Archive pour 23 août, 2007

Le 5 novembre 1990, plus de 400 OVNI ont survolé la France

( il y’a eu des erreurs dans la page, alors il y’a de grand espaces entre certaines lignes, j’espère que cela ne vous génera pas dans la compréhension de l’article.

Je m’en excuse.)

 

Notre dossier préféré !

Attention nous vous démontrons par A+B tout ce que nous avançons ici dans ce dossier.

NOUS VOUS DEMANDONS DE VERIFIER ET D’ETUDIER, ET DE NOUS DONNER VOTRE OPINION ARGUMENTE SI VOUS LE DESIREZ.

Des observations, des témoignages, des photos, des explications, des comparaisons qui ne laissent aucune chance au hasard.

 

Lisez bien tout jusqu’en bas de cette page !

ICI – Les rapports de gendarmerie donnés par le GEIPAN du CNES depuis le 22 mars 2007 sur Internet POUR LE 5 NOVEMBRE 1990

ATTENTION: Nous tenons à présicer comme vous le voyez dans notre dossier, que le GEIPAN continue à se tromper sur la vérité de ce jour du 5 novembre 1990, et que leur explication:  » Observation par des milliers de personnes d’une rentrée atmospherique d’une ampleur exceptionnelle » (classe A) est totalement fausse !

 

Un conseil achetez le livre « OVNI CONTACT » à commander sur

http://lemercuredegaillon.free.fr/biblioweb.fr.htm
http://membres.lycos.fr/cufohn/franceovni/
http://france.ovni.free.fr/libraire.htm

22,87euros + 3,80euros s de frais de port soit 26,67euros , prix pratiqué en août 2006, un investissement à faire d’urgence.

ovni_contact.gif

Nous n’avons aucun intérêt financier dans ce livre mais c’est le livre du siècle, une preuve extraterrestre en elle même. Une bombe pour mettre tout le monde d’accord ! OUI des « Extraterrestres » sont là et veulent le Vrai Contact avec les « Hommes » de la Terre.

ICI – « La Vague d’OVNIs » – Franck Marie – Thierry Garnier (27/05/03) (Document PDF)

Ce dossier est publié dans OVNI007 depuis le 30 juillet 2006 et sera complété au fil de leurs recherches.

Vous vous rendrez compte rapidement dans notre dossier que nous arrivons à la conclusion ci-dessous,

 

conclusion que NOUS VOUS DEMANDONS DE VERIFIER ET D’ETUDIER,

 

Il ne s’agit pas de ne nous croire sur parole, mais que vous étudiez par vous même ce dossier brûlant et captivant et que vous fassiez votre propre opinion objectivement.

Voici la conclusion faite très sérieusement par

LA BANQUE INTERNATIONALE DE DONNEES UFOLOGIQUES,

à vous l’infirmer ou de la confirmer :

http://www.dailymotion.com/video/3u9MIWWMDQePS3Nk2

OVNI CONTACT présentation

http://www.dailymotion.com/video/5IDPXn43fH6V23NlG

OVNI CONTACT Complément

http://www.dailymotion.com/video/6aW38pSsDIN0Z3Nb7

Satellite Gorizont 21 – NON !

http://www.dailymotion.com/video/70UIw6icx3WvtAvH

OVNI : 5novembre90

Un plan de vol très organisé, un engin tout les 5 ou 10 centigrades en vol, 74 départements ont reçu des témoignages, environ 500 témoignages sur toutes la France, et combien de témoins qui n’ont pas témoignés.

 

 

De quelques manière que l’on prenne le problème, il est évident que des objets gigantesques ont survolé le territoire français :
20% des témoins estiment les objets longs de 500 mètres à 1000 mètres !
22% donnent une longueur comprise entre 50 cm à 1 mètre mesuré à bout de bras.

Ces dimensions ne serait-ce qu’à 1 kilomètre du témoin, deviennent impossibles à concevoir si l’objet est 2, 5, 10 ou 100 fois plus loin (fusée à proton environ 10 mètres de long !)
Ainsi tout porte à croire que les vols furent bien observés en très basse altitude !

Seuls 4% des témoins acceptent l’idée d’une altitude supérieure à 5 km !
75% des témoins affirment un éloignement inférieure à 1000 mètres !

La progression de ces engins a été constatée sur des itinéraires parallèles distants de 5 à 25 km en moyenne, basse altitude, les directions étant Ouest/Est avec inflection vers le Sud-Ouest/Nord-est, plus de 2 cas sont signalé Est/Ouest, nord/Sud ou Sud/Nord

La localisation des observateurs ne semble pas résulter du hasard :
Une grande majorité des sites d’observations repose sur des longitudes et des latitudes à calculer en multiples de 5 centigrades (0, 5, 10, 15, 20…)
75% des observateurs sont placés sur des alignements de 2 à 8 sites, tant en latitude qu’en longitude.
Et il y a encore pleins pleins observations irréfutables… tout cela vous pouvez le retrouver dans le livre:
OVNI CONTACT

http://www.dailymotion.com/video/52gF1MD6cfzVD3KaU

5 novembre 1990/Franck Marie/OVNI

http://www.dailymotion.com/video/3muFGo7UjotUl3KbD

5 novembre 1990: CONCLUSIONS

Des engins triangulaires, en forme de saucisse, qui pour certains atteignaient au moins 2 kilomètres de long.
Projecteurs très puissants vers le sol et vers le ciel.

Rien à voir avec la fusée proton russe de 10 ou 20 mètres de long et volant à une altitude d’environ 80 ou 100 km ! Un point invisible en sorte que l’opinion publique à avaler quasiment sans broncher quand le SEPRA a donné ces explications mafieuses !

 

Voici une partie de la conclusion de LA BANQUE INTERNATIONALE DES DONNEES UFOLOGIQUES:

Le 5 novembre 1990, une puissante armada d’engins extraterrestres s’est présentée aux regards des « Hommes », à 19 heures précises, en survol de l’Europe occidentale et surtout de la France !

Une puissance extraterrestre est venue se faire reconnaître de la collectivité humaine !
Il s’agit bien ici d’une très réelle phase de  » pré-contact  » !…

Des conclusions partielles que nous tirons simplement du livre OVNI CONTACT.

 

 

 

Ce jour là, plus de 400 OVNI ont survolé la France. Ces objets pour certains de forme triangulaire ou d’autres allongés comme des cigares, étaient longs de 500 mètres et plus pour certains, pourvus de projecteurs et de réacteurs de forme triangulaire plus petits, ils ont évolué selon un plan organisé qui a été mis en évidence par une enquête de 36 mois.

Plus de 400 engins vus à travers toute la France le 5 novembre 1990 entre 18h50 et 19h10 surtout, mais une acivité anormale depuis aussi 3 jours avant et jusqu’à 3 jours après !
Des engins pour certains entre 100m jusqu’à près de 2 kilomètres de long en forme triangulaire ou en forme de saucisse !
Plus de 500 témoignages
Ce n’est pas la rentrée d’un 3ème étage d’une fusée à proton russe de 19h07 !

 

 

 

Témoignage d’un ancien militaire Laurent effectué en 1992 sur « Sky Rock » en présence du présentateur Malère et de l’Ufologue Jimmy Guieu. Ecoutez cela vaut vraiment le coup.

http://www.dailymotion.com/video/3kdBP4MIEoQe38BjK

Témoignage du 5 novembre 1990 / 23h00

ICI LES PREUVES PAR LES CALCULS DE LA SUPERCHERIE DU SEPRA – Merci Monsieur Robert Alessandri pour ces formidables preuves incontestables – Encore un grand Bravo !

Il semble aussi que cette affaire ait causé beaucoup de remous au sein de la Défense nationale ! Nous tenons cela de plusieurs informateurs, et Jean Sider (Article de Jean Sider dans Inforespace n°96 en mai 1998) a remarqué que 9 jours seulement après la rentrée du 5 novembre, un décret du Ministère de la défense (n°90-1013 du 14/11/90) fixait les attributions du SIRPA (Service d’information et de relations publique des armées).

http://www.dailymotion.com/video/7cAHFaQi43yNb2D4w

5 novembre 1990 – Supplément d’infos audio

 

Article du Journal de Dax dans le sud-ouest

1990_sudouest.gif

La vérité nous l’avons et nous vous la donnons ici sur cette page de notre site OVNI007.

 

 

Nous tenons à confirmer la réalité d’engins extraterrestres volant le 5 novembre 1990 en France. Claude, contacte de notre groupe OVNI007 a lui même vu de ses propres yeux avec plusieurs témoins qui se tenaient à côté de lui en région parisienne à Bobigny à 19h00.

 

 

« Cela ressemblait à une plate-forme, à une sorte de boyau avançant à 10 ou 15 kimomètres heures maximum, il volait à 200 ou 300 mètres d’altitude maximum, il ne faisait aucun bruit.

 

Cet engin d’environ 100 mètres de long avait des projecteurs ou faisceaux étonnants, très puissants et dirigés vers le ciel en sens inverse de la marche.

 

Cet engin était vraiment très impressionnant. »

 

Claude.

 

 

« Un ami que j’ai rencontré récement dans la Drôme m’a confié que sa femme lui avait dit avoir observé à cette époque un engin qu’elle apparentait à LA TAILLE D’UNE VILLE au dessus du Vercors.
Elle n’a pas témoigné officiellement. »

 

Claude

 

(message fourni le 01/09/2006)

 

 

Voici ci-dessous la vidéo qui ressemble le plus à ce que Claude a vu lui-même, et qu’il nous a conceillé de vous montrer…

 

Le cas de l’ovni de Guillermo Osorio en 1995:

http://www.dailymotion.com/video/14CnyjUGuTMyu33RR

Ovni de Guillermo Osorio

Ce n’était pas un morceau d’une fusée russe !

 

Quelle bandes de rigolos ces désinformateurs !

Nous nous excusons d’avoir diffusé un témoignage approximatif de Claude avant aujourd’hui mardi 26 septembre 2006, c’est cela avoir la mémoire courte ! Désolé cher Claude !
Cette vague d’OVNI est à notre sens une des meilleures preuves extraterrestres.

1990-11-05.jpg

Dessin de l’observation de Blandine Mariotte

La seule photo que nous ayons pour le moment.

 

 

Philippe Ughetto, photographe de l’agence Magnum, et son assitant fixent sur la pellicules (photo ci-dessous) depuis les toits des immeubles de Gennevilliers.

 

Ce phénomène lumineux sera vu simultanément par des centaines de témoins à travers tout le pays, en direction du sud-ouest vers le nord-est.

 

Oh ! Quel beau cigare!

photo_5_novembre_1990.jpg

Manuel Jimenez dans son livre la Psychologie de la perception (Flammarion, 1997) a analysé un échantillon de mille deux cent vingt-cinq témoignages d’ovi [objets volants identifiés], constitué de cas de témoignages multiples consignés dans le fichier de la gendarmerie nationale. Il s’agit de dix-huit rentrées atmosphériques qui se sont produites entre 1974 et 1990. [p. 96]

Voici ces conclusions:

« Les rentrées de météores, de débris de satellites, de fusées se déroulent dans les hautes couches de l’atmosphère [...] Vues de la terre, ces rentrées atmosphériques se présentent comme des taches lumineuses, rondes ou allongées, d’une taille comparable à la pleine lune. Les couleurs sont en général multiples, et la durée très courte, en général quelques secondes à peine. Ils constituent donc, pour un psychologue expérimentaliste, des stimuli fugaces et vagues. »

La plupart des observations du 5 novembre 1990 ne correspondent en rien à ces descriptions faites par Manuel Jimenez, la rentrée d’un 3ème étage d’une fusée proton russe ne pourrait pas expliquer tous les témoignages et loin de là, et encore faut-il qu’il ai été présent ce morceau de fusée, car au vue des Russes ont peu fortement en douter par dessus ce constat !

LA TERRE ENTIERE A ETE ABUSEE.

L’OPINION PUBLIQUE A ETE MANIPULE.

IL NE FAIT AUCUN DOUTE, DES EXTRATERRESTRES SE SONT MONTRES EN FRANCE ET EN EUROPE LE 5 NOVEMBRE 1990.

C’est une certitude absolue.

Un témoignage :

La taille est qualifiée de « gigantesque »: la longueur est estimée à 300 ou 350 m, l’altitude à environ 200 m. Le diamètre du « sous-marin » correspond… à la hauteur d’une tour de 20 étages ! A l’arrière, trois faisceaux lumineux d’un blanc argenté éclairent en sens inverse du mouvement. Ils sont au moins aussi longs que le « sous-marin ». Ce ne sont pas des faisceaux tronqués, comme à Brétigny, à Gretz-Armainvilliers ou dans le sud de la Dordogne: ils se terminent « comme des projecteurs normaux ». Au fur et à mesure que l’énorme chose se déplace vers l’est, parallèlement à son axe, la direction d’observation évolue vers le sud, et l’avant de l’objet se rapproche du plan de la façade de l’immeuble. Comprenant qu’ils vont alors perdre de vue l’objet, les témoins bondissent dans la cuisine, dont la fenêtre donne vers l’est. Et là, ils voient (mais cette fois, de derrière) la monstrueuse chose qui paraît survoler le centre de Melun, et s’éloigne vers l’est. A l’arrière, on distingue comme une ouverture béante, mais les trois faisceaux, bien que non éblouissants, empêchent de distinguer les contours de la « masse noire », La vitesse est qualifiée de « très lente », et l’observation dure « nettement plus d’une minute ». Lorsqu’elle a été vue au plus près (juste avant ou juste après que les témoins soient passés d’un côté de l’appartement à l’autre), la masse noire seule (sans compter les trois faisceaux) était visible sous un angle de 30 à 40°. C’est 60 ou 80 fois le diamètre de la pleine lune, et cela couvre une bonne partie de la largeur du champ visuel. La hauteur angulaire maximale a été estimée à une trentaine de degrés.

Nous vous donnons la version officielle qui a été malheureusement présentée après aux médias pour désinformer la population française et à forciori mondiale.

LES PHENOMENES LUMINEUX observés dans la soirée du 5 novembre en France ont été identifiés. Ils ont été provoqués par la rentrée dans l’atmosphère et la combustion « du 3ème étage d’un lanceur soviétique ayant servi le 3 octobre 1990 à la mise sur orbite géostationnaire d’un satellite d’un satellite de télécommunication de type Gorizont 21 », a affirmé le Service d’expertise des phénomènes de rentrée atmosphérique (SEPRA) du Centre national d’études spatiales (CNES). L’objet « dans sa phase finale de désintégration, a traversé la France sur une orbite Pau-Strasbourg. Les conditions météorologiques exceptionnelles ont favorisé l’observation de ce phénomène de rentrée atmosphérique.

Sources: http://www.humanite.presse.fr/journal/1990-11-10/1990-11-10-805090

Les phénomènes lumineux observés la soirée du 5 novembre en France et dans plusieurs pays voisins, sont élucidés. Il s’agit de morceaux d’une fusée soviétique lors de sa rentrée dans l’atmosphère, a affirmé le Service d’expertise des phénomènes de rentrée atmosphérique (SEPRA), du Centre national d’études spatiales (CNES).

Le CNES indique qu’à partir des données fournies par le US Space Com américain qui suit tous les objets flottant dans l’espace, il ne peut s’agir que des morceaux d’une fusée qui avait lancé un satellite de télécommunications soviétique le 3 octobre. Ces morceaux sont rentrés dans les couches denses de l’atmosphère à 19h, heure française, selon une trajectoire allant de Pau à Strasbourg.

Source: Est Républicain, 10 novembre 1990

Trajectoire Pau-Strasbourg de l’élément de la fusée

 

Remarquez que la trajectoire est plutôt Bordeaux-Strasbourg !

trajectoire_fusee.gif

Observations des ovnis le 5 novembre 1990

5nov90.jpg

Maintenant comparez où les observations d’ovnis ont été faites à travers la France et où ils ont été vus, et celle de la prétendue trajectoire de la fusée.

PAS GRAND CHOSE A VOIR ENTRE LES DEUX CARTES N’EST CE PAS !!!!!!!!!!!

Avec ces deux cartes il est très facile de se rendre compte que peu d’observations peuvent être liées à la chute du 3ème étage de la fusée.

Nous avons superposée les deux cartes pour vous montrer encore mieux le résultat !

(en rouge la trajectoire de l’élément de la fusée)

 

5nov90compare.jpg

L’EVIDENCE DU MENSONGE EST SOUS VOS YEUX ET SANS AUCUNE AMBIGUITE.

 

 

Un Engin d’à peine 10 mètres de long voir 20 mètres et volant à environ entre 80 à 100 mètres d’altitudes est un point au mieux dans le ciel !

 

Relisez même un peu plus haut des conclusions faites par Manuel Jimenez.

 

 

Les trajectoires des transits étaient très nombreuses et différentes, loin d’être tous dirigés dans le même sens et la même direction.

 

La vitesse en vol était donnée très différent d’un témoin à l’autre,

 

certains observateurs ont dit même avoir vu leur(s) ovni en stationnaire aussi !

Voilà qui ne ressemble vraiment pas à la rentrée atmosphérique d’une fusée.
Et pourtant… L’heure correspond à la minute près à celle du passage au plus près de ce phénomène; le cap suivi, la direction du passage au plus près, la hauteur par rapport à l’horizon correspondent très exactement à sa trajectoire; les dimensions angulaires estimées sont celles que d’autres témoignages précis attribuent à ce qui était certainement la rentrée atmosphérique; les impressions de descente du ciel et de virages s’expliquent raisonnablement par des effets de perspective…
Une drôle de fusée ! Des sacrés rigolos ces désinformateurs !
Vous voulez faire avaler la pilule à qui là ?
De vrais charlots ces désinformateurs !
Attention ne confondez pas une flèche à un avion c’est le même ordre d’idée !
Vous prenez vraiment les « Hommes » pour des abrutis !

 

Quelques cas étudiés:

 

Sur ces 52 cas en France, 41 indiquent une direction de déplacement de l’ovni dont : 1 venant de l’ouest, 3 vers l’est, 8 d’ouest en est, 5 vers le NE, 12 SO vers NE et 4 OSO vers ENE. Soit 33 cas sur 41 (80,5%) d’ouest en est à SO vers NE, ce qui correspond à la direction supposée de la rentrée du 3ème étage de la fusée Proton, alors que les descriptions des témoins ne correspondent en rien à celle d’une rentrée atmosphérique.

 

Les témoins furent dans l’ensemble impressionnés favorablement, sans doute du fait que les apparitions étaient brèves et sans interaction avec eux. L’aspect esthétique de ces apparitions ne transparaît pas dans notre commentaire succinct qui est par nécessité bien plus pauvre que les descriptions des témoins, mais nous reproduisons ci-dessous quelques-uns des ovnis observés à titre d’illustration.

5nov90a.jpg

5 novembre 1990 vers 19h

Une « armada » d’au moins 70 triangles fut observé en France. Ces engins semblaient tomber du ciel pour reprendre, une fois parvenus à 300 m du sol, une trajectoire horizontale. (Jan Hertoghs : Humo du 24.9.1996) A la même heure « 400 ovni survolent 74 départements français au même instant ». 500 témoignages notamment de militaires, de gendarmes, ont été recueillis. Qu’ont-ils vus? des masses noires, longues parfois de 1 km, des engins triangulaires de 100 m de côté. 75% des témoins affirment que ces objets volants ont évolué sans bruit à moins de 500 m du sol. Tous ces témoignages ont été consignés dans l’enquête « Ovni Contact » publiée par Franck Marie. (Jean-Francis CROLARD: « L’énigme des E.T. » – éd. Guy Trédaniel 1995, p. 74.

1990_11_06_q_estrepublicain.gif

 

 

Est républicain du 6 novembre 1990

« C’était cinquante fois plus gros qu’un appareil de ligne »

Engin Triangulaire avec projecteurs

ovni_5nov1990_a.jpg

Vus par de nombreux témoins

Engin en forme de saucisse avec projecteurs

ovni_5nov1990_b.jpg

Vus par de nombreux témoins – Engin faisant jusqu’à au moins 2 kilomètres de long parfois

Engin vu aussi ce jour là

5_novembre_1990_ovni.jpg

FRANCE, Neuilly sur Marne

Commençons par le cas de M. Jean Pierre Sandoux: entre 18 h 55 et 19 h 02 M. Jean-Pierre Sandoux, se trouvait au 11e étage d’un immeuble, et il est aussitôt sorti sur le balcon pour observer le phénomène. 1ère phase: ensemble de trois gros points verts visible en direction du sud-sud-est, les deux points inférieurs se trouvant sous la ligne d’horizon. Le témoin estime alors la distance à 50 ou 100 mètres, et l’altitude du phénomène par rapport au sol à une trentaine de mètres. Cette première phase dure environ 5 secondes. L’ensemble des trois lumières vertes se met à pivoter autour de son centre. Le témoin se lève alors, tire le rideau, ouvre la porte-fenêtre, et se précipite sur le balcon. 2ème phase: cette phase va durer entre 3 minutes et demie et 4 minutes. Arrivant sur le balcon, le témoin découvre l’ensemble de 4 lumières (trois rouges et une, plus grosse, orange) . L’ensemble est absolument immobile; aucune vibration, aucun bruit. Si une structure relie les lumières, le témoin ne la distingue pas dans l’obscurité. Pourtant, il lui semble que le phénomène ne se trouve qu’à une trentaine de mètres de lui, à peu près à l’autre extrémité de l’immeuble. Pour voir les deux points rouges situés dans le coin inférieur gauche du triangle , il doit se pencher légèrement sur la barre d’appui du balcon : ces deux points se situent à peu près dans le prolongement de la façade de l’immeuble, à peine au-dessus du niveau des yeux du témoin. Chaque côté du triangle est visible sous un angle de 25 à 30º. Le témoin a le temps d’observer l’extrémité du « faisceau » tronqué qui sort de la « tuyère » orange, vers le bas et vers la droite. Son extrémité a la forme d’une ligne de créneaux dont les minima et les maxima alternent comme l’indiquent les flèches sur le dessin, comme Si le faisceau était une juxtaposition de tubes glissant les uns sur les autres, animés d’un mouvement sinusoïdal. 3ème phase: l’ensemble s’éloigne lentement vers l’est, c’est-à-dire parallèlement à la façade de l’immeuble, en ligne droite et à altitude constante. Au bout d’une trentaine de secondes, il disparaît au loin, dans la brume. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Base Aérienne 123, Orléans-Bricy (Loiret)

19 heures. La BA 123 se trouve au nord-ouest d’Orléans. C’est avec Evreux l’une des deux principales bases du CoTAM (Commandement du Transport Aérien Militaire). Les avions qui y sont basés sont des Transall et, depuis peu, des C-130. Nous devons cette enquête à M. Joël Sauvette. Il était 19 h lorsque l’équipe de permanence technique, occupée à refermer les portes d’un hangar orienté est-ouest, eut son attention attirée par un étrange phénomène, que tous considérèrent avec ébahissement. En effet, une masse énorme, dont les contours purent être
déterminés par la présence de lumières à sa périphérie, les survolait de sud-ouest en nord-est, sans émettre aucun bruit. La forme particulière, liée à l’implantation de ces lumières, a fait croire à bon nombre des observateurs qu’il s’agissait d’un vol en formation d’avions de transport rentrant à leur base. Seule l’absence totale du bruit caractéristique des turbopropulseurs les a amenés à changer d’avis. L’observation ayant duré une minute environ, les témoins ont pu détailler le phénomène: outre les lumières périphériques, délimitant à l’avant comme un chevron, et à l’arrière un quartier de lune, l’intérieur de la silhouette était empli de petites lumières à la luminosité plus faible, tant dans la partie avant que dans la partie arrière. En ce qui concerne la partie centrale, les témoins sont imprécis, et ne peuvent dire avec certitude s’il s’agissait de la luminosité d’autres petites lumières, ou de celle des étoiles qui s’allumaient dans le ciel. Au niveau de la partie avant et à la base de celle-ci apparaissaient deux faisceaux lumineux. L’un d’eux (1 sur le schéma) rappelait un peu celui d’un projecteur d’hélicoptère, comme on en voit souvent dans les feuilletons télévisés américains, et l’autre (2) était un peu plus gros qu’un phare de moto. Si le plus puissant des deux faisceaux était dirigé parallèlement à l’objet, l’autre, légèrement plus bas et formant avec le premier un angle d’environ 30º, était dirigé vers le sol, qu’il semblait vouloir éclairer très en arrière de sa position. Il est à noter qu’aucun spot lumineux n’est apparu sur le radar d’approche du Contrôle Local d’Aérodrome. Seules les conversations téléphoniques inter-bases ont permis à la vigie d’observer le phénomène. Les deux faisceaux lumineux ressemblent étrangement à ceux qu’ont dessinés d’autres témoins, notamment à Brétigny-sur-Orge , où les deux dames de la rue de l’Orge ont précisé que la chose venait d’Orléans! En revanche, il n’existe pas de ressemblance très frappante entre la description faite sur la BA 123 et la suivante, pourtant très proche. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Boismorand (Loiret)

Vers 19 h 05. Le dessin des témoins d’Olivet présente une symétrie axiale remarquable. On retrouve ce caractère dans la description fournie par M. Jean Jacques Prévault : « C’était extrêmement net, parfaitement symétrique. Comme ça ne faisait aucun bruit, j’ai imaginé un planeur qui aurait été décoré avec des guirlandes de Noël! Mais cela avait une forme triangulaire, cela ressemblait au Concorde. Je n’ai vu cette chose que pendant une dizaine de secondes, car j’habite en forêt, et très vite, ça a été caché par les arbres . Je ne sais même plus si toutes ces lumières étaient fixes ou clignotantes. Il pouvait y en avoir une vingtaine ou une trentaine . Quant aux couleurs, je suis sûr d’avoir vu du jaune et du blanc, mais il y avait peut-être aussi du rouge et du vert. En tout cas, Si ça n’était pas un engin avec des lumières un peu partout, c’était drôlement bien imité! » La direction du mouvement était « sud-nord, ou sud-ouest-nord-est ». La trajectoire passait à l’est de la position du témoin. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Nanterre

Vers 19 heures un couple de retraités a vu un énorme phénomène céleste : un triangle genre aile delta. L’objet supposé passa entre les témoins et le Mont Valérien en arrière plan. Cette masse, qui faisait 40 cm entre les mains, bras tendus, à occulté le mont Valérien à un moment donné. Lorsque le mari appela son épouse, le triangle se trouvait entre le mont Valérien et les tours de la Défense (Paris) et il ne faisait plus que 13 cm à bout de bras. Cela correspond à un engin d’environ 500 mètres d’envergure ! Or, ces témoins semblent avoir été les seuls à voir ce phénomène aérien, bien que Nanterre soit la proche banlieue de Paris avec ne densité de population très élevée. . (Jean SIDER : « Ovni, les envahisseurs démasqués » – éd. Ramuel 1999, p 151)

Chézy-sur-Marne (Aisne)

Vers 19 heures 05. Mme Carmen Bosserelle a rédigé, pour les lecteurs de LDLN, le récit de l’observation qu’elle a faite en compagnie de ses enfants: « J’allais rentrer ma voiture dans le sous-sol, vers 19 h ou 19 h 10, lorsque mon fils aîné (14 ans) m’appela: « Maman! Maman! Regarde! Ou ‘est-ce que c’est? » Je levai les yeux. A ce moment, il me sembla entendre comme un vrombissement sourd, mais je ne peux l’affirmer. Quelle stupéfaction! Un énorme « engin » (de toute évidence plus grand que la maison) était là, juste au-dessus de la cime des acacias. Il « glissait », à allure très modérée, du sud-ouest vers le nord-est. Il avait la forme d’un triangle équilatéral parfait, avec à chaque sommet une lumière fixe entourée elle-même d’autres petites boules lumineuses clignotantes de couleurs claires (blanc et jaunâtre), sauf la lumière du sommet supérieur, qui était rouge, c’est certain. Il volait avec l’un des sommets en avant, et du côté arrière sortaient trois ou quatre faisceaux lumineux blancs, distincts et fixes. Ils ne bougeaient pas, ils ne clignotaient pas. On aurait dit la queue d’une comète. L’intérieur du « triangle vide », on n’y voyait rien. Un de mes enfants a affirmé avoir vu les côtés du « triangle », comme bordés d’un halo blanc. Moi, je n’ai pas vu les côtés. Ils étaient invisibles. Le fait de penser à un « triangle » venait uniquement de la position des lumières. Nous l’avons suivi des yeux pendant environ une minute trente ou deux minutes, peut-être plus. Le temps nous a paru relativement long, car il n’en finissait pas de passer… quelle lenteur! On aurait dit qu’il voulait qu’on l’observe bien, et sous toutes les coutures… Il était magnifique, avec toutes ces lumières, et Si impressionnant! Il avançait à l’allure d’un piéton, puis soudain, arrivé à la hauteur de buissons, il a tout éteint! Fini! Plus rien! Le noir complet… Mes enfants disent qu’il ne faisait aucun bruit. Effectivement, s’il était accompagné de bruit quelconque, c’était un bruit très sourd… Je n’ose l’affirmer. J’étais éblouie par cette beauté et cette symphonie de couleurs… Je ne tire aucune conclusion quant aux impressions que nous avons ressenties au passage de cette chose. L’un des enfants était terrorisé et inquiet, les deux autres, émerveillés. Quant à moi, j’étais dans un état de surexcitation incroyable. Je n’ai pas dormi de la nuit… « (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

Entre Bereac et Cahors (Dordogne)

Vers 19 h. Voici maintenant, un peu plus au sud un double témoignage, qui est assez extraordinaire. C’est M. Pierre Bosc qui a réalisé l’enquête. Les témoins, qui souhaitent rester anonymes, et que nous appellerons MM. A et B. se trouvaient dans une localité du département de la Dordogne. située a une vingtaine de kilomètres de Villefranche-de-Périgord. Le ciel était clair, les étoiles visibles. Il n’y avait pas de vent, mais il faisait froid. Témoignage de M. A. : « Je conversais avec M. B., devant son habitation, assis dans ma voiture dont le moteur tournait. Soudain, M. B. attire mon attention sur une formation lumineuse en provenance de la direction 266º Ouest. C’est d’abord une ligne de lumières blanches. Quelques unes jaunes, dont l’intensité lumineuse fluctue. Cette formation progresse en silence, à basse altitude, semble-t-il, sans qu’il me soit possible d’apporter plus de précisions. L’apparence de cette formation prend, au fur et à mesure qu’elle avance, la forme d’un triangle aux angles arrondis, dont les côtés portent des lumières blanches et jaunes. d’intensité variable les unes par rapport aux autres. L’intérieur de ce triangle est opaque, puisqu’il cache les étoiles, qui restent cependant visibles tout autour de la formation lumineuse. Voulant m’assurer d’un bruit éventuel, je coupe le contact de ma voiture: silence! La chose évolue à si basse altitude que, persuadé qu’elle va s’écraser non loin de là, en direction 80º Est, je reprends le volant, non sans avoir remarqué, à l’arrière de l’engin, un rayon lumineux situé légèrement à droite du milieu du côté. Ce rayon lumineux présente le caractère remarquable suivant: sa lumière ne diffuse pas sur les côtés. Elle est nette, comme coupée à son extrémité, où elle a le même diamètre qu’à sa source. (…)L’évolution de « la chose » était accompagnée d’un bruit comparable à celui d’un vol de palombes: un froufroutement, un déplacement d’air léger. (Joël Mesnard :LDLN 303-305-306-309-310-313-318)

J’ai observé avec mon père l’ovni du 5 novembre 1990, ma voisine aussi ,ainsi que ma soeur à 50 km de chez moi. Nous avons vu 3 points blanc en triangle sans distingué de contour de forme. La pointe en avant et une trainée de feu au milieu des 2 points arrière. L’objet a traversé le ciel d’ouest en est à l’horizon sud en 2 a 3 minutes sans aucun bruit.. Depuis je m’interesse au sujet sur internet sans trouver d’explications claires et. j’aurais une question assez simple ,quel peut etre la taille et l’altitude d’un objet traversant la France de Bordeaux à Strasbourg (trajectoire établie grâce au nombre très important de témoignages) et visible nettement de l’Angleterre à l’Espagne ? J’ai souvenir d’un témoignage d’un pilote de ligne parlant de taille en kilomètre…….!!

Alain

Source: http://ufologie.net/htm/retrof.ht

Dans son édition du mercredi 7 novembre, le journal La Liberté consacra un article d’une page presqu’entière aux événements du 5 novembre. Cet article signale notamment plusieurs observations très intéressantes dans le Morbihan, la Loire-Atlantique et la Vendée. Dominique Madrignac a approfondi, en 1993, l’une de ces observations. Le témoin est un patron-pêcheur, M. José Bal, qui l’a reçu une première fois le 14 septembre 93, à bord de son chalutier, l’Elvis, dans le port Sainte-Catherine, à Locmiquelic, puis de nouveau le 13 janvier 1994, au même endroit. C’est sur ce bateau que M. José Bal avait fait l’observation, le 5 novembre 90, vers 19 heures.

Voici le récit que M. Bal a fait à Dominique Madrignac:

« C’était le 5 novembre 90, vers les 19 h, dans le suroit de l’île de Groix, à peu près à 18 milles au sud-sud-ouest de l’île. Il faisait nuit, la mer était calme, le ciel clair et dégagé. J’étais sur la passerelle. Le reste de l’équipage dormait. D’un coup, il y a eu comme une explosion, une lumière rouge intense, rouge pâle si on veut, comme un éclair rouge-orange, qui paraissait bas sur l’horizon. Ça n’était pas très gros, mais tout de même assez important… comme une explosion. C’était assez loin… difficile de préciser la distance. Je me suis dit que c’était peut-étre un avion ou un hélico qui avait explosé, et puis non, vu la façon dont c’est venu ensuite. C’est comme si c’était rentré dans l’atmosphère, et aussitôt après, une lumière rouge: deux feux rouges qui avançaient. Il me semble que c’est celui de gauche qui était le plus haut. Ça avançait droit dans l’axe du bateau, avec un cap au nord-est. On a pu estimer (que ça venait d’) entre le 200° et le 220°, à la vitesse d’un avion à hélice, une vitesse régulière, comme un avion qui va atterrir, mais ça ne paraissait pas haut, presqu’à l’horizontale, sur l’horizon. Et puis c’est arrivé à la verticale du bateau, et d’un seul coup, des lumières se sont allumées: beaucoup de lumières blanches. Quand ces feux blancs se sont allumés, on ne voyait plus les feux rouges. les lumières blanches sont passées au-dessus du toit de la passerelle: je ne les voyais plus, alors je suis sorti sur l’arrière du bateau, ce qui m’a demandé quinze secondes. Bon, je les ai vues de l’arrière, et j’ai constaté qu’elles étaient disposées en losange. Je me suis dit: « de l’avant, je verrais mieux », donc je suis passé à l’avant, et là, on le voyait très bien, ce fameux losange.

C’était vraiment au-dessus de nous. Il ne bougeait pas, malgré le sens inverse du bateau en marche, donc il devait reculer un peu, en fait. Un losange complet, bien délimité par des lumières blanches tout autour, comme des guirlandes. Superbe ! C’était assez important, ça paraissait vraiment énorme, même bien 200 à 300 m de côté, beaucoup plus que mon bateau, au moins quatre à cinq fois comme le bateau, comme si on avait eu un plafond au-dessus de nous, qui déborde de chaque côté. On n’avait pas l’impression que c’était haut, parce qu’avec tous ces feux qui étaient vraiment énormes… mais est-ce que ça paraissait grand parce que c’était bas ? Ça n’avait pas l’air d’être haut, vu comme c’est arrivé bas sur l’horizon, peut-être 900 m de haut, par comparaison aux câbles qu’on allonge pour la pêche. On avait l’impression de matière, mais dans le centre, est-ce que c’était une masse ? On ne voyait rien au travers. Ça n’était pas transparent, sinon on aurait vu un petit nuage, une étoile. On ne voyait que du noir, mais plus noir que le ciel. Même dans la nuit, on fait la différence; je ne me souviens pas d’avoir vu des étoiles, mais le ciel était clair, vraiment clair, mer calme, le bateau ne bougeait pas, mais le moteur couvrait tous les autres bruits. C’est resté stable bien cinq minutes au-dessus de nous, à faire du sur-place, comme s’« ils » voulaient nous voir, nous photographier… Je suis resté longtemps à regarder, puis ça a avancé un petit peu, en dépassant le bateau pour arriver au travers de l’arrière, et là, il y a eu les réacteurs (je pense que c’étaient des réacteurs) qui se sont mis en route. Ça s’est allumé en deux fois, mais au début, c’était juste minime, tout doucement, comme un brûleur à gaz avec des flammes blanches, pas (violentes), et progressivement, au fur et à mesure qu’ « ils » mettaient la sauce, on voyait les genres de réacteurs qui forçaient.

C’est devenu assez vif comme une traînée de lumière blanche, et d’un seul coup, c’est parti, d’un mouvement terrible, cap nord-est, à une vitesse incroyable. J’ai regardé, mais je n’ai plus rien vu. L’équipage dormait. Je n’ai pas pris le temps de prévenir (les autres). Voilà ce que j’ai vu, moi, mais le patron du Guillemot, qui était à un ou deux milles de nous, lui, il a vu les lumières blanches, mais il n’a pas fait attention. Moi, ça m’intéressait, alors j’ai continué à regarder. Je suis rentré. Le lendemain, j’ai appelé le journaliste de La Liberté que je connais, à Port-Louis. Il est venu me voir, le matin du lendemain ou du surlendemain, et a fait l’article. J’en ai parlé à ma famille et aux collègues de travail, mais ils m’ont dit: « Tu vois des rats bleus !». Pour moi c’était un événement, de voir un truc comme ça. Et après, j’ai su qu’il y avait eu tous les événements au-dessus de la France, en Loire-Atlantique, en Alsace, vers la même heure. Ce n’était pas un avion ! un avion, on voit les clignotants. Je ne peux pas expliquer. Je n’avais jamais vu ça avant… »

(Ce récit est la transcription, presque mot-pour-mot, du récit de M. José Bal. Il n’en diffère que par quelques retouches destinées à le rendre plus compréhensible). A Dominique Madrignac, M. Bal a dit que l’observation avait duré, au total, entre 10 et quinze minutes, dont 5 minutes entre l’explosion initiale et l’arrivée des lumières blanches au-dessus de l’Elvis, et 5 autres de stationnement du losange au-dessus du bateau. Dans l’article du journal, cette durée (stationnement du losange) n’était que de « 3 à 4 minutes ». A trente-quatre mois d’intervalle, cette légère distorsion n’a rien de choquant, et ne change rien au problème. L’apparition du phénomène (explosion initiale) a été située par le témoin (en septembre 93) à l’azimut 220° (celui du sud-ouest étant 225°), et seulement 2 ou 3 degrés au-dessus de l’horizon. Plus intéressant: le témoin a indiqué, comme azimut de la disparition du phénomène: « 25 à 30° ». Cet azimut n’est pas celui de Bitche (près de 80°), mais plutôt celui de Southampton.

Source: http://reguite.free.fr/Extraterrestres/5novembre1990.html

Landes 5 Novembre 1990 : un témoin parle !

Michel L est un homme tout à fait charmant que je connais depuis de nombreuses années.

Un jour une personne proche de moi sachant que je m’intéressai aux O.V.N.I me fait part de l’histoire peu banale de ce commerçant de Villenave d’Ornon (33).

Aussitôt je rencontre cette personne et lui demande de me raconter son histoire.

Mr L. est un de ces chasseur nés qui passe des journées entière à pister la palombe. Et ce jour-là, après une journée ensoleillée il décide de rester jusqu’à la tombé de la nuit. En bon chasseur qui se respecte, son expérience lui a appri que les palombes ne passent que par temps clair. Alors qu’il revenait de nuit des Landes, d’une chasse à la palombe, Michel profita de l’abscence de circulation pour embaler les chevaux de sa voiture.

Arrivés aux environs de Laboueyre (cf carte) Mr L. et son fils assis à ses côtés apperçurent ce qu’ils prirent pour un avion en difficulté. Il est 19 h 30 la nuit est tombée depuis une heure. Bien vite, Michel comprend que « l’engin » comme il l’appelle ne peut être un avion. Aprés avoir dépassé une parcelle de pins, ils longèrent un grand champ afin de poursuivre l’objet qui se déplacait sans aucun bruit. La chose les survola à quelques mètres du sol. A ce moment précis ils pûrent voir des phares blancs sous la structure de l’engin qui balayaient le sol. Ils remarquèrent aussi des couleurs proches de celles d’un arc en ciel. Michel L. ne put déterminer la forme de l’objet, mais grâce à son témoignage il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’une forme triangulaire (NDLR). Ils furent très impressionné par la taille de l’objet ; plus de 100 mètres de diamètres selon Mr L. Il faut noter que Michel, ancien d’Algérie en connaît un rayon sur l’aviation militaire, et n’exclu pas que cet appareil soit à nous. Il s’agirait d’après lui d’une sorte de prototype ultra-top-secret que l’on testerait de nuit. Cette hypothèse souffre d’un inconvénient majeur ; si tel était le cas, pourquoi prendre le risque de faire survoler le modèle au-dessus d’une zone habitée ? Voilà un comportement bien étrange de la part de militaires qui s’entourent d’habitude de beaucoup plus de discrétion. Revenons à notre histoire. Michel L. essaya de comprendre le phénomène. Tout d’abord aucun bruit, ce qui signifiait ; soit l’engin était très haut dans le ciel, soit très bas mais qu’il n’émettait aucun signal sonore. Plus ils roulaient, plus ils ressentaient la présence de l’objet qui filait direction Nord-Nord/Est. Le soir ils écoutèrent le journal de LA 5 qui rapportait les dires du responsable du P.C d’Orly confirmant qu’il avait bien vu un objet mais qu’aucune signature radar n’avait était enregistrée. Plus tard une personne assura qu’il s’agissait d’une retombée d’un satellite. Michel me fit à ce sujet une remarque que je qualifierai de pertinente, je le cite : « Alors pourquoi personne n’est allé voir le spoutnik qui est tombé ? ». Peut-être parce qu’il n’y avait pas de retombée, comme il n’y avait pas de sattelite défectueux à Laboueyre (1). Notez que je ne rejette pas la thèse du sattelite, un débris est probablement rentré dans l’atmosphère. Mais ce que Mr L. et son fils m’ont raconté, ne ressemblait en rien à quelque appareil connus.

Alors pour conclure, sur ce cas particulièrement dense et riche d’enseignements, Michel L. et son fils ne sont pas prèt d’oublier ce 5 novembre 1990, car en tout état de cause cette apparition n’a toujours pas livrée son secret.

Source: http://www.ovni.info/article.php3?id_article=19

En novembre 1990, je sortais a la cave chercher du fuel pour le poele et dans le ciel, direction ouest-est, un nuage dense avec des reflets incandescents mais dont les volutes ne se mouvaient pas, altiutude probable:20 ou 30 m.Je rentre et les infos de dire qu’un satellite russe s’est desintegre, le probleme c’est que je n’habitait pas dans la zone ou cela se voyait.
Je fut probablement le seul a observer cela!

Mitokomon

Message du mardi 22 juin 2004

Source : http://www.onnouscachetout.com/

L’aspect de « mon » ovni est celui d’un classique OVNI triangulaire de la vague belge à la différence qu’il portait une espèce de « phare d’atterissage » blanc à faisceau cylindrique et partant approximativement de la position de la lumière blanche centrale .

l a mis une quinzaine de secondes pour parcourir 80° entre une position proche du zénith (ou je l’ai remarqué ) et le moment de sa disparition , vers l’Est derrière un bosquet .

Je l’ai instinctivement immédiatement identifié à un OVNI , bien qu’à l’époque j’étais survolé quotidiennement par des avions en phase d’atterrissage vers l’aéroport de Bâle-Mulhouse , à cause d’un caractère d’étrangeté que je n’ai pas identifié immédiatement mais qui m’est apparu par la suite: l’absence de bruit pour un engin passant si bas ( 60cm à 80cm très grossièrement à bout de bras , ce qui donne un diamètre apparent de l’ordre de 60 à 90° ) .

Dans la semaine qui a suivi l’évènement , les journaux , confrontés à une vague de témoignages ( des centaines ) couvant quasiment la France entière ont publié essentiellement deux explications .

1) C’etait une météorite … L’explication ne tenait pas .Objet trop lent et depuis des endroit trop éloignés les uns des autres pour pouvoir expliquer toutes les observations par un même objet .

2) L’explication du NORAD : étage de fusée russe Proton se consumant dans l’atmosphère à 80km d’altitude …

Devant la multiplicité des formes décrites par les différents témoins , qui allaient du triangle à la véritable « ville avec toutes ses lumière traversant le ciel  » (un groupe de 7 ou 8 témoins qui étaient ensemble) , j’ai décidé de faire ma petite enquête à Mulhouse .

J’ai retrouvé plusieurs témoins mais ceux qui m’ont le plus interessé ont vu l’objet alors qu’il les survolait d’ouest en est en passant à la verticale de leur position …

Il se trouve qu’en vérifiant sur une carte je me suis aperçu qu’ils étaient à 1700 m de ma position exactement dans la direction de la cheminée d’un incinérateur que je vois bien depuis la fenêtre par laquelle j’ai aperçu l’OVNI .

Vu depuis ma position , cette nuit là , l’OVNI paraissait à 60° (très approximativement ) au-dessus de l’horizon quand il passa au-dessus de la cheminée .

Conclusion : faites votre calcul , encore une fois très approximatif .

L’ovni survole les deux autres témoin (angle 90° /horizon) quand il me parait être à 60° au-dessus de l’horizon alors que je suis seulement à 1700m des autres témoins …
On aboutit à tan60°=hauteur/1700 d’où hauteur= 1700tan60° soit 3000 m …. On est loin des 80km …

Même en admettant que je me trompe de +/-20° dans l’évaluation de la direction de l’objet par rapport à l’horizontale au moment de son passage au dessus de la cheminée de l’incinérateur , on aboutit à une altitude variant de 1500 à 9000m …

Quant aux dimensions …. 60cm à bout de bras , pour un objet approximativement à 3000m , ça fait des dimensions de l’ordre plusieurs centaines de mètres , voire plusieurs milliers ..

Conclusion : soit on admet l’hypothèse que ce soir là , il y avait un OVNI ayant des centaines de m de longueur soit on se rabat sur l’explication la plus logique : il y a eu deux objets ce soir là .
La fusée proton qui a donné lieu à un feu d’artifice couvrant une bonne partie du ciel et un engin triangulaire qui a profité de cette opportunité pour violer l’espace aérien européen . Ce qui rend mes calculs faux car je ne sais pas si j’ai observé le même objet que les autres témoins , mais discrédite l’explication du NORAD .
Quant à l’origine réelle de l’engin , le fait que le NORAD se soit senti obligé de donner une explication dès le lendemain suggère que cet organisme américain avait interêt à ce qu’on oublie rapidement cette affaire .

Je signale que 5° ça correspond à peu près à 7cm à bout de bras( je prends 80cm pour la distance oeil/extrémité-du-bras-tendu .
soit 8,7 cm à 1m ) …. On sous-évalue souvent les petits angles …N’est ce pas ?

Daman

Citation de Daman:

« Maintenant, il n’y a plus d’aveugles ou de naïfs mais des complices. »
Albert Camus, l’Étranger

Source:

http://www.onnouscachetout.com

Message du 13 juillet 2004

Témoignage du 6 novembre 1990 (journal non cité)

« Il aurai fallu au moins trente appareils pour composer un ensemble aussi imposant »

1990_11_06_qx.gif

gretz.gif

Le Soir du 6 novembre 1990

Jimmy Guieu en était certain ceux sont des « Extraterrestres », mais nous tenons à rassurer nos lecteurs et à tempérer les propos de notre cher regrété Jimmy (1926-2000), que si ces gens avaient été hostiles cela se serait déjà, donc pas de quoi paniquer

Jimmy Guieu : image : ICI

Voici 30 observations parmi les plus significatives

(Observations vues sur carte de la France en 2 morceaux ci-dessous)

Morceau n° 1

Morceau n° 2

Le nombre d’observations a chuté depuis les années 1980. Les ufologues s’accrochent aux derniers épisodes ­ comme ces « 300 à 400 ovnis » observés au-dessus de la France, le 5 novembre 1990. Les autorités françaises sont certaines qu’il s’agissait de la rentrée dans l’atmosphère d’un étage d’une fusée soviétique Proton. Pas les ufologues. « C’était une vague d’ovnis, un événement considérable, mais il y a eu un black-out », croit savoir Jacques Garnier, 48 ans, agent à France Télécom, tombé dans l’ufologie il y a trente-trois ans.

La nostalgie n’empêche pas un travail acharné. Les amateurs d’ovnis se sont emparés d’Internet, multipliant les sites. Des « enquêteurs » ­ à Châlons, ils étaient reconnaissables à leur appareil photo ou leur Caméscope ­ collectent toujours des témoignages. Sur place, ils font des relevés et de patientes reconstitutions. « Je pourrais vous parler pendant des heures du 5 novembre 1990 et de tous les témoignages », affirme ainsi Joël Mesnard, le seul ufologue professionnel en France, qui vit de la diffusion de Lumières dans la nuit .

Luc Bronner (Le Monde)Extrait d’article paru dans l’édition du 19.10.05

Déclarations de http://www.ovni.ch/boutique/marie.htm

Les évidences sont là !

CE N’EST PLUS DE LA FICTION !

La Banque internationale de données ufologiques ouvre ses dossiers! Nul ne doit plus ignorer cette extraordinaire réalité que les autorités scientifiques françaises ont voulu cacher au monde!

L’opinion publique internationale a été manipulée!

Une puissance extra-terrestre est bien venue se faire reconnaître de la collectivité humaine! Il est à présent très évident que les événements du 5 novembre 1990 placent notre humanité en phase de « pré-contact » !

Cette situation engage l’humanité vers une ère nouvelle de son histoire.

Une COMMISSION D’ENQUÊTE PARLEMENTAIRE doit être nommée d’urgence pour étudier tous les éléments de ce dossier explosif et évaluer ses conséquences multiples !

Chacun de nous est concerné !
Aux autorités politiques d’agir !
Des temps sont venus, peut-être !

NOTRE ENQUETE SE POURSUIT ! ENVOYEZ VOS TEMOIGNAGES!

TEXTES/IMAGES:

Courrier de l’Ouest – 6 novembre 1990

Colmar :

Sur un film vidéo, les côtés d’un triangle apparaissent soudain.

Voici une photo tirée de ce film, un des rares enregistrements physiques du phénomène du 5 novembre. Le film complet a été diffusé lors de l’émission récente que la chaîne Arte a consacrée aux ovnis [pardon pour la mauvaise qualité de reproduction; le triangle liant les trois points de tête apparaît nettement à la visualisation du film, mais très fugitivement].

Source de la photo et commentaires:
http://perso.numericable.fr/%7Ewolf424/univers.ovni/index.ht

colmar.gif

Ouest France du 6 novembre 1990

1990_11_06_q_ouestfrance.gif

Charente libre du 6 novembre 1990

Dauphiné libéré du 6 novembre 1990

1990_11_06_q_dauphinelibere.gif

France Soir du 6 novembre 1990

1990_11_06_q_francesoir.jpg

ldln48.jpg

Sources divers sur ce dossier TOP SECRET:

ldln.jpg

universovni.gif

vague_d_ovnis.jpg

marie.jpg

banque_ovni.jpg
5_novembre_1990_mysteres_.jpg

http://www.ldln.net
http://home.nordnet.fr/~phuleux/5novembr.htm
http://reguite.free.fr/Extraterrestres/5novembre1990.html
http://perso.numericable.fr/%7Ewolf424/univers.ovni/sepra/culte_5_novembre.html
http://www.rr0.org/1990.html

 

Et un grand merci à tous les observateurs qui ont bien voulu témoigner, un grand merci tout particulier au journal « Lumières Dans La Nuit » qui a réalisé un travail de titan en aval, journal ufologique indispensable à commander par internet sur http://www.ldln.net ,et bien sûr un très grand merci à notre très cher Frère Claude qui a su nous aiguiller pour que nous puissions enfin réaliser ce dossier.

 

Un grand merci à LA BANQUE INTERNATIONALE DES DONNEES UFOLOGIQUES (BANQUE OVNI) , à Monsieur Franck Marie directeur de cette association et à son ami Thierry Garnier.

tout ceci vient du site ovni007

 

nouvellevision

 

VAGUE D’OVNI A NICE EN 1608 (France)

 

NICE 1608 – Dans les archives de la ville de Nice, une bien curieuse histoire d’intervention extraterrestres fût retrouvée. Nous allons maintenant vous livrer ce document.

LE PORT DE NICE 1608

Au début du xviième siècle, Nice port principal du Royaume du Piémont connait une période de grande prospérité. L’impossante forteresse qui domine la ville décourage les incursions barbaresques qui ravagent régulièrement les côtes voisines.

SUR LE QUAI

Sur le quai de riches demeures aux balcons ouvragés. Dans cette charmante cité maritime on respire la paix dans un climat paradisiaque, quand soudain !…..

APPARITION D’OVNI

Au crépuscule du 5 aouut 1608, les niçois voient apparaître dans le ciel, trois masses lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Les engins s’arrêtent au dessus de la forteresse. Ils descendent à 1 m de la surface de la mer, à faible vitesse. Les habitants peuvent examiner en détails les trois engins.

LES ENGINS

Se mantenant proche de l’eau les trois masses provoquent une sorte de bouillonnement de l’eau avec dégagement d’une vapeur ocre-orangée, dans un bruit infernal. De l’un des engins surgit un être, puis deux……

LES ETRES

Ces deux personnages plongent dans l’eau jusqu’aux hanches. Leurs bras maintiennent à la verticale deux tubes raccordés à la ceinture. Pendant deux heures les engins les engins restent pratiquement en cette position. Puis les êtres embarquent vers 22 h, les engins partent vers l’Est, dans un bruit infernal, et disparaissent en quelques secondes.

AVERTISSEMENT DE DIEU

Les Niçois attribuant ce phénomène à un avertissement de Dieu, ils s’ébranlent en de longues processions religieuses, portant le christ en tête, jusqu’à l’aube du 6 août 1608.

DE NOUVEAU A GENES

Au matin du 22 août, les trois engins se présentent à Gênes. Informé des évènnement suvenus à Nice 17 jours auparant, il déclanchent un violent tir d’artillerie sur les trois vaisseaux. 800 boulets sont ainsi tirés, sans que les engins ne subissent de dommage. Après une heure d’évolution au dessus des flot, un engin se détache du groupe et fonce sur la ville à une vitesse vertigineuse.

PANIQUE

Une folle panique s’empare alors de la population, et l’on relève plusieurs morts et blessés après le passage de l’engin à la suite de piétinement, émotions ou radiations émises par le vaisseau. Les trois vaisseaux se regroupent ensuite et disparaissent vers l’Est à une vitesse vertigineuse.

A MARTIGUES

Le 25 août 1608, dans le ciel de Martigues apparait un vaisseau spatial qui évolue durant une 1 h 30 au dessus de l’aglomération. Deux êtres sortent du vaisseau, évoluant autour de l’engin et semblant se livrer à un duel en plein ciel. Ce sera la dernière manifestation relaté par cet écrit dans la région Méditerranéenne.

PLUIE ROUGE

Une semaine plus tard, d’abondantes pluies rouge comme le sang tombent dans la région. Les habitants pensent qu’il s’agit de sang, et qu’ils ont à faire à une vengeance divine, à la suite des èvennements de Martigues, Nice ou Gènes !…..

DANS LES EGLISES

Pendant quarante jours les chapelles, églisses et cathédrales de la région allant de Martigues à Gènes, voient une foule énorme venir prier jour et nuit.

Sources : www.les-repas-ufologiques.com/index.htm

la terre ça chauffe |
Historia |
EXO-CONTACTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CEVENNES ET CAUSSES
| marjo
| Les Vétérans de Napoléon 1er