Archives pour la catégorie Espace

Iapetus ou Japet- satellite artificiel extraterrestre de Saturne.

IAPETUS lune de SATURNE

Iapetus ou Japet- satellite artificiel extraterrestre de Saturne. dans Espace iapetus_003

Seul satellite à avoir une variation de brillance dans un rapport de 6 au cours de ses révolutions autour de Saturne, il intrigue les astronomes. La région sombre et lisse est dénommée Cassini Regio. Peu de cratères y ont été découverts. Les astronomes croient que la matière sombre qui recouvre cette région est renouvelée continuellement, faisant disparaître ainsi chaque nouveau cratère. A l’opposé se trouve Roncevaux Terra. Cette région est couverte de centaines de cratères. Le plus large de ces cratères, Roland, mesure 144 km de diamètre. Le second cratère de cette zone, Marsilion, mesure 136 km de diamètre.

iapetus_voyager dans Espace

deathstar-comp2.1

Toutes les lunes de Saturne orbitent sur des plans très proches de son équateur. Sauf Phoebe et Iapetus qui a une inclinaison proche de 15 degrés.

Iapétus possède une face brillante qui renvoie 50 % de la lumière solaire, tandis que l’autre, sombre, ne reflète que 3 à 4 % de cette lumière. Etonnamment, le matériau sombre couvre précisément le côté d’Iapétus qui se trouve face au mouvement orbital (face avant – 90° de latitude) autour de Saturne (sauf les pôles), tandis que le matériau brillant se trouve sur l’autre hémisphère (face arrière). A chaque rotation sur l’axe, Iapétus fait un tour autour de Saturne. Ainsi le satellite montre toujours 2 visages dans la direction de la planète ou à l’opposé.

iapetus_orbite

Le sol brillant serait constitué de glace sale et le terrain sombre de molécules carbonées, selon des mesures faites avec les télescopes terrestres. L’hémisphère sombre d’Iapétus, constitué certainement de substances organiques tels les composés cyanogènes toxiques comme les polymères congelés de cyanure d’hydrogène, a été comparé au goudron ou à l’asphalte et il est si sombre qu’aucun détail de ce terrain n’a été mis en évidence par Voyager 2. Pour l’instant les scientifiques ne comprennent pas son origine.

Pourquoi ses deux hémisphères sont-ils si différents ?

Pourquoi l’orbite de Iapetus n’est pas dans le plan des autres lunes de Saturne ?

Vous avez la réponse !

Oui bien joué,

Iapetus est artificielle tout simplement !


Des preuves, et bien en voila :

Les photos sont d’une évidence.

Plein les yeux !

iapetus-color-jens

image002

denk-the-wall-wide

denk-the-wall2

Et aussi ces belles formes bien héxagonales, bien rectilignes, cela ne peut-être qu’artificiel !

deathstar-16a

iapetus-architecture7a

source : jcboulay.free.fr et ovni 007

——————————————————————————————-

Remarquez que Iapetus ressemble fort à ces boules:

050418Iapetus

Particuliérement à celle là :

ovni-obj03

Mais! qu’est-ce que c’est que ces sphéres ???

Depuis plus de 30 ans, des mineurs extraient d’une mine d’argent en Afrique du Sud, la Wonderstone Silver Mine, d’étranges sphères métalliques.
Ce sont environ 200 sphères qui ont ainsi été trouvées. Cela n’aurait rien d’extraordinaire si la datation des roches ne remontait à environ 3 milliards d’années.

Ces sphères ou billes ont un diamètre de 3 à 10 cm. Elles sont composées d’un alliage à base de nickel et d’acier. Cet alliage n’existe pas à l’état naturel.

Certaines de ces sphères possèdent une sorte de coquille. Si on la casse, on trouve à l’intérieur une substance spongieuse qui se désintègre au contact de l’air.

sphere01

Les sphères ont été extraites d’une couche rocheuse de pyrophyllite. A l’aide de divers isotopes radioactifs, la datation géologique de ces roches remonterait entre 2,8 et 3 milliards d’années.

En 1979, plusieurs de ces sphères ont été examinées par J.R. McIver, Professeur de géologie à l’Université de Witwaterstand de Johannesburg et le géologue Andries Bisschoff. Des experts de la NASA ont également analysé ces sphères. A ce jour, nul n’est parvenu à fournir une explication plausible.

sphere02

La composition pourrait être d’origine météorique mais la fabrication n’a rien de naturelle et semble bien artificielle.
Roelf Marx, conservateur du musée Klerksdorp, a découvert que la sphère qui est exposée dans une vitrine du musée, tourne lentement sur son axe sans la présence d’aucune vibration extérieure.
Il y aurait-il à l’intérieur de ces sphères une énergie qui fonctionnerait toujours au bout de 3 milliards d’années ?

D’autres sphères du même type auraient été trouvées au Texas en 1997 et dans trois autres Etats.

D’où viennent ces sphères ? A quoi servaient-elles ? L’énigme reste entière.

Source : dinosoria.com

NIBIRU – PLANETE X

 

 

NIBIRU – PLANETE X – MARDUK

A la recherche de la dixieme planète

La NASA a cherché longtemps cette planète éxclusive et cherche encore aujourd’hui.

Les Sumériens conaissaient déjà l’existence de la planete il y a 6000 ans !

Nibiru, (en sumérien) la planète mythique, a reçu différents noms à travers les âges. Les Babyloniens et les Akkadiens l’appelaient Mardouk (Marduk), ce qui signifie en Akkad « grand Astre du Ciel » ou « Roi des Cieux » (cependant dans la plupart des textes babyloniens, Marduk, le dieu de Babylone, souverain des dieux et des hommes est identifié avec la planète Jupiter). 

Les Égyptiens et les anciens Hébreux la représentaient sous la forme d’un disque ailé à cause de son immense orbite elliptique en forme d’ailes déployées, les Grecs l’appelaient  » Nemesis« . Les Prophètes l’ont rebaptisée « Étoile Rouge » ou  » Croix de la Destinée« , ainsi que  » Messager Ardent«  et « Comète de la Fatalité« .

L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre, le baptisant du nom « d’Absinthe, amertume », [Apoc. VIII, 11]. Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’ Hercólubus (ou Hercolobus), est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.

Selon les mythes, les Nibiriens (le peuple de Nibiru), sont souvent appelés les Anunnaki, en Hébreu ce sont les Nephilim (ceux qui sont descendus des cieux sur Terre), Elohim (pluriel de Dieu), ou encore Marduks ou Mardukiens.

http://www.bibleetnombres.online.fr/images6/nibiru.jpg

Dans l’Antiquité, au moins cinq planètes de notre système solaire étaient connues des astronomes : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, qui avec le Soleil et la Lune étaient les seuls corps errants dans la sphère des étoiles fixes et ont ainsi donné leur nom aux jours de la semaine. Depuis le 16ème siècle jusqu’à nos jours une pléthore d’objets est venue peupler le système solaire connu et le nombre de planètes est désormais porté à neuf depuis la découverte de Pluton en 1930. Cependant, un texte majeur d’astronomie le « Mul. Apin » (1000 avant J.-C) liste 66 constellations (ou astérismes). Première carte céleste connue (découverte à Ninive). C’est un planisphère en argile, divisée en 8 sections, et montrant une ou deux constellations avec les étoiles importantes (Sirius, l’Épi, Pégase, la Balance, etc.). 

En 1978, 2 astronomes de l’observatoire de la Marine US à Washington, R. Harrington et T. Van Flanders établirent que les orbites de Neptune et Uranus avaient subi des perturbations venant de l’attraction gravitationnelle d’un mystérieux corps céleste non identifié et qui fut appelé la PLANETE X pour traduire à la fois son caractère énigmatique et le rang de dixième planète qu’elle occuperait au sein du système solaire. L’existence d’une planète au-delà de l’orbite de Pluton a été avancée pour rendre compte des perturbations observées sur le mouvement d’Uranus et Neptune, perturbations que la présence de Pluton seule n’arrivait pas à expliquer. Toutefois, les recherches visant à la mettre en évidence sont restées vaines, mais on a découvert depuis 1992 des astéroïdes trans-neptuniens. On attribue l’existence de ces astéroïdes à la présence d’une vaste région au-delà de l’orbite de Neptune peuplée de planétésimaux (stéroïdes et noyaux cométaires) : la ceinture de Kuiper.

http://www.crystalinks.com/nibiru2.gif

Cette étoile brune et un groupe de comètes arrivent dans notre système solaire en même temps. Comme le « feu » s’est éteint il y a longtemps, cette naine brune ne donne pas de lumière. Cette étoile brune, compagne du soleil, a une masse qui représente 56% de la masse du soleil. Quand elle commencera réellement à approcher le système solaire, et qu’ils tournent en tandem, cela signifie que le soleil commencera à sentir sa gravité. Un léger effet de « vacillement » sera perceptible sur Terre par des mesures. Le basculement des pôles est cyclique (100.000 ans), cette perturbation magnétique sert simplement de mécanisme de déclenchement.

NIBIRU - PLANETE X dans Espace orbite

Cette mystérieuse planète aurait précédemment éjecté Pluton et Charon de leurs anciennes positions (comme satellites de Neptune). Selon des astronomes, la planète X était une intruse que le soleil aurait piégé dans une orbite très excentrique, très inclinée sur l’écliptique. Cette planète aurait 3 aux 4 fois la masse de la terre. Depuis fort longtemps les astronomes sont pour la plupart convaincus qu’il existe réellement une planète supplémentaire dans notre système solaire, raison pour laquelle elle fut appelée la 10e planète ou planète X.

 

A LA RECHERCHE DE LA PLANETE X

Même la NASA en 1982 va reconnaître l’existence possible d’une planète X. Puis, en 1983, le satellite Iras repère dans l’espace lointain un objet mystérieux, ainsi que le rapporte le 30 décembre 83 le Washington Post après avoir interviewé le responsable de l’Iras qui déclare « un corps céleste, peut-être aussi gros que la planète Jupiter et peut-être orienté vers la terre au point de faire partie du système solaire, a été découvert dans la direction de la constellation d’Orion par un télescope en orbite… nous ne savons pas ce que c’est ».
Dans les années qui suivirent, on fut plus discret, mais les recherches continuèrent indiquant que X. devait avoir une orbite inclinée de 30 degrés sur l’écliptique, qu’elle devait se trouver trois fois plus loin du soleil que Pluton et avoir 3 à 4 fois la masse de la terre. 

En 1987, la NASA reconnaît officiellement l’existence de cette planète, ainsi que le rapporte Newsweek du 13/7/87 « … La semaine dernière, la NASA fit une déclaration étrange : une 10e planète, excentrique, pourrait être en orbite (ou non) autour du soleil… ».
Le 7 avril 2001, le rapport de Science News titre « l’orbite singulière d’une comète suggère une planète cachée  » écrit  » bien au-delà des neuf planètes connues un objet aussi massif que Mors pourrait avoir fait partie de notre système solaire et pourrait bien s’y trouver encore ».

Ci-contre: Observation de Sedna par le télescope spatial Hubble

sedna_hubble dans Espace
Cet article rapporte la découverte par une équipe d’astronomes, l’année précédente, d’une comète désignée cette fois-ci sous le nom de 2000-CR/105, sur une orbite solaire elliptique qui la situe à 4,5 milliards de kilomètres du soleil et (ajoute Sky And Télescope du 05/04/2020) cette orbite à une périodicité de 3300 ans (3600 ans selon d’autres sources). 

Une autre étude de l’équipe de L’observatoire de Nice Côte d’Azur, parue dans Icare suppose que l’orbite de la comète pourrait être l’œuvre d’une planète encore invisible aussi grosse que Mars. La mystérieuse planète alimente les conversations des astronomes et des ufologues… De toute évidence la planète est bien là, toujours aussi mystérieuse.Certain prophétisent le retour, dans les temps présents, de cette planète, qui se nommerait « Nibiru » (la Nibiru des Sumériens).

La dixième planète peut être plus grande que prévue. Les astéroïdes, les comètes, et des objets de la ceinture de Kuiper changent considérablement dans leurs signatures infra-rouge en fonction de leur chaleur interne. Une erreur d’observation a pu avoir minimisé la taille de la dixième planète. Le télescope qui avait estimé l’objet céleste temporairement appelé Xena (2003UB313) à partir de sa cible infra-rouge était mal positionné lors de cette mesure qui avait été enregistrée dans les bases de données des astronomes.

 

XENA – SEDNA – QUAOAR – ET LES AUTRES …

Rappelons ce que sont les objets de Kuiper et de Oort. Ces objets se trouvent dans des zones dans lesquelles des calculs théoriques placent plusieurs milliards de « petits » corps glacés en orbite autour du Soleil. Comme l’existence de Neptune a été prédite par l’observation de l’orbite d’Uranus avant sa découverte effective au télescope, Ceinture de Kuiper et Nuage de Oort ont été « prédits » bien avant que leurs premiers objets soient réellement observés. Les comètes ne seraient que des objets de Kuiper ou de Oort que des perturbations orbitales amènent près du soleil. Les premiers objets de Kuiper observés ont été découverts en 1992. Ceinture de Kuiper et Nuage de Oort sont les grands oubliés des représentations classiques du système solaire. Il est vrai qu’ils ne représentent que 99,9999 % de l’espace occupé.

tailleplanetes

Les représentations de Pluton, Quaoar, Sedna et Xéna ne sont que des dessins correspondant à une
estimation, la surface de ces astres n’ayant jamais pu être photographiée avec une bonne résolution.

Si une dixième planète existe, il est peu probable qu’elle soit originaire du système solaire : des études détaillées de l’écliptique ont été prises en compte, concluant qu’aucune planète de la taille de la terre ou d’une taille supérieure ne pouvait exister sur le plan de l’écliptique à une distance plus petite que 60 UA. Par conséquent, une dixième planète devrait être sur une orbite fortement inclinée, et par conséquent avoir été capturée par le système solaire et non formée en même temps que lui. Divers objets de grande taille (plus petits que Pluton mais plus grands que 1 Cérès) tels que Sedna, Quaoar, Xena ou Orcus ont été découverts, mais ils ne correspondent pas aux objectifs de la recherche, la plupart des astronomes s’accordant à dire qu’ils seraient trop petits pour être considérés comme des planètes. Cependant les mesures des bases de données des astronomes sont peut-être erronés !
puce SEDNA
Mike Brown, Chad Trujillo (Observatoire Gemini) et David Rabinowitz (Université de Yale) ont découvert Sedna (2003VB12), le premier objet du Nuage d’Oort le 14 novembre 2003 au moyen du télescope de 1,2 mètre Samuel Oschin de l’Observatoire du Mont Palomar, près de San Diego. En l’espace de quelques jours, la découverte fut confirmée par des observations réalisées en Espagne, au Chili, en Arizona et à Hawaii. Spitzer, le nouveau télescope spatial de la Nasa, a également été braqué en direction de Sedna.
sedna03 Cet objet, le plus distant tournant autour du soleil, est presque aussi grand que Pluton et il est situé à une distance équivalente à trois fois la distance entre Pluton et notre étoile. Situé dans un espace estimé vide par les astronomes, celui-ci est plus rouge et plus lumineux que n’importe quel objet du système solaire.

Il est possible que Sedna appartienne à un groupe de corps célestes formés suite à une perturbation gravitationnelle engendrée par une étoile passant près du Soleil aux premiers jours du système solaire.

Selon Mike Brown, cette étoile se serait rapprochée suffisamment près de la Terre pour briller plus que la pleine Lune et aurait été visible en plein jour durant 20000 ans. Elle aurait délogé les comètes situées dans le Nuage de Oort conduisant à un intense bombardement cométaire qui aurait pu être à l’origine de la vie sur Terre!
L’objet, nommé Sedna (en hommage à la déesse Inuit de l’Océan), est actuellement distant de 13 milliards de kilomètres, soit aux marches du système solaire. Les observations effectuées depuis la découverte de Sedna en novembre 2003, ont permis de déterminer que cette dernière suivait une trajectoire très elliptique. Les scientifiques pensent que, comme Pluton, Sedna pourrait provenir de la ceinture d’astéroides de Kuiper. En combinant les données disponibles sur ces différents corps célestes, Mike Brown estime que la taille de Sedna est environ à mi-chemin entre celle de Pluton et de Quaoar, un planétoïde plus petit découvert par la même équipe en 2002. Ces objets auraient été poussés par la gravitation des planètes géantes pendant 4,6 milliards d’années, âge actuel du système solaire.
La composition de Sedna est encore inconnue mais on estime qu’elle est composée principalement de glace et de roche. Cependant, Sedna est presque aussi rouge que Mars. La raison de cette couleur n’a pas été déterminée actuellement. La découverte de Sedna est cependant à considérer avec un certain recul. 

L’institut de recherche binaire (BRI) a constaté que les caractéristiques orbitales du planétoïde récemment découvert « Sedna », démontre la possibilité que notre soleil puisse faire partie d’un système d’étoile double.

sedna_orbite

Dans un système binaire, le premier soleil tient le rôle principal en tant que force gravitationnelle. Contrairement à ce que l’on pensait dans le passé, les systèmes doubles sont maintenant considérés comme courant dans la voie lactée. 

Notre soleil a t’il un compagnon ? Sedna décrit une orbite elliptique fort peu commune, qui pourrait être expliqué par un deuxième soleil dans notre système. Sedna ne devrait pas être là. Si elle s’éloigne autant de notre soleil, elle ne devrait pas revenir vers lui au-delà d’une certaine limite. L’elliptique de son orbite rend sa présence impossible sans un autre facteur gravitationnel jusqu’ici inconnu !

Sedna s’approchera un peu de la Terre dans les années qui viennent. Mais même lorsqu’il sera au plus proche, dans 72 ans, il sera en fait encore très loin, bien au-delà de Pluton. Alors il entamera le voyage de retour vers les confins du Système solaire. La dernière fois que Sedna s’est trouvée aussi proche du Soleil, la Terre sortait tout juste du dernier age glaciaire. La prochaine fois qu’elle repassera, que sera devenue la Terre? Si Sedna n’est qu’un morceau de roche glaciare, il est fort peu probable que ce soit la Planète X, la Nibiru des sumériens… En effet, si la taille de Sedna, bien que relativement grande par rapport à la plupart d’autre KBO, est trop faible, elle ne peut perturber mesurablement Neptune ou toute autre chose.

puce XENA
Des astronomes de l’Institut de Technologie de Californie ont découvert que Xena (2003UB313), possède une lune (elle a été repérée le 10 septembre 2005), 100 fois plus faible que « Xéna » et orbitant autour de la planète en deux semaines. XENA est bien plus grande que Pluton. Son diamètre est estimé à quelque 3000 km. D’autres mesures sont prévues, et si elles se confirment, il s’agira du plus grand objet du Système Solaire trouvé depuis la découverte de Neptune en 1846. Lors de l’annonce de sa découverte en juillet 2005, 2003 UB313 était le plus lointain des objets connus dans le système solaire. La distance actuelle de l’objet ainsi que la forte inclinaison de son orbite sont les deux raisons qui l’ont conduit à ne pas avoir été détecté avant.
xena XENA posssède aussi une lune. Mike Brown estime que cette lune, « Gabrielle » (Les astronomes l’ont nommée Gabrielle, en référence à la série télévisée « Xena : la Guerrière’ ») mesure au moins un dixième de la taille de Xéna, qui est supposée avoir un diamètre d’environ 2700 km (2274 kim pour Pluton). 

La découverte de cette lune est d’importance, car elle devrait permettre d’évaluer la masse la masse de cette dixième planète. En effet, plus la masse d’une planète est grande, plus elle attire ses satellites qui subissent alors une rotation plus rapide. A l’inverse, si une planète a une masse faible, sa lune sera plus éloignée et sa rotation plus lente.

Pour calculer la taille de XENA, l’équipe de Frank Bertoldi, du laboratoire de radio-astronomie de l’Institut Max Planck, a mesuré la radiation thermique de l’objet.

Une observation réalisée par le Télescope spatial Hubble les 9 et 10 décembre 2005 avère que sa taille serait seulement légèrement plus grande que Pluton : 2400 km de diamètre soit approximativement 100 km de plus que la neuvième planète. Cette nouvelle estimation oblige à réviser à la hausse l’albédo de 2003 UB313 (0,86), ce qui en ferait l’objet le plus brillant du système solaire avec Encelade, le satellite de Saturne.
Estimer la taille de la planète s’est révélé plus ardu : même connaissant sa magnitude, les astronomes doivent en effet savoir quelle fraction de la lumière incidente elle reflète. Or, l’objet est trop distant et trop froid pour être saisi par les télescopes à infrarouge qui pourraient livrer une telle information. L’équipe estime néanmoins que la planète doit réfléchir entre 50 et 100 pour cent de la lumière incidente, ce qui lui conférerait un diamètre supérieur à celui de Pluton (2.300 kilomètres), sans excéder 3.000 km au total. En 2006 les astronomes étaient conscients que la taille de Sedna était importante et attendaient d’autres mesures plus fines pour se prononcer sur ses caractéristiques. 

Depuis la découverte initiale, les astronomes ont multiplié les observations et les calculs en vue de déterminer avec davantage de précision la taille et la magnitude de la planète. Ils pensent qu’elle est proche du point le plus éloigné de l’orbite qu’elle met 560 ans à parcourir autour du soleil au point le plus proche, la planète n’en serait éloignée que de 36 fois la distance séparant la Terre du soleil. Fait inhabituel, son orbite est inclinée de 44 degrés par rapport au plan de l’écliptique où gravitent la plupart des autres planètes, ce qui, selon M. Brown, pourrait tenir à une série de passages à proximité de Neptune

xena_orbite

XENA est actuellement situé à 97 ua du Soleil et tourne autour de celui-ci selon une orbite très inclinée (environ 45 degrés) d’environ 557 ans. XENA se trouve actuellement (2006) dans la constellation de la Baleine.
puce QUAOAR
Plus petit et découvert en octobre 2002, fait parti, comme Pluton, des objets de la Ceinture de Kuiper. Pluton et Quaoar seraient ainsi plus semblables à des comètes ratées, des mondes glacés dont le nom de planète est très discuté au sein de la communauté scientifique. Ils sont considérés officiellement comme des objets de la ceinture de Kuiper (des KBO) mais Pluton cumule également le titre de planète grâce à son diamètre plus important que Quaoar.

 

HERCOLUBUS

L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre, le baptisant du nom « d’Absinthe, amertume« , [Apoc. VIII, 11]. Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’Hercolobus, est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.
hercolubus V. M. Rabolù, Indien d’Amérique du Sud, confirme dans « Hercolobus, planète rouge » édité en 2002, l’approche de Nibiru, qu’il a rebaptisée Hercolubus. Il décrit l’objet comme une énorme planète et confirme qu’elle influence et perturbe d’ores et déjà la Terre. 

Voici ce que dit Rabolù à propos de la planète rouge : “Nous allons parler d’Hercolubus ou Planète Rouge, qui se dirige vers la Terre. Les scientifiques, selon leurs dires, l’ont même déjà pesé, il pèse tant de tonnes et mesure tel diamètre, comme s’il s’agissait d’un jouet pour enfants; mais ce ne pas ainsi. Hercolubus ou Planète Rouge est 5 ou 6 fois plus grand que Jupiter, c’est un énorme géant que rien ne peut arrêter ou dévier …/… L’axe de la Terre n’est déjà plus à sa place, et avec les secousses, les tremblements de terre, les raz-de-marée, il finira par lâcher et l’enfoncement commencera. Ne croyez pas cher lecteur, que la planète va s’enfoncer d’un seul coup. C’est un processus long, lent, angoissant”.

HYPOTHESE DE NEMESIS
Selon l’hypothèse de Némésis, le Soleil aurait comme compagnon une naine brune (une naine brune n’est ni une planète, ni une étoile, c’est en quelque sorte une étoile ratée) orbitant à grande distance. Tous les vingt-quatre millions d’années environ, son orbite traverserait une région plus dense du nuage de Oort, perturbant l’orbite de comètes qui entreraient alors en collision avec la Terre et les autres planètes.
Les naines brunes ne sont pas facilement observables, puisqu’elles n’émettent qu’un faible rayonnement dans l’infrarouge. C’est seulement depuis le milieu des années 1990 qu’on a pu établir leur existence. 

Cette hypothèse a été proposée en 1983 par Richard Muller pour expliquer les grandes extinctions d’espèces, après que les deux paléontologistes David Raup et John Sepkoski aient découvert un intervalle régulier à ces extinctions.

Elle s’appuie également sur un article de 1979 par le prix Nobel de physique Luis Walter Alvarez, expliquant l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années par l’impact d’un astéroïde. La remise en cause du caractère périodique des extinctions de masse rend aujourd’hui l’hypothèse de Némésis plus contestée, mais la théorie sur les grandes extinctions d’espèces l’est aussi…

nemesis

Dans la mythologie Grecque, Némésis est la Déesse de la Vengeance et de la Justice distributive. Pour Hésiode, elle était fille de la Nuit; suivant d’autres, fille d’Erèbe, ou de l’Océan ou de la Justice. D’après une légende, elle était la mère d’Hélène. Némésis personnifait le loi morale qui réprouve tout excès et la jalousie divine qui frappe la propérité trop éclatante. Son temple le plus célèbre était celui de Rhammonte, en Attique. Sur les monnaies de Smyrne, Némésis était représentée debout sur un char, aux côtés d’Adrasté, la fille d’Anankê, l’index de la main droite sur la bouche pour recommander la discrétion et le silence. 

Note: On donne également des noms de la mythologie à d’autres corps célestes, tels que les astéroïdes Certains astéroïdes possèdent des satellites et un satellite de l’astéroïde n°128 fut baptisée Némésis.

 

NIBIRU ET LES SUMERIENS

Il y a 6000 ans, la première grande civilisation sumer, fut fondée entre l’Euphrate et le Tigre, par les Sumeriens. Zecharia Sitchin (sitchin.com), historien d’origine Russe s’intéressant aux langues, à l’histoire et à l’archéologie de l’Orient ancien, conclut en 1976 une genèse de l’homo sapiens en accord avec celle des Tibétains, des Hawaiiens, des aborigènes d’Australie, des Indiens d’Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), des Mayas (d’après le prêtre de la confrérie blanche des Mayas, Miquel Angel). Les Annunakiens des mythes Sumériens, « ceux qui descendaient du ciel sur la Terre », étaient des extra-terrestres venant d’une planète encore inconnue de notre système solaire qui fait le tour du soleil en 3600 ans, la planète Nibiru. 

Il est curieux de noter que les phases évolutives de l’humanité se font au rythme de 3600 ans c’est-à-dire qu’à chaque retour de la planète Nibiru, une nouvelle phase civilisatrice commence. 11 000 ans Av. J.C. : l’agriculture ; 75 000 av. J.C. la culture néolithique puis 3800 ans av. J.C. la civilisation sumérienne.

La dernière fois que Nibiru serait passé, était à l’époque de Moïse. 1300 – 1250 ans av J.C. Deux faits furent marquant: d’abord la manne céleste. Son explication tient au fait que Nibiru, planète-comète, aurait une queue. Celle-ci, outre des particules allant du gravier aux pierres plus grosses, contiendrait des substances pétrolifères qui au contact de notre atmosphère se précipitent telle une rosée sucrée très riche en protéines et comestible. L’autre point serait l’ouverture de la Mer Rouge devant les Hébreux. Il s’est agi sous l’effet de l’attraction de Nibiru de remontées de plaques tectoniques qui ont momentanément scindé la mer en deux avant de s’effondrer engloutissant ainsi les Egyptiens. Dans ce ca, la Planète, sera au plus près de nous dans 250 à 300 ans par rapport à la date estimée de la vie de Moïse. Certains de ses passages ont été catastrophiques d’autres non. En tout cas, cela valide les écrits sumériens.

cylindre

Sur le cylindre (sceau), les tailles des planètes montrées peuvent être considérées comme des approximations. Néanmoins, il est évident que Nibiru ait été considéré non seulement beaucoup plus grande que Pluton, mais également que la terre. Ce n’était donc pas « une roche glaciale » dans la ceinture de Kuiper. Nibiru, pour les Babyloniens, était le corps céleste lié au dieu Marduk. En Akkadien cela signifie « l’ endroit de croisement  » ou « l’endroit de la transition ». Mais dans la plupart des textes babyloniens Marduk est identifié avec la planète Jupiter. 

Selon des chercheurs et ufologues, les habitants de cette planète, les Nibiriens, (ou les Anunnaki, Nephilim, Elohim, Mardukiens, etc.), atterrirent sur notre Terre pour la première fois il y a environ 450.000 ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire l’or et d’autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l’homo sapiens il y a 300.000 ans environ par manipulations génétiques sur des femelles d’ hominiens. Ils avaient besoin d’aide, car ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La Mésopotamie fut leur première colonie.

Selon le mythe, les dirigeants des civilisations extra-terrestres devaient faire face à des rivalités dues à la conduite à mené face à leur création. Les hommes qui n’étaient rien d’autre que des esclaves, furent soumis à la famine, aux maladies et à des guerres biologiques. Les textes de Mésopotamie montrent que tous ces moyens s’étant révélé inefficaces pour faire régresser la population humaine, les extra-terrestres décidèrent d’exterminer les hommes en provoquant un grand déluge. Les tablettes Mésopotamiennes indiquent que  » EA « , Prince extra-terrestre de la terre, créateur de l’homo sapiens, se rebella, n’acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes, et fonda cette « Confrérie du Serpent« . Mais la confrérie fut vaincue par d’autres groupes des extra-terrestres régnants, EA fut banni sur Terre. De  » Prince de la Terre « , il passa  » Prince des ténèbres « . On enseigna aux hommes que tout le mal de la Terre était de sa faute et qu’il voulait que les hommes deviennent des esclaves. On exhorta les hommes à le démasquer chaque fois qu’il se réincarnerait et à l’anéantir avec ses créatures s’ils les rencontraient.

 

LES GRANDES PREDICTIONS ET LA PLANETE X

puce Prophéties des Hopies
Chez les indiens Hopis d’Amérique du Nord, l’une d’elles dit ceci : « Un jour certaines étoiles viendront ensemble en une seule rangée, comme cela s’est déjà produit il y a des milliers d’années. C’est le temps de purification pour la Terre. Des changements de climat et de nombreuses catastrophes peuvent se produire quand nous parviendrons à ce stade. Ce qui peut se produire alors personne ne peut le savoir réellement ». Des  » étoiles en une seule rangée  » ? Voilà un élément qui évoque l’alignement de toutes les planètes prévu le 21 décembre 2012. D’après cette prophétie, outre d’immenses dégâts et pertes en vies humaines, ce serait le début d’une nouvelle ère glaciaire. Les prophéties des Hopis auraient été communiquées à leurs prophètes par le Créateur lui-même. Elles peuvent ou ne peuvent pas se concrétiser. Il s’agit donc davantage de probabilités modifiables selon la volonté du Créateur ou des hommes, d’après ce que prétendent les Hopis qui les ont faites. Celles qui se sont réalisées sont tellement impressionnantes que le livre des prophéties des Hopis (Hotevilla) a été traduit en Français par l’Unesco (T. E. Mails, op. cit., p. 186).
 

puce Prophéties des Mayas
Les prophéties des Mayas sont en gros identiques à celles des Hopis. Elles indiquent que nous sommes parvenus à la fin d’un dernier cycle d’existence pour nos civilisations. Les dates données de ce cycle correspondent pour le début au 12 août 3114 avant J. C. et au 21 décembre 2012 pour la fin. A ce moment-là notre planète est censée enregistrer de très violents séismes terriblement dévastateurs.

puce Nostradamus
L’effrayante perturbation dans l’orbite et dans le mouvement de la planète Terre est expliquée scientifiquement par le voyant Nostradamus lui-même, par l’approche d’un autre astre qui, durant sept jours, apparaîtra comme un autre soleil.

II-41
La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuee fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir.

« A une éclipse de soleil, dit Nostradamus, succédera l’été le plus obscur et le plus ténébreux qui ait jamais été vu depuis la création jusqu’à la passion et la mort de Jésus-Christ, et depuis ce moment jusqu’à ce jour, et c’est au mois d’octobre que se produira une grande translation, de telle sorte qu’on croira que la Terre sera sortie de son orbite et se sera abîmée dans les ténèbres éternelles ».

puce L’Apocalypse
L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre, le baptisant du nom d’Absinthe, amertume, (Apoc. VIII, 11). Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’Hercolobus, est appelée par certains la « Planète Froide » et d’autres la nomment la « Planète Rouge » ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.

puce Astrologie l’Inde ancienne
Les astrologues de l’Inde ancienne nommaient Yuga le cycle de 3600 années correspondant au Shar. Selon les Puranas en effet, une Ère complète dure 14400 ans (soit 4 x 3600 ans) et se divise en quatre Âges principaux articulés à partir de ce cycle : le Satya Yuga ou Âge d’Or qui dure 7200 ans (soit 2 Shars), le Treta Yuga ou Âge d’Argent qui dure 3600 ans (soit 1 Shar), le Dwapara Yuga ou Âge de Cuivre qui dure 2400 ans (soit 2 tiers de Shar), et le Kali Yuga ou Âge de Fer qui dure 1200 ans (soit le tiers restant du quatrième Shar). Ces Âges se divisent eux-mêmes en sous-âges qui ont les mêmes noms et s’échelonnent selon le même rapport-temps (2 + 1 + 2/3 + 1/3 = 4). Ainsi, le Kali Yuga comporte son âge d’or qui dure 600 ans, son âge d’argent qui dure 300 ans, son âge de cuivre qui dure 200 ans et son âge de fer qui dure 100 ans. La période que nous finissons actuellement de traverser correspond à l’âge de fer du Kali Yuga et s’étend du début de notre XXe siècle au retour de Nibiru et au démarrage d’un nouveau grand cycle de 14400 années (= 4 Shars).

LA SECTE DES ILLUMINATI ET NIBIRU
Un groupe de savants de part le monde, qui s’était donné pour but de répandre des connaissances spirituelles et d’atteindre la liberté au niveau spirituel ont inventés (ou re-inventé) la « confrerie du serpent« . Cette confrérie qui avait une grande influence dans les premières civilisations combattait l’esclavage et essayait de libérer l’humanité de la servitude des extra-terrestres (les Annunakiens des mythes sumériens).
 

La  » Confrérie du Serpent  » malgré l’effort de beaucoup d’hommes loyaux voulant instituer une véritable réforme spirituelle à l’aide de la fraternité devint avec ses nouveaux maîtres (les Illuminatis) une arme redoutable d’oppression et de trahison. Aujourd’hui la confrerie du serpent est la secte des Illuminatis et son objectif premier est un « Nouvel Ordre Mondial« .

 

source : secretebase.free.fr

 

nouvellevision

Des pyramides sur Mars : La vérité !

 

Mars : la vérité caché.

Un groupe de roches « taillées » en pyramides.
La coudée égyptienne : seule moyen de dimensionner ces roches correctement !

Des pyramides sur Mars comme en Egypte sur Terre: La Vérité.

Des pyramides sur Mars : La vérité ! dans Espace mars_planche53

 

 

 

Source principale de nos informations:
Le merveilleux site web du Colonel Guy-Claude Mouny.
http://www.chez.com/egypte/planche53.html
Le Colonel Guy-Glaude Mouny, le spécialiste des pyramides d’Egypte.

Des félécitations sans mesure pour ce Chercheur d’exception ! Le Meilleur tout simplement.

guy_claude_mouny_2 dans Espace

L’Homme qui en sait plus que Khéops lui-même !

Ecoutez ces deux interventions ci-dessous, et vous saurez la Vérité.

Dans ce dossier incoutournable, voyez aussi un peu plus bas les meilleures photos et des explications primordiales de cette formidable Vérité.

1) dossier 1.
http://www.dailymotion.com/video/1ojEKm3mIlBRLiLQH Pyramides de Mars
envoyé par SECRET-REALITE

Des propos provenant de la radio « ici et maintenant » du 21 décembre 2004. Le Colonel Guy-Claude Mouny nous parle en compagnie de l’animateur Didier De Plaige. Lisez en document PDF toute l’émission: http://rimarchives.free.fr/Mouny.pdf

didier_de_plaigeguy_claude_mouny_3

 

Note: Ce passage audio est retranscrit par écrit tout en bas de notre dossier.

2) dossier 2

 

http://www.dailymotion.com/video/76lXghSpVqNePiMLs Pyramides de Mars – Vérité
envoyé par SECRET-REALITE

Des propos provenant de la radio « ici et maintenant » du 16 septembre 2005. Le Colonel Guy-Claude Mouny nous parle en compagnie de l’animateur Jean-Claude Carton.

guy_claude_mouny_3

jean_claude_carton

 

En 1976, la sonde Vicking prend des images étonnantes de Mars.

Un groupe de roches « taillées » en pyramides, et un visage humanoïde sont photographiés.La coudée égyptienne s’avère être le seul moyen de dimensionner ces roches correctement !

Des pyramides sur Mars comme en Egypte sur Terre: La Vérité…

Des scientifiques américains, les professeurs Mc Daniel et Carlotto avaient déjà pensé que ces roches étaient des pyramides, ainsi Guy-Claude Mouny et son collaborateur Guy Gruais ont mis la lumière sur ces pyramides en démontrant que l’unité de mesure était de 0,5236 mètres, la coudée royale égyptienne de Memphis. Les mesures étaint ainsi facile à formaliser dès lors que l’on pense à la référence égyptienne, la coudée. Ces mesures se sont avérées faciles à prendre en s’appuyant sur les côtés et les centres de ces monuments, pyramides supposées.

La NASA a ensuite présenté des clichés grâce à la sonde de Mars Global Surveyor envoyée sur Mars en 1998 sur le site de Cydonia et étrangement le visage était quasi inexitant, et les pyramides aplaties.

Nous sommes donc obligés de penser à une manipulation mensongère de la NASA, vue les mesures ininventables faites en coudée sur les clichés de 1976.

Sachez que la NASA a déjà était condamnée deux fois par le congré américain pour avoir dissimulé des éléments…

Un mensonge de plus semble encore ici plus qu’évident mais non jugée encore !

 

Cliché de 1976 pris sur Mars par la sonde vicking ci dessous :

mars_planche53

 


pyramides_egypte_satellite

Par comparaison, voici ci-dessus un cliché pris par satellite des pyramides d’Egypte

 

Une partie importante du site de Cydonia Mensaé ( cliché NASA n° 035 A 72 ) comportant un groupe de roches « taillées » en pyramides et un rocher donnant l’apparence d’un visage humanoïde.

mars_planche54

A noter aussi que le cliché de 1976 avait été repris en photo dans le dictionnaire Larousse en 1991.

Le rectangle Phi se dedouble avec des dimensions familières, s’appuyant sur des éléments precis. Le nord de Mars est en orientation avec les ruines de deux rectangles insolites, étudiés en détail à la planche suivante. Le décalage angulaire de l’axe du nord par rapport a la pyramide n° 2 ou à l’alignement de « la face » en respectivement de 108° et 72°, ouverture angulaire propre à Guizeh.

Pour vous donner une idée, les pyramides 1, 2 et 12 font environ 2 kilomètres de côté. Ces pyramides sont donc environ dix fois plus grandes que celle de Khéops en Egypte qui ne fait que 440 coudées de coté soit environ 230,40 mètres !La pyramide « 2″ sur Mars fait 4760 coudée de côté, soit 2,492 kilomètres.

Un monument gigantesque, sachant que tout de même Kéops n’est pas la pyramide la plus haute sur Terre en plus, la plus grande fait environ 300 mètres de côté, voyez les dernières découvertes plus ou moins cachées à ce sujet sur:
http://www.zen-blogs.com/fr/pyramides.php

De nombreuses pyramides cachées au publique existent par exemple en Chine…

mars_planche56


La coudée royale de Memphis se retrouve sur Mars !
La preuve par A+B !


coudee_flagrant

Source: Les Mystères du temps Tome 1 Des pyramides à Mars… de Guy-Claude Mouny – 2005.

La coudée royale de Memphis est le sixième de la circonférence d’un cercle de diamètre Un.
Pour la définir, il faut partir d’un carré de 1; répliqué donnant un rectangle 2 x 1, au centre duquel on trace un cercle. Celui-ci, de diamètre 1, est ensuite partagé en Six (inspiration venue de l’étoile de David) et sa dimension donne: 3,1416/6= 0,5236. Le Docteur en physique Lionel Brehamet, chercheur au C.E.A, rompu aux études d’informatique et d’égyptologie, l’a confirmé tout comme le chercheur en égyptologie Guy-Claude Mouny.


coudee

Source du scan: Les Mystères du Temps Tome 1 Des pyramides à Mars… de Guy-Claude Mouny.- 2005

Réduits au 1:10eme, les bâtiments présumés de Cydonia (Mars) peuvent être comparés à la disposition des pyramides au sol de Guizeh et du complexe en sous-sol ainsi que du Sphinx. Il est flagrant qu’il ne s’agit pas d’une copie strictement conforme, mais tout est trop ajusté pour qu’il y ait un doute sur la démarche commune des concepteurs.
Manifestement, les deux plans proviennent du même « cabinet d’ingénierie »!

 

 

Plan à Cydonia sur Mars

mars_planche58_3

 

 

Plan en Egypte sur Terre

guizeh_planche58_1

 

 

Superposition des deux plans

mars_planche58_2

 

Une énorme pyramide à 5 pans est à signaler aussi, pyramide entourée ci-dessous:

cydonia

Image retravaillée en haute résolution.

pyramide_resolutionhaute

Image animée réalisée par Chris Joseph.

pyramide_animation

Géométrie tétraédrale:
pyramide_5pans_mars

Cette géométrie tétraédrale, dont la redondance pointe vers l’utilisation intentionnelle d’une connaissance architecturale, voire d’une technique de construction, a servi à l’élaboration d’une nouvelle branche de la physique appelée  » hyperdimensionnelle « .

La tête

mars_visage_planche55

 

 

Conclusion évidente:

La désinformation et le trucage de la NASA sont flagrants, le site http://www.nirgal.net/face.html

est l’exemple de site qui n’ont pas eu l’esprit réfléchi de nos observations.

LA NASA cache cela.

Il y a bien des pyramides sur Mars.

La PREUVE:

Comment se fait-il que les rochers pyramidals ne se dimensionnent qu’en coudée égyptienne de Memphis pour que les mesures soient justes ?

Un peu de bon sens.

Des calculs comme cela ne peuvent être dûs au hasard de la nature. Voyez la Vérité en face: il y a des pyramides sur Mars qui ont été construites par des gens. C’est mathématique, ininventable et flagrant.

 

Pour le visage, c’est pareil, il est toujours bien debout, si les pyramides existent le visage aussi !

Ayez l’esprit critique, et arrêtez de vous faire manipuler, et l’humanité grandira beaucoup plus vite.

 

Sources:

 

http://www.chez.com/egypte/planche53.html

http://www.filonidetaranto.it/forum/viewtopic.php?t=941&sid=3c4426b1715f69b34bb396762f432304

 

http://www.mactonnies.com/dmphotos.html

http://zone-7.net/cydonia_les_monuments_de_mars/index.html

 

http://membres.lycos.fr/frendelvel/plan/terremars.htm

 

http://www.zen-blogs.com/fr/pyramides.php

 

mysteres_du_temps_mouny

 

 

Un très gros conseil:
Lisez les livres de Guy-Claude-Mouny !
Vous saurez les secrets des pyramides d’Egypte et bien d’autres choses que vous ne soupçonnez même pas…

Ecoutez les émissions auxquelles Guy-Claude Mouny a participé sur la radio « Ici et maintenant », la liste des émissions se trouvent sur:
http://rimarchives.free.fr/archives/list.php
http://rimarchives.free.fr/ddp.htm
- 6 avril 2007 avec Jean-Claude Carton
- 28 avril 2006 avec Jean-Claude Carton
- 16 septembre 2005 avec Jean-Claude Carton
- 18 février 2005 avec Jean-Claude Carton
- 21 décembre 2004 avec Didier De Plaige

Pour les commander en mp3:
Ecrire à:
Radio Ici et Maintenant
8 rue Violet
75015 Paris

4 émissions: 15 euros (1 Cd) et 8 émissions 25 euros (2 Cds)
Profitez en pour prendre au moins 8 émissions en complétant avec d’autres invités.

 

 

Extrait de l’émission de « Radio ici et Maintenant » du 21 décembre 2004.
En audio, ce passage est à écouter plus haut ou sur::
http://www.dailymotion.com/video/x2nw1b_pyramides-de-mars_tech

 

Lisez en document PDF toute l’émission:
http://rimarchives.free.fr/Mouny.pdf

didier_de_plaige guy_claude_mouny_3

 

G.-C. MOUNY:
Vous avez sur Mars, je l’ai écrit et d’autres l’ont écrit, et ça a été repris même aux États-Unis, vous avez apparemment un visage. Ce visage de pierre, qui fait quelque chose comme 1 km 800 sur 1 km, ce n’est pas une petite affaire, et ça a été contesté depuis par la NASA. Or, en partant du film pris par la sonde Viking sur Mars, j’ai travaillé dur là-dessus, avec Gruais d’ailleurs à ce moment-là, et nous avons présenté des photos où ce visage s’inscrit dans une géométrie. Alors là encore c’est pas de l’ésotérisme, ça, c’est vraiment du
technique, du scientifique. Mais là encore, personne veut se pencher là-dessus. Vous avez une
géométrie qui est ininventable.
Alors cette tête présumée, même si la NASA au cours d’un second vol qu’elle avait… pas annoncé
– elle avait pas dit qu’elle irait contrôler –, si la NASA vient dire que c’est une montagne érodée qui peut faire penser à ça, moi je dis qu’il faut aller un peu plus loin (on reste encore dans l’« action psy » ou dans le tempérament « flic », si vous me permettez le mot de manière très affectueuse) : une montagne érodée qui, de loin – parce qu’elle a été prise sous un autre angle, à une autre heure, avec un autre éclairage –, une montagne érodée qui pourrait ressembler de loin à un visage, en bien, ça peut être une montagne qui a été travaillée et érodée, précisément, surtout quand ça se recoupe avec une géométrie, et que dans mon livre j’ai bien indiqué qu’il y avait, à côté, des ruines présumées de pyramides. Des Américains ont travaillé là-dessus – je cite leurs noms et tout, je reprends même une copie de quelques-uns de leurs travaux –, ces Américains ont démontré qu’il y avait des ruines présumées qui s’alignent dans une géométrie, elle aussi s’appuyant sur la coudée, etc. On n’en sort pas dans la précision. Mais par contre, la NASA, qui parle de la tête parce que c’est ce qui est le plus connu du grand public, ne parle pas du tout des bâtiments à côté. Alors là encore, il faut un sacré
culot pour parler de quelque chose qui est connu des gens, et occulter l’autre partie. Et tout, tout est comme ça : on occulte ce qui gêne, alors sans qu’il y ait forcément un pouvoir central, chacun, pour des raisons très diverses mais complémentaires, s’efforce de neutraliser l’autre. Et à ce jeu-là on n’est pas près d’avoir des vérités.

 


D. DE PLAIGE : Là, je vous signale qu’on est sur le site de Cydonia. On est sur Mars, et vous dites que la NASA peut très bien avoir menti – d’ailleurs ce ne serait pas la première fois : vous relevez qu’elle a été condamnée à deux reprises par le Congrès américain…

 

G.-C. MOUNY: Exact.

 


D. DE PLAIGE : La main dans le sac.

 


G.-C. MOUNY: Exact. Pour avoir occulté des éléments. Condamnée deux fois. Alors prenez les autres fois où elle aurait pu être condamnée et où elle ne l’a pas été, je dirais méchamment que quand on est déjà condamné deux fois ça laisse penser qu’il y a peut-être encore autre chose qui traîne dans les placards ! Et là j’ai un petit peu de raison d’y penser.

 

D. DE PLAIGE : D’ailleurs, vous vous étonnez, vous n’êtes pas seul dans ce cas, ils sont nombreux les observateurs à avoir noté que les missions martiennes étaient parmi les plus délicates à monter, où bizarrement les échecs s’enchaînaient comme jamais dans les précédentes opérations – lunaires, par exemple.

 

G.-C. MOUNY: Alors vous avez raison, ça, je l’avais relevé, puis d’autres personnes aussi, il y a un pourcentage d’échecs immense dans ces opérations martiennes. Le pourcentage d’échecs dépasse les normes, car faut reconnaître que la NASA et autres ont mis le paquet pour réaliser des opérations bien préparées, susceptibles de réussir, donc le pourcentage d’échecs est tout à fait anormal.Donc dans ce contexte, je relève au passage – je ne sais plus, je n’ai plus en tête les dates – mais il y avait trois vols prévus vers Mars : deux américains et un russe. Or à l’époque, en conférence, avant que les lancers soient faits, j’avais dit : « Vous pouvez être tranquilles que la russe n’arrivera pas ». Je m’étais un petit peu trompé, c’est pas qu’elle arrivera pas : elle est pas partie, elle est retombée en mer aussitôt. Alors est-ce que j’ai eu un peu de chance, est-ce qu’on m’a aidé d’en haut, j’en sais rien, mais ce que je veux dire, c’est qu’un raisonnement normal débouchait sur cette présomption que la russe n’arriverait pas. Ce qui veut dire encore, si je ne me trompe pas, manipulation possible à un rare stade.

 


D. DE PLAIGE : Oui, et puis il y a aussi les mystères entourant les expériences de Phobos, où ce satellite placé en orbite finalement échoue à nous transmettre des images, nous donne des images étranges avant de tomber en panne, soudain.

 


G.-C. MOUNY: Oui, je ne pourrai pas vous donner trop de détails là-dessus, mais je partageévidemment cet avis. C’est absolument normal, et ça ne fait que renforcer la suspicion. Jadis, on a guillotiné des gens avec moins d’éléments que ça.

 source : www.ovni007.com

 

nouvellevision

Des centaines de planètes similaires à la Terre !

 

 Des centaines de planètes similaires à la Terre !

Selon une étude de chercheurs des Universités du Colorado et de Pennsylvanie, dont les résultats ont été publiés dans la revue ‘Science’ du 8 septembre dernier, plus d’1/3 des systèmes solaires dans lesquels on a pu détecter des planètes géantes contiendrait également des planètes ressemblant à notre Terre ! Ces planètes extrasolaires disposeraient ainsi d’eau en grande quantité et d’océans profonds de plusieurs milliers de kilomètres, et seraient donc propices au développement de la vie… « L’étude indique que les Jupiter chauds poussent et attirent le matériau du disque proto-planétaire durant leur voyage, en projetant des débris rocheux vers l’extérieur où ils s’agrégeraient pour former des planètes telles que la Terre » précise Sean Raymond, de l’Université de Colorado. Confirmation que d’autres systèmes solaires abritent des soeurs jumelles de la planète bleue…

source : CIRS – Crédits : NASA → www.mondeinconnu.com

Et aprés ça y’en a qui disent encore qu’on est seul dans l’univers.

 

nouvellevision.

La conquête de l’espace =====> Mythe ou Réalité?

L’Homme a t’il déjà frôlé la Lune de son pied? la réponse à la question est évidente pour une majorité de gens, cette réponse est bien évidement « OUI, l’Homme a déjà marcher sur la Lune »

Mais cependant l’autre majorité pense tout à fait le contraire, et leurs arguments et à la hauteur de nos attentes.

A vous de juger ou plutôt à vous de voir :

http://www.dailymotion.com/video/4RUVPvkx4D75Y2Ldm

 

nouvellevision.

 

 

la terre ça chauffe |
Historia |
EXO-CONTACTS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CEVENNES ET CAUSSES
| marjo
| Les Vétérans de Napoléon 1er