M.I.B : Men In Black.

MIB

M.I.B : Men In Black. dans Extraterrestres homme_en_noir

Abréviation de Men In Black, ou hommes en noir. Les MIB sont des personnages très bizarres, bien qu’il soit d’apparence humaine, ils effraient la plupart de ceux qui les rencontrent. Ils visitent les témoins d’une observation d’ovni et les persuadent de se taire à propos de leur expérience et d’oublier ce qu’ils ont pu voir. Ils vont même jusqu’à faire des menaces si les témoins ne veulent pas coopérer. De plus, ils effacent toute preuve sur les observations d’ovnis ou d’extraterrestres appartenant aux témoins.

Les hommes en noir, agents du gouvernement, canulars ou extraterrestres ?

mibapparence dans Extraterrestres

 

En général, les Hommes en noir se manifestent peu de temps après qu’un ovni ou une rencontre avec un extraterrestre ait été signalée. Il s’agit soit d’une visite, soit d’un appel téléphonique à la personne qui a rencontré le phénomène extraterrestre, ou à une personne enquêtant sur l’affaire. Ils sont toujours vêtus de noir, costume, lunettes, chaussures, cravates… Leurs costumes est toujours bien pressé et semble fait sur mesure. Ils se déplacent souvent en voitures américaines, des Cadillac, des Mustang, des Volkswagen, des Buick, ou des Lincoln, noires bien sûr. La plaque d’immatriculation est toujours introuvable. On constate aussi qu’ils sont le plus souvent en petit groupe de 2 à 4, mais qu’ils peuvent être seuls dans certains cas. D’après les témoignages, les hommes en noir se comportent comme des robots, ils parlent très lentement avec une élocution mécanique. Certains MIB se présentent comme des agents du gouvernement mais leurs papiers d’identité, lorsqu’ils en possèdent, s’avèrent toujours faux par la suite. Une chose étonnante à remarquer est que les hommes en noir semblent toujours posséder des renseignements détaillés concernant la victime et l’expérience qu’elle a vécue, avant même que le témoin ait averti quelqu’un. Étant donné qu’ils interviennent la plupart du temps quelques heures seulement après l’observation de l’ovni, comment font-ils pour obtenir ces renseignements si rapidement? Selon certains ufologues, les seules personnes ayant accès à ce genre d’informations sont des agents secrets du gouvernement. Ils estiment que ces mystérieux étrangers participent à une campagne de désinformation visant à dissimuler certaines opérations secrètes menées par les services officiels, comme des opérations militaires ultra-secrètes, par exemple. Alors c’est tout à fait normal de connaître les détails de l’affaire quand c’est vous qui êtes à l’origine de l’ovni observé! Par ailleurs, un certain nombre d’ufologues sont convaincus que les gouvernements cherchent à empêcher la population de découvrir la vérité sur les ovnis. Dans cette hypothèse, les Hommes en noir feraient partie d’une conspiration gouvernementale destinée à manipuler les témoins d’apparitions d’ovnis et les enquêteurs. Par contre certains rétorquent que les hommes décrits par les témoins ont une apparence et des manières trop étranges pour être des humains. Leurs connaissances sur les témoins et leurs arrivées rapides sur les lieux seraient expliqués par leur origine extraterrestre.

Ainsi ces conclusions ont amené plusieurs personnes à affirmer que les hommes en noir sont des extraterrestres qui cherchent à éviter que les humains s’interrogent sur leur espèce.

http://www.alterguia.com.ve/UFOLOGIA/mib1.JPG

         Quelques cas signalés :

  • Li Jing-Yang avait six ans en mai 1963, quand il vit, tandis qu’il jouait avec ses camarades, un disque argenté brillant qui planait dans le ciel de sa province du Shansi, à Yangguan précisément. Le lendemain de cette observation, Li fut arrêté dans la rue par un homme très grand, mince et habillé tout en noir. L’homme demanda à Li, en pointant l’endroit du ciel où l’objet était apparu, s’il avait vu quelque chose d’inhabituel récemment. L’enfant répondit bien sûr par l’affirmative, et le MIB lui dit alors de « ne jamais dire à personne » ce qu’il avait vu. Puis il s’en alla et disparut au coin de la rue. Li rapporte que l’apparition de ce personnage peu commun fut remarquée et abondamment commentée par plusieurs habitants, qui furent frappés par la démarche mécanique et la voix bizarre de l’inconnu, qui semblait sortir d’un automate – ses lèvres restant immobiles tandis qu’il parlait. Il fit ainsi à l’observation du disque volant une publicité qui allait exactement à l’encontre de sa mise en garde au petit Li.

  • Le11 septembre 1976, le psychiatre Herbert Hopkins travaillait sur un cas d’apparition d’ovni dans l’État du Maine aux États-Unis. Il reçut un appel téléphonique d’un homme qui se présentait comme enquêteur en matière d’ovnis. L’étranger demanda l’autorisation de rendre visite au psychiatre, et moins d’une minute après l’appel téléphonique, il sonna à la porte.  » Je n’ai pas vu de voiture, et même sil avait eu une voiture, il n’aurait absolument pas eu temps de venir chez moi aussi rapidement à partir d’un téléphone public « , fit remarquer le docteur Hopkins. Le visiteur conseilla à Hopkins de détruire la totalité de ses archives concernant l’affaire d’enlèvement. Mais peu à peu, Hopkins remarqua que la parole du visiteur devenait hésitante. L’homme se leva soudain en tremblant et, parvenant avec difficulté jusqu’à la porte, s’excusa en disant : « Ma réserve d’énergie est presque épuisée… il faut que je parte. » C’est alors que le docteur Hopkins pris conscience de l’aspect extrêmement étrange de son visiteur. Il portait un costume noir d’une coupe démodée, mais qui semblait neuf. Totalement chauve, il n’avait pas de sourcil ni de cils et détail encore plus étrange il portait du rouge à lèvre.

http://www.diablus.com/img/articles/174408155.jpg (????) ↑

  • En avril 1952, Albert Bender, 31 ans créa dans le Connecticut l’international flying saucer bureau (IFSB), première organisation dédiée aux recherches sur les ovnis. Il publie le 1er numéro de Space Review, une revue dédiée à la diffusion de nouvelles sur les ovnis. Mais l’IFSB ferma ses portes 18 mois plus tard: La famille de Bender avait été menacée par trois hommes en noir, qui exigèrent que ses recherches cessent.

  • L’aventure de Rex Heflin, cet inspecteur d’autoroute de Santa Ana (Californie) qui avait photographié un ovni près d’un camp de Marines, a marqué les esprits. En 1965, il prit plusieurs photos d’un OVNI avec son Polaroïd. Il reçut la visite d’un homme disant être un représentant du NORAD (North Americain Air Defense Command) à qui il remit les originaux des photographies (par bonheur, il avait fait copier ses photos). Ne voyant pas venir ses photos en retour, au bout d’un certain temps, Heflin contacte le NORAD: on lui répond qu’aucun membre de cette agence ne l’a visité Les polaroïds originaux ne seront jamais retrouvés.. Deux ans plus tard, le 11 octobre 1967, un inconnu frappe à sa porte, au crépuscule. Il porte un uniforme de l’Air Force. Fort de sa première expérience, Heflin lui demande ses papiers, ils étaient au nom du capitaine C.H. Edmonds. L’homme lui pose quelques questions et lui parle des photos, il lui demande même s’il sait quelque chose du Triangle des Bermudes! Pendant la conversation, Heflin remarque la présence, d’une voiture arrêtée, dans la rue, avec sur le siège arrière quelqu’un, et une lumière violette qui éclaire faiblement l’intérieur. Plus tard, un certain nombre d’enquêteurs, parmi lesquels le regretté James E. McDonald, mettront tout en oeuvre pour identifier ces visiteurs. Leurs efforts, malgré les précautions prises par Heflin, resteront vains. Personne ne saura jamais qui a parlé à Rex Heflin…

  • Carlo Rossi avait l’habitude de pêcher la nuit dans son coin favori, sur la rivière Serchio dans la partie septentrionale de l’Italie. Bien qu’il avait perdu un bras dans un accident, Carlo Rossi, un homme dans la cinquantaine, se débrouillait avec son autre main pour amorcer sa ligne, et prenait énormément de plaisir à son loisir favori. Il était trois heures du matin, en cette fin de juillet 1952. Un reflet de lumière sur l’eau attira l’attention de Rossi. Il leva les yeux et vit un objet bizarre, comme une bobine aplatie, avec des rotors sur le dessus, qui planait un peu au-dessus du cours d’eau. Il lançait des éclairs oranges et bleus. Un tube sortit bientôt de l’objet et plongea dans la rivière, semblant pomper de l’eau. Rossi regardait la scène bouche bée, quand un personnage d’apparence humaine émergea par une ouverture au sommet de l’engin. Il dévisagea le pêcheur pendant un instant, puis pointa son doigt vers lui, comme s’il voulait le montrer à une autre personne que Rossi ne pouvait pas voir, à l’intérieur de l’objet. Carlo Rossi n’était pas rassuré et prit la fuite. Un rayon de lumière verte passa encore au-dessus de sa tête, tandis qu’il ressentait comme une secousse électrique dans tout le corps. S’étant jeté à terre, il put voir l’objet s’élever et disparaître en direction de Viareggio. Rossi décida de ne parler à personne de ce qu’il avait vu. Il ne fut pas peu surpris quand, deux mois plus tard environ, le 15 septembre, alors qu’il gagnait son lieu de prédilection en fin de journée, un étranger le salua et lui demanda s’il n’avait pas vu « un avion, ou un autre engin volant au-dessus de la rivière »! L’inconnu, qui avait semblé l’attendre, était vêtu de bleu sombre, et son visage était très anguleux et son regard pénétrant. Il s’exprimait en italien, mais avec un fort accent, comme celui d’un Scandinave. Rossi, se sentant menacé, nia avoir vu quoi que ce soit. L’autre lui offrit alors une cigarette – comme le pêcheur n’en avait jamais vue, avec une marque dorée sur le côté. Sitôt qu’il en eut tiré une bouffée, il se sentit pris de vertiges et de nausées. Alors l’étranger lui arracha la cigarette, l’écrasa et la jeta dans la rivière! Puis il s’en alla sans demander son reste.

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/92/Man_in_black.jpg/180px-Man_in_black.jpg

 


nouvellevision.

 


Un commentaire

  1. Anonyme dit :

    jai vraiment peur des hommes en noir, dabord jetais fasciné mais la…

Répondre

la terre ça chauffe |
Historia |
EXO-CONTACTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CEVENNES ET CAUSSES
| marjo
| Les Vétérans de Napoléon 1er