Archive pour août, 2007

Le 5 novembre 1990, plus de 400 OVNI ont survolé la France

( il y’a eu des erreurs dans la page, alors il y’a de grand espaces entre certaines lignes, j’espère que cela ne vous génera pas dans la compréhension de l’article.

Je m’en excuse.)

 

Notre dossier préféré !

Attention nous vous démontrons par A+B tout ce que nous avançons ici dans ce dossier.

NOUS VOUS DEMANDONS DE VERIFIER ET D’ETUDIER, ET DE NOUS DONNER VOTRE OPINION ARGUMENTE SI VOUS LE DESIREZ.

Des observations, des témoignages, des photos, des explications, des comparaisons qui ne laissent aucune chance au hasard.

 

Lisez bien tout jusqu’en bas de cette page !

ICI – Les rapports de gendarmerie donnés par le GEIPAN du CNES depuis le 22 mars 2007 sur Internet POUR LE 5 NOVEMBRE 1990

ATTENTION: Nous tenons à présicer comme vous le voyez dans notre dossier, que le GEIPAN continue à se tromper sur la vérité de ce jour du 5 novembre 1990, et que leur explication:  » Observation par des milliers de personnes d’une rentrée atmospherique d’une ampleur exceptionnelle » (classe A) est totalement fausse !

 

Un conseil achetez le livre « OVNI CONTACT » à commander sur

http://lemercuredegaillon.free.fr/biblioweb.fr.htm
http://membres.lycos.fr/cufohn/franceovni/
http://france.ovni.free.fr/libraire.htm

22,87euros + 3,80euros s de frais de port soit 26,67euros , prix pratiqué en août 2006, un investissement à faire d’urgence.

ovni_contact.gif

Nous n’avons aucun intérêt financier dans ce livre mais c’est le livre du siècle, une preuve extraterrestre en elle même. Une bombe pour mettre tout le monde d’accord ! OUI des « Extraterrestres » sont là et veulent le Vrai Contact avec les « Hommes » de la Terre.

ICI – « La Vague d’OVNIs » – Franck Marie – Thierry Garnier (27/05/03) (Document PDF)

Ce dossier est publié dans OVNI007 depuis le 30 juillet 2006 et sera complété au fil de leurs recherches.

Vous vous rendrez compte rapidement dans notre dossier que nous arrivons à la conclusion ci-dessous,

 

conclusion que NOUS VOUS DEMANDONS DE VERIFIER ET D’ETUDIER,

 

Il ne s’agit pas de ne nous croire sur parole, mais que vous étudiez par vous même ce dossier brûlant et captivant et que vous fassiez votre propre opinion objectivement.

Voici la conclusion faite très sérieusement par

LA BANQUE INTERNATIONALE DE DONNEES UFOLOGIQUES,

à vous l’infirmer ou de la confirmer :

http://www.dailymotion.com/video/3u9MIWWMDQePS3Nk2

OVNI CONTACT présentation

http://www.dailymotion.com/video/5IDPXn43fH6V23NlG

OVNI CONTACT Complément

http://www.dailymotion.com/video/6aW38pSsDIN0Z3Nb7

Satellite Gorizont 21 – NON !

http://www.dailymotion.com/video/70UIw6icx3WvtAvH

OVNI : 5novembre90

Un plan de vol très organisé, un engin tout les 5 ou 10 centigrades en vol, 74 départements ont reçu des témoignages, environ 500 témoignages sur toutes la France, et combien de témoins qui n’ont pas témoignés.

 

 

De quelques manière que l’on prenne le problème, il est évident que des objets gigantesques ont survolé le territoire français :
20% des témoins estiment les objets longs de 500 mètres à 1000 mètres !
22% donnent une longueur comprise entre 50 cm à 1 mètre mesuré à bout de bras.

Ces dimensions ne serait-ce qu’à 1 kilomètre du témoin, deviennent impossibles à concevoir si l’objet est 2, 5, 10 ou 100 fois plus loin (fusée à proton environ 10 mètres de long !)
Ainsi tout porte à croire que les vols furent bien observés en très basse altitude !

Seuls 4% des témoins acceptent l’idée d’une altitude supérieure à 5 km !
75% des témoins affirment un éloignement inférieure à 1000 mètres !

La progression de ces engins a été constatée sur des itinéraires parallèles distants de 5 à 25 km en moyenne, basse altitude, les directions étant Ouest/Est avec inflection vers le Sud-Ouest/Nord-est, plus de 2 cas sont signalé Est/Ouest, nord/Sud ou Sud/Nord

La localisation des observateurs ne semble pas résulter du hasard :
Une grande majorité des sites d’observations repose sur des longitudes et des latitudes à calculer en multiples de 5 centigrades (0, 5, 10, 15, 20…)
75% des observateurs sont placés sur des alignements de 2 à 8 sites, tant en latitude qu’en longitude.
Et il y a encore pleins pleins observations irréfutables… tout cela vous pouvez le retrouver dans le livre:
OVNI CONTACT

http://www.dailymotion.com/video/52gF1MD6cfzVD3KaU

5 novembre 1990/Franck Marie/OVNI

http://www.dailymotion.com/video/3muFGo7UjotUl3KbD

5 novembre 1990: CONCLUSIONS

Des engins triangulaires, en forme de saucisse, qui pour certains atteignaient au moins 2 kilomètres de long.
Projecteurs très puissants vers le sol et vers le ciel.

Rien à voir avec la fusée proton russe de 10 ou 20 mètres de long et volant à une altitude d’environ 80 ou 100 km ! Un point invisible en sorte que l’opinion publique à avaler quasiment sans broncher quand le SEPRA a donné ces explications mafieuses !

 

Voici une partie de la conclusion de LA BANQUE INTERNATIONALE DES DONNEES UFOLOGIQUES:

Le 5 novembre 1990, une puissante armada d’engins extraterrestres s’est présentée aux regards des « Hommes », à 19 heures précises, en survol de l’Europe occidentale et surtout de la France !

Une puissance extraterrestre est venue se faire reconnaître de la collectivité humaine !
Il s’agit bien ici d’une très réelle phase de  » pré-contact  » !…

Des conclusions partielles que nous tirons simplement du livre OVNI CONTACT.

 

 

 

Ce jour là, plus de 400 OVNI ont survolé la France. Ces objets pour certains de forme triangulaire ou d’autres allongés comme des cigares, étaient longs de 500 mètres et plus pour certains, pourvus de projecteurs et de réacteurs de forme triangulaire plus petits, ils ont évolué selon un plan organisé qui a été mis en évidence par une enquête de 36 mois.

Plus de 400 engins vus à travers toute la France le 5 novembre 1990 entre 18h50 et 19h10 surtout, mais une acivité anormale depuis aussi 3 jours avant et jusqu’à 3 jours après !
Des engins pour certains entre 100m jusqu’à près de 2 kilomètres de long en forme triangulaire ou en forme de saucisse !
Plus de 500 témoignages
Ce n’est pas la rentrée d’un 3ème étage d’une fusée à proton russe de 19h07 !

 

 

 

Témoignage d’un ancien militaire Laurent effectué en 1992 sur « Sky Rock » en présence du présentateur Malère et de l’Ufologue Jimmy Guieu. Ecoutez cela vaut vraiment le coup.

http://www.dailymotion.com/video/3kdBP4MIEoQe38BjK

Témoignage du 5 novembre 1990 / 23h00

ICI LES PREUVES PAR LES CALCULS DE LA SUPERCHERIE DU SEPRA – Merci Monsieur Robert Alessandri pour ces formidables preuves incontestables – Encore un grand Bravo !

Il semble aussi que cette affaire ait causé beaucoup de remous au sein de la Défense nationale ! Nous tenons cela de plusieurs informateurs, et Jean Sider (Article de Jean Sider dans Inforespace n°96 en mai 1998) a remarqué que 9 jours seulement après la rentrée du 5 novembre, un décret du Ministère de la défense (n°90-1013 du 14/11/90) fixait les attributions du SIRPA (Service d’information et de relations publique des armées).

http://www.dailymotion.com/video/7cAHFaQi43yNb2D4w

5 novembre 1990 – Supplément d’infos audio

 

Article du Journal de Dax dans le sud-ouest

1990_sudouest.gif

La vérité nous l’avons et nous vous la donnons ici sur cette page de notre site OVNI007.

 

 

Nous tenons à confirmer la réalité d’engins extraterrestres volant le 5 novembre 1990 en France. Claude, contacte de notre groupe OVNI007 a lui même vu de ses propres yeux avec plusieurs témoins qui se tenaient à côté de lui en région parisienne à Bobigny à 19h00.

 

 

« Cela ressemblait à une plate-forme, à une sorte de boyau avançant à 10 ou 15 kimomètres heures maximum, il volait à 200 ou 300 mètres d’altitude maximum, il ne faisait aucun bruit.

 

Cet engin d’environ 100 mètres de long avait des projecteurs ou faisceaux étonnants, très puissants et dirigés vers le ciel en sens inverse de la marche.

 

Cet engin était vraiment très impressionnant. »

 

Claude.

 

 

« Un ami que j’ai rencontré récement dans la Drôme m’a confié que sa femme lui avait dit avoir observé à cette époque un engin qu’elle apparentait à LA TAILLE D’UNE VILLE au dessus du Vercors.
Elle n’a pas témoigné officiellement. »

 

Claude

 

(message fourni le 01/09/2006)

 

 

Voici ci-dessous la vidéo qui ressemble le plus à ce que Claude a vu lui-même, et qu’il nous a conceillé de vous montrer…

 

Le cas de l’ovni de Guillermo Osorio en 1995:

http://www.dailymotion.com/video/14CnyjUGuTMyu33RR

Ovni de Guillermo Osorio

Ce n’était pas un morceau d’une fusée russe !

 

Quelle bandes de rigolos ces désinformateurs !

Nous nous excusons d’avoir diffusé un témoignage approximatif de Claude avant aujourd’hui mardi 26 septembre 2006, c’est cela avoir la mémoire courte ! Désolé cher Claude !
Cette vague d’OVNI est à notre sens une des meilleures preuves extraterrestres.

1990-11-05.jpg

Dessin de l’observation de Blandine Mariotte

La seule photo que nous ayons pour le moment.

 

 

Philippe Ughetto, photographe de l’agence Magnum, et son assitant fixent sur la pellicules (photo ci-dessous) depuis les toits des immeubles de Gennevilliers.

 

Ce phénomène lumineux sera vu simultanément par des centaines de témoins à travers tout le pays, en direction du sud-ouest vers le nord-est.

 

Oh ! Quel beau cigare!

photo_5_novembre_1990.jpg

Manuel Jimenez dans son livre la Psychologie de la perception (Flammarion, 1997) a analysé un échantillon de mille deux cent vingt-cinq témoignages d’ovi [objets volants identifiés], constitué de cas de témoignages multiples consignés dans le fichier de la gendarmerie nationale. Il s’agit de dix-huit rentrées atmosphériques qui se sont produites entre 1974 et 1990. [p. 96]

Voici ces conclusions:

« Les rentrées de météores, de débris de satellites, de fusées se déroulent dans les hautes couches de l’atmosphère [...] Vues de la terre, ces rentrées atmosphériques se présentent comme des taches lumineuses, rondes ou allongées, d’une taille comparable à la pleine lune. Les couleurs sont en général multiples, et la durée très courte, en général quelques secondes à peine. Ils constituent donc, pour un psychologue expérimentaliste, des stimuli fugaces et vagues. »

La plupart des observations du 5 novembre 1990 ne correspondent en rien à ces descriptions faites par Manuel Jimenez, la rentrée d’un 3ème étage d’une fusée proton russe ne pourrait pas expliquer tous les témoignages et loin de là, et encore faut-il qu’il ai été présent ce morceau de fusée, car au vue des Russes ont peu fortement en douter par dessus ce constat !

LA TERRE ENTIERE A ETE ABUSEE.

L’OPINION PUBLIQUE A ETE MANIPULE.

IL NE FAIT AUCUN DOUTE, DES EXTRATERRESTRES SE SONT MONTRES EN FRANCE ET EN EUROPE LE 5 NOVEMBRE 1990.

C’est une certitude absolue.

Un témoignage :

La taille est qualifiée de « gigantesque »: la longueur est estimée à 300 ou 350 m, l’altitude à environ 200 m. Le diamètre du « sous-marin » correspond… à la hauteur d’une tour de 20 étages ! A l’arrière, trois faisceaux lumineux d’un blanc argenté éclairent en sens inverse du mouvement. Ils sont au moins aussi longs que le « sous-marin ». Ce ne sont pas des faisceaux tronqués, comme à Brétigny, à Gretz-Armainvilliers ou dans le sud de la Dordogne: ils se terminent « comme des projecteurs normaux ». Au fur et à mesure que l’énorme chose se déplace vers l’est, parallèlement à son axe, la direction d’observation évolue vers le sud, et l’avant de l’objet se rapproche du plan de la façade de l’immeuble. Comprenant qu’ils vont alors perdre de vue l’objet, les témoins bondissent dans la cuisine, dont la fenêtre donne vers l’est. Et là, ils voient (mais cette fois, de derrière) la monstrueuse chose qui paraît survoler le centre de Melun, et s’éloigne vers l’est. A l’arrière, on distingue comme une ouverture béante, mais les trois faisceaux, bien que non éblouissants, empêchent de distinguer les contours de la « masse noire », La vitesse est qualifiée de « très lente », et l’observation dure « nettement plus d’une minute ». Lorsqu’elle a été vue au plus près (juste avant ou juste après que les témoins soient passés d’un côté de l’appartement à l’autre), la masse noire seule (sans compter les trois faisceaux) était visible sous un angle de 30 à 40°. C’est 60 ou 80 fois le diamètre de la pleine lune, et cela couvre une bonne partie de la largeur du champ visuel. La hauteur angulaire maximale a été estimée à une trentaine de degrés.

Nous vous donnons la version officielle qui a été malheureusement présentée après aux médias pour désinformer la population française et à forciori mondiale.

LES PHENOMENES LUMINEUX observés dans la soirée du 5 novembre en France ont été identifiés. Ils ont été provoqués par la rentrée dans l’atmosphère et la combustion « du 3ème étage d’un lanceur soviétique ayant servi le 3 octobre 1990 à la mise sur orbite géostationnaire d’un satellite d’un satellite de télécommunication de type Gorizont 21 », a affirmé le Service d’expertise des phénomènes de rentrée atmosphérique (SEPRA) du Centre national d’études spatiales (CNES). L’objet « dans sa phase finale de désintégration, a traversé la France sur une orbite Pau-Strasbourg. Les conditions météorologiques exceptionnelles ont favorisé l’observation de ce phénomène de rentrée atmosphérique.

Sources: http://www.humanite.presse.fr/journal/1990-11-10/1990-11-10-805090

Les phénomènes lumineux observés la soirée du 5 novembre en France et dans plusieurs pays voisins, sont élucidés. Il s’agit de morceaux d’une fusée soviétique lors de sa rentrée dans l’atmosphère, a affirmé le Service d’expertise des phénomènes de rentrée atmosphérique (SEPRA), du Centre national d’études spatiales (CNES).

Le CNES indique qu’à partir des données fournies par le US Space Com américain qui suit tous les objets flottant dans l’espace, il ne peut s’agir que des morceaux d’une fusée qui avait lancé un satellite de télécommunications soviétique le 3 octobre. Ces morceaux sont rentrés dans les couches denses de l’atmosphère à 19h, heure française, selon une trajectoire allant de Pau à Strasbourg.

Source: Est Républicain, 10 novembre 1990

Trajectoire Pau-Strasbourg de l’élément de la fusée

 

Remarquez que la trajectoire est plutôt Bordeaux-Strasbourg !

trajectoire_fusee.gif

Observations des ovnis le 5 novembre 1990

5nov90.jpg

Maintenant comparez où les observations d’ovnis ont été faites à travers la France et où ils ont été vus, et celle de la prétendue trajectoire de la fusée.

PAS GRAND CHOSE A VOIR ENTRE LES DEUX CARTES N’EST CE PAS !!!!!!!!!!!

Avec ces deux cartes il est très facile de se rendre compte que peu d’observations peuvent être liées à la chute du 3ème étage de la fusée.

Nous avons superposée les deux cartes pour vous montrer encore mieux le résultat !

(en rouge la trajectoire de l’élément de la fusée)

 

5nov90compare.jpg

L’EVIDENCE DU MENSONGE EST SOUS VOS YEUX ET SANS AUCUNE AMBIGUITE.

 

 

Un Engin d’à peine 10 mètres de long voir 20 mètres et volant à environ entre 80 à 100 mètres d’altitudes est un point au mieux dans le ciel !

 

Relisez même un peu plus haut des conclusions faites par Manuel Jimenez.

 

 

Les trajectoires des transits étaient très nombreuses et différentes, loin d’être tous dirigés dans le même sens et la même direction.

 

La vitesse en vol était donnée très différent d’un témoin à l’autre,

 

certains observateurs ont dit même avoir vu leur(s) ovni en stationnaire aussi !

Voilà qui ne ressemble vraiment pas à la rentrée atmosphérique d’une fusée.
Et pourtant… L’heure correspond à la minute près à celle du passage au plus près de ce phénomène; le cap suivi, la direction du passage au plus près, la hauteur par rapport à l’horizon correspondent très exactement à sa trajectoire; les dimensions angulaires estimées sont celles que d’autres témoignages précis attribuent à ce qui était certainement la rentrée atmosphérique; les impressions de descente du ciel et de virages s’expliquent raisonnablement par des effets de perspective…
Une drôle de fusée ! Des sacrés rigolos ces désinformateurs !
Vous voulez faire avaler la pilule à qui là ?
De vrais charlots ces désinformateurs !
Attention ne confondez pas une flèche à un avion c’est le même ordre d’idée !
Vous prenez vraiment les « Hommes » pour des abrutis !

 

Quelques cas étudiés:

 

Sur ces 52 cas en France, 41 indiquent une direction de déplacement de l’ovni dont : 1 venant de l’ouest, 3 vers l’est, 8 d’ouest en est, 5 vers le NE, 12 SO vers NE et 4 OSO vers ENE. Soit 33 cas sur 41 (80,5%) d’ouest en est à SO vers NE, ce qui correspond à la direction supposée de la rentrée du 3ème étage de la fusée Proton, alors que les descriptions des témoins ne correspondent en rien à celle d’une rentrée atmosphérique.

 

Les témoins furent dans l’ensemble impressionnés favorablement, sans doute du fait que les apparitions étaient brèves et sans interaction avec eux. L’aspect esthétique de ces apparitions ne transparaît pas dans notre commentaire succinct qui est par nécessité bien plus pauvre que les descriptions des témoins, mais nous reproduisons ci-dessous quelques-uns des ovnis observés à titre d’illustration.

5nov90a.jpg

5 novembre 1990 vers 19h

Une « armada » d’au moins 70 triangles fut observé en France. Ces engins semblaient tomber du ciel pour reprendre, une fois parvenus à 300 m du sol, une trajectoire horizontale. (Jan Hertoghs : Humo du 24.9.1996) A la même heure « 400 ovni survolent 74 départements français au même instant ». 500 témoignages notamment de militaires, de gendarmes, ont été recueillis. Qu’ont-ils vus? des masses noires, longues parfois de 1 km, des engins triangulaires de 100 m de côté. 75% des témoins affirment que ces objets volants ont évolué sans bruit à moins de 500 m du sol. Tous ces témoignages ont été consignés dans l’enquête « Ovni Contact » publiée par Franck Marie. (Jean-Francis CROLARD: « L’énigme des E.T. » – éd. Guy Trédaniel 1995, p. 74.

1990_11_06_q_estrepublicain.gif

 

 

Est républicain du 6 novembre 1990

« C’était cinquante fois plus gros qu’un appareil de ligne »

Engin Triangulaire avec projecteurs

ovni_5nov1990_a.jpg

Vus par de nombreux témoins

Engin en forme de saucisse avec projecteurs

ovni_5nov1990_b.jpg

Vus par de nombreux témoins – Engin faisant jusqu’à au moins 2 kilomètres de long parfois

Engin vu aussi ce jour là

5_novembre_1990_ovni.jpg

FRANCE, Neuilly sur Marne

Commençons par le cas de M. Jean Pierre Sandoux: entre 18 h 55 et 19 h 02 M. Jean-Pierre Sandoux, se trouvait au 11e étage d’un immeuble, et il est aussitôt sorti sur le balcon pour observer le phénomène. 1ère phase: ensemble de trois gros points verts visible en direction du sud-sud-est, les deux points inférieurs se trouvant sous la ligne d’horizon. Le témoin estime alors la distance à 50 ou 100 mètres, et l’altitude du phénomène par rapport au sol à une trentaine de mètres. Cette première phase dure environ 5 secondes. L’ensemble des trois lumières vertes se met à pivoter autour de son centre. Le témoin se lève alors, tire le rideau, ouvre la porte-fenêtre, et se précipite sur le balcon. 2ème phase: cette phase va durer entre 3 minutes et demie et 4 minutes. Arrivant sur le balcon, le témoin découvre l’ensemble de 4 lumières (trois rouges et une, plus grosse, orange) . L’ensemble est absolument immobile; aucune vibration, aucun bruit. Si une structure relie les lumières, le témoin ne la distingue pas dans l’obscurité. Pourtant, il lui semble que le phénomène ne se trouve qu’à une trentaine de mètres de lui, à peu près à l’autre extrémité de l’immeuble. Pour voir les deux points rouges situés dans le coin inférieur gauche du triangle , il doit se pencher légèrement sur la barre d’appui du balcon : ces deux points se situent à peu près dans le prolongement de la façade de l’immeuble, à peine au-dessus du niveau des yeux du témoin. Chaque côté du triangle est visible sous un angle de 25 à 30º. Le témoin a le temps d’observer l’extrémité du « faisceau » tronqué qui sort de la « tuyère » orange, vers le bas et vers la droite. Son extrémité a la forme d’une ligne de créneaux dont les minima et les maxima alternent comme l’indiquent les flèches sur le dessin, comme Si le faisceau était une juxtaposition de tubes glissant les uns sur les autres, animés d’un mouvement sinusoïdal. 3ème phase: l’ensemble s’éloigne lentement vers l’est, c’est-à-dire parallèlement à la façade de l’immeuble, en ligne droite et à altitude constante. Au bout d’une trentaine de secondes, il disparaît au loin, dans la brume. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Base Aérienne 123, Orléans-Bricy (Loiret)

19 heures. La BA 123 se trouve au nord-ouest d’Orléans. C’est avec Evreux l’une des deux principales bases du CoTAM (Commandement du Transport Aérien Militaire). Les avions qui y sont basés sont des Transall et, depuis peu, des C-130. Nous devons cette enquête à M. Joël Sauvette. Il était 19 h lorsque l’équipe de permanence technique, occupée à refermer les portes d’un hangar orienté est-ouest, eut son attention attirée par un étrange phénomène, que tous considérèrent avec ébahissement. En effet, une masse énorme, dont les contours purent être
déterminés par la présence de lumières à sa périphérie, les survolait de sud-ouest en nord-est, sans émettre aucun bruit. La forme particulière, liée à l’implantation de ces lumières, a fait croire à bon nombre des observateurs qu’il s’agissait d’un vol en formation d’avions de transport rentrant à leur base. Seule l’absence totale du bruit caractéristique des turbopropulseurs les a amenés à changer d’avis. L’observation ayant duré une minute environ, les témoins ont pu détailler le phénomène: outre les lumières périphériques, délimitant à l’avant comme un chevron, et à l’arrière un quartier de lune, l’intérieur de la silhouette était empli de petites lumières à la luminosité plus faible, tant dans la partie avant que dans la partie arrière. En ce qui concerne la partie centrale, les témoins sont imprécis, et ne peuvent dire avec certitude s’il s’agissait de la luminosité d’autres petites lumières, ou de celle des étoiles qui s’allumaient dans le ciel. Au niveau de la partie avant et à la base de celle-ci apparaissaient deux faisceaux lumineux. L’un d’eux (1 sur le schéma) rappelait un peu celui d’un projecteur d’hélicoptère, comme on en voit souvent dans les feuilletons télévisés américains, et l’autre (2) était un peu plus gros qu’un phare de moto. Si le plus puissant des deux faisceaux était dirigé parallèlement à l’objet, l’autre, légèrement plus bas et formant avec le premier un angle d’environ 30º, était dirigé vers le sol, qu’il semblait vouloir éclairer très en arrière de sa position. Il est à noter qu’aucun spot lumineux n’est apparu sur le radar d’approche du Contrôle Local d’Aérodrome. Seules les conversations téléphoniques inter-bases ont permis à la vigie d’observer le phénomène. Les deux faisceaux lumineux ressemblent étrangement à ceux qu’ont dessinés d’autres témoins, notamment à Brétigny-sur-Orge , où les deux dames de la rue de l’Orge ont précisé que la chose venait d’Orléans! En revanche, il n’existe pas de ressemblance très frappante entre la description faite sur la BA 123 et la suivante, pourtant très proche. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Boismorand (Loiret)

Vers 19 h 05. Le dessin des témoins d’Olivet présente une symétrie axiale remarquable. On retrouve ce caractère dans la description fournie par M. Jean Jacques Prévault : « C’était extrêmement net, parfaitement symétrique. Comme ça ne faisait aucun bruit, j’ai imaginé un planeur qui aurait été décoré avec des guirlandes de Noël! Mais cela avait une forme triangulaire, cela ressemblait au Concorde. Je n’ai vu cette chose que pendant une dizaine de secondes, car j’habite en forêt, et très vite, ça a été caché par les arbres . Je ne sais même plus si toutes ces lumières étaient fixes ou clignotantes. Il pouvait y en avoir une vingtaine ou une trentaine . Quant aux couleurs, je suis sûr d’avoir vu du jaune et du blanc, mais il y avait peut-être aussi du rouge et du vert. En tout cas, Si ça n’était pas un engin avec des lumières un peu partout, c’était drôlement bien imité! » La direction du mouvement était « sud-nord, ou sud-ouest-nord-est ». La trajectoire passait à l’est de la position du témoin. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Nanterre

Vers 19 heures un couple de retraités a vu un énorme phénomène céleste : un triangle genre aile delta. L’objet supposé passa entre les témoins et le Mont Valérien en arrière plan. Cette masse, qui faisait 40 cm entre les mains, bras tendus, à occulté le mont Valérien à un moment donné. Lorsque le mari appela son épouse, le triangle se trouvait entre le mont Valérien et les tours de la Défense (Paris) et il ne faisait plus que 13 cm à bout de bras. Cela correspond à un engin d’environ 500 mètres d’envergure ! Or, ces témoins semblent avoir été les seuls à voir ce phénomène aérien, bien que Nanterre soit la proche banlieue de Paris avec ne densité de population très élevée. . (Jean SIDER : « Ovni, les envahisseurs démasqués » – éd. Ramuel 1999, p 151)

Chézy-sur-Marne (Aisne)

Vers 19 heures 05. Mme Carmen Bosserelle a rédigé, pour les lecteurs de LDLN, le récit de l’observation qu’elle a faite en compagnie de ses enfants: « J’allais rentrer ma voiture dans le sous-sol, vers 19 h ou 19 h 10, lorsque mon fils aîné (14 ans) m’appela: « Maman! Maman! Regarde! Ou ‘est-ce que c’est? » Je levai les yeux. A ce moment, il me sembla entendre comme un vrombissement sourd, mais je ne peux l’affirmer. Quelle stupéfaction! Un énorme « engin » (de toute évidence plus grand que la maison) était là, juste au-dessus de la cime des acacias. Il « glissait », à allure très modérée, du sud-ouest vers le nord-est. Il avait la forme d’un triangle équilatéral parfait, avec à chaque sommet une lumière fixe entourée elle-même d’autres petites boules lumineuses clignotantes de couleurs claires (blanc et jaunâtre), sauf la lumière du sommet supérieur, qui était rouge, c’est certain. Il volait avec l’un des sommets en avant, et du côté arrière sortaient trois ou quatre faisceaux lumineux blancs, distincts et fixes. Ils ne bougeaient pas, ils ne clignotaient pas. On aurait dit la queue d’une comète. L’intérieur du « triangle vide », on n’y voyait rien. Un de mes enfants a affirmé avoir vu les côtés du « triangle », comme bordés d’un halo blanc. Moi, je n’ai pas vu les côtés. Ils étaient invisibles. Le fait de penser à un « triangle » venait uniquement de la position des lumières. Nous l’avons suivi des yeux pendant environ une minute trente ou deux minutes, peut-être plus. Le temps nous a paru relativement long, car il n’en finissait pas de passer… quelle lenteur! On aurait dit qu’il voulait qu’on l’observe bien, et sous toutes les coutures… Il était magnifique, avec toutes ces lumières, et Si impressionnant! Il avançait à l’allure d’un piéton, puis soudain, arrivé à la hauteur de buissons, il a tout éteint! Fini! Plus rien! Le noir complet… Mes enfants disent qu’il ne faisait aucun bruit. Effectivement, s’il était accompagné de bruit quelconque, c’était un bruit très sourd… Je n’ose l’affirmer. J’étais éblouie par cette beauté et cette symphonie de couleurs… Je ne tire aucune conclusion quant aux impressions que nous avons ressenties au passage de cette chose. L’un des enfants était terrorisé et inquiet, les deux autres, émerveillés. Quant à moi, j’étais dans un état de surexcitation incroyable. Je n’ai pas dormi de la nuit… « (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Entre Bereac et Cahors (Dordogne)

Vers 19 h. Voici maintenant, un peu plus au sud un double témoignage, qui est assez extraordinaire. C’est M. Pierre Bosc qui a réalisé l’enquête. Les témoins, qui souhaitent rester anonymes, et que nous appellerons MM. A et B. se trouvaient dans une localité du département de la Dordogne. située a une vingtaine de kilomètres de Villefranche-de-Périgord. Le ciel était clair, les étoiles visibles. Il n’y avait pas de vent, mais il faisait froid. Témoignage de M. A. : « Je conversais avec M. B., devant son habitation, assis dans ma voiture dont le moteur tournait. Soudain, M. B. attire mon attention sur une formation lumineuse en provenance de la direction 266º Ouest. C’est d’abord une ligne de lumières blanches. Quelques unes jaunes, dont l’intensité lumineuse fluctue. Cette formation progresse en silence, à basse altitude, semble-t-il, sans qu’il me soit possible d’apporter plus de précisions. L’apparence de cette formation prend, au fur et à mesure qu’elle avance, la forme d’un triangle aux angles arrondis, dont les côtés portent des lumières blanches et jaunes. d’intensité variable les unes par rapport aux autres. L’intérieur de ce triangle est opaque, puisqu’il cache les étoiles, qui restent cependant visibles tout autour de la formation lumineuse. Voulant m’assurer d’un bruit éventuel, je coupe le contact de ma voiture: silence! La chose évolue à si basse altitude que, persuadé qu’elle va s’écraser non loin de là, en direction 80º Est, je reprends le volant, non sans avoir remarqué, à l’arrière de l’engin, un rayon lumineux situé légèrement à droite du milieu du côté. Ce rayon lumineux présente le caractère remarquable suivant: sa lumière ne diffuse pas sur les côtés. Elle est nette, comme coupée à son extrémité, où elle a le même diamètre qu’à sa source. (…)L’évolution de « la chose » était accompagnée d’un bruit comparable à celui d’un vol de palombes: un froufroutement, un déplacement d’air léger. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

J’ai observé avec mon père l’ovni du 5 novembre 1990, ma voisine aussi ,ainsi que ma soeur à 50 km de chez moi. Nous avons vu 3 points blanc en triangle sans distingué de contour de forme. La pointe en avant et une trainée de feu au milieu des 2 points arrière. L’objet a traversé le ciel d’ouest en est à l’horizon sud en 2 a 3 minutes sans aucun bruit.. Depuis je m’interesse au sujet sur internet sans trouver d’explications claires et. j’aurais une question assez simple ,quel peut etre la taille et l’altitude d’un objet traversant la France de Bordeaux à Strasbourg (trajectoire établie grâce au nombre très important de témoignages) et visible nettement de l’Angleterre à l’Espagne ? J’ai souvenir d’un témoignage d’un pilote de ligne parlant de taille en kilomètre…….!!

Alain

Source: http://ufologie.net/htm/retrof.ht

Dans son édition du mercredi 7 novembre, le journal La Liberté consacra un article d’une page presqu’entière aux événements du 5 novembre. Cet article signale notamment plusieurs observations très intéressantes dans le Morbihan, la Loire-Atlantique et la Vendée. Dominique Madrignac a approfondi, en 1993, l’une de ces observations. Le témoin est un patron-pêcheur, M. José Bal, qui l’a reçu une première fois le 14 septembre 93, à bord de son chalutier, l’Elvis, dans le port Sainte-Catherine, à Locmiquelic, puis de nouveau le 13 janvier 1994, au même endroit. C’est sur ce bateau que M. José Bal avait fait l’observation, le 5 novembre 90, vers 19 heures.

Voici le récit que M. Bal a fait à Dominique Madrignac:

« C’était le 5 novembre 90, vers les 19 h, dans le suroit de l’île de Groix, à peu près à 18 milles au sud-sud-ouest de l’île. Il faisait nuit, la mer était calme, le ciel clair et dégagé. J’étais sur la passerelle. Le reste de l’équipage dormait. D’un coup, il y a eu comme une explosion, une lumière rouge intense, rouge pâle si on veut, comme un éclair rouge-orange, qui paraissait bas sur l’horizon. Ça n’était pas très gros, mais tout de même assez important… comme une explosion. C’était assez loin… difficile de préciser la distance. Je me suis dit que c’était peut-étre un avion ou un hélico qui avait explosé, et puis non, vu la façon dont c’est venu ensuite. C’est comme si c’était rentré dans l’atmosphère, et aussitôt après, une lumière rouge: deux feux rouges qui avançaient. Il me semble que c’est celui de gauche qui était le plus haut. Ça avançait droit dans l’axe du bateau, avec un cap au nord-est. On a pu estimer (que ça venait d’) entre le 200° et le 220°, à la vitesse d’un avion à hélice, une vitesse régulière, comme un avion qui va atterrir, mais ça ne paraissait pas haut, presqu’à l’horizontale, sur l’horizon. Et puis c’est arrivé à la verticale du bateau, et d’un seul coup, des lumières se sont allumées: beaucoup de lumières blanches. Quand ces feux blancs se sont allumés, on ne voyait plus les feux rouges. les lumières blanches sont passées au-dessus du toit de la passerelle: je ne les voyais plus, alors je suis sorti sur l’arrière du bateau, ce qui m’a demandé quinze secondes. Bon, je les ai vues de l’arrière, et j’ai constaté qu’elles étaient disposées en losange. Je me suis dit: « de l’avant, je verrais mieux », donc je suis passé à l’avant, et là, on le voyait très bien, ce fameux losange.

C’était vraiment au-dessus de nous. Il ne bougeait pas, malgré le sens inverse du bateau en marche, donc il devait reculer un peu, en fait. Un losange complet, bien délimité par des lumières blanches tout autour, comme des guirlandes. Superbe ! C’était assez important, ça paraissait vraiment énorme, même bien 200 à 300 m de côté, beaucoup plus que mon bateau, au moins quatre à cinq fois comme le bateau, comme si on avait eu un plafond au-dessus de nous, qui déborde de chaque côté. On n’avait pas l’impression que c’était haut, parce qu’avec tous ces feux qui étaient vraiment énormes… mais est-ce que ça paraissait grand parce que c’était bas ? Ça n’avait pas l’air d’être haut, vu comme c’est arrivé bas sur l’horizon, peut-être 900 m de haut, par comparaison aux câbles qu’on allonge pour la pêche. On avait l’impression de matière, mais dans le centre, est-ce que c’était une masse ? On ne voyait rien au travers. Ça n’était pas transparent, sinon on aurait vu un petit nuage, une étoile. On ne voyait que du noir, mais plus noir que le ciel. Même dans la nuit, on fait la différence; je ne me souviens pas d’avoir vu des étoiles, mais le ciel était clair, vraiment clair, mer calme, le bateau ne bougeait pas, mais le moteur couvrait tous les autres bruits. C’est resté stable bien cinq minutes au-dessus de nous, à faire du sur-place, comme s’« ils » voulaient nous voir, nous photographier… Je suis resté longtemps à regarder, puis ça a avancé un petit peu, en dépassant le bateau pour arriver au travers de l’arrière, et là, il y a eu les réacteurs (je pense que c’étaient des réacteurs) qui se sont mis en route. Ça s’est allumé en deux fois, mais au début, c’était juste minime, tout doucement, comme un brûleur à gaz avec des flammes blanches, pas (violentes), et progressivement, au fur et à mesure qu’ « ils » mettaient la sauce, on voyait les genres de réacteurs qui forçaient.

C’est devenu assez vif comme une traînée de lumière blanche, et d’un seul coup, c’est parti, d’un mouvement terrible, cap nord-est, à une vitesse incroyable. J’ai regardé, mais je n’ai plus rien vu. L’équipage dormait. Je n’ai pas pris le temps de prévenir (les autres). Voilà ce que j’ai vu, moi, mais le patron du Guillemot, qui était à un ou deux milles de nous, lui, il a vu les lumières blanches, mais il n’a pas fait attention. Moi, ça m’intéressait, alors j’ai continué à regarder. Je suis rentré. Le lendemain, j’ai appelé le journaliste de La Liberté que je connais, à Port-Louis. Il est venu me voir, le matin du lendemain ou du surlendemain, et a fait l’article. J’en ai parlé à ma famille et aux collègues de travail, mais ils m’ont dit: « Tu vois des rats bleus !». Pour moi c’était un événement, de voir un truc comme ça. Et après, j’ai su qu’il y avait eu tous les événements au-dessus de la France, en Loire-Atlantique, en Alsace, vers la même heure. Ce n’était pas un avion ! un avion, on voit les clignotants. Je ne peux pas expliquer. Je n’avais jamais vu ça avant… »

(Ce récit est la transcription, presque mot-pour-mot, du récit de M. José Bal. Il n’en diffère que par quelques retouches destinées à le rendre plus compréhensible). A Dominique Madrignac, M. Bal a dit que l’observation avait duré, au total, entre 10 et quinze minutes, dont 5 minutes entre l’explosion initiale et l’arrivée des lumières blanches au-dessus de l’Elvis, et 5 autres de stationnement du losange au-dessus du bateau. Dans l’article du journal, cette durée (stationnement du losange) n’était que de « 3 à 4 minutes ». A trente-quatre mois d’intervalle, cette légère distorsion n’a rien de choquant, et ne change rien au problème. L’apparition du phénomène (explosion initiale) a été située par le témoin (en septembre 93) à l’azimut 220° (celui du sud-ouest étant 225°), et seulement 2 ou 3 degrés au-dessus de l’horizon. Plus intéressant: le témoin a indiqué, comme azimut de la disparition du phénomène: « 25 à 30° ». Cet azimut n’est pas celui de Bitche (près de 80°), mais plutôt celui de Southampton.

Source: http://reguite.free.fr/Extraterrestres/5novembre1990.html

Landes 5 Novembre 1990 : un témoin parle !

Michel L est un homme tout à fait charmant que je connais depuis de nombreuses années.

Un jour une personne proche de moi sachant que je m’intéressai aux O.V.N.I me fait part de l’histoire peu banale de ce commerçant de Villenave d’Ornon (33).

Aussitôt je rencontre cette personne et lui demande de me raconter son histoire.

Mr L. est un de ces chasseur nés qui passe des journées entière à pister la palombe. Et ce jour-là, après une journée ensoleillée il décide de rester jusqu’à la tombé de la nuit. En bon chasseur qui se respecte, son expérience lui a appri que les palombes ne passent que par temps clair. Alors qu’il revenait de nuit des Landes, d’une chasse à la palombe, Michel profita de l’abscence de circulation pour embaler les chevaux de sa voiture.

Arrivés aux environs de Laboueyre (cf carte) Mr L. et son fils assis à ses côtés apperçurent ce qu’ils prirent pour un avion en difficulté. Il est 19 h 30 la nuit est tombée depuis une heure. Bien vite, Michel comprend que « l’engin » comme il l’appelle ne peut être un avion. Aprés avoir dépassé une parcelle de pins, ils longèrent un grand champ afin de poursuivre l’objet qui se déplacait sans aucun bruit. La chose les survola à quelques mètres du sol. A ce moment précis ils pûrent voir des phares blancs sous la structure de l’engin qui balayaient le sol. Ils remarquèrent aussi des couleurs proches de celles d’un arc en ciel. Michel L. ne put déterminer la forme de l’objet, mais grâce à son témoignage il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’une forme triangulaire (NDLR). Ils furent très impressionné par la taille de l’objet ; plus de 100 mètres de diamètres selon Mr L. Il faut noter que Michel, ancien d’Algérie en connaît un rayon sur l’aviation militaire, et n’exclu pas que cet appareil soit à nous. Il s’agirait d’après lui d’une sorte de prototype ultra-top-secret que l’on testerait de nuit. Cette hypothèse souffre d’un inconvénient majeur ; si tel était le cas, pourquoi prendre le risque de faire survoler le modèle au-dessus d’une zone habitée ? Voilà un comportement bien étrange de la part de militaires qui s’entourent d’habitude de beaucoup plus de discrétion. Revenons à notre histoire. Michel L. essaya de comprendre le phénomène. Tout d’abord aucun bruit, ce qui signifiait ; soit l’engin était très haut dans le ciel, soit très bas mais qu’il n’émettait aucun signal sonore. Plus ils roulaient, plus ils ressentaient la présence de l’objet qui filait direction Nord-Nord/Est. Le soir ils écoutèrent le journal de LA 5 qui rapportait les dires du responsable du P.C d’Orly confirmant qu’il avait bien vu un objet mais qu’aucune signature radar n’avait était enregistrée. Plus tard une personne assura qu’il s’agissait d’une retombée d’un satellite. Michel me fit à ce sujet une remarque que je qualifierai de pertinente, je le cite : « Alors pourquoi personne n’est allé voir le spoutnik qui est tombé ? ». Peut-être parce qu’il n’y avait pas de retombée, comme il n’y avait pas de sattelite défectueux à Laboueyre (1). Notez que je ne rejette pas la thèse du sattelite, un débris est probablement rentré dans l’atmosphère. Mais ce que Mr L. et son fils m’ont raconté, ne ressemblait en rien à quelque appareil connus.

Alors pour conclure, sur ce cas particulièrement dense et riche d’enseignements, Michel L. et son fils ne sont pas prèt d’oublier ce 5 novembre 1990, car en tout état de cause cette apparition n’a toujours pas livrée son secret.

Source: http://www.ovni.info/article.php3?id_article=19

En novembre 1990, je sortais a la cave chercher du fuel pour le poele et dans le ciel, direction ouest-est, un nuage dense avec des reflets incandescents mais dont les volutes ne se mouvaient pas, altiutude probable:20 ou 30 m.Je rentre et les infos de dire qu’un satellite russe s’est desintegre, le probleme c’est que je n’habitait pas dans la zone ou cela se voyait.
Je fut probablement le seul a observer cela!

Mitokomon

Message du mardi 22 juin 2004

Source : http://www.onnouscachetout.com/

L’aspect de « mon » ovni est celui d’un classique OVNI triangulaire de la vague belge à la différence qu’il portait une espèce de « phare d’atterissage » blanc à faisceau cylindrique et partant approximativement de la position de la lumière blanche centrale .

l a mis une quinzaine de secondes pour parcourir 80° entre une position proche du zénith (ou je l’ai remarqué ) et le moment de sa disparition , vers l’Est derrière un bosquet .

Je l’ai instinctivement immédiatement identifié à un OVNI , bien qu’à l’époque j’étais survolé quotidiennement par des avions en phase d’atterrissage vers l’aéroport de Bâle-Mulhouse , à cause d’un caractère d’étrangeté que je n’ai pas identifié immédiatement mais qui m’est apparu par la suite: l’absence de bruit pour un engin passant si bas ( 60cm à 80cm très grossièrement à bout de bras , ce qui donne un diamètre apparent de l’ordre de 60 à 90° ) .

Dans la semaine qui a suivi l’évènement , les journaux , confrontés à une vague de témoignages ( des centaines ) couvant quasiment la France entière ont publié essentiellement deux explications .

1) C’etait une météorite … L’explication ne tenait pas .Objet trop lent et depuis des endroit trop éloignés les uns des autres pour pouvoir expliquer toutes les observations par un même objet .

2) L’explication du NORAD : étage de fusée russe Proton se consumant dans l’atmosphère à 80km d’altitude …

Devant la multiplicité des formes décrites par les différents témoins , qui allaient du triangle à la véritable « ville avec toutes ses lumière traversant le ciel  » (un groupe de 7 ou 8 témoins qui étaient ensemble) , j’ai décidé de faire ma petite enquête à Mulhouse .

J’ai retrouvé plusieurs témoins mais ceux qui m’ont le plus interessé ont vu l’objet alors qu’il les survolait d’ouest en est en passant à la verticale de leur position …

Il se trouve qu’en vérifiant sur une carte je me suis aperçu qu’ils étaient à 1700 m de ma position exactement dans la direction de la cheminée d’un incinérateur que je vois bien depuis la fenêtre par laquelle j’ai aperçu l’OVNI .

Vu depuis ma position , cette nuit là , l’OVNI paraissait à 60° (très approximativement ) au-dessus de l’horizon quand il passa au-dessus de la cheminée .

Conclusion : faites votre calcul , encore une fois très approximatif .

L’ovni survole les deux autres témoin (angle 90° /horizon) quand il me parait être à 60° au-dessus de l’horizon alors que je suis seulement à 1700m des autres témoins …
On aboutit à tan60°=hauteur/1700 d’où hauteur= 1700tan60° soit 3000 m …. On est loin des 80km …

Même en admettant que je me trompe de +/-20° dans l’évaluation de la direction de l’objet par rapport à l’horizontale au moment de son passage au dessus de la cheminée de l’incinérateur , on aboutit à une altitude variant de 1500 à 9000m …

Quant aux dimensions …. 60cm à bout de bras , pour un objet approximativement à 3000m , ça fait des dimensions de l’ordre plusieurs centaines de mètres , voire plusieurs milliers ..

Conclusion : soit on admet l’hypothèse que ce soir là , il y avait un OVNI ayant des centaines de m de longueur soit on se rabat sur l’explication la plus logique : il y a eu deux objets ce soir là .
La fusée proton qui a donné lieu à un feu d’artifice couvrant une bonne partie du ciel et un engin triangulaire qui a profité de cette opportunité pour violer l’espace aérien européen . Ce qui rend mes calculs faux car je ne sais pas si j’ai observé le même objet que les autres témoins , mais discrédite l’explication du NORAD .
Quant à l’origine réelle de l’engin , le fait que le NORAD se soit senti obligé de donner une explication dès le lendemain suggère que cet organisme américain avait interêt à ce qu’on oublie rapidement cette affaire .

Je signale que 5° ça correspond à peu près à 7cm à bout de bras( je prends 80cm pour la distance oeil/extrémité-du-bras-tendu .
soit 8,7 cm à 1m ) …. On sous-évalue souvent les petits angles …N’est ce pas ?

Daman

Citation de Daman:

« Maintenant, il n’y a plus d’aveugles ou de naïfs mais des complices. »
Albert Camus, l’Étranger

Source:

http://www.onnouscachetout.com

Message du 13 juillet 2004

Témoignage du 6 novembre 1990 (journal non cité)

« Il aurai fallu au moins trente appareils pour composer un ensemble aussi imposant »

1990_11_06_qx.gif

gretz.gif

Le Soir du 6 novembre 1990

Jimmy Guieu en était certain ceux sont des « Extraterrestres », mais nous tenons à rassurer nos lecteurs et à tempérer les propos de notre cher regrété Jimmy (1926-2000), que si ces gens avaient été hostiles cela se serait déjà, donc pas de quoi paniquer

Jimmy Guieu : image : ICI

Voici 30 observations parmi les plus significatives

(Observations vues sur carte de la France en 2 morceaux ci-dessous)

Morceau n° 1

Morceau n° 2

Le nombre d’observations a chuté depuis les années 1980. Les ufologues s’accrochent aux derniers épisodes ­ comme ces « 300 à 400 ovnis » observés au-dessus de la France, le 5 novembre 1990. Les autorités françaises sont certaines qu’il s’agissait de la rentrée dans l’atmosphère d’un étage d’une fusée soviétique Proton. Pas les ufologues. « C’était une vague d’ovnis, un événement considérable, mais il y a eu un black-out », croit savoir Jacques Garnier, 48 ans, agent à France Télécom, tombé dans l’ufologie il y a trente-trois ans.

La nostalgie n’empêche pas un travail acharné. Les amateurs d’ovnis se sont emparés d’Internet, multipliant les sites. Des « enquêteurs » ­ à Châlons, ils étaient reconnaissables à leur appareil photo ou leur Caméscope ­ collectent toujours des témoignages. Sur place, ils font des relevés et de patientes reconstitutions. « Je pourrais vous parler pendant des heures du 5 novembre 1990 et de tous les témoignages », affirme ainsi Joël Mesnard, le seul ufologue professionnel en France, qui vit de la diffusion de Lumières dans la nuit .

Luc Bronner (Le Monde)Extrait d’article paru dans l’édition du 19.10.05

Déclarations de http://www.ovni.ch/boutique/marie.htm

Les évidences sont là !

CE N’EST PLUS DE LA FICTION !

La Banque internationale de données ufologiques ouvre ses dossiers! Nul ne doit plus ignorer cette extraordinaire réalité que les autorités scientifiques françaises ont voulu cacher au monde!

L’opinion publique internationale a été manipulée!

Une puissance extra-terrestre est bien venue se faire reconnaître de la collectivité humaine! Il est à présent très évident que les événements du 5 novembre 1990 placent notre humanité en phase de « pré-contact » !

Cette situation engage l’humanité vers une ère nouvelle de son histoire.

Une COMMISSION D’ENQUÊTE PARLEMENTAIRE doit être nommée d’urgence pour étudier tous les éléments de ce dossier explosif et évaluer ses conséquences multiples !

Chacun de nous est concerné !
Aux autorités politiques d’agir !
Des temps sont venus, peut-être !

NOTRE ENQUETE SE POURSUIT ! ENVOYEZ VOS TEMOIGNAGES!

TEXTES/IMAGES:

Courrier de l’Ouest – 6 novembre 1990

Colmar :

Sur un film vidéo, les côtés d’un triangle apparaissent soudain.

Voici une photo tirée de ce film, un des rares enregistrements physiques du phénomène du 5 novembre. Le film complet a été diffusé lors de l’émission récente que la chaîne Arte a consacrée aux ovnis [pardon pour la mauvaise qualité de reproduction; le triangle liant les trois points de tête apparaît nettement à la visualisation du film, mais très fugitivement].

Source de la photo et commentaires:
http://perso.numericable.fr/%7Ewolf424/univers.ovni/index.ht

colmar.gif

Ouest France du 6 novembre 1990

1990_11_06_q_ouestfrance.gif

Charente libre du 6 novembre 1990

Dauphiné libéré du 6 novembre 1990

1990_11_06_q_dauphinelibere.gif

France Soir du 6 novembre 1990

1990_11_06_q_francesoir.jpg

ldln48.jpg

Sources divers sur ce dossier TOP SECRET:

ldln.jpg

universovni.gif

vague_d_ovnis.jpg

marie.jpg

banque_ovni.jpg
5_novembre_1990_mysteres_.jpg

http://www.ldln.net
http://home.nordnet.fr/~phuleux/5novembr.htm
http://reguite.free.fr/Extraterrestres/5novembre1990.html
http://perso.numericable.fr/%7Ewolf424/univers.ovni/sepra/culte_5_novembre.html
http://www.rr0.org/1990.html

 

Et un grand merci à tous les observateurs qui ont bien voulu témoigner, un grand merci tout particulier au journal « Lumières Dans La Nuit » qui a réalisé un travail de titan en aval, journal ufologique indispensable à commander par internet sur http://www.ldln.net ,et bien sûr un très grand merci à notre très cher Frère Claude qui a su nous aiguiller pour que nous puissions enfin réaliser ce dossier.

 

Un grand merci à LA BANQUE INTERNATIONALE DES DONNEES UFOLOGIQUES (BANQUE OVNI) , à Monsieur Franck Marie directeur de cette association et à son ami Thierry Garnier.

tout ceci vient du site ovni007

 

nouvellevision

 

VAGUE D’OVNI A NICE EN 1608 (France)

 

NICE 1608 – Dans les archives de la ville de Nice, une bien curieuse histoire d’intervention extraterrestres fût retrouvée. Nous allons maintenant vous livrer ce document.

LE PORT DE NICE 1608

Au début du xviième siècle, Nice port principal du Royaume du Piémont connait une période de grande prospérité. L’impossante forteresse qui domine la ville décourage les incursions barbaresques qui ravagent régulièrement les côtes voisines.

SUR LE QUAI

Sur le quai de riches demeures aux balcons ouvragés. Dans cette charmante cité maritime on respire la paix dans un climat paradisiaque, quand soudain !…..

APPARITION D’OVNI

Au crépuscule du 5 aouut 1608, les niçois voient apparaître dans le ciel, trois masses lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Les engins s’arrêtent au dessus de la forteresse. Ils descendent à 1 m de la surface de la mer, à faible vitesse. Les habitants peuvent examiner en détails les trois engins.

LES ENGINS

Se mantenant proche de l’eau les trois masses provoquent une sorte de bouillonnement de l’eau avec dégagement d’une vapeur ocre-orangée, dans un bruit infernal. De l’un des engins surgit un être, puis deux……

LES ETRES

Ces deux personnages plongent dans l’eau jusqu’aux hanches. Leurs bras maintiennent à la verticale deux tubes raccordés à la ceinture. Pendant deux heures les engins les engins restent pratiquement en cette position. Puis les êtres embarquent vers 22 h, les engins partent vers l’Est, dans un bruit infernal, et disparaissent en quelques secondes.

AVERTISSEMENT DE DIEU

Les Niçois attribuant ce phénomène à un avertissement de Dieu, ils s’ébranlent en de longues processions religieuses, portant le christ en tête, jusqu’à l’aube du 6 août 1608.

DE NOUVEAU A GENES

Au matin du 22 août, les trois engins se présentent à Gênes. Informé des évènnement suvenus à Nice 17 jours auparant, il déclanchent un violent tir d’artillerie sur les trois vaisseaux. 800 boulets sont ainsi tirés, sans que les engins ne subissent de dommage. Après une heure d’évolution au dessus des flot, un engin se détache du groupe et fonce sur la ville à une vitesse vertigineuse.

PANIQUE

Une folle panique s’empare alors de la population, et l’on relève plusieurs morts et blessés après le passage de l’engin à la suite de piétinement, émotions ou radiations émises par le vaisseau. Les trois vaisseaux se regroupent ensuite et disparaissent vers l’Est à une vitesse vertigineuse.

A MARTIGUES

Le 25 août 1608, dans le ciel de Martigues apparait un vaisseau spatial qui évolue durant une 1 h 30 au dessus de l’aglomération. Deux êtres sortent du vaisseau, évoluant autour de l’engin et semblant se livrer à un duel en plein ciel. Ce sera la dernière manifestation relaté par cet écrit dans la région Méditerranéenne.

PLUIE ROUGE

Une semaine plus tard, d’abondantes pluies rouge comme le sang tombent dans la région. Les habitants pensent qu’il s’agit de sang, et qu’ils ont à faire à une vengeance divine, à la suite des èvennements de Martigues, Nice ou Gènes !…..

DANS LES EGLISES

Pendant quarante jours les chapelles, églisses et cathédrales de la région allant de Martigues à Gènes, voient une foule énorme venir prier jour et nuit.

Sources : www.les-repas-ufologiques.com/index.htm

petite info …

salut à toutes et tous, je tiens à vous dire de ne pas hesiter à mettre un avis sur un sujet :) , ainsi vous pouvez le partager avec tout le monde et cela permetterai peut être une meilleure comprehension du sujet concerné.
je vous remercie ;) .

nouvellevision

Le mystère crop circle

 

La meilleure preuve jusqu’ici que certains crop circles ne sont pas faits par l’homme a été présentée à un rassemblement de choix au Coronation Hall à Alton Barnes…

Le mystère crop circle dans Crop circles

Le réalisateur norvégien Terje Toftenes a présenté le DVD qu’il a fait sur les circonstances extraordinaires entourant la création d’une formation crop massive à East Field, Alton Barnes, le 7 juillet.

La plupart des formations sont découvertes le matin suivant et certaines ont même été créées dans des champs où des observateurs étaient assis sur les collines les surplombant.

Mais le matin en question, le chasseur d’ovnis convaincu Winston Keech avait une batterie d’appareils photo, des CCTV aux digicams dernier cri, braqués sur le champ au cas fortuit où quelque chose se produirait.

Il a été rejoint par Gary King et sa partenaire Paul Presdee-Jones qui avaient également décidé de grimper au sommet de Knap Hill, près d’Alton Barnes, sur un coup de tête.

Ils s’étaient déjà rencontrés le soir précédent au café des « croppies » de Cherhill, près de Calne, quand M. Keech s’est enflammé sur le DVD qui était diffusé au sujet des lumières qui accompagnent parfois l’apparition des crop circles.

Il a expliqué que quelque chose de semblable lui était arrivé en 1990 où il fut témoin de la création d’un cercle simple dans les champs d’East Field.

Il ne se doutait pas qu’il serait témoin de la création de quelque chose de beaucoup plus complexe.

À environ 1h 35 le 7 juillet, M. Keech, aidé par M. King, a effectué le dernier balayage du secteur en utilisant un appareil photo équipé de vision nocturne. Aucune formation n’était visible dans le champ.

Puis il a fait très sombre et ils n’ont plus rien vu. Mais à 3h 13 il y a eu un flash que M. Keech a décrit comme un éclair diffus.

Il apparaît sur la bande vidéo et dure quatre microsecondes. Vingt minutes plus tard, à 3h 20, il y avait assez de lumière pour distinguer la formation dans le champ en-dessous.

C’est une des plus grande jamais vues. Elle mesure 315 mètres de long et est composé de 150 cercles dont le plus grand fait 50 m de diamètre.

Mme Presdee-Jones a déclaré : « nous sommes tous devenus fous. Gary dansait la gigue. »

M. King a dit au rassemblement : « j’ai dû être le premier dans le cercle. Dès qu’il a fait assez clair pour voir où nous allions, nous sommes descendus.

« Le blé avait une qualité semblable au verre et il s’est brisé comme du verre quand nous avons marché dessus. Mon chien, Blue, est devenu enragé.

« C’est un mangeur de viande convaincu, mais il a commencé à manger le blé comme s’il était affamé. Puis il est tombé violemment malade. »

L’investigatrice vétéran en crop circles Lucy Pringle a dit que les circonstances entourant la formation la rendait spectaculaire.

Elle a dit : « à cause des ondulations dans le champ, il est impossible pour quelqu’un se tenant sur un côté de la formation de voir quelqu’un d’autre qui se tient à l’autre extrémité.

« Quand je me tenais au centre de la formation, je ne pouvais pas voir les personnes dans la partie inférieure de la formation. »

M. Toftenes a souligné un autre élément extraordinaire dans la situation. Il a dit : « bien que vu du ciel les cercles ont l’air parfaitement ronds, ils sont en fait ovales.

« Il a été tenu compte des ondulations du sol et le seul endroit où vous pouvez voir que les cercles sont parfaits c’est depuis le ciel. »

M. King a dit : « les barrages doivent s’ouvrir maintenant et permettre que les recherches effectuées par quelques personnes très intelligentes soient rendues publiques.

« Il est temps d’écouter toutes les personnes qui ont étudié ce phénomène pendant tant d’années. »

Mme. Pringle a dit que des échantillons de la récolte ont été envoyés pour analyse à des laboratoires du Yorkshire.

normal_UKEastFieldHorizLucy070707 dans Crop circles

Source: www.infos-paranormal.com

 

nouvellevision

El Chupacabra ???

 

Les biologistes appelés à l’aide pour identifier un animal

Une étrange créature à crocs et sans poil avec un estomac protubérant et les pattes de derrière plus longues que celles de devant a été renversée et tuée…

El Chupacabra ??? dans Extraterrestres news1

sur la Buenger Road de l’Autoroute 183 à 8 km de Cuero…samedi 14 juillet devant le ranch de Steve et Phylis Canion.

Mme Canion, qui a découvert la créature et pris des photos, a dit que c’était la créature la plus étrange et laide qu’elle n’ait jamais vu ; et elle doit le savoir étant allée deux fois en safari en Afrique. En fait, elle est tellement convaincue de sa valeur scientifique qu’elle a conservé une moitié de la créature dans son congélateur et a invité le Texas A&M et le Texas Parks & Wildlife à venir prélever des échantillons d’ADN pour déterminer son genre.

Bien qu’elle ait aperçu la créature lors de ces derniers mois, jusqu’à maintenant elle ne l’avait jamais vu d’aussi près. Elle mesure 1 m de long et a un poids estimé de 13 kg.

Ce qui rend la situation encore plus inhabituelle, c’est qu’une créature semblable a été trouvée écrasée près de Five Mile Creek également ce samedi entre 7 et 8 h et une autre découverte mardi matin près du pont autoroutier San Antonio au-dessus de Guadalupe River.

Cela mène Canion, qui a perdu 8 chatons et 24 poulets au cours des derniers mois, à croire que les fortes pluies et la montée des eaux ont obligé ces créatures à se réfugier vers des terres plus élevées.

Le garde-chasse local Michael Hoffmann et le biologiste de TP&W Ryan Schoeneberg admettent qu’ils n’ont jamais rien vu comme la créature de Cuero mais croient que c’est un coyote galeux défiguré ou une sorte de chien hybride qui aurait pu être croisé avec un coyote.

Ils citent la « Créature d’Elmendorf » de 2004 trouvée près de San Antonio qui s’est avéré être un coyote atteint de gale dernodectique ou sarcoptique tout comme deux autres découverts dans la même région en 2006 par un zoologue local.

Reggie Lagow, un éleveur de Coleman, avait attrapé le mardi 17 septembre une créature décrite comme un mélange entre un chien sans poil, un rat et un kangourou. Mais avant que John Adolfic du Lost World Museum ne puisse faire une identification, le Texas Parks & Wildlife qui avait reçu la créature, l’avait jeté avec les ordures du jeudi.

Phylis Canion est déterminée à ce que cela n’arrive pas à la « créature de Cuero ». Le département de biologie de Texas A&M veut obtenir des échantillons de tissus pour des tests ADN et KENS 5 TV de San Antonio veut envoyer une équipe filmer la carcasse et interviewer Mme Canion quand les résultats seront connus.

Alors que les questions continuent à pleuvoir et que la spéculation grandit, certains se demandent si les trois « créatures de Cuero » pourraient être le légendaire « Chupacabra » vivant et se reproduisant à DeWitt County. Seuls le temps et les tests le diront.

Chupacabra

Rapporté pour la première fois à Puerto Rico en 1990, le légendaire Chupacabra (mot espagnol pour suceur de chèvre) passe maintenant pour tuer et mutiler le bétail et les animaux domestiques avec des cas rapportés dans la plupart des pays d’Amérique du Sud, au Mexique et même aux USA et en Russie.

Toutes les morts ont une chose en commun. Chaque corps est vidé de son sang par des séries de petites incisions circulaires.

Alors que les descriptions varient, la plus commune est celle d’une créature ressemblant à un chien sans poil avec un nez de panthère, de longs crocs et la capacité de sauter comme un kangourou.

La plupart des scientifiques officiels rejettent la croyance d’une créature unique et attribuent les morts à des chiens sauvages ou des mutations d’autres créatures comme des coyotes ou des loups.

Source : Cuero Record

 

nouvellevision.

Théopolis – Mont Dromon

 

Ce lieu peut devenir un véritable lieu de rencontre pour un
contact avec des gens d’Ailleurs, le 6 juin 2008.

http://www.dailymotion.com/video/G27CS59cAe4V0iSR5

 

Message du 12 août 2007:

Théopolis – Mont Dromon

Ce lieu peut devenir un véritable lieu de rencontre pour un contact avec des gens d’Ailleurs.

Si vous voulez participer à cette aventure venez nombreux tous les 6 juin à Théopolis, lieu bien expliqué dans la vidéo.

Le 6 juin 2008, nous comptons sur Vous Tous.

Théopolis - Mont Dromon dans Révélations theopolis_

Nous ne pensons pas d’après nos renseignements, que le contact officiel mondial puisse se réaliser avant février 2011, mais un contact plus informel le 6 juin 2008 est tout à fait envisageable.

Des contacts secrets ont déjà eu lieu, si vous voulez un contact que nous pourrions qualifier de moins secret, alors venez au site de Théopolis.

L’organisateur et initiateur Antoll MA de cette formidable idée nous attendra là-bas.

Antoll MA

antoll_ma dans Révélations

Si nous aidons Antoll MA dans ce projet, c’est tout simplement pour l’appuyer au maximum dans sa démarche, cette initiative n’a vraiment rien d’impossible.J’ai d’ailleurs donné un tuyau personnellement à notre Ami Antoll MA, un moyen matériel supplémentaire non négligeable que je tiens d’un contacté pour que des Extraterrestres se manifestent plus facilement, un moyen quasi inconnu et très efficace.

N’hésitez pas à amener du matériel pour immortaliser cette possible rencontre du 3ème type, caméra, appareil photo, et si possible avec des lentilles à infra-rouge.

theopolis

Nous ne garantissons rien, mais cet espoir de contact peut tout à fait aboutir, la pensée de chacun mis en collectif devient en quelque sorte un moyen télépathique puissant. Ce message sera même de plus certainement lu par des gens d’Ailleurs car certains sont déjà parmi nous en secret. Ces moyens cumulés aussi avec le moyen technique que j’ai tuyauté à Antoll MA, les chances de réussite s’agrandissent.

Les consciences s’ouvrent à l’espace, nos amis célestes sont à nos portes et même pour certains déjà parmi nous, en fait ils n’attendent plus que l’Humanité grandisse encore un tout petit peu vers la Paix et l’Unité des peuples de notre planète. Tout que ces conditions ne seront pas remplies, la non-ingérence extraterrestre sera toujours de mise.

Certaines personnes que je connais ont déjà eu des contacts secrets avec des gens d’Ailleurs:
la réalité extraterrestre n’est plus à faire.

thepolis_4

thepolis_3

Pour plus d’informations sur tout cela, voyez le site de Antoll MA:

http://www.info.antollma.org

Comme le dit Antoll MA dans la vidéo, si vous ne pouvez pas venir le 6 juin, pensez fort tout de même à nos Frères de l’espace ce jour-là, vous aurez peut-être la chance de voir des choses inhabituelles tout de même…

Merci encore à Antoll MA pour son sens des initiatives vers la Lumière.

Merveilles à Tous

Je suis Jérôme Gorriz, fondateur du site http://www.ovni007.com

source : ↑.↑.↑

 

nouvellevision.

Le 21 Decembre 2012 est-ce la fin du monde ?

 

j’ai trouvé un article interessant qui expliquerais les événements tant attendu par certains.

les événements prévus pour 2012.

 

21 DECEMBRE 2012
Le point zéro, début d’une Ere nouvelle

Au lever du Soleil du 21 décembre 2012 et pour la première fois depuis 26.000 ans,
le Soleil se lèvera pour se joindre à l’intersection de la Voie lactée et du plan écliptique.
Puis le déluge revint et celui qu’on appelait Marduk, Apep, Seth, Typhon, Némésis, Shiva, Gung-gung, La grande Noire, Le Dragon Rouge, Le grand Phœnix, Yahweh, Quetzalcoatl, Lucifer, Wormwood, Étoile Bleue, Étoile Rouge, Fier Messager, Grande Étoile, Grande Comète, La Comète du Jugement Dernier, The Day of the Lord, Le Jugement Dernier, Le Perturbateur, l’Intrus, Christos, l’Invité Céleste, Nibiru, revint encore une fois imposer son cycle à la terre et aux hommes …

LE 21 DECEMBRE 2012 N’EST PAS LE JOUR DE LA FIN DU MONDE !

2012 est une date importante dans l’histoire humaine. Elle marque la fin de trois cycles : 26.000 ans, 5 125 ans et 13 ans. Le grand spécialiste américain de l’astrologie Maya, Bruce Scofield, pense que d’après les inscriptions mayas trouvées sur les stèles, le début du cycle de 5 125 ans. C’est à cette date que la planète Vénus était apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel. Le jour « zéro » du Compte long Maya, correspond au 13 août 3 114 avant notre ère, ce qui correspond à la date du calendrier Julien 584.283. Cette corrélation a été connue grâce à 3 chercheurs : Goodman, Martinez et Thompson (GMT). Nous sommes également dans un cycle de 13 ans qui a débuté le 21 décembre 1999. Ces trois cycles prendront fin le 21 décembre 2012 .
Au lever du Soleil du 21 décembre 2012 et pour la première fois depuis 26.000 ans, le Soleil se lèvera pour se joindre à l’intersection de la Voie lactée et du plan écliptique. Cette croix cosmique est considérée comme une incarnation de l’Arbre Sacré, l’Arbre de la Vie, un arbre reconnu dans toutes les traditions spirituelles du monde. A ce moment-là notre planète est censée enregistrer de très violents séismes terriblement dévastateurs. 

Le 20 mai 2012 il y aura une Éclipse annulaire du Soleil, le 6 juin 2012 ce sera le Second et dernier transit de Vénus du siècle, le 13 novembre 2012 nous pourrons voir une Éclipse totale de Soleil ( visible dans le nord de l’Australie et dans le Pacifique sud ) puis le 21 décembre ce sera la fin du grand cycle 13-baktun dans le calendrier maya (soit plus de 5125 ans).

LE CYCLE DESTRUCTEUR
La terre, tout comme le soleil possèdent et subissent des cycles qui leurs sont propres. Des cycles qui sont peu de chose à l’échelle humaine mais qui ont de fois en fois de l’influence sur notre qualité de vie. Un de ces cycles possède une fréquence de 396 ans. Et, à tous les 13 cycles de ce 396 ans pour diverses raisons, la terre entre dans un cycle plus sévère de conséquence. Ces 13 périodes de 396 années donnent un total de + ou – 5126 ans. Ce supercycle de 5126 ans n’est pas constant, lui-même inscrit à l’intérieur d’un autre cycle qui est de la même durée que la précession des orbites soit 25.900 ans et dont le maximum aurait eu lieu il y a 10.256 ans. Les cycles subséquents incluant celui de 2012 sont le déclin de ce maximum et celui ci est probablement le dernier pour un moment. La quasi-totalité des grandes périodes de la terre et des sociétés de l’homme analysé s’harmonisent avec ce cycle de 396 ans. 

La période actuelle de 5146 ans dans laquelle nous vivons présentement se terminera en 2012. Les changements climatiques et géophysiques et cosmologiques actuels, qui n’ont absolument rien à voir avec l’activité humaine, nous démontrent qu’un impact sévère se fait sentir depuis 20 ans. Ce cycle est une période de 20 ans ayant débuté en juin 2000 et se terminera en décembre 2020. D’ici là, suivant les périodicités de la terre et le positionnement des planètes du système solaire des soubresauts géo climatiques importants sont à prévoir.

La période glacière laissa sur la planète des pôles de glace beaucoup plus importants qu’ils ne le sont aujourd’hui. La glace recouvrait la quasi-totalité de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud, ne laissant que l’équateur et autres endroits épars. La dernière période glaciaire s’est étalée de -110.000 ans à -15.000 ans. La Terra Incognita est identifiée ainsi à cause de son impact très important sur le développement des générations mégalithiques et modernes jusqu’à nous. Cette période débuta en 13.426 avant JC pour se terminer en 8280 avant JC. La période mégalithique, qui est la génération d’avant nous celle des dolmens et des pyramides. D’une durée de 5146 ans elle aussi, elle débuta en -8280 av. J.C et se termina en -3134 av. J.C. L’ après Déluge, la période moderne, comprend tout ce qui s’est produit depuis le dernier déluge jusqu’à ce jour. Elle débuta en -3134 av. J.C et se terminera en 2012.

Selon platon : « Quand, d’un autre coté les Dieux purgent la terre avec un déluge d’eau, les survivants furent des vieillards et des bergers qui vivaient sur les montagnes. Mais ceux qui vivaient dans les cités étaient happés par les rivières et transporté jusqu’à la mer. ».

Voir : Les Cycle Destructeur

La catastrophe climatique de 8280 avant JC eut un impact beaucoup plus sévère que celui de 3134 avant JC. Une des raisons est la présence d’un lourd manteau de glace, car le déséquilibre climatique a pour effet de gonfler le niveau des mers supprimant ainsi des milliers de kilomètres de côtes. Puis les brusques remontées de la mer engloutirent des régions entières parfois en quelques heures. 

Le catacyclisme qui mit fin à la génération de Terra Incognita fit monter le niveau de la mer. Les derniers refuges importants des civilisations de l’époque du catacyclisme de 8280 avant notre ère : Le plateau mexicain (point d’origine de la civilisation mésoaméricaine); L’Altiplano péruvien des civilisations de la cote sud américaine; Le plateau d’Abyssinie point d’origine des peuples noirs de l’Afrique du nord; Le plateau d’Iran qui fut à l’origine des races nordiques; Le plateau de l’Himalaya qui fut à l’origine des races asiatiques. Autour des derniers refuges de l’humanité, la vie se développa à nouveau, puis en 3134 avant JC le déluge revint…

Voir : Terra Incognita

2012 ET LES MAYAS
Le 21 décembre 2012 marquera la fin du grand cycle 13-baktun dans le calendrier Maya (13 baktuns = 13 cycles de 144 000 jours: 1 872 000 jours soit plus de 5125 ans). La date de 13.0.0.0.0 donne une idée de la date Maya de la création du monde : 6 Sep 3114 BC (Julien) = 11 Aug 3114 BC (Grégorien). Le Compte Long 13.0.0.0.0 devrait de nouveau être atteint le 21 décembre 2012. Les prévisions des Mayas étaient si précises qu’elles se basaient sur une unité de temps qui correspond à 1 millième d’une journée de 24 heures, soit moins de 1 minute et trente secondes. 

La compréhension maya du temps, des saisons, des cycles est vaste et complexe. Les Mayas ont eu 17 calendriers différents, dont certains décrivent les événement temporels de façon précise pendant plus de 10 millions d’années. Le calendrier qui attire l’attention, depuis 1987, est appelé le « Tzolk’in » ou « Cholq’ij« . Il est basé sur le cycle des Pléiades, et est considéré comme sacré et détermine d’importants tournants de l’histoire de l’humanité.

Le 21 Decembre 2012 est-ce la fin du monde ? dans 21 decembre 2012 calendriermaya La Grande Transformation : Cinquième soleil, cinquième dimension, cinquième élément. Après une période de transition 1987-2012 (destruction de l’environnement, chaos social, guerres, bouleversements planétaires, cataclysmes en série, etc.), les gardiens du Temps Mayas considèrent le 21 décembre 2012 (le solstice d’hiver) comme la date de la renaissance, le début du Monde du Cinquième Soleil. 

Puis viendra le Changement d’Âge, le temps de la « Grande Transition » vers ce que les Mayas appelaient « l’Âge Itza« , l’âge de Lumière et de Sagesse qui aportera la conscience de la multidimensionnalité (5ème dimension). Ce sera le démarrage d’une nouvelle Ère résultant du réalignement de l’axe polaire avec le centre de notre galaxie. Les Mayas ont 17 calendriers différents, dont certains décrivent les événement temporels de façon précise pendant plus de 10 millions d’années.

CI-contre: Détail de l’un des calendriers mayas montrant le cinquième Dieu du Soleil Toniatiuh entouré des représentations des quatre cycles de création et de destruction précédents. (Cancun – Mexique).

Il est aujourd’hui établi que le point de départ de ce calendrier, le jour « zéro » du Compte long Maya, correspond au 13 août 3 114 avant notre ère. C’est à cette date que la planète Vénus était apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel. Ce compte long n’a pas seulement trait au cycle régulier de Vénus autour de la Terre, qui dure en moyenne 584 jours, mais aussi à son cycle complet par rapport à la rotation de l’axe de la Terre, un cycle qui se compte en millions d’années. Les mayas se préoccupaient beaucoup des infimes variations qui créé un décalage entre le plan de rotation de Vénus et l’axe de rotation de la Terre elle-même. Toutes les dates de leur calendrier fait référence au « Grand cycle de Vénus ». Le manuscrit Maya désigné sous le nom de « codex Cospi » montre différents aspects de Vénus. Ainsi, avec les cycles de Vénus, les Mayas pensaient pouvoir prédire ce qui arriverait à chaque « mort » de Vénus. 

Les anciens Mayas ne sont pas contents de l’ interprétation d’ anthropologues qui inventent des histoires à propos des Mayas. Certains annoncent la fin du monde pour décembre 2012 alors que c’est faux, le monde ne va pas se terminer. Il sera transformé.

Cette période de transition en 2012 se traduit par une énergie colossale de destruction de l’environnement, de chaos social, de guerre et de changements terrestres. Tout ceci avait été prévu de longue date par les anciens Mayas. Les Gardiens du Temps mayas considèrent le 21 décembre 2012 comme la date de la renaissance, le début du Monde du Cinquième Soleil. Ce sera le démarrage d’une nouvelle Ère résultant du réalignement de l’axe polaire avec le centre de notre galaxie.

Le 3 aout 2004 en Grande-Bretagne à proximité du tumulus de Silbury Hill (site de Stonehenge), un Crop Circle extrêmement élaboré a été découvert dans un champs. Désigné par de nombreux spécialistes comme « le crop circle de l’année » et aussi grand qu’un terrain de football, le Cercle de récolte fait directement référence au calendrier Maya et à ses symboles. Baptisé « Jour du Destin » par certains, « Jugement Dernier  » ou encore « Fin des Temps » par d’autres, ce majestueux cercle de cultures de plus de 150 mètres de diamètre évoque irrésistiblement la symbolique des anciens calendriers mayas et aztèques. 

Steve Alexander, un expert qui a photographié des centaines de cercles de récolte à travers le monde, commente cette incroyable formation : « C’est le cercle de récolte le plus complexe que j’ai jamais vu! je sais qu’un tas de gens pensent que tous ces cercles sont faits artificiellement par la main de l’homme, mais pour celui-ci c’est très peu probable. Cela prendrait des jours pour réaliser un dessin aussi gigantesque : or ce cercle est apparu en une nuit ! »

cropmaya dans 21 decembre 2012

Le cercle de récolte présente sur son pourtour une suite binaire bien connue des anthropologues spécialistes de l’Amérique précolombienne. On en retrouve notamment des éléments sur le socle circulaire d’une statue du XVIème siècle représentant le dieu aztèque Xochipilli et découverte dans les années 1850 sur un versant du volcan Popocatépetl, près de Tlamanalco au Mexique.
cropmaya2 Xochi signifie fleurs ou végétation et Pilli signifie Prince. Dans la tradition maya-aztèque, Xochipilli est le dieu de la végétation, des fleurs et des récoltes, mais aussi celui de l’amour, de la beauté, de la musique et de la danse. La statue est faite d’une seule pièce, et d’après le grand anthropologue espagnol Carlos Barrios, qui a passé 25 années au Guatemala chez les Mam,  »les Gardiens du Temps » selon la tradition maya, elle représente le dieu assis sur la Terre en train d’organiser et d’harmoniser les cycles du temps.
Selon les Olmèques, les Mayas et les Aztèques, ainsi d’ailleurs que dans la tradition indienne et mésopotamienne, le temps n’est pas linéaire mais procède de cycles qui se répètent continuellement : de la même manière que les planètes, les systèmes solaires et les univers naissent, meurent et renaissent de leurs cendres, les particules du temps se répètent indéfiniment en s’enroulant autour d’elles-mêmes sur le serpent de l’infini.

Les différents calendriers Mayas et Aztèques présentent tous l’année 2012 comme marquant la fin du Cycle actuel, celui du « Quatrième Soleil », et le commencement d’un nouveau Soleil, le Cinquième, celui de l’àge Cosmique dont on ne peut se faire aucune idée à travers nos repères actuels. C’est pourquoi l’extraordinaire cryptogramme de Silbury Hill, inspiré de ces calendriers, se réfère probablement lui aussi à cette échéance de l’année 2012.
Le chercheur britannique C. Lewis a travaillé sur le fonctionnement du système de mesures utilisé dans les anciens calendriers mayas et aztèques son adaptation au cercle de Silbury Hill. Selon lui, il ne fait aucun doute que le diagramme figuré sur ce crop circle d’un genre tout à fait nouveau indique une sorte de compte à rebours sur une minuterie en forme « d’horloge-calendrier  » inspirée du modèle maya-aztèque. 

Chaque carré interne valant 130 ans, la position de l’aiguille sur le dernier carré indique qu’il nous reste un peu plus de 5 % de ces 130 ans à parcourir, soit environ 8 années. Or, si l’on ajoute environ 8 années à août 2004, on tombe à peu près exactement sur l’échéance du 21 décembre 2012 correspondant à la fin des calendriers mayas.

L’ANCIEN TESTAMENT ET LA BIBLE
Dans l’Ancien Testament de la Bible, les chapitres 11 et 12 du Livre de Daniel nous précisent qu’il y aura donc 3 années et demi d’épreuves terribles pour l’ensemble de l’humanité (1290 jours), suivies de 1 mois et demi de bouleversements planétaires (45 jours supplémentaires) avant la fin des jours, soit à compter du 25 mars 2009. 

La partie de la prophétie qui a trait au « temps de la fin » démarre au verset 40 du chapitre 11 du Livre de Daniel et se termine à la fin du chapitre 12 (le dernier chapitre). Le verset 40 explique que les forces du Roi du Sud vont commencer par harceler le Roi du Nord, et que celui-ci déferlera alors sur le Roi du Sud avec sa puissante armée.

Cependant, si l’on parle de jours dans la Bible selon la règle d’or de ce livre sacré un jour ne fait pas en réalité un jour mais une année : Nombres 14:34 et Ezékiel 4:6 . « Un jour pour une année ».

Il y est écrit : « Au temps de la fin, le Roi du Midi se révoltera contre le Roi du Nord, (Les mouvements intégristes musulmans contre l’occident?) et le Roi du Nord fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers et avec beaucoup de navires, pénétrera dans les terres et passera outre (Ce « passera outre » peut fort bien vouloir dire : « ne tiendra pas compte des mises en garde des gouvernements de la Terre »). Et il viendra dans le pays de beauté. (certainement l’Irak, car jadis, à l’époque de la Chaldée et de Sumer, Babylone était célèbre pour la beauté de ses jardins suspendus et la splendeur de son architecture, et la Mésopotamie pour ses merveilleuses palmeraies qui s’étendaient à perte de vue entre les rives fleuries du Tigre et de l’Euphrate. Certaines traditions situent l’Éden, le paradis terrestre, dans la vaste région s’étendant de la Mésopotamie à l’Arabie, dont la limite sud est le golfe d’Ade).

La fin de la prophétie (Chapitre 12, versets 11 à 13) dit exactement ceci : « À partir du temps où le Sacrifice perpétuel sera suspendu et où l’Abomination qui désole sera installée, il y aura 1290 jours. Bienheureux celui qui attend et qui parvient à 1335 jours ! Et toi, va jusqu’à la fin. Tu seras dans la paix et tu te tiendras dans ton lot si tu parviens à la fin des jours« . (Ce qui signifie vraisemblablement : tu seras alors prêt à hériter de ta véritable condition d’Homme).

L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne un astre (Nibiru?), le baptisant du nom « d’Absinthe, amertume« , [Apoc. VIII, 11]. Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’Hercolobus, est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.

2012 ET LES HOPIS
Les Indiens Hopis d’Arizona ont prophétisé depuis des siècles sur de nombreux événements d’ampleur planétaire. Ils avaient annoncé des générations à l’avance la venue d’une race d’hommes barbus, à la peau claire, montés sur des animaux étranges et portant des armes inconnues. Ceux-ci arriveraient d’au-delà de la grande mer de l’Est et auraient pour emblème la croix (le christianisme), mais ils allaient briser le cercle sacré de la nation et de l’harmonie avec la Mère Terre, en introduisant un mode de vie déséquilibré appelé Koyaanisqatsi qui serait éventuellement appelé à disparaitre. Les prophéties des Hopis sont en gros identiques à celles des Mayas. 

L’une des grandes prédictions dit ceci: « Un jour certaines étoiles viendront ensemble en une seule rangée, comme cela s’est déjà produit il y a des milliers d’années. C’est le temps de purification pour la Terre. Des changements de climat et de nombreuses catastrophes peuvent se produire quand nous parviendrons à ce stade. Ce qui peut se produire alors personne ne peut le savoir réellement« . Des  » étoiles en une seule rangée »? Voilà un élément qui évoque l’alignement de toutes les planètes prévu le 21 décembre 2012. D’après cette prophétie, outre d’immenses dégâts et pertes en vies humaines, ce serait le début d’une nouvelle ère glaciaire.

Selon les indiens Hopis:
puce Le premier monde a été détruit par un feu dévastateur qui vint du ciel et de la Terre.
puce Le deuxième monde a pris fin quand le globe terrestre a dévié de son axe et que tout fut recouvert de glace.
puce Le troisième monde a été anéanti par un déluge universel.
puce Le monde actuel est le quatrième et sera anéanti par les flammes.

2012 LES SUMERIENS ET NIBIRU
Lorsque les 12 spirales de l’ADN à segmentation variable (2 actifs sur les 12 à l’origine) seront réactivées, ces spirales commenceront à se connecter sur le système des 12 centres énergétiques de l’homme nommés chakras (7 internes et 5 externes) en correspondance avec les 12 luminaires et planètes de notre système solaire, si l’on y inclut la planete Nibiru (la planète de passage), la dixième planète (planète X).
nibiru Il est curieux de noter que les phases évolutives de l’humanité se font au rythme de 3600 ans c’est-à-dire qu’à chaque retour de la planète Nibiru, une nouvelle phase civilisatrice commence. 11 000 ans Av. J.C. : l’agriculture ; 75 000 av. J.C. la culture néolithique puis 3800 ans av. J.C. la civilisation sumérienne. 

La dernière fois que Nibiru serait passé, était à l’époque de Moïse. 1300 – 1250 ans av J.C.

Deux faits furent marquant: d’abord la manne céleste. Son explication tient au fait que Nibiru, planète-comète, aurait une queue. Celle-ci, outre des particules allant du gravier aux pierres plus grosses, contiendrait des substances pétrolifères qui au contact de notre atmosphère se précipitent telle une rosée sucrée très riche en protéines et comestible. L’autre point serait l’ouverture de la Mer Rouge devant les Hébreux. Il s’est agi sous l’effet de l’attraction de Nibiru de remontées de plaques tectoniques qui ont momentanément scindé la mer en deux avant de s’effondrer engloutissant ainsi les Egyptiens. Dans ce ca, la Planète, sera au plus près de nous dans 250 à 300 ans par rapport à la date estimée de la vie de Moïse. Certains de ses passages ont été catastrophiques d’autres non. Donc Nibiru ne sera pas dans le ciel le 21 décembre 2012. En tout cas, cela valide les écrits sumériens. Voir : Nibiru la planète X
2012 ET LES EGYPTIENS
Il y a quelques 10.000 ans, l’axe de la terre aurait basculé provoquant un glissement des pôles. Cet évènement les Égyptiens, (héritiers des Atlantes?), l’ont appelé  » Le Grand Cataclysme « . 

Le Grand Cataclysme se déroule pendant l’ère du Lion, aussi les égyptiens ont ils gravé deux lions dos à dos entre eux, le soleil coincé entre l’hiéroglyphe du ciel l’un vers le haut, l’autre vers le bas, c’est à dire le ciel d’avant et le ciel d’après. L’adolescent repésente surement l’humanité très appauvrie après le déluge.

Les Égyptiens vont accorder à Sirius une place considérable dans leur système de calcul du temps (son apparition annuelle qu’ils savaient parfaitement exacte annonçait les crues du Nil); mais aussi, à travers cette forme lumineuse, ils trouvèrent une autre forme de vénération de la divinité, et construisirent des Pyramides, qui ne sont pas autre chose que quatre triangles accolés se rejoignant en un point de Centre, le sommet. L’univers de l’esprit, dieu, esprit ordonné et non par hasard, Dieu Grand Architecte de l’Univers, siège au sommet du triangle, donc de la Pyramide, là où il n’y a de place que pour Un. Les Atlantes auraient transmis aux Égyptiens, ces secrets.

egypte_lions

Il y a quelques 10000 ans, l’axe de la terre aurait donc basculé provoquant un glissement des pôles et un cataclysme planétaire. La disposition des pyramides suggère un lien avec l’Atlantide. Des scientifiques ont en effet découvert que les pyramides d’Egypte étaient disposées suivant un schéma correspondant exactement à celui d’une zone de la constellation d’ORION, telle que celle-ci apparaissait en 10450 avant J-C, c’est à dire bien avant les débuts de la civilisation égyptienne… mais à une époque pouvant être celle des Atlantes.
LA RESONANCE SCHUMANN
Gregg Braden (greggbraden.com) a apporté la preuve scientifique du passage de la Terre à travers la ceinture de photons et du ralentissement progressif du rythme des rotations de la Terre. En même temps, il est parvenu à démontrer scientifiquement l’accélération de la fréquence de résonance de la Terre, la « Résonance Schumann« . 

Selon G. Braden, quand la Terre arrêtera ses rotations et que la fréquence atteindra 13 cycles (13 Hz), nous serons au  »Point Zéro ‘ du champ magnétique. Il pense que la Terre s’immobilisera puis commencera à tourner dans l’autre sens produisant un renversement dans le champ magnétique autour de la Terre et en elle.

CONCLUSION
Des paléobiologistes ont découvert des traces fossiles qui indiquent que « la vie semble avoir été inscrite, gommée et réécrite quatre ou cinq fois, depuis le Cambrien. Ce qu’ils ont constaté, c’est qu’à différentes époques de l’histoire, la vie s’est développée pour être ensuite presque instantanément gommée. A chaque cycle, il s’en est suivi une période où la Terre a été dépourvue de toute vie pendant des millions d’années. Les grandes extinctions de masse sont prouvées. Là encore, elles n’ont jamais été expliquées clairement. Rentrent-elles également dans ce schéma de mort et de résurrection cyclique ? 

La Terre, comme une toupie, tourne de moins en moins vite sur elle-même. Elle boucle son tour aujourd’hui en 24 h mais il ne lui en fallait que 22 il y a 400 millions d’années. Le champ magnétique terrestre serait-il en train de s’inverser ? Sur les 150 dernières années, l’intensité de la composante Nord-Sud du champ magnétique a décru de 10%. De plus, le pôle nord magnétique a été sérieusement perturbé ces trente dernières années.

La Terre n’a pas toujours été bleue. Il y a environ 750 millions d’années, elle aurait été entièrement recouverte de glace. Des pôles à l’équateur, une énorme couche de glace aurait recouverte toute sa surface. C’est du moins ce que pensent de nombreux climatologues. Toute trace de vie aurait été éliminée pendant cette longue période. Il y a 800 millions d’années, les continents actuels se regroupent en un seul bloc, la Rodinia. Puis, ce super continent se fissure sous l’effet d’une intense activité volcanique. Des mers s’ouvrent et de gigantesques quantités de basalte son libérées ce qui piège une quantité de dioxyde de carbone. L’effet de serre perd alors son efficacité et les températures s’effondrent, provoquant la plus grande période glaciaire de tous les temps.

Des études en paléomagnétisme ont établi que la polarité magnétique de la Terre « s’était inversée plus de 170 fois pendant les derniers 80 millions d’années ». Selon un article du géologue S.K Runcorn, Professeur à l’Université de Cambridge, « il ne fait aucun doute que le champ magnétique de la Terre est déterminé directement ou indirectement par la rotation de la Terre ». Donc, l’axe lui-même de la Terre aurait changé. Plus simplement, la planète aurait basculé sur elle-même, ce qui aurait entraîné un changement de la localisation des pôles géographiques. Selon des articles parus dans Nature, la dernière inversion géomagnétique a eu lieu il y a 12 400 ans, au onzième millénaire avant notre ère. On sait que cette période est marquée de grandes extinctions dans le monde animal. (Nature 234,27/12/71). Certains scientifiques estiment que la prochaine inversion des pôles magnétiques terrestres aura lieu vers 2030. (article paru dans Nature 12/2/76).

On sait aujourd’hui que les pôles Nord et Sud du champ sont susceptibles de s’inverser. Les laves solidifiées sont là pour en témoigner puisqu’elles pointent alternativement vers les régions australes ou boréales. Depuis quelques décennies, on a d’ailleurs observé l’extension croissante d’une anomalie du champ magnétique dans l’Atlantique Sud. (article paru dans Sciences&Vie N°229).

Selon les lois de la mathématique et de la physique, la Terre ne peut subitement tourner dans l’autre sens à cause de la conservation du moment cinétique ( c’est ce qui fait qu’une ballerine tourne plus vite quand elle raproche ces bras le long du corps ). Il faudrait une collision violante pour que ça se produise ou l’arrivée d’une planete dans notre systeme solaire (La Nibiru des sumériens?) dereglant tout sur son passage. Une inversion des pôles est alors plus probable plutôt qu’un changement de rotation de la terre…

 

source : secretebase.free.fr

 

nouvellevision

Ovni Video – Zone 51 : Secret Défense

 

zone 51 :

http://www.dailymotion.com/video/6ePOJiC72VBIG4TDH
 

nouvellevision

NIBIRU – PLANETE X

 

 

NIBIRU – PLANETE X – MARDUK

A la recherche de la dixieme planète

La NASA a cherché longtemps cette planète éxclusive et cherche encore aujourd’hui.

Les Sumériens conaissaient déjà l’existence de la planete il y a 6000 ans !

Nibiru, (en sumérien) la planète mythique, a reçu différents noms à travers les âges. Les Babyloniens et les Akkadiens l’appelaient Mardouk (Marduk), ce qui signifie en Akkad « grand Astre du Ciel » ou « Roi des Cieux » (cependant dans la plupart des textes babyloniens, Marduk, le dieu de Babylone, souverain des dieux et des hommes est identifié avec la planète Jupiter). 

Les Égyptiens et les anciens Hébreux la représentaient sous la forme d’un disque ailé à cause de son immense orbite elliptique en forme d’ailes déployées, les Grecs l’appelaient  » Nemesis« . Les Prophètes l’ont rebaptisée « Étoile Rouge » ou  » Croix de la Destinée« , ainsi que  » Messager Ardent«  et « Comète de la Fatalité« .

L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre, le baptisant du nom « d’Absinthe, amertume », [Apoc. VIII, 11]. Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’ Hercólubus (ou Hercolobus), est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.

Selon les mythes, les Nibiriens (le peuple de Nibiru), sont souvent appelés les Anunnaki, en Hébreu ce sont les Nephilim (ceux qui sont descendus des cieux sur Terre), Elohim (pluriel de Dieu), ou encore Marduks ou Mardukiens.

http://www.bibleetnombres.online.fr/images6/nibiru.jpg

Dans l’Antiquité, au moins cinq planètes de notre système solaire étaient connues des astronomes : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, qui avec le Soleil et la Lune étaient les seuls corps errants dans la sphère des étoiles fixes et ont ainsi donné leur nom aux jours de la semaine. Depuis le 16ème siècle jusqu’à nos jours une pléthore d’objets est venue peupler le système solaire connu et le nombre de planètes est désormais porté à neuf depuis la découverte de Pluton en 1930. Cependant, un texte majeur d’astronomie le « Mul. Apin » (1000 avant J.-C) liste 66 constellations (ou astérismes). Première carte céleste connue (découverte à Ninive). C’est un planisphère en argile, divisée en 8 sections, et montrant une ou deux constellations avec les étoiles importantes (Sirius, l’Épi, Pégase, la Balance, etc.). 

En 1978, 2 astronomes de l’observatoire de la Marine US à Washington, R. Harrington et T. Van Flanders établirent que les orbites de Neptune et Uranus avaient subi des perturbations venant de l’attraction gravitationnelle d’un mystérieux corps céleste non identifié et qui fut appelé la PLANETE X pour traduire à la fois son caractère énigmatique et le rang de dixième planète qu’elle occuperait au sein du système solaire. L’existence d’une planète au-delà de l’orbite de Pluton a été avancée pour rendre compte des perturbations observées sur le mouvement d’Uranus et Neptune, perturbations que la présence de Pluton seule n’arrivait pas à expliquer. Toutefois, les recherches visant à la mettre en évidence sont restées vaines, mais on a découvert depuis 1992 des astéroïdes trans-neptuniens. On attribue l’existence de ces astéroïdes à la présence d’une vaste région au-delà de l’orbite de Neptune peuplée de planétésimaux (stéroïdes et noyaux cométaires) : la ceinture de Kuiper.

http://www.crystalinks.com/nibiru2.gif

Cette étoile brune et un groupe de comètes arrivent dans notre système solaire en même temps. Comme le « feu » s’est éteint il y a longtemps, cette naine brune ne donne pas de lumière. Cette étoile brune, compagne du soleil, a une masse qui représente 56% de la masse du soleil. Quand elle commencera réellement à approcher le système solaire, et qu’ils tournent en tandem, cela signifie que le soleil commencera à sentir sa gravité. Un léger effet de « vacillement » sera perceptible sur Terre par des mesures. Le basculement des pôles est cyclique (100.000 ans), cette perturbation magnétique sert simplement de mécanisme de déclenchement.

NIBIRU - PLANETE X dans Espace orbite

Cette mystérieuse planète aurait précédemment éjecté Pluton et Charon de leurs anciennes positions (comme satellites de Neptune). Selon des astronomes, la planète X était une intruse que le soleil aurait piégé dans une orbite très excentrique, très inclinée sur l’écliptique. Cette planète aurait 3 aux 4 fois la masse de la terre. Depuis fort longtemps les astronomes sont pour la plupart convaincus qu’il existe réellement une planète supplémentaire dans notre système solaire, raison pour laquelle elle fut appelée la 10e planète ou planète X.

 

A LA RECHERCHE DE LA PLANETE X

Même la NASA en 1982 va reconnaître l’existence possible d’une planète X. Puis, en 1983, le satellite Iras repère dans l’espace lointain un objet mystérieux, ainsi que le rapporte le 30 décembre 83 le Washington Post après avoir interviewé le responsable de l’Iras qui déclare « un corps céleste, peut-être aussi gros que la planète Jupiter et peut-être orienté vers la terre au point de faire partie du système solaire, a été découvert dans la direction de la constellation d’Orion par un télescope en orbite… nous ne savons pas ce que c’est ».
Dans les années qui suivirent, on fut plus discret, mais les recherches continuèrent indiquant que X. devait avoir une orbite inclinée de 30 degrés sur l’écliptique, qu’elle devait se trouver trois fois plus loin du soleil que Pluton et avoir 3 à 4 fois la masse de la terre. 

En 1987, la NASA reconnaît officiellement l’existence de cette planète, ainsi que le rapporte Newsweek du 13/7/87 « … La semaine dernière, la NASA fit une déclaration étrange : une 10e planète, excentrique, pourrait être en orbite (ou non) autour du soleil… ».
Le 7 avril 2001, le rapport de Science News titre « l’orbite singulière d’une comète suggère une planète cachée  » écrit  » bien au-delà des neuf planètes connues un objet aussi massif que Mors pourrait avoir fait partie de notre système solaire et pourrait bien s’y trouver encore ».

Ci-contre: Observation de Sedna par le télescope spatial Hubble

sedna_hubble dans Espace
Cet article rapporte la découverte par une équipe d’astronomes, l’année précédente, d’une comète désignée cette fois-ci sous le nom de 2000-CR/105, sur une orbite solaire elliptique qui la situe à 4,5 milliards de kilomètres du soleil et (ajoute Sky And Télescope du 05/04/2020) cette orbite à une périodicité de 3300 ans (3600 ans selon d’autres sources). 

Une autre étude de l’équipe de L’observatoire de Nice Côte d’Azur, parue dans Icare suppose que l’orbite de la comète pourrait être l’œuvre d’une planète encore invisible aussi grosse que Mars. La mystérieuse planète alimente les conversations des astronomes et des ufologues… De toute évidence la planète est bien là, toujours aussi mystérieuse.Certain prophétisent le retour, dans les temps présents, de cette planète, qui se nommerait « Nibiru » (la Nibiru des Sumériens).

La dixième planète peut être plus grande que prévue. Les astéroïdes, les comètes, et des objets de la ceinture de Kuiper changent considérablement dans leurs signatures infra-rouge en fonction de leur chaleur interne. Une erreur d’observation a pu avoir minimisé la taille de la dixième planète. Le télescope qui avait estimé l’objet céleste temporairement appelé Xena (2003UB313) à partir de sa cible infra-rouge était mal positionné lors de cette mesure qui avait été enregistrée dans les bases de données des astronomes.

 

XENA – SEDNA – QUAOAR – ET LES AUTRES …

Rappelons ce que sont les objets de Kuiper et de Oort. Ces objets se trouvent dans des zones dans lesquelles des calculs théoriques placent plusieurs milliards de « petits » corps glacés en orbite autour du Soleil. Comme l’existence de Neptune a été prédite par l’observation de l’orbite d’Uranus avant sa découverte effective au télescope, Ceinture de Kuiper et Nuage de Oort ont été « prédits » bien avant que leurs premiers objets soient réellement observés. Les comètes ne seraient que des objets de Kuiper ou de Oort que des perturbations orbitales amènent près du soleil. Les premiers objets de Kuiper observés ont été découverts en 1992. Ceinture de Kuiper et Nuage de Oort sont les grands oubliés des représentations classiques du système solaire. Il est vrai qu’ils ne représentent que 99,9999 % de l’espace occupé.

tailleplanetes

Les représentations de Pluton, Quaoar, Sedna et Xéna ne sont que des dessins correspondant à une
estimation, la surface de ces astres n’ayant jamais pu être photographiée avec une bonne résolution.

Si une dixième planète existe, il est peu probable qu’elle soit originaire du système solaire : des études détaillées de l’écliptique ont été prises en compte, concluant qu’aucune planète de la taille de la terre ou d’une taille supérieure ne pouvait exister sur le plan de l’écliptique à une distance plus petite que 60 UA. Par conséquent, une dixième planète devrait être sur une orbite fortement inclinée, et par conséquent avoir été capturée par le système solaire et non formée en même temps que lui. Divers objets de grande taille (plus petits que Pluton mais plus grands que 1 Cérès) tels que Sedna, Quaoar, Xena ou Orcus ont été découverts, mais ils ne correspondent pas aux objectifs de la recherche, la plupart des astronomes s’accordant à dire qu’ils seraient trop petits pour être considérés comme des planètes. Cependant les mesures des bases de données des astronomes sont peut-être erronés !
puce SEDNA
Mike Brown, Chad Trujillo (Observatoire Gemini) et David Rabinowitz (Université de Yale) ont découvert Sedna (2003VB12), le premier objet du Nuage d’Oort le 14 novembre 2003 au moyen du télescope de 1,2 mètre Samuel Oschin de l’Observatoire du Mont Palomar, près de San Diego. En l’espace de quelques jours, la découverte fut confirmée par des observations réalisées en Espagne, au Chili, en Arizona et à Hawaii. Spitzer, le nouveau télescope spatial de la Nasa, a également été braqué en direction de Sedna.
sedna03 Cet objet, le plus distant tournant autour du soleil, est presque aussi grand que Pluton et il est situé à une distance équivalente à trois fois la distance entre Pluton et notre étoile. Situé dans un espace estimé vide par les astronomes, celui-ci est plus rouge et plus lumineux que n’importe quel objet du système solaire.

Il est possible que Sedna appartienne à un groupe de corps célestes formés suite à une perturbation gravitationnelle engendrée par une étoile passant près du Soleil aux premiers jours du système solaire.

Selon Mike Brown, cette étoile se serait rapprochée suffisamment près de la Terre pour briller plus que la pleine Lune et aurait été visible en plein jour durant 20000 ans. Elle aurait délogé les comètes situées dans le Nuage de Oort conduisant à un intense bombardement cométaire qui aurait pu être à l’origine de la vie sur Terre!
L’objet, nommé Sedna (en hommage à la déesse Inuit de l’Océan), est actuellement distant de 13 milliards de kilomètres, soit aux marches du système solaire. Les observations effectuées depuis la découverte de Sedna en novembre 2003, ont permis de déterminer que cette dernière suivait une trajectoire très elliptique. Les scientifiques pensent que, comme Pluton, Sedna pourrait provenir de la ceinture d’astéroides de Kuiper. En combinant les données disponibles sur ces différents corps célestes, Mike Brown estime que la taille de Sedna est environ à mi-chemin entre celle de Pluton et de Quaoar, un planétoïde plus petit découvert par la même équipe en 2002. Ces objets auraient été poussés par la gravitation des planètes géantes pendant 4,6 milliards d’années, âge actuel du système solaire.
La composition de Sedna est encore inconnue mais on estime qu’elle est composée principalement de glace et de roche. Cependant, Sedna est presque aussi rouge que Mars. La raison de cette couleur n’a pas été déterminée actuellement. La découverte de Sedna est cependant à considérer avec un certain recul. 

L’institut de recherche binaire (BRI) a constaté que les caractéristiques orbitales du planétoïde récemment découvert « Sedna », démontre la possibilité que notre soleil puisse faire partie d’un système d’étoile double.

sedna_orbite

Dans un système binaire, le premier soleil tient le rôle principal en tant que force gravitationnelle. Contrairement à ce que l’on pensait dans le passé, les systèmes doubles sont maintenant considérés comme courant dans la voie lactée. 

Notre soleil a t’il un compagnon ? Sedna décrit une orbite elliptique fort peu commune, qui pourrait être expliqué par un deuxième soleil dans notre système. Sedna ne devrait pas être là. Si elle s’éloigne autant de notre soleil, elle ne devrait pas revenir vers lui au-delà d’une certaine limite. L’elliptique de son orbite rend sa présence impossible sans un autre facteur gravitationnel jusqu’ici inconnu !

Sedna s’approchera un peu de la Terre dans les années qui viennent. Mais même lorsqu’il sera au plus proche, dans 72 ans, il sera en fait encore très loin, bien au-delà de Pluton. Alors il entamera le voyage de retour vers les confins du Système solaire. La dernière fois que Sedna s’est trouvée aussi proche du Soleil, la Terre sortait tout juste du dernier age glaciaire. La prochaine fois qu’elle repassera, que sera devenue la Terre? Si Sedna n’est qu’un morceau de roche glaciare, il est fort peu probable que ce soit la Planète X, la Nibiru des sumériens… En effet, si la taille de Sedna, bien que relativement grande par rapport à la plupart d’autre KBO, est trop faible, elle ne peut perturber mesurablement Neptune ou toute autre chose.

puce XENA
Des astronomes de l’Institut de Technologie de Californie ont découvert que Xena (2003UB313), possède une lune (elle a été repérée le 10 septembre 2005), 100 fois plus faible que « Xéna » et orbitant autour de la planète en deux semaines. XENA est bien plus grande que Pluton. Son diamètre est estimé à quelque 3000 km. D’autres mesures sont prévues, et si elles se confirment, il s’agira du plus grand objet du Système Solaire trouvé depuis la découverte de Neptune en 1846. Lors de l’annonce de sa découverte en juillet 2005, 2003 UB313 était le plus lointain des objets connus dans le système solaire. La distance actuelle de l’objet ainsi que la forte inclinaison de son orbite sont les deux raisons qui l’ont conduit à ne pas avoir été détecté avant.
xena XENA posssède aussi une lune. Mike Brown estime que cette lune, « Gabrielle » (Les astronomes l’ont nommée Gabrielle, en référence à la série télévisée « Xena : la Guerrière’ ») mesure au moins un dixième de la taille de Xéna, qui est supposée avoir un diamètre d’environ 2700 km (2274 kim pour Pluton). 

La découverte de cette lune est d’importance, car elle devrait permettre d’évaluer la masse la masse de cette dixième planète. En effet, plus la masse d’une planète est grande, plus elle attire ses satellites qui subissent alors une rotation plus rapide. A l’inverse, si une planète a une masse faible, sa lune sera plus éloignée et sa rotation plus lente.

Pour calculer la taille de XENA, l’équipe de Frank Bertoldi, du laboratoire de radio-astronomie de l’Institut Max Planck, a mesuré la radiation thermique de l’objet.

Une observation réalisée par le Télescope spatial Hubble les 9 et 10 décembre 2005 avère que sa taille serait seulement légèrement plus grande que Pluton : 2400 km de diamètre soit approximativement 100 km de plus que la neuvième planète. Cette nouvelle estimation oblige à réviser à la hausse l’albédo de 2003 UB313 (0,86), ce qui en ferait l’objet le plus brillant du système solaire avec Encelade, le satellite de Saturne.
Estimer la taille de la planète s’est révélé plus ardu : même connaissant sa magnitude, les astronomes doivent en effet savoir quelle fraction de la lumière incidente elle reflète. Or, l’objet est trop distant et trop froid pour être saisi par les télescopes à infrarouge qui pourraient livrer une telle information. L’équipe estime néanmoins que la planète doit réfléchir entre 50 et 100 pour cent de la lumière incidente, ce qui lui conférerait un diamètre supérieur à celui de Pluton (2.300 kilomètres), sans excéder 3.000 km au total. En 2006 les astronomes étaient conscients que la taille de Sedna était importante et attendaient d’autres mesures plus fines pour se prononcer sur ses caractéristiques. 

Depuis la découverte initiale, les astronomes ont multiplié les observations et les calculs en vue de déterminer avec davantage de précision la taille et la magnitude de la planète. Ils pensent qu’elle est proche du point le plus éloigné de l’orbite qu’elle met 560 ans à parcourir autour du soleil au point le plus proche, la planète n’en serait éloignée que de 36 fois la distance séparant la Terre du soleil. Fait inhabituel, son orbite est inclinée de 44 degrés par rapport au plan de l’écliptique où gravitent la plupart des autres planètes, ce qui, selon M. Brown, pourrait tenir à une série de passages à proximité de Neptune

xena_orbite

XENA est actuellement situé à 97 ua du Soleil et tourne autour de celui-ci selon une orbite très inclinée (environ 45 degrés) d’environ 557 ans. XENA se trouve actuellement (2006) dans la constellation de la Baleine.
puce QUAOAR
Plus petit et découvert en octobre 2002, fait parti, comme Pluton, des objets de la Ceinture de Kuiper. Pluton et Quaoar seraient ainsi plus semblables à des comètes ratées, des mondes glacés dont le nom de planète est très discuté au sein de la communauté scientifique. Ils sont considérés officiellement comme des objets de la ceinture de Kuiper (des KBO) mais Pluton cumule également le titre de planète grâce à son diamètre plus important que Quaoar.

 

HERCOLUBUS

L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre, le baptisant du nom « d’Absinthe, amertume« , [Apoc. VIII, 11]. Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’Hercolobus, est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.
hercolubus V. M. Rabolù, Indien d’Amérique du Sud, confirme dans « Hercolobus, planète rouge » édité en 2002, l’approche de Nibiru, qu’il a rebaptisée Hercolubus. Il décrit l’objet comme une énorme planète et confirme qu’elle influence et perturbe d’ores et déjà la Terre. 

Voici ce que dit Rabolù à propos de la planète rouge : “Nous allons parler d’Hercolubus ou Planète Rouge, qui se dirige vers la Terre. Les scientifiques, selon leurs dires, l’ont même déjà pesé, il pèse tant de tonnes et mesure tel diamètre, comme s’il s’agissait d’un jouet pour enfants; mais ce ne pas ainsi. Hercolubus ou Planète Rouge est 5 ou 6 fois plus grand que Jupiter, c’est un énorme géant que rien ne peut arrêter ou dévier …/… L’axe de la Terre n’est déjà plus à sa place, et avec les secousses, les tremblements de terre, les raz-de-marée, il finira par lâcher et l’enfoncement commencera. Ne croyez pas cher lecteur, que la planète va s’enfoncer d’un seul coup. C’est un processus long, lent, angoissant”.

HYPOTHESE DE NEMESIS
Selon l’hypothèse de Némésis, le Soleil aurait comme compagnon une naine brune (une naine brune n’est ni une planète, ni une étoile, c’est en quelque sorte une étoile ratée) orbitant à grande distance. Tous les vingt-quatre millions d’années environ, son orbite traverserait une région plus dense du nuage de Oort, perturbant l’orbite de comètes qui entreraient alors en collision avec la Terre et les autres planètes.
Les naines brunes ne sont pas facilement observables, puisqu’elles n’émettent qu’un faible rayonnement dans l’infrarouge. C’est seulement depuis le milieu des années 1990 qu’on a pu établir leur existence. 

Cette hypothèse a été proposée en 1983 par Richard Muller pour expliquer les grandes extinctions d’espèces, après que les deux paléontologistes David Raup et John Sepkoski aient découvert un intervalle régulier à ces extinctions.

Elle s’appuie également sur un article de 1979 par le prix Nobel de physique Luis Walter Alvarez, expliquant l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années par l’impact d’un astéroïde. La remise en cause du caractère périodique des extinctions de masse rend aujourd’hui l’hypothèse de Némésis plus contestée, mais la théorie sur les grandes extinctions d’espèces l’est aussi…

nemesis

Dans la mythologie Grecque, Némésis est la Déesse de la Vengeance et de la Justice distributive. Pour Hésiode, elle était fille de la Nuit; suivant d’autres, fille d’Erèbe, ou de l’Océan ou de la Justice. D’après une légende, elle était la mère d’Hélène. Némésis personnifait le loi morale qui réprouve tout excès et la jalousie divine qui frappe la propérité trop éclatante. Son temple le plus célèbre était celui de Rhammonte, en Attique. Sur les monnaies de Smyrne, Némésis était représentée debout sur un char, aux côtés d’Adrasté, la fille d’Anankê, l’index de la main droite sur la bouche pour recommander la discrétion et le silence. 

Note: On donne également des noms de la mythologie à d’autres corps célestes, tels que les astéroïdes Certains astéroïdes possèdent des satellites et un satellite de l’astéroïde n°128 fut baptisée Némésis.

 

NIBIRU ET LES SUMERIENS

Il y a 6000 ans, la première grande civilisation sumer, fut fondée entre l’Euphrate et le Tigre, par les Sumeriens. Zecharia Sitchin (sitchin.com), historien d’origine Russe s’intéressant aux langues, à l’histoire et à l’archéologie de l’Orient ancien, conclut en 1976 une genèse de l’homo sapiens en accord avec celle des Tibétains, des Hawaiiens, des aborigènes d’Australie, des Indiens d’Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), des Mayas (d’après le prêtre de la confrérie blanche des Mayas, Miquel Angel). Les Annunakiens des mythes Sumériens, « ceux qui descendaient du ciel sur la Terre », étaient des extra-terrestres venant d’une planète encore inconnue de notre système solaire qui fait le tour du soleil en 3600 ans, la planète Nibiru. 

Il est curieux de noter que les phases évolutives de l’humanité se font au rythme de 3600 ans c’est-à-dire qu’à chaque retour de la planète Nibiru, une nouvelle phase civilisatrice commence. 11 000 ans Av. J.C. : l’agriculture ; 75 000 av. J.C. la culture néolithique puis 3800 ans av. J.C. la civilisation sumérienne.

La dernière fois que Nibiru serait passé, était à l’époque de Moïse. 1300 – 1250 ans av J.C. Deux faits furent marquant: d’abord la manne céleste. Son explication tient au fait que Nibiru, planète-comète, aurait une queue. Celle-ci, outre des particules allant du gravier aux pierres plus grosses, contiendrait des substances pétrolifères qui au contact de notre atmosphère se précipitent telle une rosée sucrée très riche en protéines et comestible. L’autre point serait l’ouverture de la Mer Rouge devant les Hébreux. Il s’est agi sous l’effet de l’attraction de Nibiru de remontées de plaques tectoniques qui ont momentanément scindé la mer en deux avant de s’effondrer engloutissant ainsi les Egyptiens. Dans ce ca, la Planète, sera au plus près de nous dans 250 à 300 ans par rapport à la date estimée de la vie de Moïse. Certains de ses passages ont été catastrophiques d’autres non. En tout cas, cela valide les écrits sumériens.

cylindre

Sur le cylindre (sceau), les tailles des planètes montrées peuvent être considérées comme des approximations. Néanmoins, il est évident que Nibiru ait été considéré non seulement beaucoup plus grande que Pluton, mais également que la terre. Ce n’était donc pas « une roche glaciale » dans la ceinture de Kuiper. Nibiru, pour les Babyloniens, était le corps céleste lié au dieu Marduk. En Akkadien cela signifie « l’ endroit de croisement  » ou « l’endroit de la transition ». Mais dans la plupart des textes babyloniens Marduk est identifié avec la planète Jupiter. 

Selon des chercheurs et ufologues, les habitants de cette planète, les Nibiriens, (ou les Anunnaki, Nephilim, Elohim, Mardukiens, etc.), atterrirent sur notre Terre pour la première fois il y a environ 450.000 ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire l’or et d’autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l’homo sapiens il y a 300.000 ans environ par manipulations génétiques sur des femelles d’ hominiens. Ils avaient besoin d’aide, car ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La Mésopotamie fut leur première colonie.

Selon le mythe, les dirigeants des civilisations extra-terrestres devaient faire face à des rivalités dues à la conduite à mené face à leur création. Les hommes qui n’étaient rien d’autre que des esclaves, furent soumis à la famine, aux maladies et à des guerres biologiques. Les textes de Mésopotamie montrent que tous ces moyens s’étant révélé inefficaces pour faire régresser la population humaine, les extra-terrestres décidèrent d’exterminer les hommes en provoquant un grand déluge. Les tablettes Mésopotamiennes indiquent que  » EA « , Prince extra-terrestre de la terre, créateur de l’homo sapiens, se rebella, n’acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes, et fonda cette « Confrérie du Serpent« . Mais la confrérie fut vaincue par d’autres groupes des extra-terrestres régnants, EA fut banni sur Terre. De  » Prince de la Terre « , il passa  » Prince des ténèbres « . On enseigna aux hommes que tout le mal de la Terre était de sa faute et qu’il voulait que les hommes deviennent des esclaves. On exhorta les hommes à le démasquer chaque fois qu’il se réincarnerait et à l’anéantir avec ses créatures s’ils les rencontraient.

 

LES GRANDES PREDICTIONS ET LA PLANETE X

puce Prophéties des Hopies
Chez les indiens Hopis d’Amérique du Nord, l’une d’elles dit ceci : « Un jour certaines étoiles viendront ensemble en une seule rangée, comme cela s’est déjà produit il y a des milliers d’années. C’est le temps de purification pour la Terre. Des changements de climat et de nombreuses catastrophes peuvent se produire quand nous parviendrons à ce stade. Ce qui peut se produire alors personne ne peut le savoir réellement ». Des  » étoiles en une seule rangée  » ? Voilà un élément qui évoque l’alignement de toutes les planètes prévu le 21 décembre 2012. D’après cette prophétie, outre d’immenses dégâts et pertes en vies humaines, ce serait le début d’une nouvelle ère glaciaire. Les prophéties des Hopis auraient été communiquées à leurs prophètes par le Créateur lui-même. Elles peuvent ou ne peuvent pas se concrétiser. Il s’agit donc davantage de probabilités modifiables selon la volonté du Créateur ou des hommes, d’après ce que prétendent les Hopis qui les ont faites. Celles qui se sont réalisées sont tellement impressionnantes que le livre des prophéties des Hopis (Hotevilla) a été traduit en Français par l’Unesco (T. E. Mails, op. cit., p. 186).
 

puce Prophéties des Mayas
Les prophéties des Mayas sont en gros identiques à celles des Hopis. Elles indiquent que nous sommes parvenus à la fin d’un dernier cycle d’existence pour nos civilisations. Les dates données de ce cycle correspondent pour le début au 12 août 3114 avant J. C. et au 21 décembre 2012 pour la fin. A ce moment-là notre planète est censée enregistrer de très violents séismes terriblement dévastateurs.

puce Nostradamus
L’effrayante perturbation dans l’orbite et dans le mouvement de la planète Terre est expliquée scientifiquement par le voyant Nostradamus lui-même, par l’approche d’un autre astre qui, durant sept jours, apparaîtra comme un autre soleil.

II-41
La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuee fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir.

« A une éclipse de soleil, dit Nostradamus, succédera l’été le plus obscur et le plus ténébreux qui ait jamais été vu depuis la création jusqu’à la passion et la mort de Jésus-Christ, et depuis ce moment jusqu’à ce jour, et c’est au mois d’octobre que se produira une grande translation, de telle sorte qu’on croira que la Terre sera sortie de son orbite et se sera abîmée dans les ténèbres éternelles ».

puce L’Apocalypse
L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre, le baptisant du nom d’Absinthe, amertume, (Apoc. VIII, 11). Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’Hercolobus, est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.

puce Astrologie l’Inde ancienne
Les astrologues de l’Inde ancienne nommaient Yuga le cycle de 3600 années correspondant au Shar. Selon les Puranas en effet, une Ère complète dure 14400 ans (soit 4 x 3600 ans) et se divise en quatre Âges principaux articulés à partir de ce cycle : le Satya Yuga ou Âge d’Or qui dure 7200 ans (soit 2 Shars), le Treta Yuga ou Âge d’Argent qui dure 3600 ans (soit 1 Shar), le Dwapara Yuga ou Âge de Cuivre qui dure 2400 ans (soit 2 tiers de Shar), et le Kali Yuga ou Âge de Fer qui dure 1200 ans (soit le tiers restant du quatrième Shar). Ces Âges se divisent eux-mêmes en sous-âges qui ont les mêmes noms et s’échelonnent selon le même rapport-temps (2 + 1 + 2/3 + 1/3 = 4). Ainsi, le Kali Yuga comporte son âge d’or qui dure 600 ans, son âge d’argent qui dure 300 ans, son âge de cuivre qui dure 200 ans et son âge de fer qui dure 100 ans. La période que nous finissons actuellement de traverser correspond à l’âge de fer du Kali Yuga et s’étend du début de notre XXe siècle au retour de Nibiru et au démarrage d’un nouveau grand cycle de 14400 années (= 4 Shars).

LA SECTE DES ILLUMINATI ET NIBIRU
Un groupe de savants de part le monde, qui s’était donné pour but de répandre des connaissances spirituelles et d’atteindre la liberté au niveau spirituel ont inventés (ou re-inventé) la « confrerie du serpent« . Cette confrérie qui avait une grande influence dans les premières civilisations combattait l’esclavage et essayait de libérer l’humanité de la servitude des extra-terrestres (les Annunakiens des mythes sumériens).
 

La  » Confrérie du Serpent  » malgré l’effort de beaucoup d’hommes loyaux voulant instituer une véritable réforme spirituelle à l’aide de la fraternité devint avec ses nouveaux maîtres (les Illuminatis) une arme redoutable d’oppression et de trahison. Aujourd’hui la confrerie du serpent est la secte des Illuminatis et son objectif premier est un « Nouvel Ordre Mondial« .

 

source : secretebase.free.fr

 

nouvellevision

Les mutilations de betail.

 

 

Les Mutilations de betails:

Des têtes de bétail retrouvées mortes et mutilées principalement au états unis.

Les mutilations de betail. dans Mutilations de betail mutilation_betail

De 10 à 20 000 têtes de bétail ont été retrouvées mortes et mutilées, essentiellement aux Etats-Unis, et ce depuis le premier cas signalé, c’était en 1967. Les animaux sont retrouvés dans les champs, certains de leurs organes ayant été prélevés après une découpe avec un instrument tranchant ou au laser, les parties mutilés parfaitement cicatrisés comme s’ils avaient été cotérisées avec une précision diabolique.
Les nombreuses enquêtes effectuées par le FBI aux Etats-Unis, laissent à penser que ces prélévements d’organes se produit après enlèvement de l’animal par voie aérienne : on ne trouve pas de traces de lutte ni de sang au sol, les animaux sont retrouvés dans des lieux inaccessibles à pied.

http://www.dailymotion.com/video/6PQCdXIwbFLhH697n

Vidéo
Devant l’inexplicable, plusieurs hypothèses ont été avancées : animaux prédateurs (qui demeure l’hypothèse officielle), agissements d’une secte satanique, enlèvements d’origine extraterrestre puisque des ovnis sont parfois repérés à proximité, ou encore opération secrète de l’armée du fait que des hélicoptères non immatriculés évoluent souvent sur les lieux des mutilations.

r0300265 dans Mutilations de betail
La difficulté à attribuer ce phénomène à une origine humaine réside dans son ampleur : quelle organisation pourrait en effet réussir à mutiler plus de 10 000 têtes de bétail sans être jamais découverte par un témoin ou par les enquêteurs de police ?


Les médias ne proposent aucune solution et les autorités des pays touchés par ce phénomène cherchent très nettement, de part leur attitude ambigüe à étouffer l’affaire.

Un véritable carnage !

mutil2
Des chèvres, des moutons, des chevaux, des vaches, des cerfs, des lapins et toutes sortes d’animaux domestiques sont pris pour cible par ces mutilations. Les bovins en général représente la plupart des animaux mutilés.

Un cas typique de mutilation animale peut se caractériser par une oreille « enlevée », un oeil « hôter » de son orbite, ou bien encore toute une série d’organes « retirés » avec une précision chirurgicale, comme si un faisceau laser aurait découpé et coterisé en même temps une partie du corps de l’animal. Le plus souvent visé sont les organes génitaux, que ce soit sur des mâles ou des femelles.

Mais le plus troublant dans cette affaire, c’est qu’il n’y a aucune trace de lutte ni de sang sur le sol où est retrouvé l’animal. Cela laisse entrevoir deux choses : soit l’animal à été transporté d’un endroit à un autre, impliquant que l’ablation des organes manquants n’ait pas eu lieu sur ces mêmes lieux, soit les mutilations ont été faites par une technique et des instruments qui permettent ne laisser aucune traces, ce qui est difficilement imaginable de nos jours lorsque l’on est en pleine campagne !
r0300264

Des similitudes avec les Crop Circles ?

r0300261
L’animal mutilé est examiné, mais son environnement également. L’herbe autour des animaux présente des modifications dans son métabolisme cellulaire, très semblable à celles constatées lors de la présence d’un Crop Circles.Le seul moyen de provoquer de telles modifications impliquerait la présence de micro-ondes et d’un fort tourbillon.
Une énergie concentrée de façon aussi intense relève d’une certaine technologie, et si l’on tient compte des témoins qui disent avoir vu des engins dans les pâturages où l’on a retrouvé certains de ces animaux, on peut soupçonner une cause extra-naturelle, pour ne pas dire extraterrestre.
On peut également supposer que le gouvernement américain (puisque c’est majoritairement le pays où est déclaré le plus grand nombre de cas de mutilations) ait maitrisé les armes à micro-ondes, issus elles-mêmes suppose-t-on, d’un transfert de technologie extraterrestre…

mutil1
La machoire de ce veau semble avoir été « découpée » avec un instrument au laser.

mutilation_vache

Détail montrant l’abblation d’un oeil sur une vache.
On remarque la précision chirurgicale sur cet animal mutilé.

457_G.sized

Origine extraterrestre inéluctable.

Certains pensent encore que les lésions sont le fait de prédateurs naturels tels que les loups, les coyotes ou les oiseaux.Mais le tissu des animaux mutilés est sec, cotérisé et aucune trace à proximité de la dépouille.
Donc, comment peut-on expliquer qu’un taureau originaire du Colorado pesant près de 900 kg se retrouve sur le dos, ses cornes enfoncées de 15cm dans le sol, la langue arrachée, les organes génitaux sectionnés et le rectum découpé ?
Dans de nombreux cas, le tissu animal à été exposé à des températures élevées. Tout indique l’utilisation d’une technologie que nous ne comprenons pas. C’est pour cette raison que les services d’investigations avaient déja pensé au début à une intervention d’origine aérienne. De plus, les quelques témoins oculaires rapportent avoir vu des faisceaux lumineux dirigés depuis le ciel sur les animaux. Dans deux cas, ils virent même les animaux monter le long du faisceau. Le problème, c’est que ce genre de témoignages sont rares, les témoins craignent en effet le ridicule…
On le voit dans les faits exposés, l’hypothése humaine semble peu probable même si l’utilisation d’une nouvelle arme militaire du type à micro-ondes pourrait être testée sur ces animaux.
Les observations d’ovnis à proximité d’animaux mutilés et les caractéristiques des sites dans lesquels ils sont retrouvés laissent à supposer l’intervention d’un ou plusieurs humanoïdes et par voie aérienne.
Cette conclusion peut paraitre hâtive, mais c’est à ce jour la plus plausible.

 

LES CHIRURGIENS DES PLAINES PAR FABRICE BONVIN

cow44

Nuit du 5 avril 1998, Boyce, Louisiane, USA :

 

Une vache de 3 ans est retrouvée mutilée. Ses parties génitales ont été découpées et – étonnamment – il n’y a nulle trace de sang autour de la carcasse. Selon les indices, l’animal ne s’est pas débattu (1).
Cet incident, bien qu’insolite, n’est pas isolé : les chiffres font état de 2000 cas de ce genre par année aux Etats-Unis* (2).

Les rapports de mutilations animales émanent du globe entier, les pays les plus touchés étant le Mexique, Panama, Puerto Rico, le Brésil, l’Angleterre, la France, l’Allemagne, la Suède, l’Australie, le Japon, les îles Canaries, le Canada et – principalement – les Etats-Unis.

Une mutilation classique se présente ainsi : un mammifère est retrouvé avec des organes manquants (langue, parties génitales, anus, yeux) ayant été enlevés «d’une manière chirurgicale» (dans certains cas, on nota une précision à l’échelle cellulaire, c’est-à-dire qu’aucun dommage n’a été occasionné à la cellule au cours du prélèvement) ; de plus, le corps est vidé de son sang et les organes internes sont retrouvés en bouillie (3). Une précision importante : dans 90 % des cas, les parties sexuelles sont enlevées (4).

D’autres éléments étranges viennent se greffer sur cette étrange mosaïque : les découpages sont symétriques, le bord des plaies est lisse et on signale une absence totale d’enlèvement de chairs. Encore plus énigmatique : les cadavres des animaux mutilés sont ignorés de la faune locale qui ne vient pas se nourrir dessus. Normalement, lorsqu’un bovin meurt dans un pâturage de cause naturelle, sa carcasse est nettoyée jusqu’aux os dans un laps de temps situé entre 24 et 72 heures selon les lieux, les activités humaines environnantes, le climat, etc…(5)

Dans la plupart des cas, aucune trace au sol (empreintes de pas, traces de pneus) n’est relevée.

De plus, les témoins, quand ils ne sont pas inexistants, sont extrêmement rares.

Quant aux suspects, s’il existait de fortes présomptions, cet article n’existerait pas !

Confrontés à ces événements, la police locale, les experts (vétérinaires d’Etat et privés) ainsi que les paysans affichent une grande perplexité devant l’étrangeté de ces crimes, les motifs et les moyens employés par les mutilateurs.

Concernant les vétérinaires, nombre d’entre eux ont décidé de ne pas parler des mutilations en public : le sujet – comme nous allons le voir – est à controverse et à interprétations subjectives. Le corollaire étant la peur du ridicule vis-à-vis des collègues de la branche.

Ce mutisme s’explique, d’une part, par le fait que des apparitions d’OVNIs et/ou de mystérieux hélicoptères soient rapportées juste avant, pendant ou après l’acte de mutilation et que, d’autre part, les vétérinaires se trouvent face à des crimes pour lesquels les explications rationnellement et scientifiquement acceptables font cruellement défaut.

*A noter que dans de nombreux cas, les mutilations ne sont pas rapportées en raison des coûts financiers directs des autopsies, les examens en laboratoire, la peur des paysans d’être ridiculisés par la communauté, et la mentalité de celle-ci qui cultive l’indépendance et le fait de n’avoir aucun compte à rendre à personne. Notons encore tous ceux qui ne désirent pas attirer l’attention sur leur cas.

La distribution statistique des types d’organes excisés par les mutilateurs de même que le silence des vétérinaires sont révélateurs de la singularité du phénomène. Le sondage suivant en est l’illustration :

Une enquête menée en 1996 par NIDS (National Institute for Discovery Science), afin d’établir l’incidence et la prévalence des mutilations animales aux Etats-Unis, a consisté en l’envoi de 3’849 lettres accompagnées de questionnaires à des vétérinaires spécialisés dans l’espèce bovine.

Seuls 199 questionnaires ont été retournés, soit 4,91 %, ce qui est très faible.
mut_map
Illustration du nombre de cas d’animaux mutilés rapportés par Etat (cf. tableau ci-dessus)

 

Sur les 92 cas de mutilations rapportées (cf. tableau), dans seulement 11 cas (11,95 %), une autopsie et une interprétation des découvertes pathologiques furent menées. Là encore, les résultats penchent pour un investissement minimal des vétérinaires pour élucider les causes des mutilations animales. Les examens en laboratoires ont été réalisés lors de 7 cas (7,60 %). Ici, ce sont les considérations financières qui entrent en jeu. Enfin, les enquêtes officielles ont été menées dans 28 cas (30,43 %).

Donc, les 2/3 des cas de mutilations ne font pas l’objet d’enquêtes officielles !
Toujours selon cette enquête, la distribution des organes manquants est la suivante :

 

mut_graph
Organes/tissus excisés Nbre de cas Pourcentage

Muscles mâchoire infér. 21 22.82%
Langue 39 42.39%
Yeux 54 58.69%
Oreilles 13 14.13%
Tétines 45 48.91%
Mamelles 48 52.17%
Vagins 70 76.08%
Rectum 70 76.08%
Pénis/testicules 8 8.69%
Lèvres 6 6.52%
Ongles 1 1.08%
Autres organes 4 4.34%

 

Etonnamment, la fameuse précision chirurgicale n’a été rapportée que dans 4 cas (4,34 %). Et la disparition d’animaux dans 5 cas (5,43 %).

Pour en finir avec ce tour d’horizon des particularités de l’approche officielle du phénomène et de celles qui lui sont intrinsèques, j’aimerais ajouter que les incidents ne touchent pas de fermes particulières et que les animaux concernés par cette boucherie sont surtout des vaches âgées de quatre à cinq ans d’une part et des génisses de moins d’un an, d’autre part, avec une prépondérance pour les races Hereford ou Charlee. On remarquera encore que les mystérieux chirurgiens, qui sont capables de faire des découpes sur de gros bétail aussi lisses et nettes que celles faites avec un instrument chirurgical, ne le font pas sur des moutons. Cela semblerait indiquer qu’ils ont jeté leur dévolu sur un type d’animal bien précis : la race bovine.

LES PREMIERES MUTILATIONS ANIMALES ET L’ENQUETE DU FBI

 

Dans de nombreux pays, le folklore local ou régional décrit une constante dans le comportement des créatures parahumaines : il semblerait que le vol de bétail soit une pratique courante, d’ailleurs elle arrive en troisième position derrière les vols d’enfants et de jeunes gens (surtout de jeunes filles).

Pour ne prendre qu’un exemple, en Suisse, les nains locaux (les Kobolds, les Servants, etc., selon les cantons) exigeaient une contrepartie en produits laitiers pour permettre au bétail des éleveurs de paître en des lieux réputés dangereux pour les bêtes (6).

Il semblerait donc que le bétail, dès lors son exploitation par les humains, devienne la cible d’attaques par des forces surnaturelles et occultes.

C’est ainsi que la première vague de mutilation de bétail touche les Etats de Pennsylvanie et du Kansas en 1967. Le 1er cas rapporté est celui d’un cheval étalon âgé de 3 ans d’Alamosa, Colorado retrouvé mutilé le 9 septembre 1967 près du ranch de Harry King, le frère de la propriétaire dudit animal, Nellie Lewis. Le cheval, élevé au rang de martyr et initialement appelé «Lady», est rebaptisé «Snippy» par les passionnés de ce genre d’affaire, surnom qui donne une idée de l’état de l’animal au moment de sa découverte (7). Le mari de Nellie, Berle, commente l’augmentation soudaine de l’activité OVNI qui a accompagné la mutilation de son cheval : «On voit quelque chose – je ne dirai pas ce que c’est – chaque nuit».

Ce n’est que six années plus tard que la presse se fait l’écho de forfaits du même type : C’est à partir du deuxième semestre de 1973 que l’on entend parler pour la première fois des mutilations animales. Le Minnesota, le Missouri et le Kansas sont les premiers Etats touchés.

En 1974, c’est au tour de l’Oklahoma, du Texas, du Sud-Dakota et du Nebraska de constater les dégâts. Dans ce dernier Etat, plus précisément dans le conté de Madison, au moins 5 bovins furent mutilés. Dans chaque cas, les parties génitales sont excisées et des OVNIs rapportés dans la région. Un témoin, Harold Kester, décrit un objet volant comme celui-ci : «il était muni de lumières vertes de chaque côté avec une luminescence par dessus». Par la suite, une trentaine d’Etats sont concernés (8), principalement du Midwest. Pendant une période de deux ans (1975-77) dans deux comtés du Colorado, on ne dénombre pas moins de 200 rapports (9).

Alors que l’affaire est encore au stade embryonnaire, éleveurs et policiers pensent avoir affaire à des maniaques sexuels ou encore à des sectes sataniques. Mais l’absence de traces de pas ou de roues de véhicules remet sérieusement en question cette explication bien trop simpliste vu la complexité des circonstances (10).

mut1

Une étude de deux experts en animaux prédateurs, financée notamment par le Texas Agricultural Extension Service, confirme qu’«il n’existe aucun animal prédateur au monde ayant la capacité de faire des lésions aussi rectilignes ni aussi lisses que celles pouvant être réalisées avec un instrument tranchant très affuté tel que : couteau, ciseau, scalpel, rasoir, etc. Les animaux prédateurs n’ont ni les moyens physiques, ni l’intelligence pour agir de cette manière. Quand un animal prédateur se nourrit sur une carcasse de gros mammifère mort de maladie ou tué de main humaine, il commence par déchirer l’abdomen pour avoir accès aux viscères puis entame les masses musculaires. Il n’a aucune attraction particulière pour les organes sexuels, la zone rectale, les oreilles, les babines. …Selon les cas, une carcasse est généralement dévorée dans les 12 à 48 heures après la mort de la victime. Cela dépend de nombreux facteurs : abondance des espèces, distance de présences humaines, climat et température, etc…»

 

Jean Sider, dans son excellent ouvrage «Ultra Top-Secret», donne son avis sur le travail et les conclusions de Rommel :

 

«Il en résume la plus grande partie dans un style acerbe, constitué d’affirmations péremptoires, de jugements définitifs, voire nuancés quand la dépouille a été vue par trop de monde. Il se fie essentiellement aux vétérinaires d’Etat ayant prêté leur concours à son «investigation » lorsqu’il y a un problème relevant des sciences vétérinaires».

Howe commente : «Je crois qu’il a été payé pour étouffer les causes réelles de ces mutilations» (19).

Espérant réduire l’inquiétude et la panique dans la population et jonglant entre la réduction et la simplification, l’enquête a également permis de clore définitivement le dossier…en tout cas du côté des autorités.


Cette photo à elle seule détruit la thèse officielle :

LES BLACK HELICOPTERS

 

Des hélicoptères peints en noir et sans marques d’identification ont souvent été observés à proximité des sites de mutilations animales. Ces engins appelés «black helicopters» outre-atlantique seraient la propriété du gouvernement américain et s’engageraient dans des missions clandestines.

Les apparitions de Black Helicopters ont commencé en 1971. Surtout rapportés aux Etats-Unis, ils ont également été signalés évoluant au-dessus des crop-circles en Europe, durant la guerre du Golf ou dans la région sud de Denver, Colorado en 1995. Dans ce dernier cas, ils survolaient la ville à 23h00, à 01h00 et encore à 03h00 du matin à raison de trois à quatre fois par semaine. Pour les officiels – à en croire, par exemple, le Major Shawn Flora de Buckley AFB, interviewé par des journalistes de Channel 4 lors d’une émission du 14 février 1995, ces hélicoptères n’existent pas !


Ainsi, de 1971 à 1985, les hélicoptères sont régulièrement signalés à proximité des sites de mutilations – avant, pendant ou après que ces crimes soient commis.

Durant les années 90, les manifestations des blacks helicopters se sont multipliées. Ces dernières années, ils ont même survolé les agglomérations importantes, telle Denver, Colorado. Dans certains cas, les témoins ont rapporté qu’ils sprayaient les zones rurales et urbaines d’agents chimiques qui décimèrent cultures et bétail (26).

Dans le cadre des mutilations qui touchèrent Albertville en février 1993, Jole Strawn, un rancher, affirme avoir aperçu des hélicoptères atterrirent sur le plancher des vaches une nuit. Il a organisé un réseau de victimes et affirme qu’il est en mesure d’identifier trois types d’hélicoptères impliqués dans les mutilations, dont le UH-60 Blackhawk et le Agusta Bell 212 (27).

De nombreux mammifères mutilés ont été retrouvés avec des peintures fluorescentes afin d’aider à l’identification dans le noir. Il est probable que le bétail soit repéré à l’avance, puis marqué d’une quelconque manière, afin que les mutilateurs opérant de nuit la plupart du temps, puissent repérer leurs proies (28).

Les bêtes mutilées présentent toutes des marques corporelles ressemblant à celles qu’aurait pu faire un filin qui aurait servi à soulever les bestiaux, dont une meurtrissure particulière faite autour d’une patte. De plus, le poil est comme attaché sur le corps par bandes verticales bien précises, et la même patte est généralement brisée. Il y a donc des indicateurs que l’animal, après avoir été soulevé à une hauteur considérable, avait été relâché (29).

Donc, il semble évident que des hélicoptères soient utilisés !

figure03

Et ce n’est pas Ted Oliphant qui dirait le contraire ! Policier de Fyffe, Alabama, il a enquêté sur les mutilations de plus de 35 animaux sur une période de 8 mois (d’octobre 1992 à mai 1993). Il rapporte que dans des cas se rapportant aux Etats d’Alabama (1993 et 1994), Californie (1996) et Floride (1997), des produits pharmaceutiques furent localisés dans le sang des bovins : de la barbiturique, des anti-coagulants, des amphétamines synthétiques et encore d’autres substances. Ces drogues ne sont pas destinées aux vétérinaires, mais aux humains.

Cet enquêteur explique également qu’en 1993, il eut la possibilité d’espionner des hélicoptères Chinook dans la région (Sand Mountain) menant, semblerait-il, des opérations clandestines. Ces engins se dirigeaient vers la base de Fort Campbell, Kentucky.

Selon lui, il y a de fortes chances que la 101st Airborne Division de Maxwell AFB, Alabama soit impliquée dans les mutilations de bétail (30).

Une note interne du FBI du 16 février 1979, de Forrest S. Putman, un agent spécial du FBI basé à Albuquerque à l’attention de Washington, corrobore ces allégations :

«…les animaux ont été injectés d’une drogue paralysante et le sang a été vidé de l’animal après l’injection d’un anti-coagulant. Il semble que dans certains cas les jambes de l’animal ont été cassées et que des hélicoptères sans marques d’identifications furent signalés dans les environs de ces mutilations…»

Putman poursuit : «Valdez (NdA : un policier chargé d’enquête au Nouveau-Mexique et précurseur en la matière) est absolument convaincu que ces mutilations sont l’œuvre du gouvernement américain et qu’une opération clandestine de la CIA ou du Département de l’Energie est liée à des recherches de guerre biologique. Il justifie son opinion par le fait que le Los Alamos Scientific Laboratory a tout fait pour camoufler certains faits» (31).

r0300259

Bien que toutes ces données vont dans le sens de la confirmation de l’hypothèse du projet secret, il y a des données qui la mette rudement à l’épreuve.

Premièrement, l’absence de sang dans l’animal souvent rapportée (une vache contient environ 12 à 16 litres de sang) complique singulièrement la question : afin de vider le sang d’une vache complètement, il faudrait lui couper la gorge, la retourner pendant que le cœur soit toujours entrain de pomper (désolé pour nos amis défenseurs des animaux…). Une opération qui prend du temps…

Deuxièmement, les animaux mutilés sont apparemment balancés depuis les airs (ce qui explique également l’absence de traces). On mentionne des cas où le mammifère est retrouvé sur le sommet d’une mont quasiment inaccessible. L’animal est apparemment capturé, mutilé et balancé par dessus bord, pas nécessairement du point où il a été capturée. Il semblerait que les mutilateurs ne prêtent pas attention à l’endroit où est déposée la carcasse. C’est tout simplement impensable pour une agence gouvernementale qui souhaite opérer dans la clandestinité ! Pourquoi ne pas embarquer la carcasse et s’en débarrasser à un endroit plus discret ? Pourquoi l’agence ne se procure-t-elle pas ses propres bovins au lieu de prendre tous ces risques inutiles ? De plus, depuis 1988, l’homme produit des clones de bovidés ! (32)

Troisièmement, le phénomène des mutilations datant de 1967, comment concevoir un projet s’étalant sur plus de 30 ans avec autant de moyens et de risques entrepris ?

Quatrièmement, bien que les lasers aient été produits au début des années 60, ceux-ci n’étaient pas capable de produire une telle précision dans les excisions rapportées, par exemple, en 1967 (cf. le cas de Lady). Cette remarque nous renvoie à l’hypothèse extraterrestre que nous évaluerons plus loin.

Là encore, cette hypothèse peine à convaincre…

r0300280

L’HYPOTHESE DE L’HYSTERIE COLLECTIVE ????

cow22

Cette supposition part du principe que quelques cas de mutilations sont rapportés chaque année pour être montés en épingle par les journalistes avides de sensationnel, créant ainsi une psychose pour des éleveurs possédant des bêtes qui ne sont pas assurées et dont la valeur unitaire est estimée à environ 800 US$.

Les défenseurs de cette thèse font preuve d’une totale méconnaissance du dossier. On l’a vu : quand ce ne sont pas les ranchers qui se montrent peu enclins à faire état des pertes de bétail, ce sont les enquêteurs officiels qui étouffent l’affaire. Sans compter les vétérinaires, qui , soucieux de leur image de marque, n’osent pas aborder le sujet, du moins en public…

Si l’est vraiment question d’hystérie, elle ne se cantonne pas uniquement aux USA car, je le rappelle, le phénomène est mondial et l’Europe n’est pas épargnée. Sachant que les médias font une impasse quasi totale sur le sujet (à quelques exceptions près, voir ci-après) en Europe, on est donc en présence d’une hystérie se propageant d’une manière très originale ! Concernant les mutilations en Europe, j’en veux pour preuve :

Août 1994, à Bodmin Moor près de Launceston, Angleterre, un veau est retrouvé sans trace de sang, avec la gorge coupée, le museau enlevé de «manière chirurgicale» selon Malcom Delaida, qui rapporte le cas dans le périodique «Farmers Weekly» du 14 Octobre 1994.

Le 10 Octobre 1994, l’incontournable BILD se penche sur les mutilations de bétail en rapportant les centaines de chevaux retrouvés avec des excisions en Allemagne, Angleterre, Norvège, Suède et Finlande. De nombreuses bêtes ont survécu à ces attaques et certains sont décédés. Le magasine rapporte le cas de quatre chevaux qui ont survécu aux mutilateurs près de Bahrenbostel-Holzhausen, une communauté paysanne à Diepholz, Allemagne.

D’ailleurs, n’importe quel sociologue sait très bien que de telles hystéries ne peuvent pas durer 30 ans. C’est quelques mois à tout casser.

L’HYPOTHESE EXTRATERRESTRE

mut2

Comme je l’ai fait remarquer plus haut, les mutilations sont souvent accompagnées d’observations d’OVNIs. Dans certains cas, d’étranges traces au sol près du cadavre de l’animal sont signalées dans les enquêtes de police (par exemple, le cas du 24 mai 1978 du policier Valdez).

Dans d’autres cas, les Aliens sont carrément observés en train d’enlever le bétail : dans son documentaire datant de 1989 «Alien Life Forms», Linda Howe interviewe les membres d’une communauté qui affirme avoir aperçu des Aliens s’engager dans une activité d’enlèvement d’animaux. Le compte-rendu le plus impressionnant émane de Ron et Paula Watson de Mount Vernon, Missouri. En juillet 1993, alors qu’ils se relaxent sur la véranda, ils remarquent quelque chose d’anormal dans le pré. Se munissant de jumelles, ils voient d’abord une vache couchée sur le côté, comme paralysée. A proximité s’agitent deux êtres vêtus de gris avec de grosses têtes blanches. Une des entités lève les bras, ce qui fait instantanément monter le mammifère dans les airs qui s’engouffre alors dans un OVNI en forme de cône. Puis, l’engin se propulse et disparaît.

r0300256

A Houston, Texas, en mai 1973, Judy Doraty subit un enlèvement à bord d’OVNI. En 1980, le Dr. Léo Sprinkle, de l’Université du Wyoming, avec l’accord de Doraty, entreprend une régression hypnotique. Voici une extrait de la transcription de la séance d’hypnose :

 

Dr. Sprinkle : «Pouvez-vous me décrire ce que voyez ?»

J. Doraty : «Je m’élève…Je peux voir un animal enlevé à bord (de l’OVNI)…on l’amène dans une sorte de chambre et ça me donne des nausées en voyant comment il l’excise. C’est fait très rapidement, mais le veau ne meurt pas immédiatement. Son cœur n’est pas retiré…et je vois le veau redescendre à terre…et il ne bouge plus…»

Dr. Sprinkle : «Comment s’est coupé ?»

J. Doraty : «…avec des instruments…c’est comme un couteau…et il y a comme des aiguilles attachés aux tissus (du veau) ou des sondes avec des tubes connectées à celles-ci. Ils font la même chose avec les organes génitaux et les yeux».

r0300258

Plus récemment, le 13 décembre 1993 à 22h00, Christopher O’Brien, journaliste dans le Colorado du Sud, reçoit un coup de fil d’une résidente de Crestone qui rapporte l’observation d’un «objet blanc brillant» ayant chuté sur le sol vers Baca, au nord de Hooper. Le lendemain, un taureau est retrouvé mutilé sur la propriété de Dale et Clarence Vigil dans le comté de Costilla. En plus de la précision chirurgicale est rapportée la présence de branches cassés au sol qui appartiennent à l’arbre situé au-dessus de la carcasse. Sur les branches de l’arbre (à 4 mètres de haut), on signale des poils ainsi que du sang comme si l’animal avait été balancé depuis les airs (33).

Quel serait la motivation des Extraterrestres pour ce genre d’exercice macabre ? John Lear affirmait que les extraterrestres (EBE), responsables des mutilations animales, ont un dysfonctionnement génétique détruisant leur système digestive. Ainsi, afin de s’alimenter, ils ont recours aux enzymes récupérés sur les bovins ou encore, sur les…humains.

Sur les humains ? Eh oui, il semblerait que les mutilateurs font également subir leurs sévices à de malheureux êtres humains. Un rapport très bien documenté et à la crédibilité irréprochable nous vient du Brésil :

Près du lac artificiel de Guarapiranga non loin de Sao Paulo, Brésil où l’on rapporte de nombreuses apparitions d’OVNIs, est retrouvé le 29 septembre 1988 le corps nu et affreusement mutilé d’un homme d’une quarantaine d’années. Ce cadavre est identifié mais la famille demanda que son anonymat soit préservé. En 1994, l’ufologue Encarnacion Garcia, enquêteur sur les mutilations de bétail au Brésil, prend connaissance des clichés, du dossier de l’enquête policière ainsi que du rapport d’autopsie établi par le docteur Cuenca. Et les similitudes entre les blessures infligées à cet homme et celles du bétail dépecé sautent aux yeux de l’ufologue.

Retrouvé 48 heures après la mort, le corps ne présente aucun signe de putréfaction ou d’attaques par les prédateurs et ne dégage aucune odeur.

Les joues et les lèvres ont été précisément découpées, la langue sectionnée, les yeux et les oreilles enlevés. L’absence de toute trace de sang semble indiquer qu’on a opéré à l’aide d’un instrument cautérisant par la chaleur, du genre laser. On note également la présence de perforations circulaires, d’un diamètre variant entre 3 et 4,5 centimètres visibles sur les bras, les épaules et les jambes. Se trouve également un trou net de 4,5 centimètres à l’emplacement du nombril. Les testicules ont été extraits avec la même précision chirurgicale. Quant à l’anus, il a été excisé suivant une large ellipse de 8,5 centimètres sur 17.


On relève aussi l’ablation de quasiment tous les organes internes, sans doute extraits par les orifices pratiqués (34).

Le rapport d’autopsie déclare : «On constate l’ablation de tissus sur une grande partie de la face et du cou de la victime… Il y a aussi l’extraction des tissus oculaires, des yeux, des organes auditifs internes et externes. La langue et plusieurs autres muscles ont également été extraits».

Par exemple, une des photos montre clairement les trous symétriques dans le bras par lequel les muscles ont été extirpés. Même constat pour la poitrine où un trou a permis de retirer des organes.

D’ailleurs, la police a immédiatement fait remarquer que les perforations n’ont pas été produites par des balles tirées d’une arme à feu.

La photo 3 est un zoom de la face gauche de la victime. On voit que l’oreille a été excisée très précisément comme le rapport le précise.

Les similitudes avec les mutilations sont frappantes : même technique précise, mêmes organes découpés et même mépris pour le cadavre.

Existe-t-il des précédents ? Malheureusement. La police brésilienne affirme qu’au moins une douzaine de cas similaires à celui de Guarapiranga se sont produits dans le passé. Aux Etats-Unis, un bon exemple est le cas du Sergent Jonathan Louette stationné à White Sands Missile Test Range en 1956. Son corps mutilé a été retrouvé trois jours plus tard, après qu’un Major de l’Air Force ait aperçu l’enlèvement de son collègue par un objet «en forme de disque». Là encore, les similitudes avec le cadavre de Guarapiranga sont frappantes : les parties génitales, les yeux et le rectum de Louette ont été excisées avec la même précision chirurgicale (35).

De nombreux éleveurs de bétail, policiers, enquêteurs privés ou encore spécialistes de la question sont convaincus que les OVNIs sont responsables de cette boucherie. Un autre argument vient soutenir leur thèse : bien que les lasers aient été produits au début des années 60, ils n’étaient pas capable de produire une telle précision dans les excisions rapportées, par exemple, en 1967 (cf. le cas de Lady).

Si l’on reconnaît que l’incapacité des autres hypothèses à expliquer le phénomène rend la thèse E.T. séduisante et la renforce, on avoue qu’elle demeure la seule à pouvoir rendre compte de ces incidents, en expliquant l’absurde par l’absurde…

Comment expliquer que l’intelligence derrière les OVNIs soit capable de nous berner depuis plus de 50 ans (et bien plus…) et de prouesse technologique ahurissante, mais serait dans l’incapacité de cloner la chaîne ADN d’un SEUL bovin afin d’éviter la prise de risques inhérents aux enlèvements de bovins (gaspillage de temps, de ressources et expositions aux risques en continuant les massacres) ?

Sont-ils arriérés en génétique ou veulent-ils, encore une fois (et est-ce vraiment nécessaire) attirer l’attention sur eux ? Veulent-ils nous conduire sur de fausses pistes ? Pourquoi ces massacres ?

r0300253

Le paranormal intervient dès lors que le rationnel ne suffit plus à expliquer. Pourtant, certaines constatations sont considérées comme acquises :

greys

Oui, des hélicoptères non-identifiés sont impliqués dans les mutilations
Oui, des OVNIs sont repérés lors des massacres
Oui, des substances pharmaceutiques sont localisées dans les dépouilles
Oui, les mutilateurs n’ont aucun égard pour la vie et exposent les carcasses comme des trophées

Des trophées qui ont l’allure d’une énigme posée par les mutilateurs. Cette attitude démontre – en tout cas – qu’ils ne nous prennent pas pour des imbéciles, tant que l’énigme est difficile à résoudre…

Le 20 avril 1979, une conférence organisée par le FBI donne l’occasion à David Perkins, Directeur du Département de Recherche à la Libre School de Farasita, Colorado de présenter ses recherches sur un sujet pour lequel «il n’a jamais rencontré un tel défi» note le rapport du FBI. Il termine son exposé par la phrase suivante (36) :

«La seule chose qui est sensée dans cette affaire,
c’est qu’elle est complètement insensée».

Et 20 ans après, même constat tandis que les mutilations de bétail et son ballet de Black Helicopters continuent à défier notre compréhension :

Le lundi 20 Juillet 1998, quatre bovins mutilés sont retrouvés près de St. Johns, Arizona (3’294 habitants), une ville se situant à 216 kilomètres à l’est de Flagstaff. Les bovins sont retrouvés exsangues, manquant les yeux et les langues des quatre mammifères. Les coyotes et les vautours n’ont pas approché les cadavres (37).

Le dimanche 3 mai 1998, une vache mutilée est recouvrée à 16 kilomètres au sud-est de Questa, Nouveau Mexique. L’animal, duquel manquent les yeux et la langue, est déjà décédé depuis plusieurs jours (38).

Février 1998, une vache est retrouvée morte et mutilée à la ferme de George Giersch près de Dawson Creek, British Columbia, Canada. Giersch trouve le mammifère «baignant dans son sang avec sa langue en moins». Il ajoute que l’incision est «trop précise pour être l’œuvre d’un prédateur». Aucune trace de pas ou de véhicules n’est remarquée dans la neige. A la suite de suggestions de l’enquêteur local, Giersch laisse la carcasse de la vache in situ. «Aucun animal ne s’approcha de celle-ci jusqu’au cinquième jour, lorsque des oiseaux commencèrent à s’y attaquer. C’est louche. C’est bourré de coyotes ici» (39).

Dans la nuit du 8 février 1999, plus d’une douzaine de black helicopters ont survolé Kingsville, Texas, une petite ville située à environ 80 kilomètres au sud-est de Corpus Christi. Les appareils se sont ensuite posés afin que des soldats en tenue de combat puissent mener à bien un exercice d’infiltration ordonné par l’U.S. Army Special Operations Command dont le nom de code est «Operation Last Dance» (40).

SOURCES

1. «Cow Found Mutilated In Central Louisiana», UFO RoundUp, Volume 3, Numéro 18, 3 Mai 1998.
2. Onet, E. George, D.V.M., Ph. D., Animal Mutilations : What we know
3. Elliston, Jon, Who snipped snippy? Are ETs snatching farmers’ livestock and mutilating them?
4. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
5. Ibid.
6. Sider Jean, Ovnis : Dossier Secret, Editions du Rocher, 1994
7. Elliston, Jon, Who snipped snippy? Are ETs snatching farmers’ livestock and mutilating them?
8. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
9. Onet, E. George, D.V.M., Ph. D., Animal Mutilations : What we know
10. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
11. Ibid.
12. Elliston, Jon, Who snipped snippy? Are ETs snatching farmers’ livestock and mutilating them?
13. Ibid.
14. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
15. Elliston, Jon, Who snipped snippy? Are ETs snatching farmers’ livestock and mutilating them?
16. Ibid.
17. Elliston, Jon, Who snipped snippy? Are ETs snatching farmers’ livestock and mutilating them?
18. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
19. Elliston, Jon, Who snipped snippy? Are ETs snatching farmers’ livestock and mutilating them?
20. Billy Cox, Cattle mutilations: A sci-fi whodunnit with many suspects, Florida Today, 19 avril 1997
21. Keith, Jim, Mutilation Connection
22. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
23. Billy Cox, Cattle mutilations: A sci-fi whodunnit with many suspects, Florida Today, 19 avril 1997
24. Ibid.
25. Ibid.
26. Keith, Jim, Black Helicopters – What Are They Hiding?
27. Onet, E. George, D.V.M., Ph. D., Animal Mutilations : What we know
28. Sider, Jean, Ultra Top-Secret, Ces OVNIs qui font peur, Editions Axis Mundi, 1990
29. Ibid.
30. Oliphant Ted III, Cattle Mutilation Investigation Information
31. Redfern, Nicholas, The FBI Files, Simon & Schuster Ltd, 1998
32. Sider, Jean, Ovnis : Dossier Secret, Editions du Rocher, 1994
33. Redfern, Nicholas, The FBI Files, Simon & Schuster Ltd, 1998
34. Nolane, Richard, Les OVNIs : une menace pour l’humanité ?, Editions du Rocher, 1998
35. Schellhorn, G. Cope, Related Homicide in Brazil: The Complete Story
36. Redfern, Nicholas, The FBI Files, Simon & Schuster Ltd, 1998
37. «Four cattle mutilated near St. Johns, Arizona», UFO RoundUp, Volume 3, Numéro 3, 26 Juillet, 1998
38. San Luis Valley Reports New Cattle Mutilations, UFO RoundUp, Volume 3, Numéro 19
39. «Cattle Mutilation Reported In Northern British Columbia», UFO RoundUp, Volume 3, Numéro 12, 22 mars 1998
40. «South Texas Rocked By Operation Last Dance», UFO RoundUp, Volume 4, Numéro 7, 15 Février, 1999

http://www.ovni.ch/~farfadet/mutilations.html

 

 

MUTILATIONS DE BETAIL, AVRIL 2003, USA:

vache_et_ovni

L’article ci-dessous est paru dans le quotidien Omaha World-Herald, USA, le 16 Avril 16, 2003

3 Vaches, Taureau, Brebis Mutilés, dit la Patrouille


Par Paul HammelWorld-Herald Staff Writer

VALPARAISO, Nebraska. – Trois vaches et un jeune taureau ont été tués lors de deux nuits différentes dans ce que les fonctionnaires appellent des cas de mutilation de bétail.

Les animaux ont été trouvés les matins de 5 et 7 Avril dans le même pâturage à environ trois miles à l’ouest de Valparaiso sur la route 66 dand le Nébraska.

Deux vaches et un jeune taureau ont été trouvés après le premier incident. Un pis avait été enlevé d’une des vaches, et le rectum et les testicules du jeune taureau avaient été coupés. Deux matinées après, une vache a été trouvée morte. Une tentative avait été faite de découper un pis.

Un vétérinaire qui a examiné ce bétail a exclu qu’ils soient morts d’électrocution, a dit Jay Petersen, un enquêteur de la Patrouille D’Etat du Nébraska basé à Lincoln.

Petersen a indiqué que des traces de pneu et de bottes ont été trouvés après le deuxième incident, qui s’est produit pendant une forte tempête de neige. Il y avait peu d’autres indices.

« Les gens parlent de ce ceci comme étant une activité de type secte, mais c’est vraiment difficile de le dire, » a-t-il dit. « Je n’aime pas spéculer au sujet de ce genre de choses. »

« Mais il m’est difficile d’imagine un culte sortir dans une tempête de neige faisant rage pour faire quelque chose comme ceci, ni même un farceur faisant ceci pendant une tempête de neige. »

Petersen a indiqué que c’était le premier cas de mutilation de bétail sur lequel il a travaillé en cinq ans en tant qu’enquêteur, bien qu’il ait y eu un rapport d’une mutilation semblable dans la région de Valparaiso en 1994.

Les officiels du ministère de l’agriculture du Nébraska, de l’université du Nébraska et des Eleveurs du Nébraska ont déclaré qu’ils n’avaient pas entendu parler de cas de mutilation de bétail dans l’état depuis plusieurs années.

« C’est le premier dont j’ai entendu parler depuis plus longtemps que je puisse me le rappeler, heureusement, » a dit Mike Fitzgerald, un porte-parole des Eleveurs du Nébraska. Plusieurs sites Internet contiennent des informations sur des mutilations de bétail et spéculent que des OVNIS ou des sectes en sont peut être la cause. Dans le Montana, entre Juin et Octobre de 2001, 15 cas des mutilations de bétail avaient été rapportés. De tels cas coûtent chers. Trois vaches et un veau valent aux alentours de 2.000 dollars. Ce qui fait de cet acte un acte criminel, a indiqué Petersen. Le Dr. James Weiss, épidémiologue animal au sein du ministère de l’agriculture du Nébraska, a dit qu’il ne serait pas si difficile d’électrocuter une vache. De temps en temps, dit-il, des courts-circuits dans des chauffe-eau pour les réservoirs d’eau pour les animaux peuvent tuer un animal qui veut boire. Petersen a indiqué que les mutilations se sont probablement produites pendant le début de la matinée des 5 et 7 Avril.

Quiconque ayant la moindre information sur les incidents est invité à appeler le Crimer Stopper de la Patrouille d’Etat au (800) 422-1494.

 

http://www.ufologie.net/press/omahaworldherald16apr2003f.htm

http://www.dailymotion.com/video/2K0Ydb0phVsT0o0G

vidéo

source : benzemas.zeblog.com

 

nouvellevision

12

la terre ça chauffe |
Historia |
EXO-CONTACTS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | CEVENNES ET CAUSSES
| marjo
| Les Vétérans de Napoléon 1er