Archives pour la catégorie Bases

Bases + tunnels souterrains. 2ème article.

Dans la série des « PROJETS NOIRS »

Bases et tunnels souterrains

La Base souterraine de Dulce et les autres…

Bases + tunnels souterrains. 2ème article. dans Bases tunnel_souter_400

Existe-il un monde mystérieux souterrain sous nos pieds?

 dans BasesDepuis des siècles d’étranges légendes circulent au sujet d’un mystérieux univers de cavernes peuplées d’êtres tout aussi étranges. Beaucoup d’UFOlogues pensent qu’il est possible que les Ovnis puissent provenir de bases souterraines crées par des extraterrestres en vue de missions concernant la terre et les êtres humains.

 

Depuis des générations, des mythes, des légendes ou des rumeurs circulent sur ce monde enfoui. Certaines de ces légendent datent de l’Antiquité. Elles évoquent une flore et une faune fantastique peuplant les cavernes des peuples anciens. Socrate parlait d’immenses trous dans la terre habitée par l’homme et de vastes cavités traversées par des rivières.

Dans le mont Kokoweef, au sud ouest de la Californie, on subodore l’existence d’une grande caverne légendaire. Dans les années 30, Eart Dorr, prospecteur minier, suivant des indications d’Indiens, pénétra dans le lieu dit ‘Cave de Cristal’ jusqu’à un km et demi de profondeur. Il explora ensuite une grande caverne pendant 12 km. Là coulait une rivière dont le niveau suivait les marées lunaires et qui déposait sur ses rives un sable noir riche en or. Un jour, fou de douleur par la fièvre, Dorr condamna l’entrée de sa fabuleuse caverne à la dynamite. De la naquit une légende qui depuis fascine les hommes à la recherche de la légendaire richesse tapie dans les profondeurs de Kokoweef.

C’est chez les Indiens d’Amérique que cette croyance en un monde souterrain est la plus répandue. Les Hopis croyaient être issus d’un tunnel infra terrestre qui prenait sa source près de Flagstaff à la base des cimes de San Francisco.

ShastaDes légendes font aussi état d’un mystérieux Mont Shasta en Californie du nord. On prétend que cette montagne a hébergé les survivants d’un peuple de Lémuriens qui avait construit cette caverne dans les profondeurs de la terre pour échapper à des catastrophes. Ces Lémuriens avaient fait alliance avec des voyageurs de l’espace bâtisseurs d’une base souterraine pour leurs appareils.

Chacun est libre de penser ce qu’il veut sur l’existence de telles cavernes enfouies. C’est un fait, cependant, que le gouvernement américain a construit des tunnels et des installations souterraines pour des tas de raisons. Les Chinois, les Russes et les Vietnamiens l’ont tous fait. Dès lors, il n’y a rien de surprenant que les Américains aient leur propre monde secret.

Un rapport officiel des autorités américaines du 7 août 1989 révèle, entre les lignes, le plan secret destiné à assurer la continuité du gouvernement en cas de catastrophe. Le plan est baptisé « de la continuité du gouvernement » (COG). Le texte stipulait que ce programme, si tant est qu’il fonctionnât, était l’ultime assurance vie du gouvernement dût la fin de monde se produire. En 1982 on créa un nouvel organisme :  » l’Agence Chargée des Méthodes de Planification de la Mobilisation » sous la supervision du président. Dans l’éventualité d’une attaque nucléaire, des équipes spéciales détenant des plans de guerre, des codes militaires, et autres données sensibles seraient chargées d’accompagner les successeurs désignés du président vers des postes de commandement secrets disséminés dans le pays. Il était également prévu l’évacuation des 46 officiers sélectionnés du » Plan Global d’Evacuation d’Urgence ». On trouve 50 de tels bunkers de retraites situés dans 10 régions du pays, tous reliés par satellite ou réseaux souterrains de communication.

Les recherches sur les constructions à grande profondeur ont été subventionnées par l’Us Air Force depuis 1958. La firme RAND a mené de telles études et est l’auteur de comptes rendus sur des méthodes de construction, sur les équipements et les installations et sur la création de cavités par explosions nucléaires.

schema_tunnelLa ventilation des constructions souterraines posait un grand problème aux ingénieurs. Il fallait prendre en compte les questions de ventilation, de contamination et pas seulement celles des retombées radioactives. Un travail sous terre implique des facilités d’entrée-sortie et l’aménagement de lieux de vie. Des puits ou des tunnels assureront la circulation tandis que des espaces ouverts tels que des chambres, des voûtes seront nécessaires à l’hébergement. Tout cela implique des tas de problèmes de construction. Ceux concernant les lieux de vie, et donc les plus larges ouvertures sont les plus complexes. D’une façon générale les problèmes posés par la création et la maintenance de telles installations sont spécifiques.

tunnel_machine

On utilise d’énormes foreuses à disques broyeurs de grands diamètres pour créer les tunnels qui relient les logements et les installations.

tunnel_tbm2Pour le Tunnel sous la Manche, le plus grand projet européen jamais entrepris, trois excavations ont été nécessaires entre la France et l’Angleterre. Les 11 machines chargées du travail sont d’une taille telle qu’elles nécessitent d’être assemblées dans des cavités souterraines de 20 mètres de haut. Le passage entre le détroit de Douve et le Pas de Calais emploiya 6 de ces machines tandis que 5 autres étaient chargées de relier les souterrains à la surface. Les ouvriers contrôlaient sur écran vidéo les têtes de tungstène et des lasers.

 

tunnel_tbm3Ces foreuses ressemblent à d’énormes vers d’acier. Pour chaque machine, le creusement proprement dit, l’évacuation des déblais et la finition du travail par béton précontraint sont assurés par une équipe de 35 hommes. Chacune d’elle fait 180 mètres de long, comporte des lames de 8,7 mètres de diamètre et pèse 95 tonnes.

 

La publication Omni a produit, en septembre 83, un reportage photo le système Subterrene, un tunnelier nucléaire développé à Los Alamos. La machine pratique, par chauffage intense, un profond trou dans la roche. Quand elle se retire, il reste du magma ainsi crée, un tube vitrifié et lisse qui peut servir à des navettes de liaison ultra rapides.

 

Info plutôt intéressante : Charles Kaempen a inventé un conduit en matériaux composites doté d’une énorme résistance à la compression. C’est une sorte de tube que l’on peut simplement poser sur le fond de la mer sans aucune excavation. Une proposition a été faite à l’Espagne en vue de relier le Maroc.

Il existe un engouement sur le sujet. Selon le Wall Street Journal du 12/12/90, Susan Nelson, directeur de l’Association américaine pour l’aménagement des espaces souterrains, a dit : « Nous assistons tout bonnement actuellement à un intérêt croissant pour les tunnels et les installations souterraines d’une façon générale. » Ce secteur d’activité croule sous des propositions de financements gouvernementaux. L’Espagne veut créer un tunnel sous les Pyrénées vers le Maroc. Les Norvégiens envisagent quelque chose sous les fjords. Les Japonais gambergent un truc vers la Corée du Sud. Les Canadiens construisent un tunnel reliant le Nouveau Foundland à l’île Prince Edward. En Amérique pas moins de 87 projets de tels travaux publics sont envisagés dans les 3 ans à venir.

MicrotunnelingN’oubliez pas que tous ces projets sont civils. La technologie civile ne fait qu’emprunter aujourd’hui, des chemins sur lesquels les militaires sont déjà passés hier. Le « Rapport Rand », présentait, en 1959, des photos de grandes foreuses de tunnel (TBMs). Il est probable que les militaires utilisent de tels engins depuis les années 40 dans des projets à grande échelle. Les tunnels font l’objet d’un fort intérêt à cause de la surpopulation mondiale. En Italie du Nord on prévoit d’enfouir une partie d’autoroute pour éviter de passer au travers des zones forestières et agricoles d’intérêt historique. M. Russell J. Miller de l’école des mines du Colorado et directeur du Centre pour les projets miniers dans l’espace à Bouder, Colorado, étudie la faisabilité de bases spatiales et de cités souterraines sur Mars et sur la Lune. Bien sûr, il est bien possible qu’un inconnu l’ait déjà devancé.

Selon des informateurs, dans des installations souterraines, les ouvriers sont transportés et ramenés de leur travail par des tubes navettes. Il ne s’agit pas uniquement d’un métro. Ces conduits sont dotés de haute technologie. Dès lors il n’est pas surprenant d’apprendre que Frank P. Davisson du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ait, pour désencombrer les voies aériennes, imaginé des avions électriques « sans ailes » se déplaçant à toute vitesse dans des tubes scellés, sortes de chambres à vide sans friction. Peut-être devrait-il rencontrer docteur Kaempen et envisager l’utilisation de sa buse en composite.
(photo ci-contre: site de tests nucléaires au Névada US.)

workercity_ascenseurLes ouvriers tunneliers ont leur propre association intitulée « Les Taupes ». Ils sont bien plus intéressés que la plupart d’entre nous, occupants de la surface, par les conversations sur les tunnels et leur percement. Ce n’est plus un mystère que des gouvernements disposent de leurs propres tunnels secrets et de chemins de fer souterrains. Les dirigeant chinois ont fait construire des galeries cachées équipées de voies ferrées sous Pékin afin de pouvoir prendre la fuite en cas de crise. Selon un fonctionnaire chinois, les tunnels relient les maisons des dirigeants, des bâtiments du gouvernement, la banque centrale et une base militaire. Cela ressemble à un plan de fuite bien concocté. Prend tes biens les plus précieux, de l’argent frais à la banque, récupère des gardes armées dans une base et tire toi vite fait! Le réseau a été construit pendant près de 40 comme défense contre des envahisseurs étrangers. Nous pouvons être sûrs que, ce que la Chine a fait, nous aussi l’avons fait.

Le Japon, dense et surpeuplé, pense sérieusement à aménager la vie sous terre. Ils envisagent de créer des plantations, des lignes de chemin de fer et des villes souterraines. Selon un récent numéro du journal Ommi, l’entreprise Taisei projette la construction sous la surface d’un complexe appelé « Alice City ». On y trouverait des magasins, des bureaux, des hôtels, des théâtres et des terrains de sport. Des erres de promenades arborées peuplées d’oiseaux et agrémentés d’aquariums de ponts et de chutes d’eau serpenteraient ici ou la. La Société Shimizu dispose de plans de construction, sous Tokyo, d’un réseau souterrain s’étendant sur 5000 Km2. Ce réseau contiendrait des centres commerciaux connectés par navettes souterraines que pourraient emprunter les ouvriers.

workercitySelon l’écrivain de science fiction Isaac Asimov, la vie souterraine présente des avantages. D’abord plus personne ne s’inquiéterait de la météo. La température serait maintenue à un niveau constant entre 13 et 16 degrés. Ceci permettrait d’économiser beaucoup de l’énergie utilisée pour le chauffage ou la climatisation. En l’absence de cycle solaire diurne, les activités de travail et de loisir seraient susceptibles d’être réparties sur 24 heures selon les préférences de chacun. Tous les transports, l’hébergement et la communication seraient souterrains libérant la surface du foulonnement humain. La surface de la terre serait dotée de centres de récréations et de restaurants ou tout un chacun pourrait observer un ciel clair, le renouveau de la planète, la vie animale et disposerait de place pour l’excursion de fin de semaine. Les tremblements de terre causeraient seulement le cinquième les dégâts aux structures souterraines qu’ils causent à celles de surface. (lisez le livre anglais de Jules Vernes gratuitement: « Underground City » ou Cité Souterraine)

Dans un livre spéculatif et provocateur intitulé ‘Alternative 3, l’auteur Leslie Watkins soutient l’idée d’une communauté scientifique devenue concernée par l’état l’atmosphère terrestre, scénario qu’il est beaucoup plus facile d’accepter de nos jours. Trois alternatives sont nées de réunions secrètes entre scientifiques.

« L’alternative 1″ consistait à créer des trous par explosion dans la stratosphère afin que la chaleur et la pollution puissent s’échapper.

« L’alternative 2″ envisageait le transfert de la population Terrestre dans d’immenses cavernes souterraines alimentées par l’air froid et frais du sol. (Peut-être, une Alternative 2 réelle est t-elle en cours).

« L’alternative 3″ prévoyait d’échapper de la Terre pour aller sur Mars. Nous considérerons l’Alternative 3 plus tard. Spéculer sur l’existence ou non de tels plans n’est pas notre propos, mais les concepts sont utiles dans l’examen des futures directions de projets secrets.

nevada_test_site300En 1957, Le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) fut à l’origine de Projet Plowshare destiné à développer des utilisations pacifiques d’explosifs nucléaires. Il a étudié l’utilisation de détonations nucléaires pour construire des ports, des barrages, des coupes, des excavations d’autoroutes et des canaux suivant en cela la pratique des explosions chimiques dans l’exploitation des gisements de gaz et de pétrole. Le premier essai de cette technique, connue sous le nom de « Projet Gasbuggy », a eu lieu à 1300 mètres de profondeur au lieu dit « Bassin de San Juan » dans un secteur désolé du Nouveau Mexique. Le 10 décembre 1967, « un dispositif » nucléaire de 26 kilotonnes a explosé dans un puits fermé.

Gasbuggy n’était qu’une simple expérience. Le CEA associé à l’Austral Oil Company de Houston, a, par la suite, initié la première d’une longue série d’explosions nucléaires bi annuelles de charges de l’ordre de 100 kilotonnes s’étendant sur plus d’une décade. La première, baptisée Projet Rulison eut lieu le 10 septembre 1969 à Rifle, Colorado ou l’on fit exploser un engin de 40 kilotonnes à 2500 mètres de profondeur.

Il est possible que la méthode qui a été suggérée pour construire des bases sur la lune soit déjà utilisée sur terre. Avec des détonations nucléaires contrôlées il serait possible de creuser des cavités au-dessous de la surface lunaire. Un missile forerait un trou une 15zaine de mètres profondeurs et une deuxième explosion créerait une cavité de 14 mètres de diamètre. Un igloo serait construit sur le trou, la cavité étanchéifiée avec un sac plastique serait ensuite remplie d’air. On construirait ainsi des zones de travail et des logements.
lune_base_futur_300
On trouvera peut-être plus efficace de ‘caser’ les futurs colonies lunaires sous la surface, dans des cavernes artificielles ou naturelles plutôt que de construire des dômes exposés aux météorites. Des logements, de spacieux parcs, des lacs et des secteurs boisés pourraient ainsi être construit en sous-sol. Les colons des différentes bases seraient reliés par un conduit de transport.

Revenons sur terre où des témoignages font état d’espaces suspects. Un ex-officier chargé de la sécurité, a dit, qu’une fois, alors qu’il travaillait sous terre dans le secteur du Lac de Groom dans le Nevada, il avait vu un terrain de base-ball et une piscine de taille Olympique dans une des cavernes à 1.6 km de profondeur dans ce désert.

Que se passe t-il dans les profonds tunnels souterrains de la Base Mercure du Site d’Essai du Nevada ? Après avoir entendu l’histoire de Bob Lazar à la radio KVEG, un ouvrier du bâtiment a appelé Billy Goodman et Bob Lazar pour leur dire, « Nous sommes les ouvriers du bâtiment… on monte et on démonte des trucs… sur sept d’entre nous vous en trouverez deux à bouger pour vous soutenir. » Ce mystérieux interlocuteur a dit plus loin « Il n’y pas que des tunnels là-bas. Il y a tout ce que vous pouvez imaginer là-bas. Je sais cela car c’est nous qui avons installé tout cela. On a tout fait. »
unground_us_map700

Des informateurs nous ont mentionné des tunnels et d’installations souterraines au Nouveau Mexique, à Dulce, à Sunspot, à Datil, Corona, Taos Pueblo et à Albuquerque; en Arizona dans les montages de Santa Catalina; dans le Colorado à Delta, Grand Mesa, et à Colorado Springs; en California à Needles, dans la Base Aérienne Edwards, dans les montagnes Tehachapi , au Fort Irwin, dans la Base Air force de Norton et à Morongo Valley; dans le Nevada à Blue Diamond, la base Air Force de Nellis à Groom Lake, et dans les zones du Lac Papoose areas, La Montage Quartzite , et à Tonopah.

 

C’est en été 1988 que je m’intéressai à la possibilité d’une installation souterraine dans les Montagnes Techachapi. Un jeune couple, Ray et Nancy, a raconté qu’ils étaient allés sur un plateau dans les montagnes après la fin du service de Ray à l’usine Northrop Plant (Ndtr: constructeur aéronautique). Ray était inspecteur dans le projet B-2. Le plateau jouxte l’enceinte du Ranch Tejon loué à la Northrop qui y a construit des installations souterraines secrètes. Il était environ une heure le matin quand Ray et Nancy ont remarqué un globe brillant sortant de terre et qui a projeté la lumière dans leur direction. Ils ne pouvaient s’expliquer un trou dans leur emploi du temps (missing time ) de 2 heures et demie. Ray pensait qu’ils avaient observé le globe pendant environ une heure, il ne souvient ensuite que du lever de soleil. Sous hypnose, Ray se remémora avoir été enlevé et amené dans une base habité par des d’extraterrestres de type ‘petit gris’ et par le personnel de sécurité de la Base de l’Air Force. Les entités examinaient Nancy maintenue sur une table de métal. Ray fut profondément bouleversé par le rappel de cet incident sous hypnose.

Un autochtone a prétendu avoir même vu une soucoupe volante apparaître et décoller
d’un silo sur la propriété.

tunnel_machine_airforce
Photo d’une « foreuse à tunnels  » des Forces de l’Air Américaines à Little Skull Mountain, Névada, USA, décembre 1982.

Un entrepreneur s’est plaint d’avoir été dérangé par des sondes de l’armée planant dans les tunnels souterrains sur lesquels il travaillait. Ces sondes ressemblaient à de petits globes et il disait que ces installations étaient surnommées LA FOURMILLERE à cause de leur ressemblance avec des colonies de fournis souterraines. Les tunnels ont des embrasures rondes, ils ne comportent pas de portes. Des panneaux de sécurité munis de feux verts et rouges sont attenants aux embrasures. Dans celles-ci on trouve des sortes de cylindres destinés à abriter un champ d’énergie d’un certain type.

Des hélicoptères noirs ont été aperçus autour de Boynton et du Secret Canyon près de Sedona en Arizona. Un homme vivant à Long Canyon a remarqué beaucoup d’étranges choses dans ces lieux et les habitants soupçonnent qu’une installation gouvernementale secrète y a été établie, si ce n’est un peu partout dans Secret Mountain! Un de mes investigateurs qui marchait à pied tard dans la nuit dans Canyon Secret a été arrêté par une voix venant d’un haut-parleur tandis que sa poitrine était visée par une lumière laser. On lui a signifié qu’il avait pénétré dans une zone interdite et qu’il devait faire demi-tour et s’en aller. Depuis, des photos des petits globes ont été prises autour de la « Fourmilière ». Ces globes présentent nettement les caractéristiques particulières rencontrées dans d’autres observations d’Ovnis.

Depuis ce temps, nous avons localisé deux autres équipements secrets. L’un d’entre eux, Liano, se trouve dans le désert de Mojave. Ces installations sont très bien gardées, cependant des témoins ont vu une lumière extrêmement brillante brûler au sommet d’un pylône placé à l’intérieur d’une structure mobile de taille monstrueuse. Cette lumière n’illuminait pas l’intérieur de la structure! On a aussi vu des globes aux alentours de ces installations.

Nous en sommes réduits à des conjectures sur ces programmes secrets tenus à l’écart des regards curieux. Le monde clandestin peut et se doit de détenir toutes sortes de secrets. Certaines des révélations les plus étonnantes sur ce qui se trame dans les projets secrets viennent d’un mystérieux informateur nommé Thomas qui prétend qu’en effet, un sombre et profond secret s’abrite sous les imposantes hauteurs montagneuses du Nord du Nouveau Mexique.

dulce_logo

L’Insondable et Obscur Secret
de Dulce au Nouveau Mexique


shaft_dulce_base2

Dulce est une petite bourgade somnolente d’environ 900 habitants située au nord du Nouveau Mexique dans la réserve indienne apache de Jicarilla à 2100 mètres d’altitude. On y trouve seulement un motel digne de ce nom et quelques magasins. Ce n’est pas une ville touristique et elle n’est pas très active. Cependant, selon quelques étrangers, Dulce héberge un insondable et obscur secret dans les profondeurs des broussailles enchevêtrées du lieu nommé Archuleta Mesa. On dit que le secret est un laboratoire de biogénétique fruit d’une collaboration entre le gouvernement et les extraterrestres en vue d’expériences bizarres sur les humains et les animaux.

L’officier de police du nouveau Mexique Gabe Valdez a été entraîné dans les mystères de Dulce après avoir été appelé pour examiner une vache mutilée dans un pâturage du ranch de Manuel Gomez à 13 milles à l’est de la ville. Gomez avait déjà perdu quatre bêtes par mutilations entre 1976 et juin 1978 quand une équipe d’investigateurs incluant Tom Adams est arrivée de Paris (Texas) pour examiner le site incriminé.

cattle2La façon dont le bétail était choisi par les mystérieux mutilateurs était curieuse. Une expérience intéressante a été conduite le 5 juillet 1978 par Valdez, Gomez et Howard Burgess scientifique à la retraite. Ils ont prélevé environ 120 des bœufs de Gomez et les ont fait passer dans un passage éclairé par une lumière ultraviolette. Ils ont trouvé une « substance brillante sur le côté droit du cou, l’oreille droite et le pied droit. » Pour chaque animal, on fit des prélèvements des zones affectées aussi qu’un prélèvement témoin. Les laboratoires médicaux Schoenfeld d’Albuquerque ont analysé ces échantillons et ont trouvé les dépôts significatifs de potassium et le magnésium. La teneur en potassium était de 70 fois la normale.

Quelques chercheurs attribuent les mutilations à des extraterrestres en Ovni. On a fréquemment vu de ces engins autour de Dulce. Des observations de feux étranges et autres phénomènes aériens ont été faites à de nombreuses reprises au moment de la découverte de bétail mutilé.

Le 19 avril 1988, je me suis rendu à Dulce pour rendre visite à Gabe Valdez et enquêter sur les observations, les non-dits et les rumeurs au sujet d’une base souterraine extraterrestre. Il y avait encore de la neige. Je me suis fait enregistrer au Best Western Motel et ai appelé Valdez pour fixer rendez-vous à 21h30. Gabe s’est révélé un hôte très agréable, offrant de me montrer cette nuit les routes aux alentours de Dulce et me désignant divers endroits où l’on avait trouvé des vaches mutilées et observé d’étranges feux aériens. Il m’a étonnamment déclaré toujours observer un avion non-identifé une nuit sur deux. Nous avons jeté un coup d’œil sur le ranch Gomez, la route près de la Rivière Navajo et l’imposant mont Archuleta. Gabe avait trouvé des traces d’atterrissage et empreintes de chenilles près du ‘site des muets’. Il était convaincu que le scientifique Paul Bennewitz des laboratoires Thunder Scientific d’Albuquerque, était certainement sur la bonne voie quand il tentait de localiser les installations souterraines extraterrestres non loin de Dulce. Personne n’avait une idée précise de l’endroit ou se situaient ces installations ni de la façon dont les humains ou les extraterrestres s’y prenaient pour y pénétrer.

J’avais entendu parler de Paul Bennewitz pour la première fois en 1980 quand mon ami Walter m’avait appelé d’Albuquerque et m’avait dit avoir travaillé avec Paul sur des instruments électroniques. Selon Walter, Paul avait non seulement photographié des Ovnis, mais avait aussi établi un lien de communication avec leurs quartiers souterrains de Dulce. Au début, pendant le mois d’août 1980, Bennewitz, montant sur des hauteurs, avait parcouru du regard la zone dite Manzano de stockage d’armes de la base aérienne Kirtland. Un rapport d’incident daté du 28 octobre 1980, émanant de cette base, mentionne que Bennewitz a pris un film sur des Ovnis la survolant. Paul, alors président des laboratoires Thunder Scientific situés près de Kirland a donné une conférence à Albuquerque dans laquelle il détaille la façon dont il avait vu des extraterrestres sur un écran vidéo. À cette époque, les aliens lui transmettaient des signaux d’une base située au-dessous d’Archuleta Mesa.

Le Chercheur William Moore prétend que les agents du gouvernement ont commencé à s’intéresser aux activités de Bennewitz et ont essayé de le désamorcer en le gavant d’informations bidon. Que la communication de Paul avec des supposés extraterrestres fasse partie ou non de la campagne de désinformation n’est pas éclaircit! Si Paul est exclusivement à l’origine des informations sur les installations de Dulce, la tactique peut consister à déprécier son histoire et à le discréditer. La manœuvre de désinformation réelle aboutirait à ce que le public croit qu’il n’y avait rien dans l’histoire de Dulce.

 

Dans un rapport intitulé « le PROJET BETA, » Paul déclare avoir passé deux ans à suivre la trace du vaisseau extraterrestre; qu’il pouvait recevoir en permanence des vidéos venant d’un de ces vaisseaux et aussi d’écrans de la base souterraine; qu’il avait établit des communications directes avec les aliens au moyen d’un ordinateur et un genre code hexadécimal avec des graphiques et des sorties imprimante; qu’il avait utilisé des photos aériennes et souterraines pour localiser le vaisseau muni d’armes à rayons. Paul soutenait que les extraterrestres étaient retors, usaient de tromperie et ne respectaient pas leur parole. Il travaillait avec Walter sur un armement destiné à les contrer.
Somme nous passé du monde réel à celui de la science-fiction? Mais alors, des phénomènes bizarres peuvent prendre source dans une réalité bizarre. Dans la suite de nos études le monde de la science-fiction deviendra celui de la science-factuelle.
Paul Bennewitz a examiné le cas d’enlèvement de Myrna Hansen du Nouveau Mexique, qui a rapporté avoir été conduite dans une installation souterraine en mai 1980. D’autre part, Christa Tilton d’Oklahoma affirme avoir vécu une expérience de « temps manquant » (missing time) en juillet 1987, quand, après avoir été kidnappée par deux petits gris et emmenée dans leur vaisseau à flanc de montagne elle rencontra un homme habillé d’une combinaison rouge de type militaire. Elle fut conduite dans un tunnel truffé de contrôles de sécurité informatisés et de caméras. Elle raconte avoir emprunté un véhicule de transport vers une autre zone où on la fit marcher sur une sorte de balance couplée à un écran d’ordinateur. La machine lui délivra ensuite une carte d’accès tandis que son guide lui précisait qu’ils venaient juste de franchir le niveau un d’une construction qui en comportait sept. Le récit de Christa se poursuit en relatant qu’elle avait finit par atteindre le niveau cinq ou elle avait vu un vaisseau extraterrestre ainsi que des entités de type petit gris dans certains endroits.

Dans une grande salle elle vit des capteurs informatisés reliés à des bras plongeant dans de grands réservoirs par un système de tubes. Elle remarqua un bourdonnement, une odeur de formol, et avait l’impression qu’un liquide était remué dans les réservoirs. On ne lui a pas montré leur contenu. Christa a fait les dessins de la plupart de ce qu’elle affirme avoir été témoin pendant son enlèvement.

Ces réservoirs sont aussi décrits dans une série de papiers appelés Les Documents Dulce (Dulce Papers), qui auraient été volés dans la base souterraine Dulce en compagnie de plus 30 photos en noir et blanc et une bande vidéo. Le mystérieux officier de sécurité qui a dérobé ces documents prétend avoir travaillé à Dulce jusqu’en 1979 avant de décider qu’il était temps de se séparer de ses employeurs.

Image de prévisualisation YouTube

 

Le reste de ce chapitre se rapporte à la façon dont cet officier de sécurité s’est associé un de mes collègues pour nous dire la vérité sur les extraterrestres, le Gouvernement américain et la Base Dulce. Son intention était de porter cela au grand jour en étayant ses dires par de sérieuses preuves.

shaft_dulce_baseÀ la fin de 1979, Thomas C. ne pouvait plus faire face à stupéfiante réalité à laquelle il était confronté. Officier chargé de hautes questions de sécurité sur la base commune extraterrestres/gouvernement américain de Dulce, il avait appris et assisté à des choses perturbatrices. Après un grand tiraillement intérieur, il s’était décidé à déserter l’établissement en emmenant divers éléments.
Muni d’un petit appareil, il prit plus de 30 photos dans différentes zones du complexe multi-niveaux. Il rassembla des documents et s’empara d’une bande vidéo sécurité dans le Centre de Contrôle montrant différents vues de labos, de couloirs, d’aliens et du personnel gouvernemental américain. Puis, coupant l’alarme et le système de caméra dans une des 100 sorties vers la surface, il quitta les installations avec les photos, la vidéo et des documents. Il cacha les originaux après en avoir fait un jeu de cinq copies.

Thomas était prêt à entrer à la clandestinité. Mais, quand il alla récupérer sa femme et son fils, il était attendu par des agents du gouvernement en fourgonnette. Sa femme son enfant avaient été enlevés. Il avait été trahi par K. Lomas (un collège). Les agents voulaient ce que Thomas avait pris dans la base en échange de sa femme et de son fils. Quand ce lui est devenu évident qu’ils seraient utilisés dans des expériences biologiques et n’allaient pas lui être restitués sains et saufs, il décida de disparaître. Cela se passait il y a plus de 10 ans. Comment Thomas as t-il été impliqué dans toute cette intrigue secrète ?

Thomas qui a maintenant 50 ans, reçut une formation top secrète en photographie dans une installation souterraine en Virginie Occidentale alors qu’il avait environ 25 ans. Pendant sept ans il a travaillé dans la photographie de sécurité de haut niveau dans l’Armée de l’air. En 1971, il quitta ce travail pour entrer à la Rand Corp à Santa Monica en Californie. En 1977 il a été muté dans les installations de Dulce. Il a acheté une maison à Santa Fe, au Nouveau Mexique et travaillait du lundi au vendredi. Il se rendait à son travail au moyen d’une profonde canalisation souterraine équipée d’une navette en forme de tube.

A cette époque, il avait un compagnon de recherche qui travaillait dans la sécurité à Santa Fe (Nouv. Mex.) et faisait des investigations personnelles sur les apparitions d’Ovnis, les mutilations animales, les groupes maçonniques et de sorcellerie dans le secteur. En 1979, un ami commun vint à Santa Fe leur rendre visite à tous les deux. Le visiteur prit connaissance des photos, de la bande vidéo et des documents sur la Base Dulce. On en fit des dessins qui circulèrent ensuite dans la communauté urologique sous l’appellation de « Dossiers Dulce »

Selon Thomas il y avait plus de 18 000 petits « gris » dans les installations de Dulce. Il y a aussi vu des humanoïdes reptiliens. Un de ses collègues est tombé nez à nez avec un reptoïde d’un mètre quatre vingt qui s’était matérialisé dans sa maison. Le reptoïde s’est montré intéressé par des cartes murales montrant les résultats de recherches aux Nouveau Mexique et dans le Colorado. Elles étaient constellées d’épingles colorées et de marqueurs indiquant les sites de mutilations animales, les cavernes, les emplacements de haute activité d’Ovnis, des trajectoires aérienne habituelles, des sites d’enlèvement, des ruines antiques et des localisations présumées de bases souterraines extraterrestres.


dulce

Les installations multicouches de Dulce comportent un NOYAU CENTRAL contrôlé par des forces de l’ordre. Le niveau de sécurité s’accroît au fur et à mesure que l’on descend dans les profondeurs. Thomas avait le niveau d’autorisation ULTRA-7. Il connaissait les 7 degrés mais il est possible qu’il y en ait eu d’autres. On suppose que les extraterrestres occupent les niveaux 5, 6 et 7, le 5 étant celui des logements. La seule inscription en langue anglaise se trouve dans le couloir de la station de la navette-tube et indique « vers Los Alamos ». Il existe des liaisons de Dulce vers des installations à Page en Arizona puis vers une base souterraine au-dessous du Secteur 51 au Nevada. Dulce est également relié à des établissements en dessous de Taos, Nouveau Mexique; Dati (N.M.); Colorado Springs, Colorado; Creed, Colorado; Sandia’ puis à Carlsbad, Nouveau Mexique. Il semble qu’il existe un vaste réseau souterrain de connections sous les Etats Unis constituant un système global de tunnels et de citées souterraines.
Dans la Base de Dulce, la plupart des inscriptions sur des portes et dans les couloirs sont dans une langue extraterrestre ou dans un système symbolique universel compris par les deux cultures. Thomas a déclaré qu’à partir du second niveau tout le monde se dénude, est pesé et se voit attribuer un uniforme. Les visiteurs ont un uniforme blanc cassé composé d’une combinaison zippée. Le poids de la personne est enregistré chaque jour sur une carte d’identification informatisée. Chaque changement de poids est contrôlé et au-dessus d’un 1.5 kilos un examen physique et une radio sont exigés.
On trouve des balances fixées au sol sous les portes d’accès à toutes les zones sensibles. Le personnel insère sa carte d’accès dans une fente de la porte et tape son code d’accès. Pour que la porte s’ouvre, le poids et code doivent correspondre à ce qui est enregistré sur la carte. En cas de désaccord la sécurité est immédiatement appelée. Personne n’est autorisé à transporter quoi que ce soit. Toutes les fournitures sont acheminées par convoyeur et passées aux rayons X. Le retour d’une zone sensible s’effectue dans les mêmes conditions.

Tous les ascenseurs fonctionnent magnétiquement, ils ne comportent pas de câbles. Le système magnétique se trouve dans les murs du puits, il n’y a aucune commande électrique classique. Tout est contrôle par des procédés magnétiques avancés, y compris l’éclairage. Il n’y a aucune ampoule électrique ordinaire et les tunnels sont illuminés par des dispositifs fluorescents à émissions larges bande . Dans certains profonds tunnels on utilise une sorte de pentoxyde phosphoreux pour l’éclairage temporaire. Pour des raisons inconnues les aliens ne pénètrent pas dans ces zones.

Au niveau 1 se trouve le garage pour la maintenance de la surface. Le niveau 2 héberge les trains, les navettes, des foreuses et la maintenance des disques. Dans le niveau 4 on fait des recherches sur l’aura humaine, et également sur tous les aspects de télépathie, l’hypnose et des rêves. Thomas dit qu’ils savent comment séparer le corps bio plasmique du corps physique pour placer la matrice-d’énergie-vitale d’une entité extraterrestre dans un corps humain après avoir enlevé la matrice-d’énergie-vitale spirituelle de l’homme.
Le niveau 6 est surnommé « le Hall du Cauchemar. » On y trouve les laboratoires de génétique où des expériences sont menées sur des poissons, des phoques, des oiseaux et les souris dont on altère énormément la forme originale. Là, se trouvent des humains à plusieurs bras et à plusieurs jambes, diverses cages et cuves contenant des créatures ressemblant à des chauve souris de plus de deux mètres. Les extraterrestres ont énormément enseigné aux humains en matière de génétique, des choses à la fois utiles et dangereuses.

Les gris et les reptoïdes sont éminemment analytiques et très orientés vers la technologie. Ils ont été en guerre dans le passé avec des humains de type nordiques provenant d’autres civilisations spatiales et il est possible qu’ils fassent étape ici en vue d’un conflit futur. Fous d’informatique et de bio-ingénierie ils sont poussés à mener d’irresponsables expériences sans égard pour ce nous considérons être moral et empathique vis à vis d’autres êtres vivants.

Les principales organisations gouvernementales impliquées dans la cartographie génétique humaine, le « Projet Génome », sont le Ministère de l’Energie (largement présent sur le Site d’Essai du Nevada); l’Institut national de la Santé; la Fondation Nationale pour la Science; L’Institut Médical Howard Huges; et, bien sûr, les laboratoires souterrains de Dulce qui sont qui sont dirigés par le Department of Defense (DOD, Ministère de la défense). Thomas avait révélé que le chef des expérimentations génétiques pour Los Alamos et Dulce était Larry Deaven.

Selon Thomas, l’extraterrestre androgyne se reproduit par parthénogenèse. A Dulce la forme la plus courante est celle du fractionnement embryonnaire. Chaque embryon se divise en 6 à 9 « cunne » individuels (prononcer counet), c’est-à-dire des enfants de mêmes parents. La nourriture nécessaire à la croissance du cunne consiste en une « formule » habituellement composée de plasma, de deoxyhemoglobine, d’albumine, de lysozyme, d’une solution électro-positive, de liquide amniotique et autre. Le terme de « génome » est utilisé pour décrire la totalité des chromosomes uniques à un organisme particulier (ou d’une cellule de cet organisme), par opposition au génotype, qui est l’information contenue dans ces chromosomes. Les gènes humains sont situés à des emplacements chromosomiques spécifiques. Leur décryptage constitue un ambitieux projet qui prendra des années et nécessitera énormément de ressources informatiques.

 

La BIOTECHNOLOGIE extraterrestre et humaine est-elle destinée à nous soigner et à nous rendre service ou bien à nous contrôler et nous dominer ? Pourquoi les personnes enlevées par des Ovnis ont-elles été utilisées dans des expériences génétiques? C’est au moment où Thomas a vu des humains en cage au niveau 7 de la base de Dulce que les choses on atteint un summum pour lui. Des milliers d’êtres humains, des restes de mixture humaine, des embryons d’humanoïdes conservés en chambre froide rangées après rangées. « J’ai souvent rencontré des humains en cages, ils étaient d’habitude hébétés ou drogués mais parfois ils criaient et suppliaient qu’on les aide », disait volontiers Thomas. On nous avait dit que ces personnes étaient irrémédiablement folles et employées pour des tests à hauts risques de médicaments destinées à guérir la folie. On nous avait recommandés de ne jamais leur parler. Au début on avait cru à cette histoire. Finalement en 1978 un petit groupe d’ouvriers a découvert la vérité. Et c’est la que les guerres de Dulce ont commencé. »

Thomas dit aussi que les aliens n’en veulent pas à notre terre, ni à notre or, ni à nos minéraux, ou à notre eau ni même à la vie humaine ou animale Ce qu’ils veulent vraiment c’est la puissance magnétique qui déferle à la surface à au travers de la Terre. Les extraterrestres moissonnent ce pouvoir magique d’une façon qui nous est inconnue. Selon Thomas ils accordent à cette énergie plus de valeur qu’à n’importe quoi d’autre sur notre globe.

L’histoire de Thomas est-elle à ce point indigeste pour être avalée et crue? Il y des preuves qu’il se passe d’étranges choses à Dulce. Tout cela ressemble en fait à un cauchemar éveillé. Thomas a-t-il la réponse ? Il peut y avoir une épouvantable vérité cachée derrière ces manifestations persistantes telles qu’observations d’Ovnis, enlèvements, mutilations animales. Cela fait maintenant de nombreuses décades que nos agences de renseignement gouvernentales ont en permanence surveillé de près les activités d’Ovnis. Ces phénomènes extraordinaires doivent avoir une explication extraordinaire. Il se peut que nous soyons simplement l’avant poste d’un vaste empire inter-stellaire.

Il y a peu, le chercheur John Anderson vint à Dulce pour voir si les rapports sur les activités des Ovnis présentaient une quelconque vérité. Alors qu’il arrivait sur place il vit une file de voitures et une camionnette de chez Mc Donell-Douglas abritant un mini labo qui gravissant une route de campagne près de la ville. Il les suivit jusqu’à une enceinte clôturée puis attendit la suite des événements. Soudain, six Ovnis descendirent rapidement au-dessus de l’enclos, ils planèrent suffisamment longtemps pour qu’il prenne une photo puis montèrent en flèche et disparurent. Plus tard, s’arrêtant dans un magasin il parla au propriétaire de la photo d’Ovnis qu’il vennait de prendre, après l’avoir écouté, celui-ci lui révéla la façon dont il avait été victime de mutilation de bétail, lorsqu’il était éleveur. Leur conversation fut interrompue par un appel téléphonique. Le commerçant lui demanda de partir immédiatement. Quand John regagna sa voiture il vit une mystérieuse camionnette se diriger vers le magasin et un homme en sortir et pénétrer dans l’établissement. John décidant de quitter Dulce fut suivit par deux hommes en voiture dès la sortie de la ville.

Plus récemment encore, une équipe de chercheurs est montée jusqu’à Archuleta Mesa pour procéder à des sondages sonores du sous-sol. Une première analyse par ordinateur semble y indiquer la présence de cavités profondes. Pendant combien de temps cette zone du nouveau Mexique connue des initiés sous le nom de section ‘D’ restera t-elle impénétrable et muette? A jamais?

undegroundcity_400
Peut-être un jour, bientôt, devrons-nous vivre sous terre
pour survivre. Espérons que nous n’en viendrons pas là !


Peut-être un jour, bientôt, devrons-nous vivre sous terre
pour survivre. Espérons que nous n’en viendrons pas là !

 

zone51_300

Entrée de base souterraine, secteur 51 Nevada

(cliquez sur l’image pour l’aggrandir 66 k.o.)

zone51_zoom300

Gros plan de l’entrée

(cliquez sur l’image pour l’aggrandir 130 k.o.)

tunnel%20quarry

Vue d’une station souterraine à Tunnel Quarry, Nevada, US.

undersea_bases_400
Projet de base soumarine conçu pour le militaire

Liens (anglais) :

http://www.sauderzone.com/ http://www.huntmidwest.com/Subtropolis/WhatIsSubtropolis.shtml Databases mountain of the Dead: la base souterraine des Mormons
où ils conservent la généalogie de tous les habitants de la terre :-)
UNDERGROUND BASE & TUNNEL LINKS The Underground Empire:
(mer et empire souterrain sous la Californie)
Underground Brazil Letters, manuscripts, and other records
written by Colonel Percy Harrison Fawcett
were compiled by his son, Brian, in Lost Trails, Lost Cities

Sur la cité de Matto Grasso du Col. Fawcett:

http://www.rickrichards.com/ac/ac3bFawcett.html

http://www.rickrichards.com/ac/ac3dFawcett.html UFO UNDERGROUND CITY FOUND IN BRAZIL

source : nenki

 

nouvelle vision

La base souterraine de Dulce

Mystère autour de la base souterraine de Dulce dans le Nouveau Mexique

Les X-Files disaient vrai, apparemment. C’est pourtant ce que pensent ceux qui croient fermement que le gouvernement des États-Unis travaille en collaboration avec des extraterrestres dans une base souterraine secrète à Dulce, au Nouveau Mexique. Et sur quels projets travaillent les hommes et extraterrestres ? L’altération génétique d’êtres humains en captivité, sous la torture, notamment.

La base souterraine de Dulce dans Bases dulce-base-77d05

Dulce est une ville nichée le long de la frontière du nord du Nouveau Mexique. C’est une petite ville – traditionnelle sous toutes les coutures. Sauf que l’on suppose que c’est un centre pour la collaboration extraterrestre-humaine, portant sur des expériences génétiques horribles. Il y a très peu de preuves sur l’existence d’une base extraterrestre, mais le terme « très peu » est bien loin de « aucune ».

Le mieux que l’on puisse dire sur les théories de conspiration de Dulce, c’est qu’elles ont commencé in 1956 lorsque l’éditeur du journal ’Saucer News’, James Moseley, affirma que le gouvernement US construisait des soucoupes dans un base souterraine située quelque part dans un état du Sud-Ouest des États-Unis. Il a dit plus précisément :

« ’Tout le projet est si hautement classé que les pilotes militaires ordinaires et mêmes les enquêteurs de l’Air Force du Projet Blue Book ne pouvaient pas savoir. En fait, ce type de soucoupe N’EST PAS construit par le Gouvernement Américain TEL QUE NOUS COMPRENONS HABITUELLEMENT LE MOT ’GOUVERNEMENT’. Aussi fantastique que ça peut paraître… ces soucoupes sont effectivement construites, mis en opération, et maintenues par une organisation qui est ENTIÈREMENT SÉPARÉE des branches militaires et politiques du Gouvernement que l’on connaît. Bien qu’une poignée de personnes au sommet du Gouvernement connaissent l’existence de ce projet, ils n’ont pas de contact direct avec ce denier… Je devrais appeler ce projet secret « L’Organisation.’ »

Fort, n’est-ce pas ? Eh bien, ce fut en 1956 – depuis, nous avons davantage de détails sur ce sujet – surtout d’un homme qui affirme avoir interviewé l’un des ex-employés de la base. Il a écrit un livre là-dessus et l’a appelé ’The Dulce Book’, et écrit sous le pseudonyme Branton. Dans ce livre il affirme que beaucoup de choses se sont passées dans cette base – dont :

« Il y a des expériences faites sur des poissons, phoques, oiseaux et souris dont leur forme originelle a été largement altérée. Il y a des humains qui ont plusieurs bras et plusieurs jambes et il y a plusieurs cages contenant des créatures humanoïdes en forme de chauve-souris, mesurant jusqu’à sept pieds de haut (2 m). Les extraterrestres ont beaucoup enseigné aux humains sur la génétique, des choses à la fois utiles et dangereuses. »

Mais il y a pire, comme le dit l’ex-employé dans le livre :

« J’ai fréquemment rencontré des humains en cages, d’habitude abrutis ou drogués, mais parfois ils criaient et suppliaient pour de l’aide. On nous avait dit qu’ils étaient désespérément aliénés et impliqués dans des tests de drogues hautement risqués pour guérir la folie. On nous disait de ne jamais leur parler. »

Les expériences humaines, selon la source, se passaient à grande profondeur dans la base – dans les niveaux six ou sept. Ce niveau était connu sous le nom de Hall des Cauchemars. Mais ce n’est pas tout ce que l’on sait sur cette base, selon certains détails assez précis. Wikipedia dit :

« En 1969, la base fut construite au Nord-Ouest de Dulce avec un accord entre la CIA et les extraterrestres. La base est prétendument située dans la Réserve Indienne Apache Jicarilla. L’entrée est sur le Mont Archuleta (ou Archuleta Mesa). La base se fournit en eau et électricité grâce à la rivière Navajo, et rejette l’eau sale dans la même rivière. Le Gouvernement U.S. occupe les plus haut niveaux de la base souterraine, et les extraterrestres contrôlent les niveaux les plus bas. »

Il y a des affirmations selon lesquelles de bonnes preuves attestent de l’existence de la base. Bien que quasiment tout est discutable et non-prouvé, ça reste plutôt intéressant. Encore Wikipedia :

« Une collection de cassettes de caméras de sécurité et de documents techniques fut prétendument volée à la base par un officier de sécurité dépité. Elles furent gardées à un endroit inconnu avec le ’flash’ de l’officier, une arme, ressemblant à une lampe-torche, dont il affirma qu’elle émettait des radiations dirigées. Les documents volés n’ont pas été révélés au public, cependant une collection de dessins basés sur les documents et films des caméras de surveillance est disponible. Dans les années 90 un producteur japonais a fait une animation d’une minute, basée sur le contenu prétendu des informations volées. Cette animation est disponible sur internet et n’a jamais été considéré par ses créateurs comme un vrai film. »

Image de prévisualisation YouTube

On a aussi un clip de Phil Schneider – un homme qui a affirmé s’être lui-même battu contre des extraterrestres à la base de Dulce. Il y a des témoignages sur au moins une autre bagarre, venant de William Cooper. Il nous dit comment le Gouvernement US lui a donné la fessée par des extraterrestres en 1969. Des scientifiques furent pris en otage par les extraterrestres, et 66 personnes furent tuées dans la bataille. Voici un témoignage de Phil Schneider- ci-dessous.

http://www.dailymotion.com/video/1LH1Z2R1brbrt3bSO

« Traductuion tiré du site ovni007 que je trouve super, un grand merci à eux pour le travail qu’ils font »

« En 1954, sous l’administration d’Eisenhower, le gouvernement fédéral a décidé d’éviter la constitution des Etats-Unis et de former un traité avec les entités étrangères. Ce s’est appelé le Traité 1954 du Grenada, qui a fondamentalement fait l’accord que les étrangers impliqués pourraient prendre quelques vaches et examiner leurs techniques d’implantation sur quelques êtres humains, mais qu’ils ont dû donner les détails au sujet des gens impliqués. Lentement, les étrangers ont changé de cap, jusqu’à ce qu’ils aient décidé qu’ils ne le respecteraient plus du tout le pacte. En 1979, un ‘échange de tirs à la base Dulce s’est produit tout à fait par accident.. J’ai été impliqué à établissement d’une extension à la base militaire souterraine profonde de Dulce, qui est probablement la base la plus profonde. Il y a sept niveaux et plus de 2.5 milles de profond. À ce moment particulier, nous avions foré quatre trous distincts dans le désert, et nous allions les lier ensemble et souffler hors de grandes sections à la fois. Mon travail était de descendre dans les trous et de vérifier les échantillons de roche, et recommandait l’explosif pour traiter la roche particulière. Pendant que j’étais allé en profondeur, nous nous sommes trouvés dans une grande caverne qui était pleine d’ étrangers de l’externe-espace, autrement connue sous le nom de grands Gris. J’ai tiré sur deux d’entre eux. À ce moment-là, il y avait 30 personnes là bas . Environ 40 de plus sont descendus après que ceci est commencé, et tous ont été aient tués. Nous avions surpris des étrangers vivant dans une base souterraine. Plus tard, nous avons découvert qu’ils vivaient depuis longtemps sur notre planète, peut-être un million d’années. Ceci pourrait expliquer beaucoup de ce qui est derrière la théorie d’astronautes antiques.

 

J’ai pris un projectile dans le buste avec une de leurs armes, qui était une boîte sur leur corps, qui m’a fait un trou en moi et m’a donné une dose élevée de rayonnement de cobalt. J’ai eu le cancer en raison de cela  » .ovni007.

source : newsoftomorrow un grand merci à jsf pour la traduction et la redaction de cet article. http://www.hecklerspray.com/awesome-or-off-putting-dulce-new-mexicos-secret-underground-government-base/20079505.php

 

nouvelle vision.

la terre ça chauffe |
Historia |
EXO-CONTACTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CEVENNES ET CAUSSES
| marjo
| Les Vétérans de Napoléon 1er