur avec ce que nous avons appris ce soir de 2002 lors de cette émission diffusée par Arte (lire le texte sur les armes bactériologiques japonaises).

Que les scientifiques aient pu imaginer agir à distance à l’aide d’ondes électromagnétiques, en utilisant justement cet effet miroir sur des couches artificiellement ionisées apparaît maintenant comme une évidence. La liste des maux recensés par l’auteur du livre sur ce projet Haarp ne relève pas non plus de la science fiction. Pour ceux qui se souviennent de cette bande dessinée de Zorglub, créée par le regretté Franquin : « Nous vivons à l’ère de la zorglonde ».

Tout peut alors être envisagé. Les catastrophes naturelles se produisent régulièrement sur Terre. Il est impossible que ne s’écoule une année sans cyclones tropicaux, sans inondations, sans crues dévastatrices, sans tempêtes qui ravagent même des régions même « d’ordinaire paisibles ». Ces phénomènes sont « statistiquement prévisibles » mais localement imprévisibles. Des tenants de la théorie du chaos évoqueraient « l’effet papillon ». Il faut retenir de cet aspect le fait que des phénomènes mettant en jeu des énergies colossales puissent être déclenchés par des énergies relativement modestes, grâce auxquelles on peut « baliser la route suivie par de tels phénomènes ».

 

crabwood2002sab dans HAARP

Prenez l’exemple de la foudre. Une décharge de ce type met en jeu une énergie très importante. On peut inciter la foudre à tomber à tel ou tel endroit en créant dans l’atmosphère par différents moyens une ligne de plus forte conductivité électrique (ne serait-ce qu’en déployant un fin fil de cuivre tiré par un frêle ballon). Ce fil servira de déclencheur. La foudre, en s’y engouffrant, volatilisera le métal, créera son propre plasma d’air et le rapport entre le nombre de joules utilisés pour déployer le fil et celui mis en jeu par la décharge sera simplement… négligeable.

Dans la même veine, il est tout à fait possible d’envisager une action météorologique de grande ampleur en agissant, à l’aide d’ondes électromagnétiques sur une certaine région du monde et plus précisément sur sa haute atmosphère. Tout entre alors en jeu, à commencer par la modification de l’énergie issue du soleil et parvenant au sol. L’hiver nucléaire est un exemple-type de phénomènes d’une ampleur énorme provoqués par une cause minime, qu’ils s’agisse d’une guerre nucléaire ou de l’impact d’un météorite. L’hiver nucléaire prive la surface terrestre de l’apport d’énergie représenté par le rayonnement solaire. Cette rupture du flux peut perdurer pendant 12 à 18 mois, qui représente simplement le temps que des particules d’un micron de diamètre, emportées dans la haute atmosphère mettent à redescendre vers le sol. Quand on calcule le défaut d’apport d’énergie qui en résulte (avec son incidence sur le biotope, la photosynthèse, la météorologie, etc) et qu’on le compare avec l’énergie cinétique d’un objet comme une comête de plusieurs kilomètres de diamètre déboulant à quarante kilomètres par seconde on trouve que les effets sont des dizaines de fois supérieur à la cause.

 

De la même manière, si l’homme arrive à dépasser certains seuils en manipulant la haute atmosphère, il peut déclencher des tornades, les guider. Il peut provoquer des sécrétions diverses dans des organismes vivants, altérer gravement le fonctionnement de certains de leurs organes comme ceux qui assurent l’orientation des cétacés. Certains pensent que les échouages de cétacés « dont l’oreille interne serait attaqué par un virus » seraient en fait liés à des essais de localisation de sous-marins en plongée, à grande distance.

BeaconHill2002caa

On a donc deux concepts qui se combinent. Celui de « miroir invisible » correspondant à l’altération de la haute atmosphère, la création d’une ionosphère artificielle en faisant agir à partir de puissantes sources de rayonnement électromagnétique et celui d’effecteur, d’arme représentée par un faisceau susceptible de se réfléchir sur ce « miroir » et d’être ensuite renvoyé à grande distance sur un point donné du globe. Tout dépend de l’altitude à laquelle le miroir est formé. Avec un miroir stratosphérique on obtient une portée de plusieurs centaines de kilomètres. Si le miroir est installé dans l’ionisophère cette portée peut alors se chiffrer en milliers de kilomètres. Par ailleurs un même faisceau peut être réfléchi sur une succession de miroirs. Alors la porte devient illimitée. On ne sait en fait à quoi on a affaire avec ce truc-là. Il est possible que l’homme se soit mis, depuis des décennies, à jouer l’apprenti sorcier avec un phénomène dont il pourrait ignorer les conséquences à long terme. Si cette « énergie dirigée » a pour ambition de pouvoir localiser des sous-marins en plongée ou de communiquer avec eux, alors aucun argument moral ou écologique n’arrêterait nos « stratèges » étant donné l’enjeu stratégique.

gallops2002mjfa

On a découvert que l’Angleterre abritait, près de Leeds, un ensemble baptisé « Echelon » destiné à opérer des écoutes radio sur tout le territoire européen. Il nous semble que Haarp et Echelon doivent être nécessairement liés. C’est un premier point. Mais revenons au titre même de ce dossier : les crop circles. Ils intriguent le monde entier. Les formes les plus sophistiquées apparaissent. Dans un récent numéro de Scientifric Américain, un éditorialiste se gaussait de cette histoire sur un simple argument « ces cercles dans les blés ? J’en ai fait moi-même ! ». Je crois qu’en matière de debunking, on a rarement fait plus nul. Petite remarque au passage : j’ai été mis face à face avec un de ces « farceurs anglais » qui, sur le plateau de télévision auquel j’avais été également convié avait complaisemment expliqué comment lui et un de ses amis avaient monté de toute pièce cette mystification. La séquence où on les voyait coucher du blé avec un bout de bois tenu à l’aide de deux cordes a fait je ne sais combien de fois le tour du monde. Je crois que dans un livre j’ai déjà dit ce que je pensais de cette thèse ridicule. En Angleterre les récoltes de blé sont uniques et de brève durée. Si ces gens avaient été réellement les auteurs de ces phénomènes il leur aurait fallu parcourir des distances considérables pour réaliser toutes ces formes en aussi peu de temps. Tout cela ne tient pas debout une seule seconde. Après cette émission j’avais été questionné un anglais, qui se disait retraité et prétendait avec un de ses amis avoir été à l’origine de ces « ronds dans les blés ».

- Et, à part occuper vos loisirs de retraité à faire des ronds dans les blé, que faites-vous dans la vie?
- Je fais de la peinture à l’huile.

A ce moment mon ami Frédéric, qui s’était joint à nous lui a demandé s’il peignait à l’essence ordinaire. « Oui », a-t-il aussitôt répondu, tombant dans le panneau. Et Fred de parachever son travail en disant :

- Je peins à l’essence ordinaire. Au début j’avais essayé la thérébentine, mais je me suis aperçu qu’on obtenait d’aussi bons résultats avec l’essence ordinaire.

Celui-là n’avait jamais fait de peinture de sa vie. Dans cet article récent de cette « prestigieuse revue » qu’est censée être Scientific American, lue par des centaines de milliers de lecteurs, l’auteur de l’article évoquait certaines forme qui étaient beaucoup plus complexes, comme « l’ensemble de Mendelbrot », une figure mathématique apparue une nuit dans un champ. Et de conclure sur un ton moqueur : « je suppose que cette forme là a du être composée par des étudiants en mathématiques ».

Cela fait des décennies qu’on sait que cette histoire de ronds dans les blés ne saurait être ramenée à de simples canulars. C’est trop compliqué. Comme le rappelait un ami qui est allé sur place : « il y a des formes qui s’avèrent extrêmement régulières lorsqu’elle sont photographiées depuis le ciel alors qu’elle ont été formées sur une terrain vallonné. Techniquement c’est irréalisable à partir du sol ».

Ces dossiers Haarp, Echelon, ces histoires d’armes à micro-ondes apportent sur ces affaires un éclairage nouveau. Et si les crop circles correspondaient à des essais d’impact de balayages de micro-ondes sur des végétaux ? A ce sujet posez-vous la question suivante : « pourquoi sur des blés arrivés à maturité ? ». Une première réponse, qui semble immédiate, serait « pour former ces jolis dessins ». Mais il y en a une autre qui a été imaginée par mon épouse, ces jours derniers et que je trouve fort pertinente. Parce que les seuls endroits de l’Angleterre où on est sûr de ne trouver ni êtres humains, ni animaux de bonne taille sont précisément les champs de blés, lorsque celui-ci est haut. On ne peut ni s’y déplacer, ni s’y coucher. De plus les paysans n’aiment guère qu’on agisse ainsi et quiconque s’y hasarderait risquerait, sinon un coup de fusil, du moins une râclée bien méritée. Le corollaire serait que ces impacts de micro-ondes, à de telles puissances, pourrait s’avérer dommageables pour des êtres humains, voire mortels. Si ces blés plient à une certaine partie de leur tige c’est qu’en cet endroit, un certain type d’effecteur peut diminuer localement leur résistance mécanique, un agent peut-être beaucoup plus simple que « des ondes gravitationnelles ». Il y a des recherches à faire dans cette direction, avec des micro-ondes pulsées, ou modulées en basse fréquences. On peut aisément imaginer que si un rayonnement peut être assez efficace pour plier du blé, il puisse aussi léser l’encéphale d’être humains, voir les tuer.

wheel2002mjfa

Quel serait le but exact de ces essais ? Cela demanderait à être élucidé. S’agirait-il d’une « arme incapacitante » destinée à l’homme ? On sait que les grandes puissances étudient des systèmes à micro-ondes mobiles qui pourraient être utilisés contre des mouvements de foules. Le dossier Haarp nous apprend que des systèmes incapacitants auraient été utilisés contre les Irakiens au moment de la guerre du Golfe. De tels faisceaux permettraient-ils de sonder la profondeur du sol pour y détecter la présences de bunkers ? Il existe une autre possibilité, évoquée par Luc Mampaey dans son rapport sur Haarp, que ces actions sur les blés s’inscrivent, entre autre, dans l’optique d’une lutte anti-drogue, dans les pays d’amérique du sud. Si on peut démolir des végétaux à distance, en toute discrétion, pourquoi ne pas s’enprendre aux pavots (auquel cas si d’aventure des paysans se trouvaient touchés par des systèmes à micro-ondes il ne s’agirait que de « dommages collatéraux). Tout est possible. Dans tous les cas de figure, si ces « ronds dans les blés » ont une telle origine il y aurait une source, à distance, au sol et en altitude un « miroir », sous la forme d’une ionosphère artificielle (voir le dossier Haarp). Dans un premier temps il serait important de pouvoir reconstituer le phénomène, de savoir quel type de rayonnement, quelles fréquences et quelles modulations seraient utilisées. Il ne doit pas y en avoir trente six. Si cette étape était franchie, des capteurs enregistreurs, posés dans les campagnes ordinairement visées ne coûteraient pas des fortunes étant donnée les puissances mises en jeu. Des études basées sur les ondes courtes permettraient en parallèle de savoir si un écran réflecteur se trouve formé, dans l’ionosphère ou même plus bas. Avec des moyens relativement modestes des chercheurs motivés pourraient prendre ceux qui nous prennent pour des imbéciles la main dans le sac. Car on n’a pas fini de nous prendre pour des imbéciles. Jetez par exemple un oeil au dossier extrait du propre site de la Nasa où celle-ci tire ses conclusions à propos des ovnis. Vous pouvez aussi aller jeter un coup d’oeil au dossier consacré au bombardier B2, installé en août 2002.

 

Nous abordons le troisième millénaire. Si on me demandait quelle est l’information qui m’a le plus frappé au tournant ce ce siècle je répondrais sans hésiter :

- Nous avons découvert l’étendue incroyable de la désinformation. Dans tous les domaines on nous ment, en continu. On ment, on manipule, on joue sur les peurs des uns, sur la sottise des autres avec une facilité déconcertante. Plus c’est gros, plus ça passse. Il est possible de dissimuler des horreurs. Reprenez ce dossier sur les essais d’armes bactériologiques en Chine, perpétrés par les Japonais dès 1931. Avant que des gens ne témoignent, personne n’aurait pu imaginer une telle monstruosité. Comment voulez-vous que des citadins chinois, qui voient apparaître des cas de peste dans un quartier d’une ville puissent imaginer une seule seconde que les médecins japonais qui accourent pour « les soigner » (avec des placebos) et mettre l’endroit en quarantaine, sont en fait ces mêmes scientifiques qui ont imaginé de les infecter avec des puces contaminées ? Qui irait imaginer qu’après la guerre, le grand Oppenheimer lui-même ait pu signer une autorisation d’injecter du plutonium à de jeunes recrues américaines pour voir l’effet produit ? Quel naïf pourrait imaginer une seule seconde (et nous reviendront bientôt sur ce sujet) que les grandes puissances aient pu interrompre les essais nucléaires souterrains ? Comment se fait-il qu’aucun journaliste scientifique n’ai eu l’idée de questionner le sieur Kovacs, responsable du projet « Mégajoule », à Bordeaux, sur la façon dont il envisageait de se servir de cette installation, au fonctionnement plus que problématique (personne n’a jamais réussi nulle part la fusion du mélange deutérium-tritium, refroidi à – 200 ° ) et sur le lien que de telles expériences pourraient présenter avec la fusion (lithium-hydrogène) qui est à la base de toutes les bombes H existantes, où le réactif de fusion est solide à la température ordinaire). Comment se fait-il que l’on puisse prendre à ce point les gens pour des imbéciles ? Partout, on consomme des mensonges à haute dose. Des scientifiques sont les complices actifs ou passifs de telles forfaitures. Nos journalistes, aveuglés par l’audimat ou muselés par les lobbies sont au dessous de tout.

Winchester2002sa

 

En vérité il y a le même nombre de cinglés, de gens malhonnêtes dans toutes les couches de la société, dans toutes les ethnies, dans toutes les confessions, professions, etc. Cela n’a rien à voir avec le « QI ». Il y a seulement des cons dont les conneries tirent à conséquence, pèsent lourd sur la vie des être humains, dans le moment où pour les générations à venir. Lisez les Enfants du Diable (Albin Michel 1995) qui évoque précisément le démarrage de ce grand flirt entre les savants et la soldatesque. Je terminerai en citant une phrase du Directeur du Secteur Science Physique de l’Ingénieur qui s’exprimait il y a une dizaine d’années dans une plaquette éditée par la recherche militaire et qui s’intitulait « chercheurs, il faut qu’on se parle ». Le Directeur du SPI du CNRS disait tout simplement qu’il ne disposait pas de contrats de recherche avec l’armée pour satisfaire les demandes des chercheurs.

 

Sans commentaire.

Sources : Le site de Jean-Pierre Petit, chercheur au CNRS Le nouveau site de J-P petit

 

 

nouvellevision.

Un monde meilleur

AU SECOURS ! NOUS NE COMPRENONS PLUS !

Nous, citoyens européens, américains, africains, australiens et asiatiques vivons dans un monde que nous ne comprenons plus. Nous sommes en 2005, l’aube du 21ème siècle chrétien, et tout ce que nous vivons ou voyons nous fait peur. Il existe de multiples formes de vie sur notre planète, animales, végétales, humaines, mais toutes semblent en danger, toutes semblent soumises à une évolution inéluctable qui ne favorisera pas leur pérennité.

Le constat sur l’état actuel de notre planète est horrible, inimaginable, inadmissible. Sans même évoquer le traitement infligé aux animaux et à la nature en général, il suffit simplement de se renseigner pour s’apercevoir que les trois quarts de la population vivent dans des conditions précaires, n’ont pas de nourriture ou simplement de l’eau potable. En 2004, un milliard d’enfants n’a pas accès au minimum vital et une cinquantaine de pays est considérée comme plus pauvre qu’en 1990 ! Le quart restant pollue le sol, le sous-sol et l’atmosphère, rendant impossible une amélioration future de l’ensemble de la population. Dans ce quart restant, nous trouvons des régimes politiques avancés qui sont censés insuffler un modèle de vie où la liberté de pensée et le confort matériel règneraient. Il n’en est rien, puisque même aux Etats-Unis ou en Europe la pauvreté augmente et nos enfants sont en danger (1 enfant sur 5 dans le besoin aux Etats-Unis, 1 sur 6 en Europe). Pire, dans ces pays où les citoyens sont censés être libres, s’informer et revendiquer des droits, la désinformation, la censure et la répression règnent en maître.

Nous vivons sur une planète magnifique où, malheureusement, une petite partie de la population, qui deviendra bientôt infime, consomme de plus en plus au détriment de milliards de personnes, au détriment des terres, de l’atmosphère et de nos ressources naturelles dont nous allons priver nos enfants et nos petits-enfants et qui, pourtant, seront indispensables à leur survie. La machine productiviste s’est emballée au mépris du plus élémentaire des respects, celui de la Vie. Nous ne comprenons plus !

Alors que les avancées scientifiques de nos civilisations permettraient aujourd’hui de nourrir 9 milliards d’individus et d’assurer un revenu minimum à l’ensemble de la population mondiale, tant les besoins sont grands, les écarts de richesse se creusent et les inégalités augmentent. Nous ne comprenons plus !

Nous, citoyens du monde, avons combattu les régimes monarchiques et leurs privilèges, les régimes autoritaires de l’Europe des 19ème et 20ème siècles, ceux de l’Afrique, les régimes totalitaires de l’Est de l’Europe, ceux de l’Amérique du Sud, les régimes fascistes des années 30, et nous ne vivons toujours pas, au 21ème siècle, dans de véritables régimes démocratiques à participation citoyenne directe. Nous ne comprenons plus !

Lorsque nous lisons un journal, écoutons la radio ou regardons la télévision, nous sommes tristes, bouleversés, horrifiés : attentats, conflits ethniques, guerres économiques, guerres préventives, génocides, mines antipersonnelles, missiles nucléaires, nouvelles armes (bactériologiques, chimiques, climatiques, semi-nucléaires, à uranium appauvri), extermination de certains peuples, crimes crapuleux, déchets radioactifs, catastrophes industrielles, réchauffement de la planète, effet de serre, trou dans la couche d’ozone, fonte des glaces, catastrophes naturelles qui s’intensifient, écosystèmes en danger, destruction de nos forêts, pollution de nos océans, rejets plastiques, pesticides, dégazages en mer, littoraux salis par le pétrole, nappes phréatiques souillées, baleines, éléphants ou grands singes exterminés ou tués pour le commerce, disparition définitive de milliers d’espèces, expérimentations animales cruelles, SIDA, cancer, famines, épidémies, choléra et paludisme, médicaments génériques refusés aux pays pauvres, maladies orphelines non traitées, malnutrition infantile, prostitution, esclavage moderne, ghettos, SDF, personnes âgées délaissées, retraités en danger, suicide des jeunes, drogues, chômage, délocalisation, mort de l’artisanat, mal bouffe, OGM, faillite de grands pays comme l’Argentine, concentration de la richesse, corruptions politiques, élections truquées, justice à deux vitesses, journalistes emprisonnés, « traçabilité » des êtres humains, Patriot Act aux Etats-Unis, prosélytisme religieux (à l’école, dans les cités, dans certains Etats), censure, Hommes enfermés pour délit d’opinion, multiplication des sectes, racisme, clonage de l’humain. Nous ne comprenons plus!

Nous, citoyens du monde, affirmons haut et fort que nous ne voulons pas de ce monde rempli de haine, de violence physique et morale, de discrimination, d’intolérance et de soumission.

Ceux qui ont compris nous disent qu’un autre monde est possible. Ils affirment que les peuples doivent réagir, inventer de nouvelles formes de gouvernance politique et reprendre le pouvoir confisqué. Ils proposent des moyens de mise en oeuvre de programmes basés sur un commerce équitable, une économie saine et solidaire, un transfert des technologies, un partage des richesses et assurent que tout ceci profiterait à l’ensemble de l’humanité, qui pourrait s’enrichir et s’épanouir durablement. Alors pourquoi cacher, discréditer, enfermer tous ces scientifiques, ces économistes, ces humanistes, ces philosophes, ces hommes politiques en les traitant publiquement d’utopistes ou de terroristes ? Nous ne comprenons plus !

Pour nous aider à comprendre, certains nous disent : lisez ces deux livres, avant qu’ils ne soient brûlés : 1984 de George Orwell et Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley ! Mais peut-être que nous ne voulons pas comprendre !

Par contre, la seule chose que nous comprenons, c’est que l’on nous a menti. Nous savons maintenant que nos gouvernants nous ont menti en nous faisant croire :
-que le meilleur moyen pour enrayer la pauvreté et vivre durablement dans un monde libre et en paix était l’économie de marché, mondialisée et libérale,
-que l’économie libérale assurait la liberté des individus, la démocratie et respectait les droits de l’Homme,
-que les peuples d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie vivaient dans le besoin parce qu’ils ne s’étaient pas soumis aux lois de l’économie occidentale.

Nous savons maintenant que nos gouvernants nous ont caché :

-que toutes les conditions avaient été réunies pour soumettre, dans un premier temps par la colonisation, puis par d’autres formes de dépendance, ces mêmes peuples, c’est-à-dire les trois-quarts de la planète,

-que les politiques des gouvernements des pays du Nord ne servent que l’intérêt de quelques grandes familles, toujours plus riches, et non l’intérêt général,

-que, depuis Bretton Woods et surtout les années 80, les hommes politiques sont soumis aux décideurs économiques, qui influencent les lois,

-que, de manière générale, le but de la mondialisation, de plus en plus concentrationnaire, est le contrôle de la totalité des êtres humains par une oligarchie financière.

Nous, citoyens du monde, affirmons haut et fort que nous ne voulons pas de ce monde rempli de haine, de violence physique et morale, de discrimination, d’intolérance et de soumission.

Messieurs les décideurs économiques, Messieurs les décideurs politiques, vous êtes quelques centaines, nous sommes des milliards ! Bientôt vous ne pourrez plus continuer à ignorer, étouffer, broyer un nombre toujours croissant d’individus qui appellent au secours et qui, un jour, sauront et réagiront. Ce jour-là, vos privilèges, qui auront sali votre âme et qui resteront dans l’Histoire, deviendront une honte insupportable. Pour vous ce sera la fin, mais vous pourrez toujours être fier d’avoir réussi une chose : détruire ce qui est, et empêcher ce qui aurait pu être. Alors, vos petits-enfants seront, à leur tour, des victimes, victimes de vos folies.

Messieurs les décideurs politiques, Messieurs les décideurs économiques, vos politiques biocides irresponsables détruisent les écosystèmes et les relations humaines, elles ne respectent pas la Vie, elles vont jusqu’à mettre en péril la survie de notre espèce. Chaque vie est précieuse, la mienne et celle de mes enfants, la vôtre et celle de vos enfants. Prenez vos responsabilités d’élus, remettez en cause vos choix, changez la donne ! Rien n’est impossible à l’Homme. Soyez les premiers véritables démocrates modernes sur qui les puissants de demain prendront exemple ! Soyez courageux, soyez grands, levez-vous et faites l’Histoire ! Pour vous, pour nous, pour vos enfants, pour l’humanité et pour les générations futures.

ZOA- www.notremonde.org © 2005 Document envoyé aux médias, aux associations humanitaires, aux députés français et à la Présidence de la République française. A copier et à diffuser librement, sous couvert du copyright, à l’ensemble de la population . Me contacter pour les versions étrangères.

source : unmondemeilleur.chez-alice.fr

 

nouvellevision.

Message d’Ashtar Sheran

 

Clickez  ici  avant de lire ce qui suit afin d’apprendre qui est ASHTAR.
 

Message du Commandant Ashtar

http://www.erenouvelle.com/site/images/ashtar6.jpg

Le Commandant Ashtar Sheran s’adresse à nous, à tous les hommes et les femmes
de bonne volonté et à l’esprit ouvert, dans un message d’une extrême importance.
Voici ce message :

Le 26 février 2007
Salutations à mes estimés homologues !

Adonaï ! C’est moi, Ashtar.

Il se peut que ce soit pour vous l’une de mes dernières missives.
Je ne dis pas cela à la légère car un changement définitif et puissant se prépare dans les profondeurs de la Terre.
Le point capital de cette intense et définitive transformation a été initié par une chère âme qui souhaite demeurer incognito. Cette âme a invité la Source à entrer dans la terre.
Ceci à forcé vos gouvernements à faire des efforts désespérés de dernière minute pour entraver de toutes les manières possibles le changement. Le passage à une Nouvelle Terre pourrait très bien survenir maintenant d’ici quelques semaines, si les intenses changements continuent au même rythme et à la même fréquence qu’ils l’ont fait au cours des quelques derniers jours terrestres. C’est quelque chose qui nous procure beaucoup d’enthousiasme, puisque nous nous déplaçons maintenant librement parmi vous.

Votre Terre se transforme littéralement du jour au lendemain, d’une manière qui nous réjouit grandement. Ce qui prenait habituellement plusieurs semaines, selon le temps terrestre, ne prend plus maintenant que des minutes et des heures à arriver.
C’est vous qui avez rendu ce changement possible, bien-aimés.
La Nouvelle Terre commence maintenant à vous accueillir sur un plan conscient. Cela part d’une invitation du coeur de notre Mère Terre physiquement consciente, qui a finalement accepté toutes les portions d’elle-même. La Nouvelle Terre s’installant enfin dans son nouveau et auguste rôle est comparable à la Terre actuelle qu’on recouvrirait d’un manteau aux multiples couleurs. Je souris en vous le disant, mes amis bien-aimés, car vous ne pouvez pas perdre à ce stade-ci. Toute influence de contrôle s’estompe vite, à cause de la conscience de masse qui se réveille rapidement. C’est ce qui permet finalement à la Terre de retrouver une fois pour toutes l’état d’équilibre unifié.

Ce qui vous paraissait prendre des années de votre temps terrestre nous a toujours paru, à nous, comme des instants, selon la vérité de la grande danse cosmique. Je danse parmi vous en ce moment, car j’aperçois votre superbe vérité; j’aperçois les grands dirigeants et les éclaireurs que vous êtes bien vite en train de devenir, vous qui êtes déjà en harmonie avec le changement. Nous nous attendons maintenant à ce que celui-ci déferle littéralement à la surface de la Planète à tout moment. Il n’y aura rien à craindre, amis bien-aimés, car la Terre atteint rapidement les fréquences supérieures permettant l’arrivée de notre intervention en toute liberté. Pour plusieurs, cela vous a paru comme une éternité, et nous avons vraiment pleuré avec vous. Nous sommes avec vous en toutes choses, même si nous semblons être loin de vous.
Je peux vraiment dire maintenant que le moment de votre victoire est une question de jours ou de semaines.

Je comprends l’appréhension de Mark lorsque je vous donne des dates, car je sais que plusieurs coeurs s’aggriperont à cet espoir et perdront de vue que le véritable pouvoir vient à jamais du coeur et vient de cette superbe vérité au plus profond de soi. C’est ainsi que le changement se produit, mes grands coeurs. Tout part de la Source et se répand sur votre belle expérience consciente. Cette énergie fait plus qu’onduler sur vous maintenant; elle cascade ! Beaucoup se réjouissent en ce moment, et pour plusieurs raisons; tandis que beaucoup d’autres sont au bout de leur corde.
Le processus de changement est profond présentement. Sananda et moi-même, ainsi que la légion cosmique toute entière, gardent une vigilence d’instant par instant sur chaque coeur de cette planète. Et nous surveillons attentivement la surface, au cas où surviendrait tout changement hors de l’ordinaire.

La Grande Source Primaire réside maintenant au centre de la Planète. C’est ce qui explique la vitesse de tous les changements intérieurs actuels. Votre restructuration s’effectue présentement à la vitesse de la lumière. Non seulement vous l’avez planifiée, mes bien-aimés; mais c’est vous qui l’avez demandée collectivement et vous vous êtes concertés là-dessus. Ces augustes conclaves ont lieu, en grande partie, dans les nombreuses cités de cristal de la Terre qui existent dans la 5ème Dimension – Dimension qui vous semble hors d’atteinte. Et nous sourions en voyant tant d’entre vous se montrer dans leur forme énergétique, tout en vaquant à leur quotidien. C’est amusant pour nous de constater d’un côté votre puissance et de l’autre, de réaliser que vous puissiez être tout à fait inconscients de votre présence ailleurs que dans votre corps physique, à l’instant même où vous acceptez des changements qui affectent tant l’humanité et la planète Terre toute entière.

Notre Mère Terre donne maintenant autorité aux nombreux Artisans de la Lumière et aux éclaireurs de la Planète. Elle pressent votre sagesse infinie et grandissante, à la façon dont vous gérez vos affaires, et elle se réjouit grandement de la vitesse à laquelle les changements internes et de surface se produisent. Un grand poids est gracieusement enlevé de sa poitrine collective en ce moment. Cela est dû à toutes vos prières et à la réceptivité avec laquelle vous avez accueilli notre influence, laquelle n’est qu’une extension de votre propre coeur. Le moment s’approche rapidement où une grande lumière balaiera glorieusement la Planète et transformera tout sur son passage. Cette énergie est déjà en train de se former sur la surface de la Terre et le réveil est prompt, bien que non sans défi pour la population de cette planète qui semble être endormie.

Les humains se retrouveront littéralement du jour au lendemain dans un endroit nouveau, que ce soit consciemment ou autrement. Vous êtes arrivés à votre Demeure; c’est chose faite, mes bien-aimés. En vérité, vous ne l’avez jamais quittée ! Le temps de votre victoire est maintenant toute proche. La fréquence de notre Mère Terre – nous pouvons officiellement l’affirmer – n’a jamais été aussi élevée; elle est en fait même plus haute qu’à l’époque de l’Atlantide et de la Lémurie. C ’est à cause de vos coeurs, bien-aimés. Vous êtes en train de prouver – constamment maintenant – que l’impossible est à jamais rendu plus que possible. Cela se perçoit à la vitesse et à la douceur relative des changements planétaires. Nous sourions sans cesse en ce moment! Je parlerai bientôt. Je suis éternellement vôtre, dans la redevance et la gratitude.

Ashtar

 

Message d’Ashtar par l’entremise de Mark Stearn Site officiel anglais : http://www.adventurer.co.nr
(Voir Archives)

Traduit de l’anglais par Diane Déziel pour amourdelumiere.com
http://www.amourdelumiere.com/index.php

Merci de ne pas couper et de garder la source.

A propos d’Ashtar et de l’Ascension
Contactez Sébastien :

Message d'Ashtar Sheran dans Ashtar Sheran email_m01

Et venez dialoguer dans son Groupe de discussion :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Ashtar_Sananda_montrent_la_Lumiere_divine/

 

source : presence d’autres mondes

 

 

nouvellevision.

Area 51

 

La zone 51

LES REVELATIONS DU DR MICHAEL WOLF

A environ 190 kilomètres au Nord-Ouest de Las Vegas, dans le désert du Nevada, la carte officielle devient soudainement muette. Rien de ce qui se trouve dans cette zone n’y est mentionné. Pourtant, il y a des montagnes et des ravins impressionnants, des bâtiments de bonne taille ainsi qu’une immense piste d’envol longue de 9,5 km. Mais rien de tout cela ne figure sur la carte. Sur un territoire de la taille de la Suisse, il semblerait que toute activité humaine ait été volontairement occultée.

Area 51 dans Area 51 insigne_area51

 

L’accès à cette zone est interdit. Des panneaux placés à ses limites indiquent que l’utilisation de la force armée est autorisée à l’encontre des intrus. En outre, l’espace aérien surplombant l’endroit est le plus inviolable des Etats-Unis. Nous sommes sur le territoire de la Nellis Air Force Range et du site nucléaire du Nevada, plus communément appelé Zone 51 (Area 51), suivant l’ancienne désignation officielle du lieu.
La Zone 51 fut établie en 1954 pour servir de base secrète à la Lockheed Aircraft Corporation, société d’aéronautique qui mettait alors au point des avions-espions pour le compte de la CIA et du Pentagone. Ce site d’essais servait encore récemment aux projets de défense les plus avancés mis en oeuvre par les Etats-Unis. Le bombardier furtif Stealth fut testé sur cette base comme d’autres engins de conception futuriste. Compte tenu de ces activités, la base a toujours été entourée du plus grand secret – l’US Aire Force (USAF) n’en a reconnu l’existence qu’en 1994 – car c’est là que se trouve le fer de lance de la technologie militaire américaine. Or, d’après certains éléments d’information récents, la technologie du site aussi bien que ses employés ne serait pas uniquement d’origine américaine. Tout ou partie serait extraterrestre !

zone_51_carte dans Area 51

 

 

UNE TECHNOLOGIE EXTRATERRESTRE ?

Les autorités américaines montrèrent en effet un embarras évident lorsqu’un ancien technicien du site déclara qu’il existait une activité OVNI au-dessus de la Zone 51. Pour compléter cette très surprenante déclaration, cet informateur ajouta que l’Aviation américaine travaillait activement avec la technologie extraterrestre ! C’est sur un plateau de télévision, en Mai 1989, que Bob Lazar fit ces déclarations. Cet informateur devait savoir de quoi il parlait : Lazar avait occupé, sous contrat, un poste de scientifique sur la base pendant cinq mois à partir de Décembre 1988. Il révéla que le gouvernement américain y conduisait un programme d’examen de neuf soucoupes volantes et tentait d’adapter la technologie extraterrestre à ses propres fins. Quand Lazar fit ce témoignage public, il opéra dans l’ombre : il se présenta sous un nom d’emprunt – Denis – et sa voix fut modifiée électroniquement. Cette prudence lui était dictée par le fait que sa femme et lui avaient déjà fait l’objet de menaces de mort. Les précautions prises eurent peu d’effet : dans les jours suivant l’interview, les menaces de mort se succédèrent et on tira des coups de feu sur sa voiture. En Novembre de la même année, afin de prévenir ce genre d’incidents, Lazar décida de jeter le masque. A cette occasion, il donna plus de détails encore, décrivant notamment le site ultra-secret S4, situé à l’intérieur de la Zone 51, près du Lac Papoose (voir carte), lieu où les engins extraterrestres étaient remisés.
Il précisa les fonctions qui avaient été les siennes sur ce site : au sein d’une équipe de 22 ingénieurs, il avait été engagé pour tenter de comprendre le système de propulsion des ovnis.


ovnis_zone51

 

À L’INTERIEUR DU S4

Selon Lazar, le S4 était un vaste complexe souterrain occupant la surface d’une chaîne de montagne entière. Au début, il pensait travailler sur une technologie humaine très avancée. Mais lorsqu’il pénétra à l’intérieur de l’un des disques, il acquit la conviction que tout cela venait d’un autre monde car ni la forme, ni les dimensions ne semblaient provenir de la main de l’homme. Il n’y a pas de joint physique, pas de soudure, ni boulons, ni rivets apparents dit Lazar. Chacun de ces objets présente une sorte de bord arrondi, comme s’il avait été moulé dans la cire, chauffé, et ensuite refroidi. Poursuivant ses descriptions, Lazar fait état de hublots, de voûtes et de tous petits sièges hauts de 30 cm. Quant à ce qui avait été identifié comme l’unité de propulsion, il s’agissait d’un objet de la taille d’un ballon de rugby, capable de produire un champ anti-gravité traversant l’engin par une tuyère verticale.

ovni_base_militaire

 

La documentation que Lazar put consulter par ailleurs confirma ses soupçons. Il y trouva sur le site une masse étonnante d’informations relatives aux OVNIs, y compris les images d’une autopsie de petits êtres grisâtres et chauves. D’après les documents compulsés par Lazar, ces extraterrestres étaient répertoriés comme venant du système stellaire Zeta Reticulli. Il y était également question d’un incident survenu en 1979, au cours duquel des extraterrestres avaient tué des gardes de la sécurité et un scientifique de la base. A la lumière de ces éléments, il ne faisait plus aucun doute pour Lazar qu’il s’agissait-là d’engins extraterrestres, fabriqués par une intelligence extraterrestre, avec des matériaux extraterrestres. Lazar n’affirme pas catégoriquement avoir vu des extraterrestres au S4. Mais il assista en revanche à une scène étrange … Passant un jour devant une pièce dont la porte était ouverte, il vit deux hommes en blouse blanche regarder vers le bas et s’adressant à un petit être aux longs bras… Ce fut une vision brève. Je n’ai aucune idée de ce que cela pouvait être, dit Lazar.

zone_51_carte_detaillee

 

 

INFORMATIONS FIABLES ?

Lazar emploie-t-il des clichés sur les OVNIs pour se faire un peu de publicité ou peut-on croire ce qu’il raconte ? Plusieurs éléments viennent toutefois corroborer ses affirmations. D’après George Knapp, qui interviewa Lazar à la télévision, plus d’une douzaine de personnes se sont depuis manifestées pour compléter et étayer ses propos. Knapp a ainsi pu filmer le témoignage d’un homme ayant dirigé plusieurs programmes militaires de grande ampleur à la base Nellis. Ce témoin prétend que les autorités disposent d’extraterrestres et de leur technologie depuis les années 50. Hélas, cette bande vidéo ne pourra être visionnée qu’après la mort de cet homme. Aucun des autres témoins n’accepte de se montrer au jour car ils craignent des représailles.

zone_51_panneau2

 

 

MENACES DE MORT

Un journaliste d’une autre chaîne de télévision qui souhaitait enquêter sur la Zone 51 se heurta aux même réticences. Un ingénieur électricien qui affirmait avoir vu une soucoupe volante se déclara prêt à participer à une émission télévisée. Mais il se ravisa après avoir constaté la présence d’individus, vêtus de sombre, stationnant nuit et jour dans des voitures près de son domicile. Un autre témoin reçut des menaces directes. On lui dit : « Nous savons que vous voyagez beaucoup, et ce serait tellement dommage que vous ou votre famille ne soit victime d’un accident ! ». Si l’on observe Lazar dans ses prestations télévisuelles, il apparaît comme une personne posée, calme et sans prétentions. Il ne s’avance pas sur des domaines qui ne lui sont pas familiers. Il a, de plus, toujours avancé la même version des faits – chose difficile et rare en matière de faux témoignages. Toutefois, sa crédibilité peut être mise en doute car il soutient être titulaire de diplômes délivrés par deux universités américaines prestigieuses, sans jamais en avoir apporté la preuve. Par ailleurs, il a connu une faillite commerciale et a été condamné à des travaux d’intérêt général pour avoir participé à la gérance d’une maison close. On peut également s’interroger sur les motivations de Lazar. Selon lui, il a décidé de parler parce que garder le silence aurait été une insulte à la Science et aux citoyens américains. Ces nobles intentions ne l’ont pas empêché de vendre ses dessins d’engins extraterrestres sous forme de maquettes, et d’en céder les droits pour un film racontant son aventure. Mais gagner de l’argent n’est pas un crime, surtout aux Etats-Unis, et les quelques taches sur son passé ne signifient pas qu’il soit foncièrement malhonnête. Quoi qu’il en soit, un doute subsiste sur la véracité de certains de ses propos. Lazar affirme par exemple que, de 1982 à 1984, il a travaillé au Laboratoire National de Los Alamos au Nouveau-Mexique, dans le cadre de l’Initiative de Défense Stratégique Guerre des Etoiles. Le journaliste George Knapp enquêta à ce sujet et s’aperçut que le nom de Lazar figurait bien à l’époque sur l’annuaire du laboratoire de Los Alamos. Mais le fait a été catégoriquement démenti par les autorités militaires; selon elles, il n’y aurait aucune trace d’un tel engagement. En revanche, le gouvernement n’a jamais nié que Lazar avait travaillé à la Zone 51, ce qui est confirmé par ses déclarations d’impôt.


BOB LAZAR

Bob LAZAR

 

CONFIRMATION VIDEO ?

D’autres données accréditant les dires de Lazar ont été récemment produites. En 1995, une société cinématographique allemande diffusa une cassette vidéo – « Secrets du Monde Noir » – dans laquelle plusieurs témoins confirment que la Zone 51 est le théâtre d’une activité pour le moins étrange. Par exemple, Norio Hayakawa, cameraman de la télévision japonaise, resta éveillé toute une nuit afin d’entrevoir un OVNI décollant de la Zone 51. Il filma en effet un objet lumineux planant au-dessus des montagnes et à travers le ciel. L’analyse du film fait dire à Hayakawa que l’objet n’était certainement pas un avion de type classique. Beaucoup d’autres films montrent à peu près la même chose : un objet extrêmement lumineux se déplaçant à une vitesse incroyable et effectuant des manoeuvres aériennes impossibles. L’un de ces objets s’est même approché d’une équipe de la télévision de la NBC : les journalistes sont revenus avec des brûlures proches de l’irradiation. Un autre reporter a réussi à s’introduire à l’intérieur du S4 et a pu filmer une salle remplie de grands récipients dans lesquels, selon lui, étaient stockés des cadavres d’extraterrestres.

area51splash
La cassette vidéo allemande présente deux soi-disant OVNIs : l’un ressemble fort à un avion à réaction classique volant à basse altitude, l’autre est en fait une séquence mal montée d’un avion en piteux état. Par ailleurs, des spécialistes en aéronautique, tel l’écrivain Jim Goodall, affirment qu’au moins huit programmes de vols spatiaux sont en cours sur la Zone 51. Ces Black Programs, projets ultra-secrets au budget annuel estimé à 35 milliards de dollars, ont permis au bombardier furtif Stealth (furtif) de voir le jour. Et l’on sait qu’ils incluent des essais d’avions-sondes sans pilotes dont la vitesse et la maniabilité pourraient facilement faire croire qu’il s’agit de soucoupes volantes. Cette probabilité n’explique pas tout. Goodall fait état d’engins silencieux et incroyablement rapides (l’un d’eux, suivi par le Federal Aviation Administration Center, filait à 16 000 Km/h, soit environ treize fois la vitesse du son) et s’interroge légitimement sur la compatibilité entre de telles vitesses et la technologie humaine. Goodall interviewa un ancien ouvrier de chez Lockheed qui affirma : « Nous possédons des engins dans le désert du Nevada qui feraient baver d’envie Georges Lucas ! ».

 

Egalement interrogé par Goodall, Ben Rich, ancien président de la Lockheed Advanced Development, déclara : « Oui. Je crois fermement que les ovnis existent ! ».
Lazar indique que ceux qui travaillent au sein du S4 portent des badges portant le nom de « code Maj ». S’agit-il du Majestic 12, le groupe ultra-secret de recherche sur les soucoupes volantes créé par le président des Etats-Unis en 1947 ?

 

LIENS:
http://photovni.free.fr/html/zone51.htm

 

http://reguite.free.fr/Extraterrestres/zone51.html

 

http://www.dinosoria.com/zone_51.htm

 

http://www.area51zone.com/structures.shtml

 


Vidéo ZONE 51 : http://www.dinosoria.com/video_base_51.htm
OVNIs filmés près de la ZONE 51 : http://www.ldi5.com/ovni/preuves/film6.php#51

 

 

Une des entrées de la ZONE 51

 

zone_51_une_des_entrees

 

Entrée d’une base souterraine sur la ZONE 51

zone_51_base_souterraine


Zoom sur l’entrée de la base souterraine

zone_51_base_souterraine_zoom


Cratères d’essais nucléaires souterrains sur la ZONE 51

zone_51_crateres_dessais_nucleaires_souterrains

source : presence d’autres mondes

 

nouvellevision.

 

Les Ummites.

 

UMMITES

Origine :

Planète « Ummo » autour de l’étoile WOLF 424 (constellation de la Vierge d’après nous mais erreur probable d’après eux ! Courbure de l’espace temps ?…)

 

Popularité :

Tendance salvatrice de l’humanité mais en restant dans l’ombre car ils ne souhaitent pas « modifier » le Système Universel de la « matrice »…Ils nous signalent d’ailleurs l’existence sur notre planète d’une race arrivée en 1946, de trés petite taille et cherchant à faire diverses expériences psychiques et parapsychiques sur la race humaine (et les autres d’ailleurs) : donc ils nous préviennent quand même un peu !

 

Connus depuis :

Attérissage en France ( 13kms de Dignes et 8 de « La Javie ») le 28 Mars 1950 à 4h17min TMG (!) par voyage dans un univers gémelleaire d’anti-matière (dans lequel le temps est inversé) et en utilisant des replis de l’espace.

 

Ligne directrice des propos tenus :

Des centaines de pages concernant des théories aidant l’humanité à mieux vivre et se comprendre. Théories scientifiques, théories spirituelles,etc. Certaines sont encore incomprises aujourd’hui, d’autres ont été directement exploitées scientifiquement, notamment par J.P. Petit du CNRS…voir MHD ( magnéto hydro dynamique )
Ils disent eux-mêmes qu’ils nous étudient mais ne veulent pas interagir avec nous trop fortement, ils ne veulent pas infléchir le cours de notre histoire, alors lorsqu’ils sentent que leurs propos commencent à trop être pris au sérieux, ils disent ajouter volontairement des mensonges et des fautes grossières, pour diminuer l’intérêt qui leur est porté. Ils veulent qu’on les croit, mais pas trop. Un tri « intelligent » de leurs propos permet d’exploiter des trésors d’informations vraiment passionnantes.

 

Spécificités de l’espèce :

D’allure 100% humaine, d’un tein plus pâlot mais sensiblement identiques. S’apparentent à des Nordiques (teint blanc et cheveux blonds). Leur planète, décrite avec détail, est de même description approximative que la Terre, le champ magnétique y étant par contre beaucoup plus intense et un seul continent unique y existant au lieu de plusieurs chez nous, ce qui a beaucoup influencé leur société. Société « neutre » a tendance « communiste » (le vrai!), tout est mis en commun. Proche de la rencontre RR3 ou RR4 de Rose C. de Nîmes (voir site de Fred Idylle http://perso.wanadoo.fr/fidylle/docs/indexa1.php ). Ils cessent de pouvoir utiliser leur cordes vocales dès l’âge de 12 ans et sont obligés d’utiliser un appareil implanté dans la gorge pour s’exprimer par des sons (sur Terre, pas besoin de son chez eux, voir ci-après). Cette disparition de la parole est consécutive au développement dans leur passé de leur capacité de communication télépathique.

 

Historique de leurs contacts avec nous:

  • Les Ummites disent être arrivés sur terre en mars 1950, dans la région de Digne, à la suite de la réception « accidentelle » d’un message en morse envoyé par un navire norvégien un peu plus de 16 ans auparavant. Trois nefs ont amené un corps d’expéditionnaires (de la planète UMMO, à 14,6 années de lumière) qui ont installé, probablement sur la Crête de la Blache entre Digne et la Javie, une première base (voir compilation, lettre D57). Ils passent un certain temps à analyser les coutumes, se promènent à Paris (et sans doute ailleurs), et évitent de faire parler d’eux. En 1966, Mr Fernando SESMA, animateur d’une association Espagnole un peu  » ésotérique « , et qui, dans un livre qu’il avait écrit, se disait en contact avec des extra-terrestres (d’autres), commence à recevoir des lettres. D’autres destinataires en recevront par la suite (34 espagnols et plusieurs français connus). Le contact se poursuit jusqu’en 1994 (du moins nous ne disposons pas de lettres postérieures à cette date). Nous disposons actuellement de plus de 150 documents (sur les 176 répertoriés) représentant plus de 1000 pages de textes écrits par les Ummites mais il est possible que de nombreuses autres lettres existent (il est fait mention, dans une lettre de 1988, de 3850 pages originales, envoyés à de nombreux destinataires sous forme de copies représentant 160000 feuillets !).

 

 

  • Donc, ces lettres racontent l’arrivée sur Terre d’un petit corps expéditionnaire de scientifiques chargés de nous étudier, leur étonnement devant le polymorphisme et le désordre social des terrestres; Ils exposent leur sociologie qui tient du totalitarisme éclairé et du superorganisme à la Teilhard de Chardin, leur technologie en particulier celle de leurs nefs lenticulaires qui profitent de plis transitoires de l’espace et transitent par un anti-univers (univers gémmelaire) pour court-circuiter les distances astronomiques qui nous séparent, leurs mœurs, leur sexologie, la géologie et la géographie de leur planète monocontinentale, et également leur cosmologie, leur logique, leur philosophie et leur théologie. Leur système de mesures est duodécimal. Ils auraient découvert une infinité de couples d’univers inverses et deux univers limites de type psychique, faits d’âmes collectives planétaires (le Buawe Biaie) et individuelles (les Buawaa), avec lesquelles les hommes sont directement reliés par des capteurs d’atomes de krypton situés dans le cerveau et l’ADN. Toutes nos particules ne seraient que des aspects d’une seule réalité fondamentale de type angulaire (l’Ibozo uu). Le style est ampoulé, redondant, professoral, dénué d’humour. Ils semblent ignorer le jeu, la paresse, les arts (sauf celui des parfums), les notions de moyenne et d’arrondi et parlent de probabibilité avec des décimales. Leur langage parlé et écrit permet deux discours simultanés disjoints et indépendants sans parler d’un troisième télépathique. Ils auraient déjà envoyé sur Oummo des reproductions tridimensionnelles de nos principales œuvres. Ils prédisent une possible fin nucléaire de l’humanité qu’ils pourraient empêcher en intervenant sur nos chefs d’état qui sont tous des fous dangereux. Ils disent mélanger le vrai et le faux et qu’il ne faut pas trop les croire. Les connaissances scientifiques sont nettement au dessus du commun et nécessitent un groupe structuré de rédacteurs. Ils ont utilisé plus de 530 phonèmes, sans erreur d’utilisation entre les premières et les dernières lettres. Les racines « étymologiques » de ces phonèmes sont constantes dans le temps.

 

 

  • Jusqu’ici, vous avez sans doute un petit sourire en coin…C’est normal!… Où l’on sourit moins c’est quand on prends la peine de lire ces textes et que l’on fait la somme des informations qui y sont contenues.

 

 

  • Depuis 1975 un scientifique français, J-P .PETIT, a connaissance de ces lettres et en aurait reçu directement quelques une.. Les informations contenues lui ont permis, et il le reconnaît, d’établir diverses théories concernant la propulsion magnéto-hydro-dynamique (MHD), l’annihilation de l’onde de choc à des vitesses supersoniques, les bases d’une mathématique nouvelle « tétravalente », ainsi que la modélisation et le calcul d’univers gémellaires. Cette dernière théorie, si elle est acceptée un jour par la communauté scientifique, remettrait complètement à plat la conception actuelle de notre univers en permettant d’expliquer deux points d’achoppement du modèle communément admis actuellement ; la masse manquante et le déficit en neutrinos solaires.

 

 

  • Ils décrivent de nombreux éléments de leur science et de leur manière de concevoir la matière, sa structure, l’univers avec beaucoup de précision: on a parfois l’impression d’être plongé dans un manuel de physique d’un extraterrestre d’une autre planète, c’est un sentiment très spécial!!

 

Conceptions spirituelles:

  • Leur religion et leur science ne font qu’un. Leur science leur a permis de comprendre ce qu’est l’Univers, la conscience, et Dieu, ainsi que le but de l’univers; d’où cette liaison inséparable de leur conception spirituelle et de leur science.

extrait du site Physique et Métaphysique Ummite

  • La religion Ummite est plus proche d’une philosophie religieuse que d’une religion proprement dite. S’il fallait la comparer à une « religion » terrestre, l’exemple qui vient immédiatement à l’esprit est le Bouddhisme (en exceptant la notion de réincarnation)….


  • La différence la plus fondamentale par rapport à nos religions semble être l’absence quasi totale de rituel collectif et de hiérarchie religieuse. Pas de rituels collectifs ; non, mais une vie familiale qui semble être tournée vers la méditation et l’envie d’agir dans la collectivité, pour le bien de cette collectivité. Pas de hiérarchie religieuse ; mais en fait, à y regarder de plus près, leur système politique se fondant sur des lois morales issues de « TAU » religieux, on peut sans doute considérer que leurs dirigeant sont en fait les gardiens de ces lois religieuses, à défaut d’en être les prêtres. Il semble que seules de nouvelles découvertes scientifiques peuvent faire changer leur manière de voir.


  • Les Ummites, nous disent ils, ont intégré les découvertes de la science dans cette philosophie religieuse. Ils ont de ce fait répondu aux questions fondamentales que se posent nos philosophes depuis la nuit des temps, à savoir; qui sommes nous, d’ou venons nous, où allons nous, pourquoi ? Vous trouverez leurs réponses dans les textes qui vont suivre. Ils semblent avoir atteint un point d’évolution où leur foi dirige leurs actes pour le bien de leur humanité et pour l’amélioration des deux « univers hors de nos univers » qui commandent l’évolution vers un « point oméga » qu’ils espèrent le plus proche possible du dessein de « WOA ».

source : www.conspirovniscience.com

 

nouvellevision.

 

 

12345

la terre ça chauffe |
Historia |
EXO-CONTACTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CEVENNES ET CAUSSES
| marjo
| Les Vétérans de Napoléon 1er